SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Le départ de l’armée musulmane

 

Lorsque l’armée musulmane fut enfin prête, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) donna le signal du départ au début du mois de Mouharram de l’an 07 de l’Hégire, trois années après le siège du Fossé.

 

Avant de sortir, il désigna Siba’ Ibn ‘Artafa al-Ghifari émir de Médine jusqu’au retour puis envoya une patrouille de reconnaissance sous le commandement d’Abbad Ibn Bishr pour assurer la sécurité des troupes. Enfin, comme la route lui était inconnue, il choisit deux guides, Houssayl Ibn Kharijah et ‘AbdAllah Ibn Nou’aym, tous deux de la tribu Ashja’ du Najd, dont les hommes avaient l’habitude de se rendre dans la région de Khaybar.

 

En se dirigeant vers Khaybar, le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fit passer son armée par l’itinéraire suivant : Thaniyah al-Wada’ ; az-Zoughaba le principal défilé au nord de Médine, un lieu à quelques miles au nord de Médine entre al-Jourf et al-Ghaba-Naqma ; -al- Moustanakh, un lieu près du point ouest du mont Ouhoud puis ‘Isr, un mont entre Médine et la vallée d’al-Far’ et enfin as-Sahba’, un lieu près de Khaybar.

 

Al-Waqidi a rapporté : « Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fit la prière d’al-‘Asr à as-Sahba’ puis demanda à manger. On lui apporta alors des dattes et as-Souwayq (un plat modeste fait de céréales). Après avoir mangé avec ses Compagnons, il dirigea la prière du Maghrib sans (refaire) ablutions puis celle de ‘Isha’. »

 

A as-Sahba’, il décida que l’offensive se ferait du côté nord de Khaybar afin de couper toute retraite ou fuite juive vers la Syrie. Il convoqua alors les deux guides Houssayl Ibn Kharijah et ‘AbdAllah Ibn Nou’aym puis leur fit part de son plan d’attaque et dit : « Qui donc connait le chemin qui nous mènera à travers les vallées jusqu’à Khaybar afin que nous leur coupions toute voie vers la Syrie, et toute communication avec Ghatafan ? » Houssayl répondit : « Moi, je vous mènerai ! »

 

Et effectivement, Houssayl mena l’armée musulmane à un endroit d’où tous les chemins allaient à Khaybar. Là, le guide dit au Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « O Messager d’Allah, voici des chemins qui vont tous vers (Khaybar). » Le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) lui demanda alors de les décrire et de les nommer aussi, et sur la base de l’exposé du guide, il (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) choisit un chemin du nom de Marhab que les Musulmans empruntèrent pour arriver à Khaybar.

 

L’espion

 

Pendant le trajet de la patrouille de reconnaissance, un homme de la tribu Ashja’ fut arrêté par les hommes de Abbad Ibn Bishr qui s’avéra être un espion à la solde des Juifs. Au début de l’enquête menée par le chef de la patrouille, cet homme nia être un espion mais après quelques pressions, il avoua tout et n’était pas, comme il le prétendit, un berger à la recherche de ses chameaux égarés mais plutôt un véritable espion ayant une mission précise.

 

Voici comment il fut découvert.

– « Qui es-tu » lui demanda ‘Abbad ?

– « Un homme à la recherche de ses chameaux perdus. Je suis leurs traces. »

– « Peux-tu nous informer sur Khaybar ? »

– « J’y étais, il n’y a pas si longtemps. De quoi veux-tu que je te parle ? »

– « Des Juifs, par exemple. »

– « Oui. J’ai entendu dire que Kinana Ibn Abou al-Houqayq et Houdah Ibn Qays avaient contacté leurs alliés de Ghatafan et leur avaient promis la récolte de dattes d’une année de Khaybar s’ils venaient se joindre à eux et ils ont accepté. Ils sont actuellement à l’intérieur des forts, armés et soutenus par de nombreux cavaliers. Je peux dire qu’il y a là dix mille hommes en plus des forts inaccessibles, de l’armement, et des stocks de vivres. Des quantités qui leur suffiront même s’ils sont assiégés pendant des années. Ajoutez à cela, l’eau intarissable qu’ils ont dans leurs forts. Je crois que personne ne peut les vaincre. »

