OTTOMANS

Upload Image...

Orhān continue les Conquêtes Islamiques 

Orhān, le fils de ‘Uthman lui succéda sur le trône en 726 H (1326 EC) et régna jusqu’en 761 H (1360 EC). Pendant cette période, Orhān étendit les frontières de son territoire, achevant la tâche que lui avait confiée son père : maintenir l’esprit du Jihad islamique et Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, lui accorda la victoire sur Izmit, Iznik et l’émirat de Karasi, au sud de la Mer de Marmara.

 

En 758 H (1356 EC), Souleyman, le fils d’Orhān traversa les Dardanelles de nuit accompagné par 40 héros de l’Islam, et quand ils atteignirent la rive occidentale, ils prirent les vaisseaux romains ancrés là et retournèrent avec eux sur la rive orientale. Les Ottomans n’avaient pas de flotte à leur disposition à cette époque, car ils venaient juste d’établir leur état. Alors, Souleyman ordonna à ses hommes de s’embarquer sur ces vaisseaux, pour être transférés sur côte européenne où ils capturèrent le port de la forteresse de Tzympe, Gallipoli, Canakkale, Ipsala et Rodesto ; toutes situées sur le Détroit des Dardanelles, du sud au nord. De cette manière, le chef musulman Souleyman fit un grand pas en avant dont bénéficièrent ceux qui lui succédèrent dans leurs tentatives pour conquérir Constantinople.

 

Une des actions les plus importantes de ce gouverneur fut de mettre en place les grandes lignes de l’état, et se fut sous son règne que le premier vizir fut désigné.

 

Sous son règne également eut lieu la création d’une armée constituée de deux corps permanents : l’infanterie et la cavalerie aussi que la frappe de monnaies en or et en argent au nom de l’empire ottoman. Alors que son frère ‘Ala’ ad-Din occupait la position de grand vizir et était responsable de la direction des affaires internes de l’état, Orhān I concentrait son attention sur les conquêtes et l’expansion de l’Islam. Orhān continua ses conquêtes jusqu’à sa mort au début de l’année 761 H (1359 EC).

 

 

Le sultan Mourad I et ses conquêtes 

Après la mort d’Orhān en 761 H (1359 EC), les reines du pouvoir passèrent à son fils Mourad I qui gouverna jusqu’en 791 H (1389 EC).

 

Ce dirigeant ottoman suivit les pas de ses prédécesseurs et continua de combattre pour la Cause d’Allah qui par lui, accorda la victoire sur Edirne en 763 H (1362 EC), où il transféra la capitale de son état afin qu’il soit plus proche et puisse continuer sa politique de propagation de l’Islam et du Jihad en Europe. Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, lui accorda également la victoire sur Filibe, la capitale de la Roumélie orientale, qui se trouve de nos jours au sud de la Bulgarie.

 

Constantinople était dorénavant encerclée par les Ottomans ce qui était une indication de sa conquête imminente.

 

Mourad continua ses conquêtes dans l’est de l’Europe et en 772 H (1370 EC), il parvint à atteindre le Danube. En 775 H (1373 EC), il vainquit les forces coalisées des Serbes et des Bulgares qui avaient essayé de stopper son avancée.

Il se saisit également de la Macédoine et de la côte de la Dalmatie.

 

Les princes serbes et bulgares furent forcés de se soumettre à lui et durent signer un traité de paix avec lui qui les obligeaient à payer une taxe foncière annuelle et qui autorisait Mourad à épouser la fille du Prince des Bulgares. Mourad tira avantages des relations tendues entre l’Europe et l’empire byzantin et avança vers l’ouest en direction des Balkans. Il parvint à conquérir Monastir, Prilep, Stip, Sofia qui tomba après un siège de trois ans (de 783 à 785 H / 1381 à 1383 EC), Tumovo et Choumen toutes deux situées à l’est de la Bulgarie.

 

Les Ottomans continuèrent à avancer dans la région, et en 788 H (1386 EC) ils conquirent la ville stratégique de Nish et le commandant ottoman, Khayr ad-Din Pasha Qarah Khalil Jandarli, put diriger une force militaire depuis Gallipoli pour conquérir la Macédoine et en 789 H (1387 EC) les Ottomans conquirent Salonique.

 

Le vizir ottoman, ‘Ali Pasha Ibn Khayr ad-Din Pasha, força le roi des Bulgare, Sisman, de fuir et de se réfugier dans la ville de Nicopolis (ou Nikopol)en 790 H (1388 EC). Cependant, en 791 H (1388 EC), le commandant ottoman l’assiégea, lui infligea une défaite et le fit prisonnier. Mourad annexa la moitié de ses territoires et le reconnu comme dirigeant de l’autre moitié.

 

Au lieu de se soumettre à Allah, le Seigneur des mondes, d’embrasser l’Islam et d’avoir les mêmes droits que les Musulmans, les princes européens mobilisèrent leurs forces et s’unirent contre le dirigeant ottoman. Ces gouverneurs byzantins, dont les Ottomans avaient atteint les frontières, écrivirent des lettres aux rois d’Europe occidentale et au pape pour leur demander de les aider contre les Musulmans. En conséquence, un appel vint du pape Urbain V aux rois d’Europe, leur demandant de se préparer pour une nouvelle croisade afin de préserver le Christianisme contre cette nouvelle avancée islamique qui, disait-il, avait lieu, et pour former une alliance constituée de la de la Serbie, de la Bosnie (à l’ouest de l’ancienne Yougoslavie), la Valachie (au sud de la Roumanie) et la Hongrie.

 

Ces forces combinées marchèrent sur Edirne, la capitale des Ottomans, mais ces derniers leur infligèrent une cuisante défaite et ils subirent un effondrement total lors de la bataille de Maritsam. Les princes d’Europe cherchèrent alors à signer un traité de paix, dont une condition était qu’ils payeraient la Jizyah ; cela fut accepté par le sultan Mourad.

 

Ce fut la volonté d’Allah d’accorder au sultan le martyre pour Sa Cause lors de la bataille de Kosovo, au sud de l’ancienne Yougoslavie, en 791 H (1389 EC), quand il fut poignardé par un soldat serbe feignant la mort, alors qu’il parcourait le champ de la bataille pour l’évaluer et s’informer au sujet des morts. Puisse Allah Exalté, à Lui les Louanges et la Gloire, lui faire miséricorde.

 

Views: 0