SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Le siège de la citadelle de Thaqif

 

L’armée musulmane déploya des efforts gigantesques pour ouvrir une brèche dans un mur du fort mais la résistance des assiégés fut violente et concentrée. Pour affaiblir et persuader les Thaqif sur leurs intentions, les Musulmans déployèrent une catapulte dont les blocs de pierres furent dirigées sur les tours cependant, cette artillerie n’influa pas le cours des opérations, puisque les Thaqif restèrent sur les murs d’où ils ripostèrent énergiquement contre les assauts des troupes musulmanes. Sous la protection des chars quelques éléments de l’armée musulmane s’approchèrent suffisamment d’un       mur pour le saper mais les Thaqif les empêchèrent à l’aide de lance-pierres et de lance-flammes si bien qu’ils incendièrent les chars sous lesquels ils s’abritaient.

 

Sur cette tentative courageuse, les biographes ont rapporté : « Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) employa des catapultes après avoir d’abord consulté ses Compagnons. Salman al-Farissi dit : « O Messager d’Allah, je vois que tu diriges la catapulte sur le fort. Chez nous en Perse, elles sont utilisées contre les fortifications. » Alors le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) lui demandé d’en fabriquer une autre sur le champ. »

 

A Ta’if donc, les Musulmans utilisèrent la catapulte de Salman al-Farissi ainsi que la catapulte et les deux chars ramenés par at-Toufayl Ibn ‘Amrou ad-Dawsi. De plus, pour plus de sécurité, les routes furent recouvertes de chausse-trapes cependant Thaqif versa du fer fondu détruisant ainsi les chars qui étaient sous les murs du fort[3]. »

 

La conversion à l’Islam de quelques guerriers de Thaqif

 

Pendant le siège, une dizaine d’auxiliaires de Thaqif embrassèrent l’Islam puis rallièrent l’armée du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Quelle fut la raison de ce brusque revirement ?

La raison fut quand le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) donna l’ordre à son héraut d’appeler les assiégés esclaves à sortir du fort avec la liberté pour garantie.

 

Al-Waqidi a rapporté : « Le héraut du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) cria que chaque esclave qui sortirait du fort serait libre et une dizaine d’hommes sortirent peu après du fort :

– Abou Bakara,

– Al-Mounba’ith (esclave de ’Uthman Ibn ‘Ammar),

– Al-Azraq Ibn ‘Ouqbah Ibn al-Azraq (esclave de Kilda at-Taqafi),

– Wardan (esclave de ‘AbdAllah Ibn Rabi’ah),

– Youhannas an-Nabbal (esclave de Yassar Ibn Malik),

– Ibrahim Ibn Jabir (esclave de Kharacha at-Taqafi),

– Yassar (esclave de ‘Uthman Ibn ‘AbdAllah),

– Abou Bakara Nafi’ Ibn Masrah (esclave d’al-Harith Ibn Kilda),

– Nafi’ Abou as-Sa’ib (esclave de Ghilan Ibn Salamah) et

– Marzouq (esclave de ‘Uthman).

Le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) accorda la liberté à tous ces hommes puis leur désigna des Compagnons qui se chargèrent de leur apprendre le Qur’an et les fondements de l’Islam[4]. »

 

 

L’ordre de destruction des vergers de Thaqif et la levée du siège

 

Les Musulmans fournirent de grands efforts et essayèrent plusieurs moyens afin d’écourter les épreuves de la bataille mais sans succès. Ta’if resta défiante et riposta uniquement par des tirs de lances, de flèches, de pierres et de feu ; ses guerriers ne risquèrent aucune sortie malgré les invitations répétés au duel des Musulmans.

 

Devant cette situation difficile, certains historiens ont rapporté que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ordonna de détruire les jardins de Thaqif pour amener les assiégés à sortir de leur retranchement puis qu’il revint sur sa décision car Thaqif lui demanda d’être compatissant envers les liens du sang qui les unissaient (la grand-mère maternelle du Prophète Ta’if était de Thaqif).

