OSMANLI

Le troisième Traité Samouri-portugais

 

En l’an 940 de l’Hégire (1533), le Samouri fit la paix avec les Portugais sous certaines conditions : L’une des conditions était que les sujets du Samouri enverraient de Calicut au moins quatre navires par an avec des marchandises vers les côtes arabes. En conséquence, une flotte de quatre navires entièrement chargés de marchandises partit en Arabie la même année. Les sujets du Samouri commencèrent également à faire des voyages commerciaux dans d’autres pays avec la licence des Portugais.

 

Ensuite, le Samouri déclara la guerre au roi Tanour et le combattit et l’assujettit jusqu’à ce que la paix soit rétablie entre eux par laquelle le roi Tanour fut obligé de céder à Samouri plusieurs territoires adjacents à Ponnani et une petite île près de Chaliyam. Le médiateur du pacte était le gentleman portugais venu de Kochi pour la construction de leur fort à Chaliyam.

Dans la foulée du traité entre les Samouri et les Portugais, Khawajah Houssayn Zanjaqdar ar-Roumi et le frère de Faqih Ahmad Marakkar, Kounhi Marakkar, arrivèrent par bateau sur la côte de Calicut le 16 Rabi’ al-Awwal 941 (1534). Ils avaient été envoyés au Samouri avec de nombreux dons et cadeaux du Sultan Bahadur Shah. La demande du Sultan était que les Samouri envoient des Musulmans de Malabar au Gujarat pour combattre les Portugais en mer. Mais cela ne servit à rien.

 

Conclusion de la Paix entre le Sultan Bahadour Shah et les portugais et la reddition de certains de ses ports aux portugais

 

Dès que Houmayoun, fils du Sultan Babar, (qu’Allah illumine leurs tombes), prit le pouvoir à Delhi vers la fin de l’année 941 de l’Hégire (1535), il tourna son attention vers le Gujarat. Il attaqua et détruisit certaines des villes du Gujarat. Le souverain du Gujarat, le Sultan Bahadour Shah, fut dérouté. Terrorisé et effrayé par Houmayoun, Bahadour Shah envoya des messagers aux Portugais pour obtenir de l’aide. Les Portugais ne tardèrent pas à réagir et un traité fut conclu entre eux, le Sultan cédant quelques-uns de ses ports comme Vasai, Mahim, etc. aux Portugais. Les Portugais prirent possession de ces ports et étendirent leur domaine en annexant les régions voisines.

 

Les Portugais gagnèrent de grands avantages par ce traité et leur pouvoir et leur influence augmentèrent. Le Sultan céda également aux Portugais le contrôle du port de Diu et les chargea de son gouvernement. Pour cela, les Portugais devaient toucher la moitié des revenus perçus là-bas. Ainsi les Portugais gouvernèrent Diu et la fortifièrent.

Dans le passé, les Portugais avaient voulu prendre possession de l’île Diu et avaient tenté à plusieurs reprises de la capturer sous le règne de Malik Ilyas et plus tard sous le règne de ses fils. Mais ils ne furent jamais capables de la soumettre et ils revinrent toujours déçus de leurs espérances par la volonté d’Allah. Cette fois, leur souhait et le décret d’Allah coïncidèrent, ce qui leur fut facilité.

Allah, Gloire à Lui et qu’Il soit Exalté, avait également décrété que le Sultan Bahadour Shah mourrait de leurs mains. Ils le tuèrent et jetèrent son corps dans la mer. En vérité, nous sommes à Allah et vers Lui nous revenons ! Cela se passa le 3 Ramadan 943 (1537).

Après le martyre du Sultan, Diu dans son ensemble passa sous le contrôle portugais et ils s’y installèrent. Tel était le décret d’Allah, le Tout-Sage et le Tout-Puissant. Personne ne doit repousser le Jugement d’Allah ni contester Sa volonté.

