SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Hamza Ibn ‘Abd al-Moutalib

 

Tandis que flèches et sabres s’acharnaient sur les portes étendards des Qouraysh, le corps-à-corps se propagea à travers le champ de bataille excepté là où les archers tenaient encore en respect la cavalerie ennemie, chaque guerrier guettait le faux pas de son vis-à-vis. Les plus en vue dans le camp des Musulmans furent Hamza Ibn ‘Abd al-Mouttalib et Abou Doujana l’Ansari, l’homme au turban rouge. Ces deux valeureux combattants étaient au cœur de la bataille et provoquaient les Qouraysh en duel en allant où bon leur semblait.

 

Hamza, qui défiait la mort, cherchait dans les rangs un des Qouraysh réputé les plus forts parmi les siens quand il vit Saba’ Ibn ‘Abd al-‘Ouzzah al-Ghabashani qu’il provoqua eu duel avec moquerie dans le but de le contraindre à relever le défi. Piqué au vif et pris au piège devant ses Compagnons, ce dernier n’eut d’autre choix que d’accepter le duel et se jeta alors rageusement sur Hamza mais ne tarda pas à mordre la terre et pour toujours.

Cet exploit de Hamza fit son effet parmi les Qouraysh qui se mirent alors à douter de leurs capacités alors qu’avant la bataille, ils se montrèrent confiants et rassurés par le nombre ayant oublié que la quantité des forces ne suffit pas toujours à remporter une victoire.

 

Quelle confiance et quelle assurance gardèrent-ils quand ils virent leur cavalier défait aussi facilement et aussi rapidement ? Quelle maitrise de soi eurent-ils quand ils virent au loin leur drapeau à terre, jonché avec tous les ‘Abd-Dar qui avaient pourtant juré de ne pas le laisser tomber ? Avec quel courage auraient auraient-ils pu s’armer d’autant plus que leurs meilleurs guerriers tombaient les uns après les autres ?

 

Avec la mort sur eux, ils n’eurent pour sortie de secours que la retraite dans un mouvement de panique indescriptible et c’est précisément ce qu’Abou Soufyan appréhendait lorsqu’il dit aux Banou ‘Abd ad-Dar : « Les hommes sont ainsi faits. Si leur étendard tombe, ils tomberont aussi. » Et c’est ce qui arriva après la chute de l’étendard.

 

La situation resta incontrôlable pour le commandant qourayshi tant la panique était générale mais il put reprendre les choses en main juste au moment où survint la catastrophe des archers. A ce moment précis, les fuyards virent leur étendard relevé, ce qui les encouragea à revenir sans savoir que c’était une femme, ‘Amra al-Harithiya qui avait repris l’étendard.

 

Plus tard, Le poète de l’Islam Hassan Ibn Thabit fera allusion au fait de femme qui sauva les Qouraysh d’une véritable débâcle et comme pour les tourner en dérision, il dit dans un de ces poèmes :

« Ils auraient été vendus aujourd’hui comme des chameaux

Si la Harithiya n’avait pas pris leur drapeau. »

 

Les Musulmans perdirent, alors qu’ils étaient au sommet de la victoire, Hamza Ibn ‘Abd-al-Mouttalib, l’oncle du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et aussi son frère de lait, un de leurs valeureux et courageux combattants. Ils le perdirent non dans un duel ou au combat mais par traitrise. Le « Lion de l’Islam » fut tué par un Abyssin esclave du nom d’Abou Dasma, surnommé aussi al-Wahshi, avec sa lance.

 

Avec cette tragique et douloureuse mort du Shahid de l’Islam, laissons son assassin en personne relater son forfait : « A l’époque, j’étais un esclave appartenant à Joubayr Ibn Mout’im, le neveu de Ta’im Ibn Ouday qui avait été tué justement par Hamza à Badr. Quand Qouraysh s’apprêta à marcher pour Ouhoud, il m’appela et me proposa un marché : « Si tu tues Hamza, l’oncle de Muhammad pour mon oncle, je te rendrais ta liberté. » J’ai donc évidemment accepté puis je suis sorti avec les Qouraysh. Il faut dire que j’étais très adroit à la lance comme tout Abyssin d’ailleurs et je ratais rarement mon objectif. Lorsque la bataille commença, je cherchai Hamza et le trouvai au milieu d’hommes en armes, tel un lion, en train de les fracasser avec son sabre. Je me déplaçais discrètement derrière un arbre ou derrière un rocher pour l’avoir mais Saba’ Ibn ‘Abd al-‘Ouzzah se rapprocha et Hamza l’appela : « Viens donc fils de l’exciseuse, qui fais la guerre à Allah et à son Messager » et il le passa par le tranchant de sa lame. Sur le moment, j’eu l’impression qu’il rata sa tête tellement son coup fut rapide. Je pris alors ma lance tout en la dirigeant sur l’objectif puis la lançais et elle pénétra dans son bas-ventre pour ressortir entre ses jambes.

