SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Ibn Ishaq poursuit : « Ce Kinani se rendit alors dans l’église d’al-Qoullays ou il s’accroupi et déféqua sans que quiconque ne l’aperçoive avant de partir et de revenir chez lui. Quand Abraha en fut informé, il demandé qui avait pu faire une telle chose. On lui dit : « C’était une personne de cette maison de La Mecque ou les Arabes font leur pèlerinage. Quand il entendit parler de ton intention de changer le pèlerinage des Arabes à ton église, il devint furieux et l’a souillé, indiquant ainsi qu’elle était indigne d’être un endroit de pèlerinage. »

 

Abraha devint exaspéré et jura qu’il irait jusqu’à La Ka’bah et la détruirait. Il ordonna donc à ses troupes abyssiniennes de s’équiper et de se préparer en conséquence et de marcher avec son éléphant. Les Arabes devinrent extrêmement inquiets et effrayés quand ils furent informés et estimèrent qu’inquiétés quand ils en ont entendu et estimèrent qu’il était de leur devoir de se battre avec lui quand ils apprirent qu’il avait l’intention de détruire le Ka’bah, l’édifice sacré d’Allah. Un membre de la noblesse yéménite appelé Dzou Nafr réunit ses gens et ces Arabes qui le soutiendraient pour combattre Abraha et prévenir sa destruction de la Ka’bah. Certains répondirent et livrèrent bataille mais Dzou Nafr et ses partisans furent vaincus et il lui-même fat prisonnier et ammené devant Abraha. Quand il fut sur le point d’être exécuté, Dzou Nafr suggéra à Abraha qu’il pourrait être bien plus utile pour lui vivant que mort. Donc Abraha le garda prisonnier enchaîné car il était une personne clémente.

 

Abraha poursuivit sa route pour rencontrer d’autres adversaires et dans la région de Khath’am, Noufayl Ibn Habib al-Khath’ami avec ses deux tribus alliées de Shahran et de Nahis et d’autres tribus arabes de soutien sortirent à sa rencontre et bataillèrent mais Abraha gagna et pris Noufayl prisonnier. Quand Abraha fut sur le point de l’exécuter, Noufayl supplia pour sa vie et offrit de servir de guide dans le territoire arabe, en garantissant qu’avec lui, les tribus resteraient dociles. Donc Abraha le libéra et continué en avant avec Noufayl pour guide.

 

En atteignant Ta’if, Abraha fut accueilli par Mas’oud Ibn Mou’attib Ibn Malik Ibn Ka’b Ibn ‘Amr Ibn Sa’d Ibn ‘Awf Ibn Thaqif avec les guerriers de Thaqif. Il dit à Abraha : « O roi, nous sommes tes esclaves, complètement soumis ; nous n’avons aucun différent avec toi et ce temple nôtre n’est pas celui que tu veux. » Ils parlaient du temple consacré à la déesse al-Lat. « Ce quoi tu es après est l’édifice de La Mecque ; nous enverrons nos guides pour t’y amener. » Abraha passa donc son chemin sans les importunez. » »

 

Ibn Ishaq poursuit : « Le temple d’al-Lat était celui qu’ils avaient at- Ta’if qu’ils vénéraient autant que l’était la Ka’bah.

Ainsi Thaqif envoya avec Abraha Abou Righal pour le guider jusqu’à La Mecque. Ils voyagèrent jusqu’à al-Moughammis où ils s’arrêtèrent et ou Abou Righal mourut. Par la suite les Arabes lapidèrent sa tombe et sa tombe est celle d’al-Moughammis que les gens lapident toujours. Dans l’histoire de Thamoud, Abou Righal était un de leurs hommes qui chercha refuge au Sanctuaire mais qui fut touché et tué par une pierre quand il le quitta comme a dit le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) à ses Compagnons : « Et la preuve est qu’il fut enterré avec deux rameaux d’or. » Quand sa tombe fut exhumée, ils les trouvèrent. On a dit qu’il était connu sous le nom d’Abou Thaqif. »

 

La connexion entre ce récit et celui d’Ibn Ishaq est que le nom de ce dernier, Abou Righal, est le même que celui de son ancêtre dont les gens lapidèrent sa tombe tout comme ils le firent pour lui. Et Allah est Plus Savant.

