SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

L’expédition de Touraf

 

Au mois de Joumadah al-Akhir de cette même année, une patrouille formée de quinze hommes commandé par Zayd Ibn Haritha fut envoyé contre les Bani Tha’labah des Ghatafan qui participèrent comme nous l’avons déjà mentionné avec les Coalisés lors du siège de Médine.

 

Après une marche qui ne dépassa pas les quatre nuits, Zayd arriva à Touraf, le territoire des Bani Tha’labah qui se trouvait alors à trente-six miles de Médine mais les Musulmans ne trouvèrent personne car les membres de cette tribu s’étaient déjà réfugiés dans les montagnes avoisinantes. Néanmoins, Zayd put faire un butin de vingt chameaux avant de retourner à Médine après quatre nuits d’absence.

 

Le but de cette opération était, comme d’habitude, de convaincre les Arabes de la puissance des Musulmans afin qu’ils abandonnent leurs projets d’attaquer Médine et en constatant la fuite des Bani Tha’labah, on peut affirmer que la mission atteignit son objectif sans accrochage.

 

L’expédition de Hisma

 

L’expédition de Hisma fut une expédition punitive commandée par Zayd Ibn Haritha contre la tribu de Joutham qui se trouvait près de Hisma, derrière Wadi al-Qoura[8].

 

Dihyah al-Kalbi, l’émissaire du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) à Héraclius, était de retour de sa mission quand il fut surpris, au nord-ouest de l’Arabie, à Hisma exactement, par l’attaque de quelques Jouthami dont Hounayd Ibn ‘Arid et son fils ‘Arid qui étaient avec d’autres personnes. Ils lui barrèrent la route et le dépouillèrent de tout ce qu’il avait en ne lui laissant qu’un seul vêtement usé.

Toutefois, quelques membres musulmans des Bani ad-Doubayb, eux même des Jouthami, décidèrent de récupérer les biens de Dihyah en usant de la force.

 

Quant à Dihyah, il poursuivit sa route, et une fois à Médine, informa le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Sur ce, ce dernier, (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) décida de corriger les agresseurs en leur envoyant une expédition punitive de cinq cents hommes au mois de Joumadah al-Akhir de l’année 5 de l’Hégire.

 

Avec un éclaireur ‘Outhri[9], Zayd commandant l’expédition, marcha la nuit et s’arrêta le jour pour surprendre l’ennemi et, avant le lever de l’aube, les Musulmans atteignirent leur camp et donnèrent directement l’assaut sans donner une occasion de riposte aux adversaires qui perdirent plusieurs des leurs dont al-Hounayd et son fils ‘Arid. Puis, Zayd s’empara des troupeaux des Hounayd, mille chameaux et cinq mille brebis et prit une centaine de prisonniers.

Les Bani ad-Doubayb, informés de l’attaque protestèrent contre les agissements de Zayd et de ses hommes et rappelèrent à l’armée qu’ils étaient musulmans et que c’étaient eux qui avaient récupéré les biens de Dihyah al-Kalbi.

Zayd, pour s’assurer de leur conversion, demanda au chef des Bani ad-Doubayb de réciter la Fatiha et bien qu’il l’a récita parfaitement, Zayd décida toutefois de ne rien leur rendre et préféra retourner à Médine.

 

Constatant le refus de Zayd, quelques Jouthami musulmans décidèrent de précéder l’armée musulmane et se dirigèrent sur Médine pour présenter l’affaire devant le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). En arrivant dans la capitale de l’Islam, Zayd Ibn Rifa’i al-Jouthami protesta contre Zayd Ibn Haritha en disant au Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « O Messager d’Allah ne nous interdis pas ce qui est permis et ne nous rends pas ce qui illicite, licite. » Après cet entretien où les délégués confirmèrent de nouveau qu’ils étaient bel et bien Musulmans[10], le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) décida de leur restituer leur biens et prisonniers et en plus de cela, il s’inquiéta au sujet des victimes en disant :

– « Et qu’est-ce que je vais faire des victimes ? »

– « O Messager d’Allah !, » dit Abou Zayd Ibn ‘Amrou, l’un des délégués, « libère les vivants. Quant à ceux qui ont été abattus, nous n’en parlerons plus. »

– « Abou Zayd dit vrai, » rétorqua le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) avant d’appeler ‘Ali Ibn Abi Talib et de l’envoyer rejoindre Zayd afin que celui-ci libère les prisonniers et rend les troupeaux.