Je l’ai laissé jusqu’à ce qu’il meure puis je me suis rapproché pour retirer ma lance. Ce n’est qu’après que j’ai regagné le camp sans rien fait d’autre. Je l’ai tué pour être libre. De retour à La Mecque, je devins libre et suis resté jusqu’au Fath avant de m’enfuir à Ta’if. Et quand la délégation d’at-Ta’if contacta le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) pour annoncer leur Islam, j’ai pensé m’enfuir en Syrie, au Yémen ou n’importe où.

Par Allah, je ne savais pas quoi faire. J’étais vraiment préoccupé et alors que j’étais tiraillé par l’anxiété, un homme me dit : « Malheur à toi ! Ne sais-tu pas que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ne tue pas la personne qui embrasse sa religion et qui atteste la formule de l’Islam ? »

Je pris alors la route de Médine. Le Messager d’Allah n’eut que le temps de me voir debout devant lui en train de prononcer la formule de l’Islam. En me voyant, il me dit : «  N’es-tu pas Wahshi ? »

– « Oui, Messager d’Allah, » lui ai-je répondu.

– «  Assieds-toi et raconte-moi comment tu as tué Hamza. »

Je me suis donc assis et je lui ai raconté toute l’histoire mais dès que je terminai, il me dit : « Malheur à toi! Ne te montre plus devant moi. » Ce que je fis jusqu’au moment où Allah le rappela à lui. »

Cependant, il faut reconnaitre que Wahshi apporta plus tard son concours à la cause de l’Islam. Il était courageux et ses jets de lance meurtriers. Comment il le dit, ces tirs ne rataient jamais ses ennemis. Il fit l’expédition d’al-Yarmouk contre les Byzantins et c’est lui qui tua Moussaylimah le Menteur.

Dans le Sahih al-Boukhari, Wahshi dit : « Quand le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fut rappelé à Allah et que Moussaylimah fit son apparition, je jurai de tuer ce Menteur pour compense mon erreur (celle de Hamza).

Et, le jour où les gens sortirent contre lui, je les ai accompagnés. Et il (Moussaylimah) eu ce qu’il méritait… Ma lance se logea dans sa poitrine et ressortie entre ses épaules. Puis un Ansari sauta sur lui et l’acheva d’un coup de sabre. »

Après ce fait d’armes, Wahshi ne cessa pas de répéter : « Si j’ai réussi à tuer Moussaylimah le Menteur, c’est que j’ai tué le meilleur des hommes (Hamza) après la mort du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Cependant, j’ai aussi tué le plus nuisible d’entre eux (Moussaylimah le Menteur). »

 

Ainsi, les Musulmans perdirent en Hamza (radhiyallahou ‘anhou) un homme de valeur, un homme qui pouvait à lui seul peser sur le cours de n’importe quelle bataille. A Badr, il fut une étoile scintillante et inaccessible sur le champ de bataille. A Ouhoud, il fut redouté et craint, personne n’osa se rapprocher de lui. Il était une faux tranchante. Si sa mort fut considérée comme une perte, elle survint alors que les Musulmans avaient le haut sur les troupes mecquoises. A ce moment, aucun musulman ne sut la tragédie et sa mort ne fut réalisée qu’à la fin de la bataille.

 

Abou Doujana l’Ansari

 

Quant à l’homme au turban rouge, Abou Doujana al-Ansari (radhiyallahou ‘anhou), le deuxième pilier de l’armée musulmane, il prouva concrètement par ses exploits le bon choix du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) quand il lui offrit son sabre. A Ouhoud, aucun mécréant ne put lui faire face. Sa lutte fut décisive dans la défaite de Qouraysh dans la première partie de la bataille.

 

Az-Zoubayr Ibn al-‘Awam (radhiyallahou ‘anhou) nous raconte ses impressions et ses sentiments concernant cet homme exceptionnel : « Je ressenti quelque chose en mon for intérieur quand le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam)       me refusa le sabre qu’il donna à Abou Doujana. Je me suis dit à cet instant : « Moi qui suis de Qouraysh, le fils de Safiyah, sa tante, quand je lui ai demandé le sabre, il le donna à Abou Doujana et me délaissa ? Par Allah, je vais voir ce qu’il va faire ! »

Alors, je l’ai suivi. Quand je l’ai vu prendre un turban rouge et le mettre autour de sa tête, les Ansar ont dit : « Abou Doujana a mis le turban de la mort ! »       Je compris alors que les Ansar disaient cela chaque fois qu’il mettait son turban et en vérité, aucun polythéiste qui le rencontra n’échappa à son sabre[6]. »