 

En l’an 944 de l’Hégire (1537), les Portugais tombèrent sur Parawanna et tuèrent Koutty Ibrahim Marakkar, le fils de ‘Omar ‘Ali Ibrahim Marakkar et ses amis avec lui. Ils mirent également le feu à la ville puis revinrent. Cela se produisit malgré le fait que le traité avec le roi Tanour était toujours en vigueur et que les habitants de Tanour et Parawanna faisaient des voyages commerciaux avec une licence de leur part. La raison de cet acte de violence était que Koutty Ibrahim aurait envoyé un navire chargé de poivre et de gingembre séché au port de Jeddah sans permis des Portugais. La seule chose que les Portugais détestaient le plus était les voyages commerciaux de poivre et de gingembre séché vers d’autres pays en particulier à Jeddah. (C’est là une des caractéristiques majeures des mécréants de ne jamais respecter les milliers de traités comme nous l’avons vu à travers les milliers de page de notre histoire).

 

Ensuite, les Samouri se rendirent à Kodoungallour pour combattre les Portugais et le dirigeant de Kochi. La guerre dura plusieurs jours et Allah insuffla la crainte dans l’esprit des Samouri par conséquent, ils revinrent sans rien obtenir. Puis les Portugais construisirent un fort à Kodoungallour et ce fut un obstacle important pour les Samouri.

C’est après cet incident que ‘Ali Ibrahim Marakkar et Faqih Ahmad Marakkar et son frère Kounhi Marakkar (qu’Allah les bénisse) partirent pour Kayal Pattanan dans une flotte de quarante-deux navires. Lorsqu’ils atteignirent Puttalam, ils amarrèrent les navires et y restèrent vains et oisifs pendant des jours. Les Portugais arrivèrent là-bas avec un petit nombre de navires et combattirent puis, comme prévu par Allah, ils capturèrent tous leurs navires. Beaucoup de membres du groupe de Marakkar tombèrent martyrs dans l’affrontement. Cela se produisit au mois de Sha’ban 944 (1538). Ceux qui survécurent retournèrent à Malabar. Près de Nallambilly sur le chemin de retour, ‘Ali Ibrahim Marakkar  décéda. Puisse Allah répandre sur lui Sa généreuse miséricorde et Ses bénédictions !

 

Les Portugais capturèrent aussi cette année quelques navires appartenant aux habitants de Kakkad près de Kannour. Puisse Allah Exalté ruiner ces transgresseurs diaboliques !

 

La visite de Souleyman Basha à Diu et dans les voisinages

 

C’est également en l’an 944 de l’Hégire (1538) que Souleyman Basha, le Wazir (Vizir) du Sultan turc Souleyman Shah, que nous avons déjà mentionné, arriva au port d’Aden entièrement préparé pour la guerre, avec une flotte de cent navires de guerre, plusieurs cargos et autre attirail de guerre. Il tua Sheikh ‘Amir Ibn Daoud, le Sultan du lieu, et quelques autres des gens là-bas et captura le port. Puis il marcha contre le Gujarat et tomba sur Diu. Il détruisit la majeure partie des murs du fort avec les énormes canons qu’il avait apporté avec lui. Au cours du combat, Allah instilla la peur du portugais dans l’esprit de Souleyman Basha et il retourna en Egypte puis de là, partit pour Roum. Lorsque les Portugais arrivèrent à Diu, ils réparèrent et reconstruisirent les forts et les rendirent plus sûrs.

 

Un an après la mort de ‘Ali Ibrahim Marakkar, Faqih Ahmad Marakkar et son frère Kounhi Marakkar partirent pour Ceylan dans une flotte de onze navires. En apprenant cela, les Portugais les chassèrent, les combattirent et capturèrent leurs navires. Beaucoup d’entre eux furent martyrisés et ceux qui survécurent allèrent à la rencontre du roi de Ceylan. Faqih Ahmad Marakkar et Kounhi Marakkar étaient parmi eux. Cependant, le roi de Ceylan les assassina traîtreusement. En vérité, nous sommes à Allah et vers Allah nous retournons.

 

Le quatrième Traité Samouri-portugais

 

Au mois de Sha’ban 946 de l’Hégire (1540), les Portugais revinrent chez le Samouri en quête de paix. Ce dernier était alors à Ponnani et la paix fut conclue en présence du roi Tanour et du roi Kodoungallour. Par la suite, les sujets de Samouri commencèrent à entreprendre des voyages commerciaux avec des laissez-passer des Portugais.

