OSMANLI

Anas (radhiyallahou ‘anhou) rapporte aussi : « Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Aucun de ceux qui sont admis au ciel ne voudrait retourner sur terre, même si tout ce qui est précieux sur terre serait pour lui, sauf le martyr. Il aspirera à retourner dans ce monde et être ainsi tué dix fois. C’est parce qu’il détient le martyre si grand. »

 

Jabir (radhiyallahou ‘anhou) a dit : « Le jour de la bataille d’Ouhoud, un homme demanda au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « Où serai-je si je suis tué dans cette bataille ? » « Au Paradis, » répondit-il. Dès que cet homme entendit cela, il se lanca dans le champ de bataille en jetant la date qu’il avait en main et se battit avec acharnement jusqu’à ce qu’il soit tué. »

 

Sahl Ibn Sa’d (radhiyallahou ‘anhou) rapporte que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Monter la garde contre l’ennemi et le surveiller pendant une journée est mieux que ce monde et tous les objets de valeur qu’il contient. »

 

Abou Moussa (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté : « Une fois, un homme vint en présence du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et demanda : « Il y a des gens qui se battent pour atteindre la gloire et la richesse. Qui est celui qui combat pour la cause d’Allah ? » Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) répondit : « Celui qui se bat pour élever les paroles d’Allah Très Haut. » »

 

Abou Sa’id al-Khoudri (radhiyallahou ‘anhou) a dit que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Le croyant qui se bat pour la cause d’Allah en confiant sa vie et sa richesse à Allah est le meilleur de l’humanité. »

 

Al-Boukhari, sur l’autorité d’Abou Hourayrah (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté : « Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Allah a mis de côté cent degrés de distinction dans le ciel pour ceux qui combattent pour Sa cause. La distance entre un niveau et l’autre est la distance entre le ciel et la terre. Quand vous demandez à Allah, demandez al-Firdaous. C’est dans le centre du Paradis et le plus grandiose. Le trône d’Allah, le Tout Miséricordieux, est au-dessus. De lui jaillissent les rivières du Paradis. »

 

Abi ‘Abbas ‘Abd ar-Rahman Ibn Jabir (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté que le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « L’enfer ne saura toucher un homme dont ses pieds se sont couverts de poussière en combattant dans la voie d’Allah. »

 

Abou Qays (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté qu’il entendit Sa’d (radhiyallahou ‘anhou) dire : « Je suis le premier parmi les Arabes à avoir tiré une flèche dans la cause d’Allah. Nous combattions ensemble en compagnie du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Puis, comme nous n’avions rien d’autre à manger, nous nous nourrissions de feuilles d’arbres. Par conséquent, nos excréments ressemblaient aux excréments de chameaux et de moutons. »

 

Abou Hourayrah (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Celui qui engagera son cheval dans la voie d’Allah avec foi en Lui et croyance en Sa promesse, la nourriture et la boisson qu’il donne au cheval et ses excréments tous pèseront en sa faveur dans la Balance au Jour de la Résurrection. »

 

Mouslim a rapporté d’Abou Hourayrah (radhiyallahou ‘anhou) que le Prophète a dit : « Quiconque meurt sans avoir combattu ou même y avoir pensé, sa mort sera une mort d’hypocrisie. »

 

Abou Hourayrah (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Un non-croyant et son meurtrier au combat ne se réuniront pas en enfer. »

 

Abou Hourayrah (radhiyallahou ‘anhou) a aussi rapporté que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Pour quiconque la meilleure vocation dans la vie est de tenir le harnais d’un cheval dans ses mains dans la cause d’Allah ; il se précipite vers tous les endroits bruyants et tumultueux de son cheval, aspirant à la mort ou voulant tuer ; ou celui de celui qui vit sur cette colline ou cette vallée faisant paitre ses moutons, accomplissant régulièrement les prières et donnant la zakat (charité obligatoire) à ceux qui y ont droit et restent ainsi dans l’adoration d’Allah jusqu’à sa mort. Ces personnes réussiront. »

 

Jabir Ibn Samourah (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Cette religion survivra sûrement. Il y aura toujours un groupe parmi les Musulmans pour se battre pour cela jusqu’au dernier jour. »

 

Salman al-Farissi (radhiyallahou ‘anhou) a dit qu’il entendit le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) dire : « Veiller contre les ennemis une nuit et une journée entière est plus grand en vertu que de jeuner un mois et de prier toute la nuit. S’il se fait tuer en agissant ainsi, la récompense et le degré de distinction qu’il obtiendra seront les mêmes que ceux qu’il aurait pu obtenir pour mener à bien sa mission. Ses provisions sont certaines et il sera libéré de toutes les misères. »

 

‘Ouqbah Ibn ‘Amir (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté qu’il entendit le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) dire depuis la chaire : « Faites autant de préparatifs que vous pouvez contre vos ennemis. Le tir à l’arc est le pouvoir, le tir à l’arc est le pouvoir, le tir à l’arc est le pouvoir. »

 