 

Ka’b Ibn Malik (radhiyallahou ‘anhou) témoigna aussi : « J’étais aussi avec les Musulmans. Quand je vis ce que les polythéistes faisaient sur les dépouilles des Musulmans après le dur revers, je retirai un peu plus loin. L’un d’entre eux, passait entre les corps à la recherche des blessés qu’il achevait mais il y avait aussi un homme qui l’attendait. Alors, je me suis rapproché de lui à une distance appréciable et les regardais. Le mécréant était bien équipé et avait meilleure allure et j’ai patiemment attendu jusqu’à ce qu’ils passent aux actes. Le Musulman le frappa d’un coup de sabre qui le trancha littéralement en deux puis, il découvrit son visage en me disant : « Qu’en dis-tu, Ka’b ? Je suis Abou Doujana[7] ! »

 

Sur un autre lieu du champ et par une de ces extraordinaires coïncidences, Abou Doujana faillit tuer Hind Bint ‘Outbah, la femme d’Abou Soufyan qu’il rencontra alors qu’elle portait des habits d’homme. La croyant un guerrier, il brandit son sabre et au moment où il allait frapper, ses cris de femme la sauvèrent. Abou Doujana racontera cet incident en ces termes : « A Ouhoud, je vis une personne qui excitait les gens au combat. Lorsque je levais mon sabre, elle cria. C’était une femme ! Je fis alors honneur au sabre du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) en épargnant la femme et cette femme était Hind Bint ‘Outbah. »

Az-Zoubayr Ibn al-‘Awam (radhiyallahou ‘anhou) dit aussi : « J’ai vu Abou Doujana lever le sabre sur Hind Bint ‘Outbah puis le sabre s’écarter d’elle. »

 

Aucune chance ni aucune occasion ne furent donc laissées aux polythéistes pour rassembler leurs forces ou réorganiser leurs rangs. Le champ de bataille assista vit à ce moment des individus hagards, apeurés, fuyant jambes au cou dans toutes les directions chacun d’eux voyant pourtant son horizon se rétrécir à chaque enjambée.

 

Qouraysh était méconnaissable à l’image de ses hommes mis en déroute, courant à la recherche d’une cachette provisoire. Mouvements désarticulés, imagination paralysée, elle voyait sa défaite qui prenait forme. Une défaite honteuse : 700 Musulmans seulement qui allaient battre à plate couture une armée de 3000 hommes. Une défaite dont l’histoire ne manquerait pas de raconter les moindres détails à l’image de l’idole ramenée depuis La Mecque sur un chameau, qui, avant la bataille était juchée tel un géant craint et respecté et qui en ces instants était tombé à terre comme un mort inanimé, solitaire et abandonné. En bref, la défaite de Qouraysh fut tellement catastrophique que tout fut abandonné aux Musulmans : étendard, camp et même les femmes.

 

Dans as-Sirah al-Halabiya, Ibn Bourhan ad-Din rapporta : « Quand tous les porteurs de l’étendard des polythéistes furent tués l’un après l’autre et que personne ne put se rapprocher de lui, les polythéistes s’avouèrent vaincus et s’enfuirent en abandonnant tout dans leur fuite. Leurs femmes, qui étaient venues pour les encourager, furent aussi abandonnées ainsi que chants et tambourins pour regagner les hauteurs, jambes découvertes et robes soulevées. Les Musulmans se lancèrent alors à la poursuite des polythéistes tout en s’occupant du butin. »

 

Le revers

 

L’Islam emporta une nouvelle fois une autre victoire sur les mécréants bien que ses fervents défenseurs étaient désavantagés sur tous les plans mais cette victoire ne dura que peu de temps, avant que les mécréants ne reprennent l’initiative afin qu’Allah Exalté donne une leçon aux gens.

 

Comme le dit si bien le proverbe : « Il y a loin de la coupe aux lèvres » il suffit d’une seule action d’indiscipline militaire pour que la victoire des Musulmans se transforme en une catastrophe qui faillit emporter à jamais l’Islam.

 

L’erreur, par laquelle tout changea en faveur des Qouraysh, vint de la part des archers qui, comme nous l’avons précédemment mentionné, reçurent l’ordre clair l’ordre de ne pas quitter leur position sur le mont ‘Aynayn), le seul endroit où la cavalerie ennemie pouvait passer sur les lignes arrières de l’armée musulmane.

 

La quarantaine d’archers qui prirent part à la victoire de leurs Compagnons sur le champ de bataille en repoussant à plusieurs reprises Khalid Ibn al-Walid et sa cavalerie, se montrèrent malheureusement inconscients et irresponsables quand ils abandonnèrent par avidité leur position, ouvrant ainsi gratuitement le passage aux cavaliers de La Mecque.

