OTTOMANS

Upload Image...

La Conquête de l’Italie 

Parmi les nombreux objectifs du sultan Muhammad al-Fatih, il y avait l’annexion de Rome aux territoires de l’empire ottoman pour unifier la couronne de l’empire ottoman et celle de Rome sous un même règne, celui de l’état ottoman. A cette fin, il devait conquérir l’Italie puis Rome.

Le plus grand état était le royaume de Naples, au sud de l’Italie, qui incluait la Sicile qui avait été sous contrôle espagnol. La moitié de la péninsule était sous le contrôle du Pape et comprenanit plusieurs petits états, comme le duché de Florence et le duché de Milan (Lombardie), chacun indépendant des autres mais un de ces duchés était aussi important que la république de Gênes. Le sultan Muhammad le Conquérant était déterminé à annexer le sud de l’Italie pour rendre crédible son rôle de sultan de Rome et de nombreuses autres villes d’Italie l’avaient déjà accepté entant que tel.

 

Les pièces frappées par ces états au nom du sultan Muhammad le Conquérant et qui porte son image existent toujours et l’on peut y lire : « Svltani Mohammeth Octhomani VGVLI : Bizantii Inperatoris 1481 / Sultanus Mohammeth Octhomani Tucorrm Inperatoris ».

 

L’ancien grand vizir et amiral de la flotte, Gadik Ahmad Pasha, navigua avec l’autre moitié de la flotte ottomane pour l’Italie en même temps que Masih Pasha se déplaçait vers Rhodes. La flotte ottomane était devenue si puissante qu’elle pouvait entreprendre deux opérations sur mer à une grande distance l’une de l’autre. La flotte, qui au début était constituée de 40 grands bateaux, de 50 petits vaisseaux de guerre et de 40 vaisseaux de transport, se rassemblèrent dans le port d’Apollonie (Albanie), dans le Détroit d’Otrante. De là, le 18 Joumādah al-Awwal 885 H (26 juillet 1480 EC), il traversa le Détroit d’Otrante (75 km) et le 20 Joumādah al-Awwal (28 juillet) il débarqua en Italie 18.000 soldats, 1.000 cavaliers et un grand nombre de canons. Le lieu du débarquement eut lieu proche de la forteresse d’Otrante qui se rendit après avoir opposé une résistance acharnée qui dura quatorze jours et après avoir perdu 12.000 de ses 22.000 défendeurs.

 

 

Traitrise du médecin vénitien juif et Martyre de Muhammad al-Fatih 

Le commandant ottoman, Khayr ad-Din Mustafa Beg, renforça sa position dans la forteresse de 6.500 fantassins. Ferdinand, le roi de Naples, ne fit aucune tentative pour attaquer la forteresse. A cette époque, alors que le sultan Muhammad le Conquérant préparait son expédition pour conquérir Rome, il fut soudain atteint de colique et en mourut ; cela fut la conséquence du poison que lui avait donné le médecin vénitien juif Maestro Iacopo, qui prétendit avoir embrassé l’Islam et se faisait appeler Ya‘qoūb Pasha. Il en envoya immédiatement la nouvelle aux Vénitiens, qui la reçurent 16 jours plus tard. La lettre contenait les mots suivants : « Le grand vautour est mort. »

 

  

En recevant cette nouvelle, les cloches de toutes les églises d’Europe tintèrent et des prières de remerciement furent offertes pendant trois nuits, sur l’ordre du pape, alors que partout dans l’état islamique la tristesse se répandait.

 

Le sultan Muhammad al-Fatih mourut après achevé des conquêtes telles que nul n’en avait achevées avant lui ; car à l’époque de sa conquête de Constantinople, l’empire ottoman courvait une superficie terrestre de 964.000 km2, parmi lesquels 480.000 km2 en Anatolie, 484.000 km2 dans les Balkans, et quand ils mourut, 28 ans après la chute de Constantinople et des années de conquêtes ininterrompues, cette superficie s’élevait à 2.214.000 km2, parmi lesquels 1.703.000 km2 en Europe et 511.000 km2 en Asie.

