SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

L’expédition de ‘Ali Ibn Abou Talib contre la tribu Tay

 

Toujours ce même mois, ‘Ali Ibn Abou Talib, commandant un escadron de cent cinquante Ansar dont les seigneurs des Aws et des Khazraj montés sur cinquante chevaux et cent chameaux, marcha sur Tay’ dans l’extrême nord de l’Arabie, là où habitait précisément la grande famille de Hatim at-Tay qui avait pour roi ‘Adi Ibn Hatim.

 

Après la victoire décisive de Hounayn, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), ne perdit pas de temps à envoyer des expéditions partout en Arabie, là où à chaque fois des informations lui parvenaient que des idoles existaient encore et c’est la raison pour laquelle il dépêcha ‘Ali Ibn Abi Talib lorsqu’il fut informé que les Tay avaient une idole appelée al-Fouls.

 

La tribu Tay d’origine yéménite dont les clans et les ramifications étaient nombreuses émigrèrent au nord il y a si longtemps qu’elle était considérée comme une tribu de Najd. Sur le plan militaire, elle avait de grandes capacités, vu sa nombreuse population qui pouvait être comparée à celle de Ghatafan et aussi à celle de Hawazin et en plus de leurs nombreux forts, elle avait des guerriers courageux.

 

‘Ali Ibn Abou Talib aurait pu rencontrer des difficultés et une résistance acharnée comme les Musulmans rencontrèrent face à Ghatafan et à Hawazin dans la bataille de Hounayn mais la chute de ces deux puissantes tribus et leurs conversions ainsi que celle de la majorité des tribus rendirent Tay’ inoffensive surtout après la défection de ses clans et malgré son passé militaire célèbre.

 

‘Ali Ibn Abi Talib et ses Compagnons parcourent six cents miles et détruisirent l’idole al-Fouls après une résistance qui se termina par la mort d’un certain nombre de résistants et la capture de plusieurs personnes.

Parmi les captifs, il y avait as-Safinah, la fille de Hatim Tay et la sœur de ‘Adi Ibn Hatim, le roi chrétien de Tay, qui s’enfuit en Syrie. Cependant, il embrassa l’Islam après que sa sœur as-Safinah, devenue libre et musulmane l’eut contacté dans son exil et convaincu de la justesse de la mission du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). L’islam de ‘Adi fut d’un grand support surtout après la mort du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) sous le Califat d’Abou Bakr Siddiq dans les batailles contre les Apostats.

 

L’Imam al-Waqidi a rapporté dans al-Maghazi :

« Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) envoya ‘Ali à la tête de 150 hommes qui firent le voyage sur 100 chameaux et 50 chevaux. Il y avait dans l’expédition que des Ansar dont les notables des Aws et des Khazraj. Ils attaquèrent un camp de Tay puis, ‘Ali et ses Compagnons se dirigèrent vers l’endroit où se trouvait al-Fouls (l’idole de Tay) pour la détruire. ‘Ali donna l’étendard, de couleur noire, à Sahl Ibn Hanif et la bannière, de couleur blanche, à Jabbar Ibn Sakhr as-Salami. Lors de son déplacement, la patrouille musulmane suivit un guide nommé Hourayth de la tribu des Banou Asd qui les fit passer par Fayd[5] avant d’arriver à un certain endroit où il dit : « D’ici, il y a une journée de marche pour arriver chez le clan en question. Si marchons en plein jour, nous arriverons chez eux mais vous serez découverts et ils s’enfuiront sans que vous n’obteniez rien. Cependant, si nous campons ici toute la journée pour nous déplacer la nuit, nous pouvons les surprendre de bon matin, aux premières lueurs du jour. »

La proposition du guide fut acceptée. On installa alors un camp et on délesta les chameaux. Mais pour plus de prévention, ‘Ali Ibn Abou Talib ordonna à Abou Qatada, à al-Houbab Ibn al-Moundir et à Abou Na’ila de patrouiller aux alentours du camp. Dans leur mission, ces derniers rencontrèrent un jeune esclave noir.

-« Qui es-tu, » lui demandèrent-ils ?

– « Quelqu’un à la recherche de quelque chose, » leur dit-il.

(Sur sa vague réponse), on le ramena à ‘Ali qui lui répéta la même question :

– « Qui es-tu ? » Et l’esclave de répéter aussi la même réponse. On le secoua donc jusqu’à ce qu’il dise la vérité :

– « Je suis un esclave appartenant à un homme de Tay, des Banou Nabahan. On m’a ordonné de parcourir la région en me disant : « Dès que tu auras vu les chevaux de Muhammad, tu viendras vite nous informer. Quand je vous ai vus, je voulus partir mais je me suis dit : « Ne te précipite pas, il faut d’abord connaitre votre nombre et celui de vos chevaux. Je ne sais ce qui m’a pris : je me retrouvais comme ligoté jusqu’au moment où vos éclaireurs m’ont pris. »

– « Sois franc, dis-nous ce que tu caches, » dit ‘Ali.

– « Le clan est à une nuit de marche. Avec vos chevaux, vous pouvez l’atteindre au matin. »

– « Qu’en pensez-vous, » demanda ‘Ali à ses Compagnons ?