 

Et alors que l’armée musulmane poursuivait l’ennemi défait, sur le mont, les archers discutèrent de la grave erreur qu’ils allaient commettre pour de simples raisons matérielles. L’un des archers déserteurs ne dit-il pas : « Pourquoi resterez-vous ici à ne rien faire alors qu’Allah a vaincu votre ennemi et que vos frères, regardez-les, sont déjà dans leur camp en train de prendre le butin ? Descendez et allez donc prendre votre part ! »

Les discussions furent si vives que le commandant du détachement ‘AbdAllah Ibn Joubayr s’opposa énergiquement avec une dizaine de ses Compagnons à l’idée même de désobéir aux ordres du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Mais, malheureusement la majorité n’écouta pas. « Et certes, Allah a tenu Sa promesse envers vous, quand par Sa permission vous les tuiez sans relâche, jusqu’au moment où vous avez fléchi, où vous vous êtes disputés à propos de l’ordre donné, et vous avez désobéi après qu’Il vous eut montré (la victoire) que vous aimez! Il en était parmi vous qui désiraient la vie d’ici-bas et il en était parmi vous qui désiraient l’au-delà. Puis Il vous a fait reculer devant eux, afin de vous éprouver. Et certes Il vous a pardonné. Et Allah est Détenteur de la grâce envers les croyants. » (Qur’an 3/152)

 

Avec le départ de la majorité des archers, l’armée médinoise se retrouva le dos exposé même si ‘AbdAllah Ibn Joubayr et ses dix Compagnons restèrent sur leur position attendant courageusement leur sort tragique. Cette désertion commise avec désinvolture fut l’occasion inespérée pour Khalid Ibn al-Walid et ‘Ikrimah Ibn Abou Jahl qui ne se firent pas alors inviter.

Ils se lancèrent aussitôt à l’assaut de la position où ils éliminèrent d’abord sans peine ‘AbdAllah Ibn Joubayr et tous ses Compagnons. Après quoi, ils fondirent sans attendre un seul instant sur l’arrière de l’armée des Musulmans en criant un mot de passe signifiant que la cavalerie avait réussi à éliminer le principal obstacle ce qui permit à ‘Amra al-Harithiya de relever l’étendard, aux troupes Qouraysh de se ressaisir et aux Musulmans de se retrouver entre deux feux, entre une multitude de fantassins qui revenus subitement leur firent face et une cavalerie chargeant à toute vitesse dans leur dos.

 

« Que nous arrive-t-il » se demandèrent certainement les Musulmans à cet instant précis mais devant une telle situation, ce genre de question se dissipa rapidement car tout était à refaire et le plus vite possible. C’est comme si le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et ses Compagnons entraient dans une nouvelle bataille mais cette fois, sans plan tactique, sans mobilisation préalable et surtout sans commandement dirigeant les opérations.

Chaque combattant musulman, qui était dans le camp de l’ennemi, avait déjà lâché sa prise de guerre et décidait, selon sa propre vision des choses, de la mesure à suivre qui lui semblait être la meilleure. Chacun essaya par ses propres moyens de desserrer l’étau qui le menaçait. En fait, personne ne savait quoi faire en ces moments difficiles surtout après les cris de joie des Qouraysh qui annoncèrent la mort du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

 

Tout bascula alors. La cohésion des rangs s’effondra et les combattants devinrent désorientés.

Dans ce désordre et cette panique générale, nombre de musulmans furent malheureusement tués sans intention volontaire par d’autres musulmans. D’autres s’enfuirent vers Médine tandis que d’autres encore pensèrent à capituler[8].

Ce fut une épreuve très dure à surmonter et les lions de l’Islam ne se laissèrent pas aussi facilement prendre       au piège. Après avoir non sans difficultés traversé les nuées de flèches et la multitude de sabres et de lances, ils réussirent individuellement à rejoindre le poste de commandement dès qu’ils entendirent l’appel du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam)

 

 

 

 

[1] (1) As-Sirah al-Halabiya, t.II. p.17

[2] As-Sirah al-Halabiya, t.II. p.18. Da’irat al-Ma’arif, t.I, p.86.

[3] Sirah Ibn Hicham, t.II. p.65.

[4] Az-Zoubayr Ibn al-‘Awam (radhiyallahou ‘anhou) a pour mère Safiyah (radhiyallahou ‘anha), la tante paternelle du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

[5] As-Sirah al-Halabiya, t.II. p.18

[6] Al-Bidayah wan-Nihayah, t.IV, p.17.

[7] Al-Bidayah wan-Nihayah, t.IV, p.17.

[8] Al-Bidayah wan-Nihayah, t.IV, p.23.

 

 

Views: 0