– « O Messager d’Allah » dit ‘Ali, Zayd ne va pas m’obéir !

– « Prends mon épée (en guise de signe), » dit le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

 

‘Ali, et la délégation Jouthami, quitta Médine et croisa en cours de route, Rafi’ Ibn Makith al-Jouhani sur une chamelle qui lui avait été donnée du butin par Zayd qui l’avait envoyé à Médine annoncer la « bonne nouvelle » au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

 

‘Ali lui enleva la chamelle et la rendit aux Jouthami puis l’invita à monter en croupe derrière lui. Après quoi, il continua son chemin. Plus tard, il rencontra Zayd et ses hommes à Fahlatayn, un endroit situé entre Médine et Dzi-Marwa[11] et lui transmit les ordres du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) en lui montrant le signe. Zayd se plia aux ordres et rendit aux Joutham tout ce qu’il leur avait enlevé.

 

L’expédition de Wadi al-Qoura

 

Les informations concernant cette expédition sont minces et nous n’avons trouvé que ce qu’Ibn Sa’d a rapporté dans ses Tabaqat. Après avoir développé les évènements de l’expédition de Hisma, il rapporta : « Après cela, il y eut l’expédition de Zayd Ibn Haritha contre Wadi al-Qoura, 6 ans après l’Hégire. »

Et dans un autre endroit de ses Tabaqat, Ibn Sa’d fait mention de l’expédition commandée par Zayd Ibn Haritha contre les Bani Fazara au mois de Ramadan, toujours à Wadi al-Qoura. S’agit-il de la même expédition ? Nous la rapporterons toutefois.

 

D’après Yaqout dans son Mou’jam, l’appellation Wadi al-Qoura vient du fait que c’était une vallée (Wadi) le long de laquelle il y avait plusieurs villages (Qoura) et ceci est le témoignage d’Abou Moundir.

Quant au témoignage d’Abou ‘Oubaydallah as-Soukouri, toujours rapporté par Yaqout, Wadi al-Qoura, Hajr et Janab étaient les territoires de Qouda’a, de Jouhaynah, de ‘Outhra et de Bali, qui se trouvent entre Médine et la Syrie.

Enfin, dans les premiers temps de l’Islam, Wadi al-Qoura était magnifique, ses jardins luxuriants et elle attira les poètes. Jamil Bouthayna, le grand poète ‘Outhri ne dit-il pas :

« Plaise à Allah Exalté que je puisse passer une seule nuit à Wadi al-Qoura ; je serais alors comblé de joie. »

 

L’expédition de Dama al-Jandal

 

L’expédition de Dama al-Jandal[12] eut lieu au mois de Sha’ban 5 de l’Hégire et fut une grande expédition contre les Bani Kalb. D’après al-Waqidi dans son Maghazi, elle compta sept cents hommes commandé par ‘Abd ar-Rahman Ibn ‘Awf az-Zouhri.

Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) le désigna en le coiffant d’un turban noir et lui dit : « Va au nom d’Allah et pour la cause d’Allah. Combats ceux qui renient Allah Exalté. Ne te comporte ni avec perfidie ni avec trahison et ne touche pas aux enfants ! Cela est l’engagement d’Allah et la tradition de votre Prophète. »

 

‘Abd ar-Rahman quitta Médine, marchant la nuit et s’arrêtant le jour, jusqu’à son arrivée à Damât al-Jandal. Puisque les habitants de cette région étaient chrétiens, ‘Abd ar-Rahman ne les attaqua pas aussitôt comme cela se faisait avec les polythéistes mais, il fallait, avant tout, les inviter à embrasser l’Islam, ce qu’il fit durant trois jours mais sans résultat. Ces chrétiens refusèrent et menacèrent les Musulmans de guerre. Toutefois, et le troisième jour, leur roi, al- ‘Ousbough Ibn ‘Amrou al-Kalbi, accepta la proposition et proclama sa conversion et plusieurs de ses sujets le suivirent. Quant au reste, ils gardèrent leur croyance et payèrent la Jaziyah.