– « Partons de nuit pour pouvoir les surprendre au matin. Nous partirons de nuit en compagnie de l’esclave noir, laissant une distance entre nous et Hourayth ainsi que le reste des combattants qui suivront de loin avec la volonté d’Allah. »

– « Vous voyez juste. »

Et, par conséquent ils partirent avec l’esclave noir mais juste avant le lever du jour, ce dernier essaya de brouiller la piste néanmoins sans résultat.

– « Je me suis trompé de route, » dit-il, « je l’ai laissée derrière moi. »

– « Retourne alors là où tu t’es trompé, » lui dit ‘Ali. Il retourna effectivement sur ses pas à un mile ou plus puis il dit : « Je suis encore trompé. »

– « Tu es en train de nous tromper, tu veux nous détourner du clan. Ramenez-le, » dit alors ‘Ali avant de poursuivre : « Soit tu nous dis la vérité, soit que tu auras la tête tranchée. »

On l’avança puis on tira le sabre qu’on mit sur sa tête. A la vue de la mort se rapprocher, il dit : « Et si je vous dis la vérité, est-ce que cela va me sauver ? »

– « Oui, » lui répondit-on.

– « Le clan est tout près. »

Ils avancèrent avec lui pour vérifier s’il avait dit vrai et trouvèrent effectivement les tentes des gens de Tay cependant, ils attendirent le lever du jour pour attaquer le camp.

L’attaque fut un succès total puisque les Musulmans parvinrent à ramener avec eux des captifs (essentiellement des enfants et des femmes) ainsi que d’autres variétés de butin sans avoir oublier de détruire la statue appelée al-Fouls. Avec la destruction de cette idole, les Musulmans mirent fin à la dernière manifestation des croyances païennes dans le nord de l’Arabie. »

 

Ainsi, les unités militaires de l’Islam éliminèrent l’une après l’autre les résistances païennes sans aucune difficultés et la tribu Tay, bien qu’elle fut la plus puissante d’entre elles et laissé croire que sa réaction serait des plus fortes et violentes, dans une surprenante et imprévisible réaction, s’effondra dès la première attaque. La peur eut raison de ces guerriers païens et de de leur courage.

 

La défaite psychologique avant terme des païens revient sans aucun doute au succès du commandement musulman dans sa mission de dislocation des plus puissants tenants de l’idolâtrie et ennemis de l’Islam, notamment les tribus de Ghatafan, Hawazin et les différents clans de Qouraysh en plus de l’élément juif antagonique et particulièrement celui de Khaybar.

 

Les milliers de guerriers de Tay n’étaient plus cette force crainte comme par le passé et une simple patrouille légère de 150 musulmans suffit pour vaincre toute une tribu minée par l’angoisse et la peur. Cette peur qui vint à bout de Tay était une preuve de la véracité de la parole du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qui a dit : « Par la peur, Allah m’octroya la victoire ! » Et quiconque connait Tay, son grand roi et ses courageux cavaliers ne peut croire que des milliers de guerriers avaient été vaincus par un simple détachement de musulmans, à six-cent miles de Médine, de même qu’il ne peut croire aussi que son seigneur et roi ‘Adi Ibn Hatim s’enfuit sans manifester la moindre résistance.

 

La fuite de ‘Adi Ibn Hatim en Syrie

 

Laissons donc le roi de Tay, ‘Adi raconter la situation qui régnait dans les différents clans de sa grande tribu ainsi que son aventure qui le mena jusqu’en Syrie puis le fit revenir à Médine pour enfin déclarer sa conversion devant le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

 

Il est rapporté dans la Sirah d’Ibn Hisham:

« Il n’y avait pas d’homme parmi les Arabes qui détestait autant que moi le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Quant à moi, j’étais un homme d’origine noble et chrétien. J’étais respecté dans ma tribu car je prenais le quart du butin chaque fois que l’on razziait et je professais une religion (il était chrétien alors que les siens étaient polythéistes) tout en étant roi dans ma tribu. Quand j’entendis parler du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), je l’ai aussitôt détesté. Puis, je dis à un esclave arabe que j’avais et qui était berger de mes chameaux : « Va me préparer mes plus dociles et robustes chameaux et apprête-les. Et lorsque tu apprendras que l’armée de Muhammad est entrée dans ce pays, informes-moi le plus rapidement possible ! »

 

Un jour, il revint me dire : « O ‘Adi, fait ce que tu as l’intention de faire car les chevaux de Muhammad sont là. J’ai vu       des étendards et j’ai questionné et on m’a dit que ce sont les armées de Muhammad. » (Ce n’était pas des armées mais plutôt un simple détachement cependant la peur accroit les proportions). Alors, je lui demandai de ramener mes chameaux et partit avec ma famille et mon fils en me disant : « Je vais rejoindre mes frères de religion, les chrétiens en Syrie sachant que je laissais derrière moi la fille de Hatim. » (as-Safinah qui était connue pour sa grande intelligence et ses profondes intuitions, qui fut capturée puis libérée par le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam)).