 

Qu’Allah à Lui les Louanges et la Gloire fasse miséricorde au sultan Muhammad le Conquérant et lui attribue la couronne de l’honneur le Jour du Qiyamah et qu’Il avilisse son assassin ce même jour.

 

 

Le sultan Bayazid II et ses Conquêtes 

Le sultan Bayazid II accéda au trône le 22 Rabī‘ al-Awwal 886 H (23 mai 1481 EC), et après quelques temps il parvint à continuer les conquêtes de l’empire ottoman, après s’être occupé des affaires de la nation (le principal objet de préoccupation de Bayazid II était la querelle avec son frère Cem qui réclamait le trône et recherchait un soutien militaire auprès des Chevaliers de Saint Jean à Rhodes. Finalement, les Chevaliers remirent Cem au pape Innocent VIII (1484 EC -1492 EC) qui pensa à utiliser Cem comme un outil pour repousser les Turcs d’Europe, mais la croisade papale échoua et Cem fut abandonné à croupir et à mourir dans une prison Napolitaine. Des Rebellions dans l’est, comme celle de Kizil Bash, troublèrent la plus grande partie du règne de Bayazid II ; elles étaient souvent soutenues par le shah de Perse, Isma‘il, qui était enclin à promouvoir le shiisme pour saper l’autorité de l’état ottoman. L’autorité ottomane en Anatolie fut en fait sérieusement menacée pendant cette période, et à un moment le grand vizir de Bayazid II, ‘Ali Pasha, fut tué dans une bataille contre les rebelles).

 

 

La conquête de Bogdania (Moldavie)

Le sultan Bayazid II entama ses conquêtes en 888 H (1483 EC) par une attaque contre la Hongrie. Un an plus tard, en Rabī‘ al-Awwal 889 H (Mai 1484 EC), il se tourna vers la Moldavie et durant cette campagne il parvint à conquérir un certain nombre de villes parmi lesquelles la forteresse de Chilia le 20 Joumādah al-Awwal 889 H (15 juillet 1484 EC), puis celle d’Akkerman, une citadelle située sur la Mer Noire le 26 Rajab 889 H (19 Août 1484 EC).

 

Le sultan Bayazid II parvint à conquérir cette forteresse après trois tentatives ratées, en 822, 858 et 879 H (1419, 1454 et 1474 EC).

 

Cette conquête permit aux Ottomans de contrôler l’embouchure du Danube et du Dniester, ce qui leur donnait la suprématie totale sur la route terrestre vers la Crimée. En plus, la principauté de Bogdania perdait toutes ses côtes sur la Mer Noire et comme elle n’occupait plus aucun littoral, toute la région tomba sus le contrôle ottoman et toute la Mer Noire devint un « lac » ottoman.

 

 

La conquête de la Slovénie et de la Croatie 

Vers la fin de l’année 898 H (1492 EC), l’émir de Bosnie, Ya‘qoūb Pasha, marcha sur la Slovénie à la tête d’une armée ottomane composée de 80.000 soldats. Cette armée réussit à conquérir la Slovénie puis Styria.

 

Alors qu’il était de retour, une armée croisée tenta de bloquer la progression de l’armée ottomane en Croatie mais cette dernière, commandée par l’émir de Bosnie, Ya‘qoūb Pasha, parvint à la vaincre après avoir tué 5.700 croisés et fait prisonniers 25.000 autres. Ceci eut lieu le 27 Dzoul Qi‘dah 898 H (9 septembre 1493 EC). Cette victoire est enregistrée dans une poésie.

 

L’armée ottomane parvint également, entre 902 H et 909 H (1496 EC et 1503 EC) à obtenir un certain nombre de victoires sur les Vénitiens, et de nombreuses villes comme Lépante, Kurun, Navarro et Durazzo, et par ces conquêtes le sultanat ottoman s’étendait dans les Balkans et en Europe de l’est.

 

Views: 0