OSMANLI

Finalement

 

L’histoire ottomane fit et fait toujours l’objet d’une campagne systématique de diffamation, de déformation, de falsification et de calomnie de la part des ennemis de l’humanité, mécréants et autres hypocrites, des ennemis d’Allah Exalté ainsi de la part des ignorants musulmans comme nous pouvons le voir fréquemment sur les forums et sites Internet de tous poils ou les gens se glorifient et se pavanent en rapportant des faits infondés, des contes et autres fanfaronnades sans la moindre science ou preuve. Les gens n’ont-ils rien d’autre à faire que de critiquer les ancêtres qui élevèrent la Parole d’Allah Exalté au péril de leurs vies quand eux-mêmes n’ont contribué en rien à l’essor de l’humanité et qui continuent de vivre sur le dos des gens comme des parasites ?

 

Une grande partie des historiens arabes et turcs suivirent et suivent toujours également le chemin de ces ennemis du Califat. Les États Européens parrainèrent un front contre le Califat Islamique, et soutinrent les historiens d’Egypte et d’ash-Sham (Palestine, Syrie et Liban) pour imposer le mouvement national laïc, né à Paris, dirigé par des personnes comme al-Boustani, al-Yaziji, George Zaydan, Adib Ishaq, Salim Naqqash, Shalbi Shamil, Salamah Musa et d’autres mounafiq. Que ce qu’ils firent et font toujours est mauvais.

Les francs-maçons réussirent à dominer les nationalistes intellectuels au sein des populations islamiques, qui furent soumis à la direction maçonnique plus qu’à leur propre réponse à la demande de leur peuple, en particulier en ce qui concerne la mise en œuvre de l’Islam.

 

Les historiens qui travaillèrent et continue de travailler à diffamer l’image de l’État Ottoman rapportent des mensonges, donnent de faux arguments pour déformer la vérité sur le règne glorieux des Ottomans, dans une campagne de recherche caractérisée par leur haine enragée aveugle envers l’Islam en général et le rôle qu’il joua dans la modernisation de l’humanité en général à travers le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Néanmoins, un groupe d’érudits musulmans réfuta l’accusation de l’ennemi, en défense de l’État Ottoman, dont les réponses les plus significatives furent celles de :

– Dr ‘Abd al-‘Aziz ash-Shannawi, en trois grands volumes, intitulés : L’État Ottoman est un État Islamique soumis à la calomnie.

– Dr Muhammad Harb, Les Ottomans dans l’histoire et la civilisation et Sultan Muhammad al-Fatih, le conquérant de Constantinople et le défenseur des Roumains.

– Dr Muhammad Mouwaffaq Bani al-Mourjah, La renaissance du malade.

 

 

Premier Hadith

 

Le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) a dit : « Constantinople sera conquise par les mains d’un homme, bénit soit le chef de cette conquête, et bénie soit cette armée ! »

La ville de Constantinople (connue aujourd’hui sous le nom d’Istanbul) fut illuminée et bénie par l’Islam en l’an 855 Hijri (1453).

Cette conquête s’avéra être l’une des plus grandes de l’histoire militaire. Constantinople était considérée comme l’une des villes les plus importantes et les plus grandes du monde. Elle fut bâtie en 330 de l’ère de ‘Issa Ibn Mariam (selon le faux calcul de sa naissance puisque comme vous le savez ‘Issa n’est pas né un 25 décembre) et devint la capitale de l’Empire Byzantin. En raison de sa position stratégique naturelle et de ses défenses artificielles, Constantinople devint la nouvelle capitale. Elle était entouré d’eau sur trois côtés et protégé par un mur du quatrième côté. En raison de son excellente défense stratégique naturelle, la ville était presque impossible à conquérir.

 

La narration du Hadith que nous avons rapporté devint une inspiration et une motivation pour de nombreux Musulmans qui tentèrent de conquérir la ville, car ils voulaient être cette armée bénie avec ce chef béni. Bien que des Compagnons et chefs célèbres aient pu conquérir les villes environnantes, ils ne purent jamais conquérir Constantinople, malgré de nombreuses tentatives.

 

Les tentatives de siège de Constantinople furent donc interrompues pendant 700 ans après l’an 155 de l’Hégire, car cela semblait impossible. Cet honneur devait être donné à un homme connu sous le nom de Muhammad II, al-Fatih. Ce grand commandant et chef eut une éducation très noble. Son père veilla à ce qu’il reçoive la meilleure éducation, désireux de le voir grandir en tant que Musulman complet, un Musulman qui servirait pleinement l’Islam et qui serait prêt à sacrifier sa vie pour l’Islam.

L’un des aspects les plus distingués de sa vie était qu’il était toujours en compagnie d’érudits et jamais il ne perdit son temps en compagnie de farceurs ou de clowns. Telle était sa connaissance, qu’il aurait pu lui-même devenir un savant. Il se plongeait dans le culte pendant la nuit, et ne manqua jamais une prière en congrégation.

 

Hormis l’aspect spirituel de l’Islam, il ne négligea jamais l’autre aspect de l’Islam, à savoir la capacité de rester en bonne forme physique afin de se défendre et de défendre sa religion. C’était un superbe cavalier et un soldat exceptionnel, une qualité qui avait été présente chez tous les Musulmans de la première génération de l’Islam, mais qui a presque disparue et devint négligée ces derniers temps.

 

Muhammad al-Fatih détestait une vie de luxe car cela l’aurait distrait de son voyage de retour vers l’au-delà. Il connaissait le Hadith du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), mentionnant la conquête de Constantinople et ce Hadith l’inspira dès son plus jeune âge. Il souhaita être ce chef béni, ce qui contraste fortement avec la situation qui prévaut aujourd’hui.

 

Muhammad al-Fatih étudia en profondeur l’histoire militaire des Musulmans, avec toutes leurs tentatives de conquête de Constantinople. Il étudia toutes les défaites qui furent infligées aux Musulmans, ainsi que tous les domaines qui pourraient être améliorés, car Constantinople n’était pas encore conquise et bénie par la lumière de l’Islam.

Muhammad II (al-Fatih) devint calife et prit ainsi le contrôle de tout le califat ottoman à l’âge de 22 ans !

Alors, tous ses préparatifs purent être mis en action, car il était le calife. Ce qui allait suivre était l’une des conquêtes les plus étonnantes et les plus inégalées jamais entreprises dans l’histoire militaire. Telle était cette conquête que même ses ennemis furent abasourdis et étonnés par ses méthodes peu orthodoxes. Ils reconnu et rendirent hommage à son éclat, à ses tactiques uniques qui furent exécutées au cours de cette conquête.

 

Je vous pose la question : Qui à 22 ans de nos jours a achevé ce qu’il a accompli dans toute l’Histoire de l’Humanité ? Vu les préparatifs qu’il déploya et tous les évènements extraordinaires qui lui valurent la victoire peut-on considérer Muhammad II al-Fatih comme celui mentionné dans le Hadith : « Constantinople sera conquise par les mains d’un homme, bénit soit le chef de cette conquête, et bénie soit cette armée ! »

 

Views: 0