SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

3 – L’expédition de Dzou Amarr

A – Les deux forces : Les musulmans étaient au nombre de 450 fantassins et cavaliers commandés par le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Quant aux polythéistes, ils étaient formés des Bani Tha’labah et Mouharib.

 

B – Le but : était d’empêcher les polythéistes d’exercer leur agression aux extrémités de Médine.

 

C – Les évènements : On informa Muhammad (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qu’une troupe des Bani Tha’labah et Mouharib s’étaient rassemblés à Dzou Amarr pour attaquer les extrémités de Médine. Il sortit à la tête de ses forces. En cours de route, il rencontra un homme des Bani Tha’labah qui lui désigna le lieu du rassemblement des polythéistes en l’informa qu’ils fuiraient vers les sommets des montagnes s’ils savaient que le musulmans se trouvaient dans les parages. Et effectivement, les Bani Tha’labah s’enfuirent vers ces sommets tandis que les musulmans restèrent un mois complet sur place avant de retourner à Médine.

 

4 – L’expédition de Bahran

A – Les deux forces : La force musulmane était formée de trois cent combattants cavaliers et fantassins, tandis que celle des polythéiste par les Bani Soulaym.

 

B – Le but : Ecraser les Bani Soulaym avant qu’ils ne se soient prêts à lutter contre les croyants.

 

C – Les évènements : Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) apprit que les Banou Soulaym s’apprêtaient à attaquer les musulmans. Il sortit à la tête de sa troupe pour surprendre l’ennemi dans sa propre demeure. Une nuit, avant leur arrivée à Bahran, un homme des Bani Soulaym les informa que ses concitoyens s’étaient déjà dispersés et retournés dans leurs terres lorsqu’ils entendirent parler de la sortie des musulmans. Les musulmans passèrent deux mois avant de revenir à Médine.

 

5 – La compagnie de Zayd Ibn Haritha

A – Les deux forces : Une patrouille de combattants musulmans composée de cent cavaliers sous le commandement de Zayd Ibn Haritha al-Kalbi. L’ennemi était une caravane de commerçants ayant à la tête Safwan Ibn Oumayya.

 

B – Le but : Empêcher les polythéistes d’emprunter le chemin commercial entre La Mecque et l’Iraq après qu’ils les aient empêchés d’emprunter le chemin menant de La Mecque à Sham.

 

C – Les évènements : Nous avons déjà mentionné que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) avait privé les polythéistes de Qouraysh de la voie commerciale entre La Mecque et Sham. Safwan déclara aux Qouraysh :

– « Muhammad et ses Compagnons ont rendu dangereux le chemin commercial entre La Mecque et Sham. Nous ne savons pas comment nous devons nous comporter envers eux depuis qu’ils surveillent et gardent le littoral et qu’ils ont conclu de pactes avec les tribus qui y vivent. Quel autre chemin devrons-nous emprunter ? Si nous restons ainsi nous feront faillite et nos capitaux seront épuisés. Notre subsistance dépend de notre commerce avec les habitants de Sham en été et avec les Ethiopiens en hiver. »

Al-Aswad Ibn Abd al-Mouttalib lui répondit :

– « Empruntes le littoral et prends (avant d’arriver aux lieux gardés par les musulmans) la route menant vers l’Iraq. » Puis il lui désigna Fourat Ibn Hayan de la tribu Bakr pour lui montrer le chemin.

Safwan chargea la caravane d’une marchandise de cent mille dirhams. Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) envoya Zayd Ibn Haritha à la tête d’une patrouille pour l’intercepter. Zayd intercepta la caravane près d’un point d’eau appelée al-Qarada dans la région du Najd. Il l’attaqua aussitôt et les polythéistes prirent la fuite. Zayd put alors s’emparer de la caravane et captura le guide Fourat Ibn Hayyan qui embrassa l’islam lorsqu’il fut amené à Médine.

Ainsi les Qouraysh polythéistes furent aussi privés de cette voie de commerce et le blocus fut imposé avec fermeté.

