OSMANLI

4- La Nation Islamique doit atteindre la caractéristique de la bonté, comme décrit dans le verset :

« Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. » (Qur’an 3: 110)

 

 5- Éviter les attributs des hypocrites. Allah, Exalté et Loué soit-Il, dit :

« Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la Ṣalāt, acquittent la Zakāt et obéissent à Allah et à Son messager. » (Qur’an 9: 71)

 

(5) « Ô fils, honore ton entourage et sois généreux envers ton armée. »

Afin d’accomplir son devoir de guider les gens vers la vertu, la Nation Islamique doit être bonne elle-même ; Elle est témoin sur les autres nations, parce que c’est une nation intermédiaire. Allah, Exalté et Loué soit-Il, dit :

« Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes pour que vous soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous. » (Qur’an 2: 143)

 

Il y a des droits mutuels entre le dirigeant et ses sujets, droits qui ont été énoncés dans le testament de ‘Uthman à son fils. Les Ottomans assurèrent l’établissement de ces droits.

Parmi les droits des dirigeants envers leurs sujets figurent :

  1. La préservation de la foi pure de l’Oummah.
  2. Faire tous les efforts pour unifier l’Oummah.
  3. Protéger l’Oummah de ses ennemis.
  4. Protéger les propriétés des gens des corrupteurs et des hors-la-loi.
  5. Préparer l’Oummah concernant le Jihad.
  6. Préserver tout ce qui est dicté par la Shari ‘ah.
  7. Collecte de charité, argent et aumône de la Zakat, et distribution légale.
  8. Sélection de personnes de confiance pour des postes de responsabilité.
  9. Accorder aux sujets leurs droits auprès du Bayt-al-Mal (Trésor Public), mais sans extravagance et en temps voulu.
  10. Superviser directement les affaires de la population dans toute administration liée au bien-être public.

 

Certains des droits des sujets envers leurs dirigeants :

  1. Obéissance : Allah, Exalté et Loué soit-Il, dit :

« Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. » (Qur’an 4: 59)

 

La société ottomane observa une obéissance totale à ses dirigeants, tant qu’ils furent attachés à la Shari ‘ah, car ils savaient que l’obéissance aux dirigeants était limitée à l’obéissance de ces derniers à Allah et à Son Messager ; comme le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) l’a dit : « Obéissez-lui dans la mesure où il obéit à Allah ; et désobéissez dans les affaires impliquant la désobéissance à Allah. » Sahih Mouslim

 

  1. Assistance :

La société ottomane se rassembla toujours autour de ses dirigeants légaux et répondit à leur appel au Jihad pour Allah. Les Ottomans considéraient leur soutien à leurs dirigeants comme un acte d’adoration envers Allah, Exalté et Loué soit-Il, qui dit :

« Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété. » (Qur’an 5: 2)

 

Leur conception du soutien de leurs dirigeants signifiait qu’ils devaient leur témoigner le plus grand respect. Ce concept nécessite que le respect et l’honneur soient montrés envers le chef, comme l’a dit le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « Glorifier Allah implique honorer un Musulman aux cheveux gris et à celui qui peut interpréter le Qur’an mais pas à celui qui agit de manière extravagante à son égard ou s’en détourne et d’honorer un dirigeant juste. » Abou Daoud

 

  1. Conseils sincères :

La société ottomane avait l’habitude de fournir des conseils sincères à ses dirigeants, conformément au Hadith du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) dans lequel il dit : « La religion est sincérité (trois fois) » les Compagnons demandèrent : « À qui, ô Messager d’Allah ? » Il répondit : « A Allah, Son Livre, Son Messager, et aux dirigeants des Musulmans et des gens. » Sahih Mouslim

 

  1. Réforme :

La société ottomane comprit que la justesse continue de l’Oummah dépendait de la droiture de ses dirigeants. Les érudits justes prirent de nombreuses positions glorieuses pour réformer et guider correctement les dirigeants, par exemple le Sheikh ‘Ala’ ad-Din ‘Ali Ibn Ahmad al-Jamali, décédé en 932.

 

(6) Ne te laisse pas tromper par Satan à propos de ton armée et ta richesse.

