SIRAH

Biographie du Messager d'Allah

Chapitre

 

Tous les Saba ne quittèrent pas le Yémen quand ils furent affligés par le torrent d’al-‘Arim et la majorité d’entre eux restèrent.

Les gens du barrage de Ma’rib se rendirent dans différentes parties du pays et le point essentiel du Hadith susmentionné d’Ibn ‘Abbas est que les tribus de Saba ne quittèrent pas toutes le Yémen mais que quatre allèrent en Syrie tandis que six restèrent et elles sont : Madhij, Kinda, les Ash’ari et Anmar qui est le fondateur de Khath’am, Bajilah et Himyar. Ils conservèrent les droits de pouvoir et la royauté jusqu’à ce que le roi d’Abyssinie les déposent à travers l’armée qu’il envoya sous le commandement de ses deux généraux Abraha et Aryat. La règne abyssinien dura environ 70 ans jusqu’à ce que Sayf Ibn Dzou Yazan al-Himyari reprit le contrôle une courte période avant la naissance du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Et nous raconterons bientôt cela en détail, Allah dispose et sur Lui est toute la confiance et la dépendance.

 

Plus tard le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) envoya ‘Ali et Khalid Ibn al-Walid aux gens du Yémen avant d’envoyer Abou Moussa al-Ash’ari et Mou’ad Ibn Jabal qui appelèrent les gens à adorer Allah et leur clarifièrent les affaires de doctrine mais lorsqu’al-Aswad al-‘Ansi prit le contrôle du Yémen, il chassa les émissaires du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Durant le règne Abou Bakr as-Siddiq (radhiyallahou ‘anhou) al-Aswad fut tué et l’Islam s’établit fermement au Yémen.

 

L’Histoire de Rabi’ah Ibn Nasr Ibn Abou Haritha Ibn ‘Amr Ibn ‘Amir

 

Selon Ibn Ishaq, l’homme dont il est question dans le titre était de la tribu de Lakhm.

 

As-Souhayli a rapporté que les généalogistes du Yémen donnent son nom comme étant Nasr Ibn Rabi’ah mais il était vraiment Rabi’ah Ibn Nasr Ibn al-Harith Ibn Namara Ibn Lakhm.

 

Az-Zoubayr Ibn Bakkar a donné sa généalogie comme étant Rabi’ah Ibn Nasr Ibn Malik Ibn Sha’wadz Ibn Malik Ibn ‘Ajam Ibn ‘Amr Ibn Namara Ibn Lakhm. Lakhm était le frère de Joudam et il fut appelé Lakhm parce qu’il frappa (lakhm) son frère sur la joue qui lui mordit (jadzam) la main en retour et fut par conséquent appelé Joudam.

 

Rabi’ah était un des Toubba’ rois de Himyar et de lui est rapportée l’histoire de ses liens avec les deux devins Shiqq et Satih et comment ils l’informèrent de la venue du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

Satih était appelé Rabi’ Ibn Rabi’ah Ibn Mas’oud Ibn Mazin Ibn Dzi’b Ibn ‘Adi Ibn Mazin Ghassan.

Shiqq était le fils de Sa’b Ibn Yashkour Ibn Rouhm Ibn Afrak Ibn Qays Ibn ‘Abqar Ibn Anmar Ibn Nizar. Certains disent qu’Anmar était le fils d’Irash Ibn Lihyan Ibn ‘Amr Ibn al-Ghawth Ibn Nabit Ibn Malik Ibn Zayd Ibn Kahlan Ibn Saba. On dit que Satih n’avait aucun membre et qu’il ressemblait à une outre avec son visage dans sa poitrine. Quand il devenait furieux, il gonflait et s’asseyait.

Shiqq était un nain et on dit que Khalid Ibn ‘AbdAllah al-Qasri était de sa progéniture. Selon as-Souhayli tant Shiqq que Satih naquirent le même jour où Tania, la fille d’al-Khayr, la femme Himyarite mourut. On dit qu’elle cracha dans la bouche de chacun d’entre eux qui héritèrent ainsi d’elle son don de divination. Elle était la femme de ‘Amr Ibn ‘Amir, auparavant mentionné. Et Allah est Plus Savant.

Muhammad Ibn Ishaq a dit que Rabi’ah Ibn Nasr était le roi du Yémen de véritable descendance des rois Toubba’ et qu’il vit une vision qui l’impressionna et le terrifia au point où il réunit tous les devins, les magiciens, les prédicateurs aviaires et les astrologues de son royaume et leur dit : « J’ai vu des visions qui m’ont stupéfié et effrayé. Dites-moi ce qu’elles sont et comment les interpréter. » Ils répondirent : « Raconte-nous-les et nous les interpréterons. » Il répondit : « Si je vous les racontais vraiment je ne me sentirai pas sûr de votre explication et le seul capable de les interpréter sera quelqu’un qui sait ce qu’ils étaient avant que je lui dise. »

 

Un des sages suggéra alors : « Si c’est ce que le roi veut, alors il devra faire venir Shiqq et Satih. Personne n’est mieux informé qu’eux et ils lui diront ce qu’il a demandé. »

 

Donc le roi les fit mander et Satih arriva avant Shiqq. Leur conversation se déroula ainsi :

Le roi : « J’ai vu des visions qui m’ont stupéfié et ont effrayé ; dites-moi ce qu’ils étaient et si vous avez raison, interprétez-les correctement. »

