OTTOMANS

Upload Image...

La Fitnah de Sheikh Badruddin et l’opposition de Muhammad Chalbi 

A l’époque où Muhammad Chalbi recommenca ses conquêtes, une tentative de déstabilisation de l’empire eut lieu. Elle fut lancée par la propagation d’une foi dont les croyances étaient contraires à ceux de l’Islam et plus proches du communisme des temps modernes. Les plus actifs dans la propagation de ce crédo furent deux personnes, Borkluce Mustafa (بير قليجه مصطفى) et Turlac Kamal d’origine juive.

 

Après que cette déviance corrompue se fussent rapidement propagée et ses adeptes devenus nombreux, le sultan ne trouva nul alternative que de s’y opposer et de résister, afin que l’empire ne tombe pas une fois de plus dans le chaos.

 

Le sultan Muhammad Chalbi envoya un de ses hommes qui avait embrassé l’Islam et qui avait été désigné gouverneur de Samsun nommé Sisman Ibn ‘Amir al-Boulghar (le fils du dirigeant bulgare) à la tête d’une grande armée, avec les ordres de combattre Badruddin (Sheikh Badruddin (1359 EC – 1420 EC) était un théologien et révolutionnaire, et prêcheur     charismatique qui mena la rébellion contre l’empire ottoman en 1416 CE. Né de parents musulmans et chrétiens dans la vile anatolienne de Simav, le père de Badruddin était l’arrière-petit-fils du sultan seldjouke de Roum (Konya) Kaykaws II et Qadi (juge) de la ville. Badruddin commença son éducation dans cette ville. Plus tard, il alla à Bursa puis au Caire, où il assista à des lectures sur l’astronomie, les mathématiques, la logique, et la philosophie. Il étudia la loi et d’autres sujets islamiques. Alors qu’il se trouvait au Caire, il fut le tuteur du fils du sultan mamelouk Barqouq, le premier sultan de la première dynastie Bourji. Il épousa Cazibe Hatoun (Jazibah Khatoun), une princesse mamelouke. Au milieu des combats dynastiques suite à la bataille d’Ankara et la mort du sultan Bayazid I, Moussa Chalbi nomma Badruddin chef juge militare (kaziasker). Quant, en 1413 EC, le frère de Moussa et son rival, Muhammad Chalbi, devint sultan, Badruddin fut exilé à Iznik. L’insurrection du sheikh Badruddin eut lieu dans la période qui suivit la bataille d’Ankara, entre Muhammad et son frère Mustafa.) l’initiateur de ce crédo et ses adeptes mais Sisman fut tué par le traitre Borkluce Mustafa et son armée fut vaincue tandis que le crédo de ce traitre se propagea sur le territoire. Alors, le sultan Muhammad Chalbi envoya une autre force, commandée par son premier ministre, Bayazid Pasha qui combattit Borkluce et le vainquit à la bataille de Karaburnu, après quoi le châtiment pour insurrection fut infligé à Borkluce Mustafa et il fut pendu. Puis le fondateur de ce crédo corrompu, Badruddin, fut arrêté en Macédoine et le châtiment pour insurrection lui fut également infligé, conformément aux verdicts légaux islamiques des savants qui se basaient sur la guidance du Messenger d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) qui a dit : « S’il quelqu’un vous vient alors que vous êtes tous unis derrière un homme (c’est-à-dire un chef) et tente de semer la discorde entre vous et rompre votre unité, tuez-le. » Rapporté par Mouslim.

 

Les conquêtes du sultan Mourad II 

Après la mort du sultan Muhammad I en 824 H (1421 ECE), son fils Mourad lui succéda alors qu’il était âgé de 18 ans. Ses principaux soucis étaient de préparer une puissante armée, d’avoir une forte économie pour son état et des frontières bien fortifiées avec l’Europe, toujours sur le sentier de guerre et prête à l’attaquer.

 

Il est clair qu’avant de tourner son regard vers l’Europe, Mourad était résolu à récupérer les territoires que l’empire avait perdus en Asie Mineure et à renforcer le pouvoir ottoman dans ces régions. Afin d’avoir les mains libres pour réaliser son projet, il fit un traité de paix de cinq ans avec la Hongrie et suggéra à l’empereur byzantin Manuel II de renouveler le traité signé par son père. Cependant, Manuel demanda à Mourad II de lui laisser deux de ses frères à Constantinople comme preuve de sa bonne foi. Mais le sultan ottoman refusa la requête de l’empereur qui le menaça alors de libérer son oncle Mustafa, un prétendant servile au trône ottoman, prisonnier des Byzantins.

 

Suite au refus du sultan concernant la requête de l’empereur, Manuel II procéda à la libération de Mustafa après que ce dernier se fut fermement décidé à rendre à l’empire byzantin tous ses anciens territoires qui avaient été pris par les Ottomans, si sa rébellion réussissait, et il lui donna dix bateaux, commandés par Demetrius Lascaris. Avec son aide, il assiégea la ville de Gallipoli qu’il captura sans toutefois être capable de prendre la forteresse et laissant une force militaire autour, il avança avec son armée vers Edirne.

 

Mourad II fut alors contraint de résoudre ces problèmes (Mustafa, l’oncle rebelle de Mourad II, obtint une flotte de guerre du césar (roi) byzantin et attaqua la côte européenne de l’empire ottoman. Le sultan Mourad envoya son commandant, Bayazid Pasha, punir les rebelles mais il fut tué sur le champ de bataille. Mustafa traversa les Dardanelles et attaqua l’Asie Mineure mais il fut vaincu par Mourad et s’enfuit à Gallipoli, et occupa la Thessalie. Mourad le pourchassa à Gallipoli et dérouta sa force militaire. Mustafa s’enfuit à Edirne mais fut attrapé et pendu à une tour de la ville. Peu après, le sultan Mourad II se tourna vers Gênes et signa un traité de paix avec son état rival. Mourad commença alors des préparations massives contre Constantinople et finalement assiégea l’ancienne ville en 826 H / juin 1422 EC. César incita le jeune frère du sultan, Mustafa, à se révolter contre Mourad en Asie Mineure. Ainsi Mourad dut lever son siège de Constantinople et se rua en Asie Mineur alors qu’il était proche de la victoire. Mustafa affronta Mourad sur le champ de bataille mais fut vaincu et tué. Quand le sultan Mourad arriva en Europe, César lui acheta la paix au prix d’importantes régions et contre le paiement de 30.000 ducats annuels. (History of Islam, Akbar Shah Khan Najīb Ābadi : 3/401-406)) après quoi, il fut libre d’étendre les conquêtes de l’état islamique, ce qu’il fit en conquérant Salonique le 6 Ramadan 833 H (29 mai 1430 EC) après avoir remporté une victoire totale sur une armée de Venise. Il entra ensuite en Albanie et soumit le gouverneur de Valachie qui accepta de payer annuellement la Jizyah. Ces évènements eurent lieu entre 835 H et 837 H (1431 EC and 1433 EC).

 

Puis en 843 H (1439 EC), il conquit la ville de Semendria, située près de Belgrade. Après cela, il assiégea Belgrade, mais rompit le siège après avoir appris que le pape avait appelé les rois et les princes d’Europe à participer à une croisade contre l’empire ottoman. Cet appel reçut la réponse favorable d’Alfonse V, roi d’Aragon (au nord-est de l’espagne) et de Naples, Ladislas III, le roi de Hongrie et de Pologne, et Jean Hunyadi, le régent de Transylvanie. L’armée comportait aussi des contingents saxons, allemands, tchèques, latins, français, bosniaques et aussi de Karaman et Valachie.

 

Views: 0