SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Les Shouhadah du siège de Ta’if

 

Durant ce siège, les polythéistes ne perdirent que deux hommes tandis que les Musulmans enregistrèrent la perte de douze Compagnons ; neuf Mouhajirine et trois Ansar, tous tués par flèche :

1 – Sa’id Ibn Sa’id Ibn Oumayyah al-Oumayi.

2 – Habib Ibn ‘Abd-al-Manaf al-Kinani al-Oumayi par alliance.

3 – Yazid Ibn Zoum’a Ibn al-Aswad al-Asdi.

4 – ‘AbdAllah Ibn Abou Bakr as-Siddiq at-Taymi.

5 – ‘AbdAllah Ibn Abou Oumayyah Ibn al-Moughirah al-Makhzoumi.

6 – ‘AbdAllah Ibn ‘Amir Ibn Rabi’ah al-‘Anzi al-‘Adawi par alliance.

7 – As-Sa’ib Ibn al-Harith Ibn Qays as-Sahmi.

8 – ‘AbdAllah Ibn al-Harith as-Sahmi.

9 – Jalbaha Ibn ‘AbdAllah, as-Sa’di al-Leythi.

10 – Thabit Ibn al-Jaz’ al-Ansari.

11 – Al-Harith Ibn Sahl al-Ansari.

12 – Al-Moundir Ibn AbdAllah al-Ansari.

 

La répartition du butin et le sort des captifs de Hawazin

 

Après la levée du siège, le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) retourna avec son armée à La Mecque. Sur le chemin du retour, il prit le même itinéraire qui l’avait amené la première fois à Hounayn, puis à Ta’if, à savoir Dahna près de Ta’if, Qarn al-Manazil (une petite montagne), Nakhla, appelée aujourd’hui la vallée d’al-Yamaniya. Mais avant d’entrer à La Mecque, il s’arrêta avec son armée à al-Ji’rana pour répartir les prises de guerre.

 

Avant la répartition, les bédouins qui participèrent à la bataille de Hounayn insistèrent auprès du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) à ce que le butin soit vite réparti, à tel point qu’ils le gênèrent et même le bousculèrent.

 

Les historiens et biographes ont rapporté : « Sur son chemin, les Bédouins se mirent à lui demander avec insistance; en disant : « Partage nous notre butin !, » tant qu’il leur répondit : « Vous me connaissez que je ne suis ni avare, ni peureux, ni encore menteur » et qu’il saisit ensuite les poils d’une chamelle (se trouvant près de lui) en disant : « O gens, je jure par Allah que je ne désire ni votre butin ni ces poils de chameau ! »

 

Après s’être arrêté à al-Ji’rana, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ordonna à Zayd Ibn Thabit un notable Ansar de ses Compagnons, de recenser le butin puis de donner à chaque combattant la part qui lui revenait et Zayd Ibn Thabit mena à bien la mission dont il fut chargé. Après avoir recensé puis réparti les parts entre les Musulmans qui prirent part à la bataille, il donna à chaque homme quatre chameaux ou quarante moutons. Ceci pour les fantassins mais pour les cavaliers, il donna à chacun douze chameaux ou cent vingt moutons (une part pour le cavalier et deux parts pour son cheval. Ainsi était la loi de répartition du butin à l’époque à cause de l’importance du cheval dans les batailles)[1].

 

Ceux dont les cœurs furent gagnés

 

La législation musulmane stipule que le cinquième du butin de l’armée musulmane est mis à la disposition du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qui l’emploie dans l’intérêt général de l’Islam. Le texte mentionnant le cinquième du butin est expressément mentionné dans le Qur’an : « Et sachez que, de tout butin que vous avez ramassé, le cinquième appartient à Allah, au messager, à ses proches parents, aux orphelins, aux pauvres, et aux voyageurs (en détresse), si vous croyez en Allah et en ce que Nous avons fait descendre sur Notre serviteur, le jour du Discernement : le jour où les deux groupes se rencontrèrent, et Allah est Omnipotent. » (Qur’an8/41)

 

Comme nous l’avons mentionné, le butin à Hounayn s’élevait à 24000 chameaux, 40.000 ovins ainsi qu’une grande quantité de bijoux en argent.

Sur la base du verset précité, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) eut le cinquième, à savoir 4000 chameaux, 8000 ovins ainsi que le cinquième des dizaines de milliers de bijoux en argent ce qui représentait à l’époque une grande fortune. Il convient de préciser que cette partie du butin n’était pas destiné au Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) en particulier mais pour le Trésor Public.

Ainsi après la répartition, le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), le représentant de l’état islamique, employa cette fortune pour la cause de l’Islam. Et pour gagner les cœurs des notables arabes fraichement convertis, il leur attribua une grande partie de cette part du butin :

– Abou Soufyan Ibn Harb : 100 chameaux, 40 pièces d’argent.

– Mou’awiyyah Ibn Abou Soufyan : 100, 40.

– Yazid Ibn Abou Soufyan : 100, 40.

Hakim Ibn Hazm : 100, 40.

– An-Nazir Ibn al-Harith Ibn Kilda : 100, 40.

– Oussayd Ibn Haritha az-Zahri : 100, 40.

– Al-‘Ala’ Ibn Haritha : 50, 40.

– Makhzama Ibn Nawfal : 50, 40.

– Al-Harith Ibn Hisham : 100, 40.

– Sa’id Ibn Yarbou’ : 50, 40.

– Safwan Ibn Oumayyah : 100, 40.

– Qays Ibn Ouday : 100, 40.

– ‘Uthman Ibn Wahb : 50, 40.

– Sahil Ibn ‘Amr : 100, 40.

Houwaytab Ibn ‘Abd-al-Ouzzah : 100, 40.

– Hisham Ibn ‘Amr : 50, 40.

– Al-Aqra’ Ibn Habis at-Taymi : 100 , 40.

– ‘Ouyaynah Ibn Hisn al-Fizari : 100, 40.

– Malik Ibn ‘Awf an-Nasri : 100, 40.

– Al-‘Abbas Ibn Mirdas : 100, 40.

– ‘Alqama Ibn ‘Ilatha ath-Thaqafi : 100 chameaux, 40 pièces d’argent.

Les historiens ont rapporté que le premier à demander une part du butin fut Abou Soufyan Ibn Harb. Il entra chez le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et lui avait dit d’abord : « O Messager d’Allah tu es devenu le plus riche de Qouraysh, » puis demanda quand il le vit sourire : « Donne-moi de cette richesse, ô Messager d’Allah !

– « O Bilal, donne à Abou Soufyan 40 bijoux. Et donne-lui 100 chameaux. »

– « Et mon fils Yazid, donne-lui aussi. »

– « Donne à Yazid 40 bijoux, et 100 chameaux. »

– « Et mon fils Mou’awiyyah, ô Messager d’Allah. »

– « Donne-lui, ô Bilal, 40 bijoux (ainsi que) 100 chameaux[2]. »

 

Views: 0