 

Puis, le 8 Mouharram, 952 (1545), les Portugais tuèrent un dirigeant éminent de Kannour, Abou Bakar ‘Ali. Son beau-frère, Kounhi Souppy, fut également tué avec lui. Abou Bakar ‘Ali était l’oncle d’Arakkal ‘Ali Adhraja et Kounhi Souppy, son père, qu’Allah les bénisse. Cela provoqua une hostilité durable entre les Portugais et les habitants de Kannour. Finalement, la paix fut établie.

 

Hostilité entre les Samouri et les Portugais

 

Un Traité fut signé le 1 Mouharram 957 (1550) entre le Samouri et l’un des dirigeants de Malabar, qui était l’allié important du souverain de Kochi et dont le territoire était adjacent à Kochi sur le côté sud. Les Portugais l’appelaient le « roi du poivre » car de grandes quantités de poivre étaient exportées de ses villes. Il devint l’un des alliés du Samouri et lui donna son royaume. En retour, le Samouri reconnaîtrait son frère comme le quatrième dans la lignée des Samouri. Le Samouri fit donc de son frère le quatrième de la succession conformément à l’ancienne coutume prévalant à Malabar. Lorsque le « roi du poivre » retourna dans sa ville, le dirigeant de Kochi et les Portugais arrivèrent pour lui faire la guerre et dans la bataille qui suivi, le roi du poivre fut brûlé vif.

Cela se produisit en Joumadah al-Awwal 957 de l’Hégire (1550).

Lorsque la nouvelle de la mort du roi du poivre parvint au Samouri, il partit immédiatement de Calicut pour combattre les Portugais et leur allié. Il atteignit la ville du roi du poivre et combattit les Portugais et le roi de Kochi. Il dut dépenser énormément de sa richesse pour cela, mais retourna à Calicut, sans rien gagner ni pour lui ni pour son allié.

 

Le 8 Joumadah al-Akhir, de la même année, un grand corps des troupes du roi du poivre traversa la rivière et entra dans Kochi. Ils mirent le feu à chaque maison qu’ils dépassèrent. La dévastation qu’ils causèrent à Kochi fut immense. Ils le firent parce que leur roi avait été tué dans la lutte contre le dirigeant de Kochi et les Portugais. Puisse Allah les châtier d’un châtiment sévère. Amin.

Cela provoqua un conflit entre les Samouri et les Portugais. Les Portugais partirent de Goa avec des préparatifs massifs de guerre et débarquèrent à Tikkodi. Ils incendièrent les maisons, les centres commerciaux et la grande mosquée de Joumou’ah. Cela se produisit samedi 14 Shawwal 957 (1550). Puis, ils arrivèrent à Pantalayani le deuxième jour de cet incident et incendièrent aussi les maisons et les magasins là-bas, ainsi que la grande mosquée de Joumou’ah construite au début de la propagation de l’Islam. Le jeudi suivant, ils débarquèrent à Ponnani à l’aube et incendièrent plusieurs maisons, entrepôts et quatre mosquées dont la grande mosquée de Joumou’ah. Dans ces trois villes, un grand nombre de Musulmans furent martyrisés.

 

Vers la fin de Joumadah al-Akhir 960 (1553), un rapport se répandit largement à Malabar selon lequel ‘Ali ar-Roumi, l’un des chefs militaires des Musulmans, fut martyrisé au cours de son combat avec le Portugais près de Kilakkara et que tous ses navires furent capturés. Puisse Allah détruire les Portugais comme Il a détruit les ‘Ad et Thamoud. Amin. En vérité, nous sommes à Allah et vers Allah nous retournons ! Tel est le décret d’Allah, le Tout-Puissant et l’Omniscient. C’est juste avant cet incident que ‘Ali ar-Roumi avait capturé quelques-uns des navires portugais et débarqué à Punnakkayal près de Kayal Pattanam où les Portugais avaient élu domicile. Il attaqua, dérouta les Portugais et dévasta l’endroit.

 

En Rajab 960 de l’Hégire (1553), un Turc du nom de Youssouf arriva à Ponnani en provenance des Maldives, même si ce n’était pas la saison des voyages commerciaux. Il vint avec un certain nombre de très énormes canons pris aux Portugais qui vivaient sur l’île.

 

Views: 0