 

Des leçons tirées de tous ces évènements

1 – La base sûre

La base sûre est la région vitale ou l’emplacement sur lequel on s’appuie dans les mouvements militaires, pour équiper et approvisionner toute force et pour s’y protéger en toute éventualité. Cette base est donc indispensable pour toute armée qui cherche à emporter les victoires.

 

Elle devint aussi le fort inexpugnable pour abriter ceux qui propageaient le message à l’extérieur. Ainsi fut Médine l’illuminée vers laquelle le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) émigra qui n’était plus comme elle l’avait été avant l’expulsion des juifs des Bani Qaynouqa’.

L’attitude des juifs à Médine était quasiment différente de celle des polythéistes car ces derniers étaient liés par un lien de sang aux Ansars tandis que les premiers n’avaient aucun attachement avec les musulmans. Après la bataille de Badr, la majorité des idolâtres Médinois embrassèrent l’Islam et le petit nombre de ceux qui ne le firent pas, ne présentait aucun danger pour les musulmans.

 

Chaque fois que les croyants emportaient une victoire, la haine des juifs s’intensifiait à leurs égards. Ils les espionnaient, incitaient les autre à les combattre et les offensaient par leurs actes et leurs paroles. Donc la présence permanente des juifs à Médine, surtout après la bataille de Badr, devint une grande source de danger pour les musulmans et il fallait définitivement éliminer cette menace afin que Médine devienne une base sûre pour eux et à partir de laquelle, ils pourraient continuer à répandre l’Islam, sortir pour affronter leurs ennemis et y revenir.

 

Après l’expulsion des Bani Qaynouqa’, la puissance des juifs à Médine s’affaiblit bien qu’une grande partie de leurs coreligionnaires habitait à Khaybar et à La Mecque. Ainsi les musulmans épurèrent leur ville d’un de leurs ennemis et elle devint momentanément une base sûre.

 

2 – Le blocus économique

La survie des Qouraysh dépendait d’abord de leur commerce. Ils importaient leurs nourritures et les tissus d’Ethiopie, de Syrie, d’Iraq et du Yémen tandis qu’ils exportaient des matières premières telles que la laine, les peaux et les parfums en important ce dernier d’Inde. L’itinéraire entre La Mecque et Sham (Grande Syrie) était le principal chemin commercial qu’ils pouvaient traverser facilement en se servant des chameaux. Cependant, ce chemin fut coupé et les priva de ressources essentielles qui eurent un mauvais effet sur leur économie. Ils essayèrent donc de la substituer par un autre qui menait de La Mecque à l’Iraq, bien qu’elle fut longue et pénible mais les musulmans les en privèrent aussi.

 

Cet état de siège économique les plaça devant deux solutions : la lutte contre les musulmans et leur victoire sur eux pour libérer de nouveau le passage ou leurs soumissions pour ne pas périr à cause d’une famine assurée.

 

Les attaques des musulmans contre les Bani Soulaym, Ghatafan, Tha’labah, Mouharib et les caravanes de Qouraysh avaient pour but d’empêcher ces tribus de faire obstacles à leurs mouvements militaires et dominer les deux voies de commerce liant La Mecque à la Syrie et à Iraq. Les musulmans ne furent pas préoccupés du butin lors de leurs expéditions car si telle avait été leur intention, ils seraient retournés à Médine aussitôt après leur acquisition du butin et ne seraient pas restés au contraire, à attendre des jours voir des mois là où ils avaient mené leurs combats.

 

En attaquant les Bani Soulaym, ils passèrent trois nuits dans leurs terres la première fois et deux mois la seconde. Tout comme ils passèrent un mois entier après avoir combattu les Bani Tha’labah et Bani Mouharib. Quiconque chercherait le butin ou redouterait son ennemi, pourrait-il rester sur leurs terres durant cette période ?

 

Le premier but du blocus consista à contraindre matériellement et moralement les polythéistes et pour les pousser à réexaminer leur attitude envers les musulmans. Les expéditions du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) visèrent à se libérer des menaces des autres tribus tout en réalisant un blocus ferme contre les Qouraysh.

 

On peut donc considérer ces expéditions comme une guerre froide selon le concept militaire actuel tout en rendant la base, qu’était Médine, sûre pour assurer les victoires.

 

Views: 0