Satih : « Je ferai ainsi. Tu as vu le feu émerger de l’obscurité puis tomber sur la terre et consommer chaque être vivant avec un crâne. »

Le roi : « Puisque tu n’as pas fait la moindre erreur Satih, comment l’interprétes-tu ? »

Satih : « Je jure par tous les serpents entre les deux plaines rocailleuses, que les Abyssiniens descendront sur ta terre et régneront sûrement sur tous entre Abyan et Jourash. »

Le roi : « Cela, Satih, me met en colère et me fait mal beaucoup ; est-ce que cela se produira-t-il à mon époque ou plus tard ? »

Satih : « Plus tard, je jure par votre père, après que plus de 60 ou 70 années se seront écoulées. »

Le roi : « Et leur règne durera-t-il ou sera-t-il réduit ? »

Satih : « Il sera réduit à environ 70 ans et ensuite ils seront tués et chassés en fuite. »

Le roi : « Qui suivra alors, après leur fin et expulsion ? »

Satih : « Iram Dzou Yazan suivra et émergera d’Aden pour lutter contre eux et il ne laissera pas l’un d’entre eux au Yémen. »

Le roi : « Et son règne durera-t-il ou sera-t-il réduit ? »

Satih : « Il sera réduit. »

Le roi : « Qui le réduira ? »

Satih : « Un Prophète authentique (pur) chez qui la révélation vient du Très-Haut. »

Le roi : « Et d’où ce Prophète viendra-t-il ? »

Satih : « Il descendra de Ghalib Ibn Fihr Ibn Malik Ibn an-Nadr. Et le pouvoir sera avec ses gens jusqu’à la fin des temps. »

Le roi : « Le temps a-t-il un fin ? »

Satih : « Oui, ce jour où le premier et le dernier devront tous être rassemblés et ou le bon sera heureux et le mauvais humilié. »

Le roi : « Est-ce donc la vérité ce que tu me dis ? »

Satih : « Oui, par le crépuscule, l’obscurité de nuit et de l’aube s’étendant, ce que t’ai dit est vraiment la vérité. »

 

Alors Shiqq arriva et le roi lui parla comme il le fit avec Satih mais lui cacha ce qu’il avait vu pour établir s’il serait en accord ou non. Shiqq lui dit : « Tu as vu le feu émerger de l’obscurité puis tomber entre une plaine et une petite colline et achever toute les créatures à bronches (qui respirent) s’y trouvant. »

Quand Shiqq répondit, le roi sut que c’était conforme tant aux mots qu’à ses visions même si les mots de Satih étaient différents et il lui dit par conséquent qu’il avait dit vrai et lui demanda son interprétation.

Shiqq : « Je jure par tous les hommes qui vivent entre deux plaines rocailleuses que les Noirs descendront sur votre terre, opprimeront tous vos jeunes et règneront sur tout entre Abyan et Najran. »

Le roi : « Par votre père, Shiqq, cela éveille ma colère et me fait beaucoup de mal ; cela se produira-t-il pendant ou après mon règne ? »

Shiqq : « Non, cela arrivera dans une période ultérieure. Ensuite un grand homme émergera pour sauver vos gens et infliger à vos ennemis toute la honte. »

Le roi : « Et qui ce grand sauveur sera-t-il ? »

Shiqq : « Un jeune homme sans culpabilité et irréprochable qui émergera de la descendance de Dzou Yazan. »

Le roi : « Et son règne durera-t-il longtemps ? »

Shiqq : « Non, il sera raccourcit par un messager envoyé qui apportera la vérité et la justice et viendra de gens de religion et de vertu chez qui le pouvoir durera jusqu’au Jour de Séparation. »

Le roi : « Quel est le Jour de Séparation ? »

Shiqq : « Un jour où le dévot devra être récompensé, quand les appels seront faits des cieux que les vivants et les morts entendront et que les hommes doit être rassemblés à l’endroit désigné. Alors le dévot recevra la victoire et les récompenses. »

Le roi : « Ce que tu prédis est-il véridique ? »

Shiqq : « Oui, par le Seigneur des cieux et de la terre et de tout ce qui est haut et bas et entre eux, ce que je t’ai informé est absolument vrai et sans doute. »

 

Ibn Ishaq a rapporté que la prédiction des devins eut un grand impact sur Rabi’ah Ibn Nasr et qu’il approvisionna toute sa famille et parents pour leur départ en Iraq. Il écrivit pour eux à un roi perse appelé Sabour Ibn Khourzadz qui les installa à al-Hira.

Selon Ibn Ishaq, la progéniture de Rabi’ah Ibn Nasr inclus an-Nou’man Ibn al-Moundir Ibn an-Nou’man Ibn al-Moundir Ibn ‘Amr Ibn ‘Adi Ibn Rabi’ah Ibn Nasr. Ce Nou’man fut vice-roi d’al-Hira pour les rois perses et les Arabes avaient l’habitude de lui envoyer des délégations et le louanger. Ceci est ce que Muhammad Ibn Ishaq a dit d’an-Nou’man Ibn al-Moundir de la descendance de Rabi’ah Ibn Nasr, selon la plupart des personnes.

Ibn Ishaq l’a rapporté quand l’épée d’al-Nou’man Ibn al-Moundir fut apporté au commandant des croyants, ‘Umar Ibn al-Khattab qui questionna Joubayr Ibn Mout’im sur son origine. Il répondit : « Des restes de Qanas Ibn Ma’ad Ibn ‘Adnan. » Ibn Ishaq a remarqué que cette personne était inconnue.

 

Views: 0