 

Jarir a dit ce vers :

« Quand al-Farazdaq mourut, puisse les gens lapider sa tombe comme ils lapidèrent celle d’Abou Righal. »

Il semble évident qu’il s’agit du second.

 

Ibn Ishaq poursuit : « Quand Abraha s’arrêta à al-Moughammis, il envoya en éclaireur un de ses abyssiniens nommé al-Aswad Ibn Maqsoud avec une cavalerie à La Mecque qui lui ramena les biens des gens de Tihama, de Qouraysh et d’autres dont 200 chameaux appartenant à ‘Abd al-Mouttalib Ibn Hashim qui était à cette époque le chef et l’aîné de Qouraysh. Par conséquent, Qouraysh, Kinana, Houdayl et tous ceux qui vénéraient la Ka’bah décidèrent d’affronter Abraha mais abandonnèrent cette idée quand ils apprirent qu’ils avaient une puissance insuffisante pour rivaliser avec lui. »

 

Abraha envoya alors Hounata al-Himyari à La Mecque avec l’ordre suivant : « Trouve le chef et le plus noble de ces gens et dit lui que le roi dit : « Je ne suis pas venu vous faire la guerre mais seulement détruire cet édifice (la Ka’bah). Si vous ne vous livrez pas à la guerre pour prévenir notre accès, donc je n’aurai aucun besoin de votre sang. » Et s’il ne veut pas la guerre, ramène-le moi avec toi. »

 

Quand Hounata entra à La Mecque, il demanda le chef de Qouraysh. Il fut dirigé vers ‘Abd al-Mouttalib Ibn Hashim et lui transmis le message d’Abraha. ‘Abd al-Mouttalib répondit : « Par Allah, nous ne voulons pas la guerre avec lui et n’avons pas le pouvoir pour cela ; cette maison est la Maison Sacrée d’Allah et ce de Son Khalil Ibrahim (‘aleyhi salam), » voulant ainsi dire : « Si Allah la protège d’Abraha, c’est que c’est Son sanctuaire Sacré et Sa Maison. S’il la lui abandonne, par Allah, nous n’avons aucun moyen de la défendre. »

 

Hounata dit alors à ‘Abd al-Mouttalib qu’il devait l’accompagner chez Abraha conformément à ses ordres.

Ainsi ‘Abd al-Mouttalib partit avec certains de ses fils. En arrivant dans le camp d’Abraha, il demanda à voir Dzou Nafr, qui était un de ses amis. Quand il rencontra Dzou Nafr, toujours emprisonné, il lui demanda s’il avait une solution pour palier à leur délicate situation. Dzou Nafr répondit : « Comment un homme peut-il avoir une solution quand il est prisonnier d’un roi et s’attend à tout moment d’être tué ? Je n’ai aucun conseil à te donner, sauf te dire qu’Ounays, le gardien de l’éléphant, est un de mes amis. Je lui enverrai un message te louant et lui demanderai d’obtenir la permission pour t’adresser au roi. Parle-lui comme tu le jugeras opportun et Ounays intercédera en ton nom aussi bien qu’il pourra. »

 

‘Abd qu’al-Mouttalib acquiesça et Dzou Nafr envoyé le message suivant à Ounays : « ‘Abd al-Mouttalib est le seigneur de Qouraysh et le gardien du puit (Zamzam) de La Mecque ; il nourrit tant les hommes dans les plaines que les animaux sauvages dans les montagnes. Le roi a saisi 200 de ses chameaux. Demande pour lui la permission de voir le roi et intercède pour lui du mieux qu’il t’est possible. » Et Ounays répondit positivement à sa demande.

 

Upload Image...
Views: 0