 

L’Imam Ibn Kathir a rapporté dans al-Bidayah et an-Nihayah : « Quand le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) constata que le siège allait durer, et que plusieurs de ses Compagnons avaient été tués, il ordonna de couper les vignes de Thaqif, ce que les gens firent aussitôt. »

 

D’autres historiens ont rapporté que lorsque Soufyan Ibn ‘AbdAllah at-Thaqafi vit les Musulmans entreprendre la destruction, il appela : « O Muhammad, pourquoi abimes-tu nos biens ? Soit tu t’en rends maitre si tu nous vaincs, soit tu l’épargnes pour Allah et les liens du sang. » Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) (S. B. sur lui) ordonna l’arrêt après avoir répondu : « Je les laisse pour Allah et pour les liens du sang. »

 

Après cela et quinze jours de siège, le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) décida de retourner à La Mecque et avant de lever le siège, il consulta ses proches Compagnons.

 

Dans certains livres d’histoire, il est rapporté que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ne reçut pas eu la permission du Très-Haut pour vaincre Thaqif retranchée derrière les murs. « Khawlah Bint Hakim Ibn Oumayyah (la femme de ‘Uthman Ibn Affan) demanda au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) de lui offrir, si Ta’if tombait, les bijoux de Badiyah Bint Ghilan, ou ceux de al-Fari’a Bint ‘Aqil (les plus douces et plus aimables femmes de Thaqif). Mais le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) l’a surpris par sa réponse : « Et si on ne m’a pas donné la permission pour Thaqif, ô Khouwaylah ? »

Khouwaylah rapporta ces propos, à ‘Umar Ibn al-Khattab qui, à son tour, alla s’enquérir auprès du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) de leur véracité ce qu’il lui confirma. Après quoi, ‘Umar demanda au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) de lui permettre d’appeler pour la levée du siège. »

Et ce fut ainsi que le siège fut levé.

 

Lors de la levée du siège, certains Compagnons demandèrent au Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) d’invoquer Allah contre Thaqif mais le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fit le contraire et pria pour les Thaqif.

 

At-Tarmouzi (Tirmidi ?) a rapporté que certains Compagnons dirent au Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « O Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), les flèches de Thaqif nous ont vraiment causé du mal. Invoque Allah contre eux. » Mais sa réponse fut : « O Allah, guide Thaqif (vers le droit chemin)[5]

 

Quant à al-Waqidi, il a rapporté que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « O Allah, guide Thaqif et ramène-les[6]. » Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, les guida en effet en les emmena à annoncer leur conversion à l’Islam devant Son Envoyé, à Médine.

 

Certains biographes ont rapporté que lors de la levée du siège, le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) demanda à ces Compagnons de répéter après lui : « Il n’y a de dieu qu’Allah Seul, Qui a tenu Sa promesse, donné la victoire à Son Serviteur et vaincu Seul les Coalisés, » et après la levée du siège, sur le chemin du retour, il pria : « Ils viendront, par la Volonté d’Allah, adorant Allah Exalté et Le louangeant[7]. »

 

 

 

 

[1] Maghazi al-Waqidi, t. III, p. 898-899.

[2] Maghazi al-Waqidi, t. III, p. 917, Sirah Ibn Hisham, t. IV, p. 97, al-Bidayah wa an- Nihayah, t. IV, pp. 336-337.

[3] Sirah Ibn Hisham, t. III, p. 126 et Maghazi al-Waqidi, t. III, pp. 927-928.

[4] Al-Maghazi, t. III., pp. 931, Sirah Ibn Hisham, t. IV, pp. 127-128 et al-Bidayah wa an-Nihayah, t. IV. p. 347.

[5] Al-Bidayah wa an-Nihayah, t. IV, p. 350.

[6] Al-Maghazi, t. III, p. 937.

[7] Al-Maghazi, t. IV, p. 937.

 

Views: 0