SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

3 – Les problèmes de la mobilisation

A – La désobéissance aux ordres

Les archers commirent la faute très grave d’enfreindre l’ordre du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) en quittant leur place pour la convoitise du butin. S’ils n’avaient pas agi ainsi, Khalid Ibn al-Walid n’aurait jamais réussi à surprendre les musulmans sur leur arrière ni les Qouraysh à les encercler. Cette insubordination coûta très cher aux croyants et elle est une leçon primordiale pour les guerriers rebelles dont les conséquences peuvent s’avérer catastrophiques.

 

B – Le retard de la poursuite

Les musulmans commirent aussi la grande erreur d’ajourner la poursuite des incroyants alors qu’ils avaient la main haute. Si les musulmans avaient poursuivi les Qouraysh, après avoir encerclé leur camp, sur une distance de dix milles par exemple, ils auraient pu les octroyer une perte considérable et la bataille aurait été une grande victoire pour eux.

 

C – La tactique

Les deux partis adoptèrent la méthode des rangs ce qui donna aux Qouraysh un certain avantage depuis qu’ils appliquaient auparavant la méthode d’attaque et replit.

 

4 – Les problèmes de logistique

A – Les provisions

Les Qouraysh s’équipèrent en conséquence tant de provisions que d’équipement, et ceci leur apporta un certain avantage.

 

B – L’enterrement des morts

Les Qouraysh enterrèrent leurs morts et laissèrent le champ de bataille jonché des cadavres musulmans après les avoir mutilés scandaleusement. On raconte que Hind Bint ‘Outbah et les autres femmes tranchèrent le nez et les oreilles des martyrs musulmans.

 

Ouhoud, un évènement de l’histoire

L’ensemble des historiens ont rapporté que la bataille d’Ouhoud marqua une grande victoire pour les polythéistes, mais en réalité, sur le plan militaire, rien ne l’affirme d’autant plus que les Qouraysh furent incapables d’anéantir les musulmans pourtant cernés de toutes parts et que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) pu sauver les 9/10 de son armée en se frayant un chemin entre les rangs de l’ennemi pour gagner l’abri sdes hauteurs du mont Ouhoud. Puisque la victoire consiste à écraser l’ennemi et à le neutraliser de manière à ce qu’il ne soit pas capable de reprendre l’affrontement du moins dans l’immédiat, on peut considérer de ce point de vue que la bataille fut un échec pour les polythéistes et une victoire pour les musulmans puisqu’aucun de ses buts ne furent achevés.

D’autre part, cette bataille permis aux croyants d’épurer leur armée, avant et après la bataille et de se débarrasser des hypocrites, comme nous l’avons déjà remarqué.

 

Les conséquences de cette bataille démontrèrent le succès de la mobilisation des croyants et l’échec des incroyants qui ne purent réaliser le but de leur campagne. Allah, Exalté et Loué, le Très Haut est Véridique quand II dit : « Voilà un exposé pour les gens, un guide, et une exhortation pour les pieux. Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. Si une blessure vous atteint, pareille blessure atteint aussi l’ennemi. Ainsi faisons-Nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens, afin qu’Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu’Il choisisse parmi vous des martyrs – et Allah n’aime pas les injustes, et afin qu’Allah purifie ceux qui ont cru, et anéantisse les mécréants. Comptez-vous entrer au Paradis sans qu’Allah ne distingue parmi vous ceux qui luttent et qui sont endurants ? » [Qur’an 3/138-142]

 

Views: 0