 

J’arrivais donc arrivé en Syrie quand le Messager (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fut informé de ma fuite en Syrie. On mit la fille de Hatim devant la porte de la mosquée là où l’on mettait habituellement les captives et quand le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) passa, elle se leva et lui dit : « O Messager d’Allah, le père est mort et son héritier qui devait arriver est absent. Au nom d’Allah, sois bienveillant avec moi (en m’octroyant ma liberté).

– « Et qui est [ton tuteur] ? »

– « ‘Adi Ibn Hatim. »

– « Celui-là qui s’est enfui d’Allah et de Son Messager ? »

– « Oui, » répondit-elle.

 

Puis elle dit : « Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) partit en me laissant (sans réponse). Le jour suivant, je lui répétais ce que je lui avais dit la première fois et lui de même. Le troisième jour, alors que j’avais perdu espoir, un homme qui marchait derrière le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), me fit signe d’insister. Je me suis alors aussitôt levée et je lui ai réitéré ma demande avec les mêmes termes.

 

Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) me répondit alors : « Je te l’accorde mais ne te précipite pas de partir. Trouve d’abord un homme de confiance parmi les tiens pour qu’il t’emmène dans ton pays et n’oublie pas de m’informer quand tu décides de partir. »

Je demandais ensuite qui était cet homme qui m’avait conseillé de parler au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et on me répondit que c’ était ‘Ali Ibn Abou Talib (radhiyallahou ‘anhou). Je restais (à Médine) jusqu’à au moment où je pu trouver un homme de confiance car je voulais rejoindre mon frère en Syrie alors, je suis allée informer le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), comme convenu. Il me donna des habits et de l’argent puis je partis pour la Syrie. »

 

Par Allah, dit ‘Adi Ibn Hatim, j’étais assis avec ma famille lorsque je vis une femme se rapprocher au loin, j’ai tout de suite pensé que c’était la fille de Hatim et c’était effectivement elle. Dès qu’elle arriva, elle resta debout et ne cessa de me culpabiliser.

– « Fuyard et injuste, tu t’es enfui avec ta famille et ton fils en laissant derrière toi le souvenir de ton père, honte à toi ! »

– « Hélas que veux-tu, petite sœur, ce suffit, ne dis rien d’autre ! Par Allah, je n’ai aucune excuse, j’ai commis, c’est vrai, ce que tu viens de dire. »

 

Puis je l’accueillie et un peu plus tard, je lui demandai (elle était une femme de décision) :

– « Que penses-tu de cet homme (le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam)) ? »

– « Je vois, par Allah, que tu dois le rejoindre au plus vite. S’il est un Prophète, le premier qui l’a cru aura ce privilège de l’avoir fait et s’il est un roi, tu ne seras pas humilié même en plein Yémen, (tu ne perdras rien) et tu resteras comme tu es. »

– « C’est la bonne suggestion. »

 

Puis, je parti à Médine et entrai chez le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) alors qu’il était dans sa mosquée. Après l’avoir salué, il me demanda mon nom. Quand je lui ai dit qui j’étais, il se leva et m’emmena chez lui.

 

Sur le chemin, une vieille femme de faible carrure le retint et lui parla d’une chose qui l’intéressa alors je me dis : « Par Allah, ce n’est pas un roi !» Puis il m’emmena chez lui, et là il m’invita à m’asseoir sur un modeste coussin.

– « Assieds-toi sur cela. »

– « Non, assieds-toi, plutôt. »

– « Non, assieds-toi. »

Je m’assis donc sur ce coussin alors que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) s’assit par terre. Je me dis alors : « Ce n’est pas des pratiques de roi. »

– « O ‘Adi Ibn Hatim, n’étais-tu pas ruskinien ? (la croyance ruskinienne était intermédiaire entre celle des sabéens et le christianisme).

– « C’est vrai, je l’étais. »

– « Ne prenais-tu pas dans ta tribu le quart de chaque butin ? »

– «  Oui, c’est vrai. »

– « N’as-tu pas permission dans ta religion ? »

– « Oui, par Allah c’est vrai. »

Je me suis convaincu, par conséquent, qu’il était un Prophète envoyé à qui on fit savoir ce qu’il ignorait et finalement, j’embrassais l’Islam. »

 

Sa conversion fut plus tard d’un grand bénéfice et secours surtout contre les Apostats lorsqu’il put convaincre trois mille cavaliers de revenir à l’Islam et de participer au combat qui se solda par la défaite de Toulayhah Ibn Khouwaylid et de ‘Ouyaynah Ibn Hisn al-Fizari dans la bataille de Bouzakhah.

 

 

 

[1] Maghazi, al-Waqidi, t.4, p 974.

[2] Une tribu yéménite qahtaniyah dont les terres se situaient entre Bisha et Tourba.

[3] Une sorte de clan mais plus nombreux.

[4] Maghazi al-Waqidi, t.II pp 754-755 et t. III, p. 982.

[5] Fayd: une petite agglomération située sur le chemin menant de La Mecque à al-Koufa. Pour de plus amples informations, voir Marasid al-Itla’.

 

Views: 0