SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Récit de ‘Adnan, un ancêtre des Arabes du Hijaz dont la lignée remonte au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam)

 

Il n’y a aucune question sur la certitude que ‘Adnan est de la descendance d’Isma’il Ibn Ibrahim (‘aleyhim salam) mais l’incertitude est sur le nombre d’aïeuls qu’il y a de ‘Adnan à Isma’il selon les sources différentes.

Selon une analyse exhaustive, il y a le point de vue extrême qui estime avoir été quarante et c’est le point de vue des Chrétiens et des Juifs adoptés des écritures de Rakhiya, le scribe d’Irmiya Ibn Halqiya[1], comme nous le verrons.

Certaines autorités maintiennent trente (descendants), d’autres vingt, quinze, dix, neuf, et sept.

 

Il est dit que l’estimation la plus basse rapportée est de quatre, selon le récit de Moussa Ibn Ya’qoub sur l’autorité de ‘AbdAllah Ibn Wahb Ibn Zoum’a az-Zouma’i, de sa tante, d’Oumm Salamah qui a déclaré que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit que la lignée était : « Ma’ad Ibn ‘Adnan Ibn Adad Ibn Zand Ibn al-Yara Ibn A’raq ath-Thara. »

 

Selon Oumm Salamah ce Zanad était al-Hamaysa’, al-Yara était Nabit, tandis qu’A’raq ath-Thara était Isma’il, sous-entendu qu’il était Ibn d’Ibrahim car Ibrahim n’a pas été consommé par l’enfer, comme le feu ne consomme pas la terre humide, le sens d’ath-thara.

 

Ad-Darqatni a dit qu’il ne connaissait aucun Zand sauf celui dans cette tradition et Zand Ibn al-Jawn, qui était le poète Abou Dalama.

 

Abou al-Qassim as-Souhayli et d’autres Imams ont déclaré que l’échelle du temps entre ‘Adnan et Isma’il est trop grande pour qu’il ait eu seulement quatre, dix, ou même        

vingt générations entre eux. Ils ont avancés cela, parce que le fils de Ma’ad Ibn ‘Adnan était âgé de douze ans à l’époque de Boukhtanassar[2].

 

Abou Ja’far at-Tabari et d’autres ont rapporté qu’Allah Tout-Puissant révéla à cette époque à Irmiya Ibn Hayqiya d’aller chez Boukhtanassar et de l’informer qu’Allah lui avait donné le pouvoir sur les Arabes. Allah ordonna à Irmiya d’emmener avec lui Ma’ad Ibn ‘Adnan sur la monture al-Bouraq pour qu’ils n’aient pas d’amertume, disant : « Car je tirerai de ses lombes un noble Prophète par qui je scellerais les Prophètes. »

 

Irmiya transporta Ma’ad sur al-Bouraq dans la terre de Syrie où il grandit parmi les Juifs qui s’y trouvaient suite à la destruction du temple de Jérusalem. Là il se maria avec une femme appelée Ma’ana, la fille de Jawshin des Banou Dibb Ibn Jourhoum, avant de revenir dans ses propres terres après que l’agitation se fut calmé en bas et l’entente régnait dans la péninsule d’Arabie. Rakhiya le scribe écrivit la généalogie de son maître dans un document qu’il avait et devait être placé dans la bibliothèque d’Irmiya et préserva de la même façon la généalogie de Ma’ad. Et Allah est Plus Savant.

 

Et c’est pourquoi Malik, qu’Allah le bénisse, ne s’est pas enthousiasmé sur la tentative de remonter la généalogie jusqu’à avant ‘Adnan.

 

As-Souhayli a remarqué de plus : « Nous avons essentiellement essayé de discuter ces lignées pour nous accorder avec l’école de pensée de ces savants qui ni ne le préfèrent et ni ne le désapprouvent, comme Ibn Ishaq, al-Boukhari, az-Zoubayr Ibn Bakkar, at-Tabari et d’autres. »

Quant à Malik, puisse Allah lui faire miséricorde, il exprima la désapprobation quand questionné sur quelqu’un qui fait remonter sa descente à Adam et fit la remarque : « D’où lui vient la connaissance de cela ? » Quand on lui demanda sur la fait de la remonter à Isma’il, il exprima aussi la désapprobation semblable, en disant : « Qui peut fournir de tels renseignements ? »

Malik détesta aussi retracer la généalogie des Prophètes comme en disant : « Ibrahim fils d’untel et untel. » Al-Mou’ayti l’a rapporté dans son livre.

 

As-Souhayli a remarqué aussi que le point de vue de Malik ressemble à ce qui a été rapporté de ‘Ourwah Ibn az-Zoubayr qui dont il est rapporté avoir dit : « Nous n’avons trouvé personne qui connait la lignée entre ‘Adnan et Isma’il. »

 

Il est rapporté qu’Ibn ‘ Abbas a dit : « Entre ‘Adnan et Isma’il il y a 30 ancêtres qui sont inconnus. »

On suppose aussi qu’Ibn ‘ Abbas a dit quand la descendance était remontée jusqu’à ‘Adnan : « Les généalogistes ont menti, deux fois ou trois fois. » Et c’est encore plus caractéristique d’Ibn Mas’oud, qui était (de l’avis) comme Ibn ‘Abbas.

 

‘Umar Ibn al-Khattab a rapporté : « Nous remontons la généalogie jusqu’à ‘Adnan seulement. »

Abou ‘Umar Ibn ‘Abd al-Bar a rapporté dans son livre al-Anba fi Ma’rifat Qaba’il ar-Rouwah qu’Ibn Lahi’a a rapporté d’Abou al-Aswad qu’il entendit ‘Ourwah Ibn az-Zoubayr dire : « Nous n’avons jamais trouvé personne qui connait la généalogie avant ‘Adnan, ni avant Qahtan, à moins qu’ils n’utilisent la conjecture. »

 

Abou al-Aswad a déclaré qu’il entendit Abou Bakr Souleyman Ibn Abou Khaythama, un des hommes les plus instruits sur la poésie et la généalogie de Qouraysh, dire : « Nous n’avons jamais connu quelqu’un qui avait des informations sur avant Ma’ad Ibn ‘Adnan, tant sur la poésie que toute autre science. »

 

Fin de notre traduction…

 

 

 

[1] Jeremiah.

[2] Nabuchodonosor.

Views: 0