‘Ouqbah Ibn ‘Amir a aussi rapporté que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Celui qui a appris le tir à l’arc et l’a abandonné plus tard n’est pas l’un de nous. »

 

Abu Mas’oud al-Ansari (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté : Une fois, un homme est venu vers le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) avec une jument attelée et dit : « Je soumets ceci pour la cause d’Allah. » Le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) lui dit : « Pour cela tu recevras sept cents juments attelées le jour de la résurrection. » »

 

Masrouq (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté : Nous avons questionné ‘Abdallah Ibn Mas’oud (radhiyallahou ‘anhou) à propos du verset suivant du Qur’an : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés. » ‘Abdallah Ibn Mas’oud (radhiyallahou ‘anhou) l’expliqua comme suit à partir de ce qu’il apprit du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « Les âmes de ceux qui sont morts pour la cause d’Allah volent joyeusement et planent dans le ciel en prenant la forme d’oiseaux de couleur verte.

Certaines lampes sont suspendues au trône divin pour eux. Ils se rassemblent autour de ces lampes. Allah apparaît devant eux et leur demande s’ils souhaitent quelque chose. Ils répondent : « Que souhaitons-nous d’autre ? Nous sommes déjà dans le Paradis et nous allons partout où nous voulons. » On leur posera cette question trois fois. Percevant ainsi finalement qu’Allah ne les laissera pas partir sans demander une faveur, ils invoqueront : « Ô Seigneur ! Nous souhaitons que nos âmes soient retournées dans nos corps, afin que nous soyons tués une fois de plus pour Ta cause. » Puisqu’ils n’ont aucun autre souhait, Allah s’éclipsera. »

 

‘Abdallah Ibn ‘Amr Ibn al-‘As (radhiyallahou ‘anhoum) a rapporté que le Prophète a dit : « La mort dans la cause d’Allah rachètera tout sauf les dettes. »

 

Anas (radhiyallahou ‘anhou) raconta la scène du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et de ses compagnons face aux polythéistes à Badr. Le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) dit à ses compagnons : « Elevez-vous au Paradis aussi large que les cieux et la terre. » ‘Oumayr Ibn al-Hamam (radhiyallahou ‘anhou) pleura. « Qu’est-ce qui te fait pleurer ainsi,  » demanda le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ? « Ô Messager d’Allah, par Allah ! Je le fais pour aucune autre raison que mon espoir d’être l’un des habitants du Paradis », dit-il. « Certes, tu en fais certainement déjà partie, » répondit le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Il mangea des dattes de sa petite bourse. Dès qu’il entendit ces paroles du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), il jeta toutes ses dates en disant : « Une vie ne suffirait pas pour que je finisse de manger ces dates ! » Il se battit contre les ennemis et fut tué.

 

At-Tirmidi et Abou Daoud (rahmatoullah ‘aleyhim) ont rapporté de Foudalah Ibn ‘Oubayd (radhiyallahou ‘anhou) que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Les actes de chaque individu prendront fin par sa mort, sauf dans le cas de celui qui a veillé contre les ennemis dans la cause d’Allah et qui est tué. Ses actes continueront de croître jusqu’au dernier jour. Il sera également à l’abri de toutes les misères de la tombe. »

 

Abou Daoud a rapporté d’Abou Oumamah (radhiyallahou ‘anhou) que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Si un homme ne se bat pas dans une bataille ou n’aide pas un combattant à se préparer pour un combat, ou coopère dans l’effort ou au moins se met au service de la famille d’un combattant en son absence, la colère divine tombera sur lui dans ce monde même avant le Jour de la Résurrection. »

 

‘Imran Ibn Houssayn (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Il y aura toujours un groupe de fidèles qui se battront pour la vérité et resteront courageux et fermes devant les ennemis, jusqu’à ce qu’al-Dajjal soit finalement tué. »

 

At-Tirmidi a rapporté d’Ibn ‘Abbas (radhiyallahou ‘anhou) que le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Le feu de l’enfer ne touchera pas deux types d’yeux. Les yeux qui pleurent par crainte d’Allah et les yeux qui veillent pour la cause d’Allah. »

 

Abou Hourayrah (radhiyallahou ‘anhou) a rapporté qu’une fois, l’un des compagnons, alors qu’il voyageait le long d’une vallée de montagne, tomba sur une rivière avec de l’eau cristalline qui coulait dedans. Séduit par cela, il souhaita s’installer dans cette localité loin de son peuple. Interrogé à ce sujet, le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) répondit : « Non, la récompense et le degré d’un homme qui part pour le jihad pour la cause d’Allah est plus grand que ce qu’un homme peut accomplir en accomplissant des prières chez lui pendant soixante-dix ans. Ne souhaitez-vous pas qu’Allah pardonne vos péchés et vous admette au Paradis ? Combattez pour la cause d’Allah ! Celui qui aura combattu dans la voie d’Allah le temps qu’il faut pour traire un chameau peut être assuré d’entrer au Paradis. »

 

Views: 0