SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Dès qu’il reçut la Révélation, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) commença à appeler les gens à Allah, à Lui la Louange et la Gloire, à proclamer Son Unicité, à se purifier et à s’unir car l’unification amène des intérêts à l’homme dans sa société.

Il appela les hommes à Allah, Exalté et Loué, secrètement durant trois ans à La Mecque jusqu’à ce qu’il reçut cet ordre : « Avertis tes partisans les plus proches » [Qur’an 26/214]. Dès lors, il exposa son message ouvertement.

 

Les Qouraysh s’opposèrent d’abord à cet appel et l’hostilité commença à s’intensifier puis, ils se permirent de massacrer des croyants et de s’emparer de leurs biens même dans l’enceinte sacrée. Ils incitèrent les autres tribus à se révolter et combattre le message et son propagateur, à boycotter les nouveaux convertis et à ne pas conclure avec eux une quelconque transaction commerciale ni même conclure de mariage.

 

Mais le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) résista contre cette animosité tel une montagne inébranlable sans éprouver de crainte de quiconque pour la cause d’Allah, Exalté et Loué. Il endura leurs méfaits, la faim et la privation en persévérant dans son appel pour réaliser finalement son but.

Il alla à la rencontre de ceux qui venaient à La Mecque pour faire leur pèlerinage pour les appeler à Allah, Exalté et Loué, au vu et au su des notables Qouraysh et leurs alliés.

Sa première tentative fut couronnée de succès lors de la première allégeance à ‘Aqaba puis lors de la seconde. La première fut une victoire militaire en dehors de La Mecque et la deuxième aussi si bien que toutes les deux assurèrent l’expansion de l’Islam à Médine où il put trouver des partisans sur lesquelles il pouvait compter.

 

Durant sa vie à La Mecque, il appela à l’Unicité d’Allah, Exalté et Loué, pour inculquer les hommes au Jihad (effort dans tous les sens du terme y compris le combat). Recevant l’ordre divin, il demanda aux musulmans de la Mecque et ses environs d’émigrer vers Médine afin de rallier leurs coreligionnaires. Et les croyants accomplirent cette émigration au fur et à mesure en laissant derrière eux leurs familles et biens. Cette émigration signifia la rassemblement du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) avec ses partisans dans leur base sûre et paisible.

 

À Médine, il recruta sa première armée et bâtit la mosquée qui fut la première caserne islamique. Il établit la fraternité entre les Mecquois (Mouhajirines) et les Médinois (Ansars), afin qu’ils puissent s’entraider et assurer une vie commune et être comme un seul homme pour réaliser leur but. Il conclut des traités avec les non-musulmans pour épargner leurs méfaits aux croyants et afin que le front à l’intérieur de la ville demeure stable et pacifique. Mais dès qu’il reçut cette révélation : « Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) – parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir –
ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, – contre toute justice, simplement parce qu’ils disaient : « Allah est notre Seigneur. » – Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d’Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant
. » [Qur’an 22/39-40]. A cette époque le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) avait accompli le recrutement d’une armée qui n’avait qu’un seul but, un seul dogme et un seul commandant qui s’appuyait sur une base solide.

La vie du noble Prophète (Sallallahou ‘aleyhi wa sallam) à Médine fut consacrée à la lutte pour appeler les hommes à croire en un seul Dieu, Allah, Exalté et Loué, Unique. L’œuvre des Califes Rashidines – Bien Guidés – ne fut qu’une continuation de cette mission afin de réaliser le but dont le Prophète (Sallallahou ‘aleyhi wa sallam) avait consacré toute son existence. Une lutte pour l’Unicité et l’effort (le Jihad).

 

La guerre déclarée contre les apostats à l’époque d’Abou Bakr (radhiyallahou ‘anhou) n’eut pour but que de réunifier les différentes régions de l’Arabie sous l’étendard de l’Islam. La victoire que les musulmans remportèrent sur les apostats ne fit qu’accroitre leur nombre pour devenir une redoutable puissance qui put faire des conquêtes tant à l’est qu’à l’ouest et l’Islam fut, en vérité, la cause de cette union et un dogme édifiant.

 

Ajoutons à cela le désir de lutter qui augmentait jour après jour. Qu’était donc ce désir ? C’était celui de résister contre l’ennemi et la fermeté dans le champ de bataille pour réaliser un but suprême dont son mobile était une foi inébranlable avec un sacrifice de biens et d’âmes en endurant plusieurs difficultés ne faisant cas ni des malheurs ni de crainte mais plutôt une détermination ferme quel que soit le sacrifice.