 

A ces paroles, le chef de la patrouille soupçonna le bédouin d’être un agent des Juifs. Il le frappa donc avec un fouet puis il lui dit : « Toi, tu n’es qu’un espion à la solde des Juif ! Dis-moi la vérité, sinon ta tête tombera ! »

Sur ce, il lui parla de tout ce qu’il savait après que Abbad lui eut promis de ne pas lui faire de mal. Il dit : « Ces gens-là sont terrorisés après ce que vous avez fait à ceux de Yathrib. Leurs frères de Médine leur ont envoyé une lettre avec un cousin à moi qui était à Médine pour commerce. Ils ont dit à Kinana ibn Abou al-Houqayq par l’intermédiaire de mon cousin que vous n’étiez pas nombreux tout comme vos armes et vos chevaux. Ils lui ont dit de rester ferme et de frapper fort pour vous pousser à abandonner le siège et qu’ainsi Qouraysh et les Arabes seraient très contents après votre départ car ils connaissaient la supériorité de Khaybar en tout, en vivres, en hommes et en armes. Et moi, j’écoutais tout cela.

Après, Kinana m’a dit : « Va à leur rencontre. Ils ne vont pas te soupçonner. Et essaie de nous apporter des informations sur l’état de leurs forces. Rapproche-toi comme si tu ne savais rien et divulgue leur notre puissance en nombre et en vivres puis reviens vite pour nous informer. »

Sa déposition terminée, ce bédouin fut emmené chez le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qui décida de le garder ligoté jusqu’à la fin de la bataille. Quand la bataille se termina par la défaite des Juifs, le Prophète Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fit ramener le prisonnier et lui demanda d’embrasser l’Islam, ce qu’il accepta.

 

Le plan des Juifs et de Ghatafan

 

Cette affaire d’espionnage ne fut pas le seul problème rencontré par les Musulmans sur leur chemin vers Khaybar. Le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) savait que son armée allait traverser un pays hostile et que toutes les tribus arabes qui se situaient au nord-est de Médine se considéraient encore ennemies de l’Islam et plus particulièrement les tribus du Najd qui étaient encore alliés aux Juifs de Khaybar et qui représentaient un véritable danger qui ne pouvait pas être négligé par le Prophète en tant que chef militaire et qui pris par conséquent des mesures préventives.

 

Cependant, nous n’avons pu accéder à la nature de ces mesures décidées par le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) afin d’assurer le chemin du retour ou d’éviter l’encerclement de son armée par les bédouins idolâtres. La seule information que nous avons pu recueillir est le plan adopté par les Juifs et les Ghatafan venus au secours de leurs alliés.

 

 

Selon ce plan, Ghatafan engagerait ses forces armées dans le conflit à l’intérieur des forts et derrière les lignes musulmanes, comme suit :

  1. Des compagnies d’hommes prendraient position avec les Juifs derrière les murs des forts et ce premier point du plan fut concrétisé par ‘Ouyaynah Ibn Hisn, Toulayhah Ibn Khouwaylid et Hadhifa Ibn Badr[1].
  2. Quatre-mille autres hommes contourneraient les Musulmans pour frapper un grand coup sur les arrières de ces derniers.

En contrepartie, les seigneurs de Khaybar leur promirent la moitié de la moisson annuelle des dattes.

 

Le premier point du plan-accord fut concrétisé mais le second ne put se réaliser qu’en partie. En effet, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) n’était pas encore arrivé dans les environs de Khaybar que les quatre mille Ghatafani se mirent en marche avec l’intention de couper toute retraite à l’armée musulmane[2].