 

L’expédition des Bani Sa’d à Fadak

 

Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) reçut des informations sur un accord conclu entre les Juifs de Khaybar et les Bani Sa’d, stipulant que ces derniers aideraient les premiers dans la bataille de Khaybar en échange d’une grande quantité de dattes. Ainsi, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) décida de prendre des mesures pour neutraliser les Bani Sa’d.

 

Au mois de Sha’ban de l’année 6 de l’Hégire, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) nomma ‘Ali Ibn Abi Talib à la tête de cent cavaliers et lui donna l’ordre de les attaquer. ‘Ali exécuta aussitôt les ordres et quitta Médine. Il marcha le jour et s’arrêta la nuit durant six jours.

Le septième jour, il arriva aux limites de Fadak où il trouva un homme à qui il demanda de lui montrer où se trouvaient les Bani Sa’d après l’avoir rassuré que rien de grave ne lui arriverait. L’homme paniqua toutefois et demanda l’aman (la sécurité) qui lui fut accordé puis, il leur montra la vallée où  se rassemblaient d’habitude les Bani Sa’d.

 

‘Ali saisit l’occasion et passa directement à l’attaque. L’ennemi, qui était sous le commandement de Wabr Ibn ‘Alim, ne montra aucune résistance, malgré le nombre élevé de ses guerriers. Leur seul souci fut de s’enfuir en laissant derrière eux leurs troupeaux que les hommes de ‘Ali prirent comme butin soit cinq cents chameaux et deux mille brebis.

 

 

 

[1] As-Sirah al-Halabiya, tII, p297.

[2] At-Tabaqat al-Koubra, t II, p 79.

[3] Qui se trouvaient à sept miles de Médine.

[4] Le cinquième.

[5] Ibn Sa’d, ath-Tabaqat, tII, p86.

[6] La caravane transportait une grande quantité d’argent qui appartenait à Safwan Ibn Oumayya.

[7] S’il l’on se demande quel intérêt eut donc cette expédition. Une petite analyse nous donnera la réponse :

1 – Cette expédition prouva aux différentes tribus arabes ennemies de l’Islam que les Musulmans pouvaient s’attaquer aux plus grandes puissances de l’Arabie.

2 – Elle convainquit Qouraysh, la grande tribu de La Mecque, de l’insécurité de la route de leurs caravanes tant qu’ils seraient en guerre contre les Musulmans et à notre avis, cette expédition influença d’une manière ou d’une autre, les Qouraysh à accepter la Trêve d’al-Houdaybiyah.

3 – La libération d’Abou al-‘As et de toute la caravane poussera plus tard quelques personnes y compris Abu al-‘As à embrasser l’Islam.

[8] D’après Yaqout, dans Mou’jam al-Bouldan, Hisma était une terre qui se trouvait dans le désert de la Syrie. Elle était située à deux nuits de Wadi al-Qoura (Littéralement, La vallée des Cités). Quant à Ibn Soukayt, Hisma était une terre qui appartenait à Joutham avec des plaines et des montagnes situées entre Ilat, le territoire de l’Exode et les terres des Bani ‘Outhra. Autrement dit, Hisma se trouvait entre le golfe d’al-‘Aqabah et le Sinaï.

[9] De la région de Hisma.

[10] Mais, malgré cela, quelques-uns d’entre eux agressèrent l’émissaire personnel du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). C’était un acte qui méritait d’être corrigé sévèrement, sinon les Arabes profiteraient de l’occasion pour manifester leur irrespect à l’égard de Médine. Ce qui aurait pu déclencher une série de représailles que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) voulait éviter coûte que coûte. Cependant, les protestations des Joutham étaient contre le comportement de Zayd qui ne fit pas de distinction entre les agresseurs et les autres.

[11] Dzi-Marwa était un village situé à Wadi al-Qoura.

[12] Dama al-Jandal, ou al-Joundal, était une oasis luxuriante située à l’extrême nord de l’Arabie, tout près des frontières irakiennes. On l’appelait ainsi parce que son fort était bâti avec des pierres grandes (jandal) et dures. Avant l’avènement de l’Islam, c’était un royaume aux mains des Kindi.

 

 

Views: 0