Cette signification peut être perçue par une personne qui comprend le Qur’an et en est affectée, celle qui réfléchit à la vie des Prophètes et des Messagers, et sait ainsi que tout succès vient d’Allah et non des armées ni des richesses. Telle était la position du Prophète Youssouf ; Allah, Exalté et Loué soit-Il, dit :

« Ô mon Seigneur, Tu m’as donné du pouvoir et m’as enseigné l’interprétation des rêves. [C’est Toi Le] Créateur des cieux et de la terre, Tu es mon patron, ici-bas et dans l’au-delà. Fais-moi mourir en parfaite soumission et fais-moi rejoindre les vertueux. » (Qur’an 12: 101)

 

Concernant le verset ci-dessus, Ibn al-Qayyim a dit : « Cette invocation combina la confirmation de l’Unicité d’Allah, Exalté et Loué soit-Il, la soumission à Lui, le besoin de Lui et l’allégeance à Lui Seul. »

 

Lorsque Dzoul Qarnayn (l’homme juste mentionné dans la Sourate al-Kahf) acheva la construction du grand barrage pour le peuple opprimé, bien qu’il ait une armée, de l’argent et une autorité sur les nations, dit humblement :

« C’est une miséricorde de la part de mon Seigneur. » (Qur’an 18: 98) C’est une expression belle et bénie, qui a de nombreuses connotations :

Sayyid Qoutb a déclaré : « Dzoul Qarnayn regarda son excellent travail et ne ressentit ni fierté ou arrogance ni fut excité par sa puissance et ses connaissances. Mais plutôt, il se souvint d’Allah et le remercia, et lui attribua tout ce bon travail.

L’une des plus grandes méthodes de rappel d’Allah est lorsqu’une personne se souvient de la grâce d’Allah sur elle, qu’elle réfléchit aux bénédictions d’Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, sur elle et ainsi s’humilie devant son Seigneur.

 

Ainsi fut le testament de ‘Othman à son fils le mettant en garde contre Satan et ses mauvaises voies.

 

(7) C’est avec le Jihad que notre religion atteint tous les horizons et que le Plaisir d’Allah est atteint.

‘Uthman al-Awwal, que la miséricorde d’Allah soit sur lui, croyait que la propagation de la religion d’Allah (l’Islam) aux horizons les plus éloignés pouvait être réalisée en accomplissant le Jihad pour Allah, à Lui les Louanges et la Gloire. L’objectif principal du Jihad est d’élever la Parole d’Allah, pour L’adorer Seul ; c’est-à-dire sans partenaires en dehors de Lui. Allah, Exalté et Loué soit-Il, dit :

« Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. Je ne cherche pas d’eux une subsistance ; et Je ne veux pas qu’ils me nourrissent. En vérité, c’est Allah qui est le Grand Pourvoyeur, Le Détenteur de la force, l’Inébranlable. » (Qur’an 51: 56-58)

 

Le concept d’adoration domine tous les aspects de la vie, ainsi que les affaires de l’au-delà, car la vie et la mort de l’homme le sont pour Allah. Ceci est expliqué dans le verset :

« Dis : « En vérité, ma Ṣalāt, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers. » » (Qur’an 6: 162)

 

C’est dans ce but que ‘Uthman al-Awwal, partit avec son armée et sa population, luttant dans la Voie d’Allah alors que leur devise était : Allah nous a envoyés pour guider qui Il veut, de l’adoration des humains vers l’adoration d’Allah, Seul ; de l’étroitesse de ce monde à son immensité et de l’oppression de toute pratique religieuse déviante à la justice de l’Islam.

 

Le seul moyen pour les Ottomans d’établir le jugement d’Allah et le système d’Allah sur terre était par le Jihad pour l’amour d’Allah.

Lorsque les pays chrétiens essayèrent d’empêcher l’expansion de l’État Ottoman en faisant des attaques sporadiques, ils furent confrontés au Jihad, qui repoussa toutes leurs attaques répétées. Les dirigeants ottomans suivirent les paroles d’Allah, Exalté et Loué soit-Il, qui dit :

« Combattez dans la voie d’Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs ! Et tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. » (Qur’an 2: 190-191)

Les Ottomans suivirent ce commandement et travaillèrent à éliminer tous les obstacles qui empêchaient les gens d’écouter l’appel d’Allah qui leur fournit le concept d’existence le plus parfait et le système pour le développer.