 

Le désir de lutter, en Islam, comporte un mode et un esprit, un appel au bien et à la paix, un ordre d’ordonner le convenable et de réprouver le mal sans chercher ni profit, ni asservissement.

Comment l’Islam a semé le concept de cette volonté dans les âmes et les raisons ? Par l’obéissance et la soumission à Allah, Exalté et Loué, en s’écriant : « Et ils ont dit : « Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. C’est à Toi que sera le retour». » [Qur’an 2/285].

L’Islam diffusa le sens de la bonne moralité y compris la résignation en obtempérant aux ordres divins : « Ô les croyants ! Soyez endurants. Incitez-vous à l’endurance. Luttez constamment (contre l’ennemi) et craignez Allah, afin que vous réussissiez ! » [Qur’an 3/200]

 

Il sema d’autre part l’esprit du courage et de la vaillance. Allah, Exalté et Loué, a ordonné aux croyants : « Ô vous qui croyez quand vous rencontrez (l’armée) des mécréants en marche, ne leur tournez point le dos. Quiconque, ce jour-là, leur tourne le dos, – à moins que ce soit par tactique de combat, ou pour rallier un autre groupe, – celui-là encourt la colère d’Allah et son refuge sera l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! » [Qur’an 8/15-16]

 

L’Islam incite à sacrifier âmes et biens dans le sentier d’Allah, Exalté et Loué, afin que Sa Parole soit la plus Élevée : « Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques. » [Qur’an 49/15].

 

Il a montré que l’idéal prime tout ce qui se trouve en ce monde comme Allah, Exalté et Loué, a dit : « Dis: « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allah, Son messager et la lutte dans le sentier d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers. » » [Qur’an 9/24]

 

Contre ces sacrifices, l’Islam a conféré aux martyrs les rangs les plus hauts et louables, comme Allah, Exalté et Loué, le confirme dans ce Verset : « Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques. » [Qur’an 4/69].

Cet esprit de combat est ancré dans le cœur du musulman et bâtit sur des principes sains et solides car, en combattant, le musulman est convaincu qu’il mène une guerre équitable qui fera de lui un guerrier vaillant et redoutable. Cet esprit appréhende le musulman aussi bien dans la bataille qu’au moment de la paix.

Une fois la guerre physique arrêtée, une autre guerre psychique surgit et celle-ci a pour but de semer la frayeur, la pauvreté et la force dans le cœur de l’ennemi afin de le soumettre à sa volonté en le poussant vers le désespoir et l’incertitude dans son avenir. Mais un vrai musulman ne laisse pas cette frayeur infiltrer son for intérieur surtout celle de la mort car il croit fermement que le terme de sa vie est fixé par Allah, Exalté et Loué et une fois échu, il ne peut ni le retarder ni l’avancer ne serait-ce qu’un court laps de temps. Passons en mémoire ce que Khalid Ibn al-Walid a dit étant à l’article de la mort : « Aucun endroit de mon corps n’a été épargné par un coup de lance, d’une flèche ou d’un sabre et me voilà sur ma couche mourant comme meurt un chameau. Que les yeux des lâches ne goûtent jamais le sommeil. »

 

En outre, un vrai croyant ne redoute pas la pauvreté car c’est Allah, Exalté et Loué, qui pourvoit aux besoins de Ses serviteurs. Il ne redoute pas non plus la force de son ennemi tant que sa foi demeure inébranlable qui lui donne une force aussi puissante. Allah, Exalté et Loué, n’a-t-Il pas dit : « Ô Prophète, incite les croyants au combat. S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas. » [Qur’an 8/65]

 

Dire que le mobile spirituel stimule la volonté du combat est une réalité incontestable. Mais il faut, en plus, faire les préparatifs nécessaires en possédant toutes les armes qui aident à affronter l’ennemi sans toutefois négliger la force de l’ennemi en la sous-estimant. Car les préparatifs remontent le moral, donnent à l’âme une certaine certitude et stimulent le désir de combattre.

De nos jours, ce qui nous manque, c’est d’être de vrais croyants pour qu’Allah, Exalté et Loué, nous accorde la victoire, et de se conformer à Ses Lois et Enseignements, comme II nous a promis : « Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant, ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Ṣalāt, acquittent la Zakāt, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l’issue finale de toute chose appartient à Allah. » [Qur’an 22/40-41].

 

Louange à Allah, Exalté et Loué, et qu’Il accorde Sa grâce et Sa paix à notre maître Muhammad, à Sa famille et à tous ses compagnons.

 

Views: 0