 

Ce mouvement des Ghatafan causa certainement quelques gênes aux Musulmans dont les forces ne dépassaient pas les mille quatre cents hommes et qui s’attendaient à une attaque d’un moment à un autre ce qui poussa le Prophète le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), à entrer en contact avec Ghatafan et à conseiller ses chefs d’observer la neutralité dans ce conflit après les avoir informés avec force que Allah allait lui ouvrir les portes de Khaybar.

 

D’autres historiens dirent que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) proposa aux seigneurs de Ghatafan qu’il était disposé à leur laisser Khaybar s’ils embrassaient l’Islam et observeraient la neutralité dans le conflit.

 

D’autres historiens encore dirent que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ne posa pas la condition de la conversion à l’Islam, leur demanda seulement de ne pas s’interposer et en contrepartie, il leur promis la moitié des produits agricoles de Khaybar après la victoire[3] que ces seigneurs, à la vue de leurs nombreuses troupes, rejetèrent, croyant que leurs quinze mille hommes allaient défaire facilement les mille quatre cents Musulmans de Muhammad, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Ils l’informèrent qu’ils ne laisseraient pas leurs alliés tomber et qu’ils combattraient à leurs côtés[4].

 

L’Imam al-Waqidi a rapporté son livre al-Maghazi (tome II, page 650) : « Quand le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) sut l’arrangement de Ghatafan, il envoya Sa‘d ibn ‘Oubadah, le seigneur des Khazraj comme émissaire à ‘Ouyaynah Ibn Hisn qui se trouvait alors dans le fort d’un seigneur juif de Marhab.

 

« ‘Ouyaynah, qui vit Sa‘d arriver devant le fort, s’apprêta à le faire entrer à l’intérieur, mais Marhab en tant que chef militaire juif s’opposa en disant : « Ne le laisse pas entrer pour qu’il ne voie pas les points faibles de notre fort. Cependant, tu peux parler avec lui devant l’entrée. »

Il sortit donc et s’entretint avec Sa‘d ibn ‘Oubadah.

– « Le Messager d’Allah te dit : « Allah m’a promis Khaybar. Retire-toi et reste à l’écart, et si nous vaincrons, vous aurez la production de dattes d’une année. »

– « Par Allah, nous ne laisserons pas tomber nos alliés. Nous savons ce que vous avez et combien d’hommes sont avec toi en comparaison avec la force et la puissance de ceux-là (les Juifs). De plus, ils ont des forts imperméables renforcés par leurs nombreuses troupes et leurs armes. Si tu restes pour le siège, tu vas périr, toi et ceux qui t’accompagnent, et si tu veux combattre, ils enverront hommes et armes pour t’écraser. Non, par Allah, ils ne sont pas comme Qouraysh. »

‘Ouyaynah chargea Sa‘d ibn ‘Oubadah de transmettre sa réponse au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) mais Sa‘d, avant de se retirer, avertit ‘Ouyaynah : « Rappelle-toi bien car quand il viendra ici devant ce fort, tu nous demanderas alors ce que nous venons de te proposer et à ce moment, tu n’auras de nous pour réponse que le sabre. Tu as vu ce qui est arrivé aux Juifs de Yathrib. »

 

Puis il retourna rendre compte de sa mission puis dit au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « O Messager d’Allah, Allah va réaliser Sa promesse pour toi et va faire triompher Sa religion. N’offre donc même pas ne serait-ce qu’une seule datte à ce bédouin. O Messager d’Allah, dès qu’il verra le sabre, il les laissera à leur sort et s’enfuira vers son pays comme il l’a fait avant, lors du Khandaq. »

 

 

Même si ce nouveau élément vint s’ajouter au conflit, les Compagnons du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) poursuivirent leur route vers Khaybar car ils étaient confiants en la victoire d’Allah dans cette bataille. Ils avancèrent surs et sereins car ils savaient que toutes ces forces réunies (les Juifs, Ghatafan et les Banou Asd) n’auraient aucune incidence quant à l’issue finale de la bataille : Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, avait promis Khaybar à Son Messager (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et Khaybar allait tomber sans l’ombre d’un doute.

 

Views: 0