 

L’État Ottoman pratiqua le Jihad pour Allah et réussit à conquérir, avec l’aide d’Allah, de nombreuses terres où l’Islam resta la foi du peuple, comme dans les Balkans. Il contribua également à protéger les populations d’Afrique du Nord des attaques perverses des Chrétiens, assurant la protection de cette foi islamique.

 

(8) « Quiconque parmi ma progéniture dévie du chemin de la Vérité et de la Justice, sera privé de l’Intercession du Prophète Muhammad (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) le Jour de la Résurrection. »

‘Uthman déclara clairement qu’il était innocent de quiconque s’écarterait de la voie de la vérité et de la justice, et appela quiconque le remplacerait à adhérer à la vérité et établir la justice entre les gens.

La justice est la pierre angulaire de l’établissement d’une Société Islamique et d’un règne divin. Il n’y a pas de place dans l’Islam pour une société dirigée par l’oppression et l’injustice. C’est pour cette raison que l’Islam se concentre sur l’établissement de cette fondation et la soutient.

 

Il existe de nombreux versets du Qur’an et des paroles du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qui soulignent ceci :

« Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. » (Qur’an 16: 90)

« Certes, Allah vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants-droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. Quelle bonne exhortation qu’Allah vous fait ! Allah est, en vérité, Celui qui entend et qui voit tout. » (Qur’an 4: 58)

« Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l’ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux, Allah a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous). Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous le refusez, [sachez qu’] Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. »  (Qur’an 4: 135)

 

Allah, Exalté et Loué soit-Il, interdit l’injustice et promet la destruction aux oppresseurs de ce monde, et un châtiment douloureux dans l’au-delà. Il dit :

« Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Il leur accorde un délai jusqu’au jour ou leurs regards se figeront. » (Qur’an 14: 42)

 

C’est selon cette orientation divine que ‘Uthman se motiva pour établir la justice parmi les gens. Il mobilisa son armée et utilisa tous ses moyens pour diffuser le Message de l’Islam, afin que les gens puissent connaître leur Créateur. Il combina les grandes conquêtes de l’épée avec les conquêtes des cœurs, en ayant une foi solide et de bonnes manières. Sa méthode pour traiter les gens était basée sur les paroles d’Allah :

« Il dit : « Quant à celui qui est injuste, nous le châtierons ; ensuite il sera ramené vers son Seigneur qui le punira d’un châtiment terrible. Et quant à celui qui croit et fait bonne œuvre, il aura, en retour, la plus belle récompense. Et nous lui donnerons des ordres faciles à exécuter. » » (Qur’an 18: 87-88)

 

(9) « Ô fils, nous ne sommes pas de ceux qui font la guerre pour le plaisir du pouvoir ou de l’autorité individuelle. Nous vivons par l’Islam et par l’Islam nous mourons.

Ce paragraphe du testament montre la nature de l’État Ottoman, qui le distingue des autres états. Le principal objectif de sa fondation était de défendre l’Islam, d’élever sa bannière et de détruire l’état de Byzance qui était une menace constante pour les Musulmans vivant dans leurs maisons. C’est ce sens qui donna le titre d’al-Ghazi (le combattant dans la Voie d’Allah, à Lui les Louanges et la Gloire) au chef de l’État Ottoman. De nombreux Musulmans répondirent à son appel au Jihad et rejoignirent son armée de guerriers, qui étaient prêts pour détruire l’état de Byzance et ainsi, protéger leur foi.

C’est ce testament à long terme que les dirigeants ottomans suivirent pendant leur glorieux règne.

 

‘Uthman al-Awwal laissa l’État Ottoman avec une superficie de seize mille kilomètres carrés. Il réussit à fournir à son état naissant une voie sur la mer de Marmara et utilisa son armée pour menacer deux villes byzantines principales: Iznik et Bursa (Broussa, Brousse).

 

Views: 0