OSMANLI

Gazi Hassan Bacha d’Alger

 

Gazi Hassan Bacha d’Alger était un marin ottoman particulièrement connu pour son intrépidité qui devint plus tard un homme d’état important. On suppose qu’il est né à Gallipoli en 1125 (1713). On lui donna le surnom de Palabiyik (personne portant une moustache en forme de guidon) en raison de son apparence grandiose et de sa grande et énorme moustache. Il devint plutôt connu avec le surnom qu’on lui  attribua par la suite, Cezayirli (qui signifie d’Alger) et le titre Gazi (combattant vétéran).

 

Hassan Bacha passa toute sa vie à mener des batailles héroïques pour son pays et il s’impliqua également dans l’aide aux nécessiteux. Pendant sa jeunesse à Tekirdag, il fut un grand observateur des navires qui voyageaient vers des destinations lointaines. À l’âge de dix-sept ans, devenu un jeune homme et Tekirdag ne pouvait plus satisfaire sa curiosité ni répondre à ses ambitions, il eut enfin la chance de voyager avec les navires de commerce dans les mers dont il rêvait depuis très longtemps.

 

Il rejoignit le corps des janissaires à 25 ans, pendant les campagnes Autriche-Russie 1151 (1738) et fut enregistré dans le bataillon numéro 25. Il prit part au siège de Belgrade et aux batailles du Péloponnèse et Hisarcik, après quoi son nom devint très célèbre en peu de temps. Il retourna à Tekirdag après la guerre et épousa la fille de Hajji ‘Uthman Aga.

 

Il voulut à nouveau vivre en tant que marin et prévoyait de naviguer vers Alger, mais son navire percuta un bateau pirate mécréant dans la Méditerranée. Lorsque les deux navires tentèrent de se séparer, le jeune Hassan resta dans le bateau pirate en raison d’une forte tempête et dû combattre les pirates. Il ne montra aucun signe de peur et ne fut pas surpris mais se battit héroïquement et tua la plupart d’entre eux. Il en emprisonna quelques-uns à l’intérieur de l’entrepôt et se retrouva tout seul sur un navire au milieu des mers orageuses, sans capitaine ni équipage pour naviguer sur le navire.

Les Algériens virent ce navire et s’informèrent. Ils admirèrent l’héroïsme de Hassan et lui laissèrent le navire. Ils lui offrirent également un café (boutique) à Alger et il fut directement promu dans la classe de Dayilik à Alger et devint peu après gouverneur de Tilimsen (Tlemcen).

 

À partir de là, Hassan fut nommé Cezayirli. Lorsque des conflits surgirent entre lui et le gouverneur d’Alger en raison de la jalousie et des divergences, il se rendit à Istanbul via l’Espagne et l’Italie, où il commença à servir dans le chantier naval.

Il fut recruté comme capitaine du galion appelé Sehbaz-i Bahri de l’Armada Ottomane au mois de Ramadan 1174 (avril 1761). Il fut promu contre-amiral en 1175 (1762) et nommé capitaine du galion Berid-i Zafer le 13 Shawwal 1176 (27 avril 1763). Trois ans plus tard, il fut promu vice-amiral 18 Shawwal 1179 (30 mars 1766) et nommé capitaine du galion ‘Uqab-i Bahri la même année. Plus tard, au cours de la même année, il devint capitaine du Peleng-i Bahri Kalyonu le 28 Rajab 1180 (30 décembre 1766).

 

Le 8 Joumada al-Oula 1182 (20 septembre 1768), Hassan Bacha fut nommé capitaine du galion Neheng-i Bahri puis, il fut promu au poste le plus élevé après le Grand Amiral en tant qu’Amiral, sur la base de sa carrière réussie. La guerre turco-russe avait commencé lorsque l’amiral Hassan Bacha occupait cette position.

Le Grand Amiral Hussam ad-Din Bacha, l’Amiral Hassan Bacha Cezayirli et le Contre-Amiral Ja’far Bacha prirent la route terrestre vers Izmir après la catastrophe du port de Chisma.

 

Plus tard, Hassan Bacha reçut l’ordre de se rendre à Canakkale pour faire rapport au gouvernement sur la situation à Chisma. Le capitaine Ja’far et deux gouverneurs généraux furent nommés Grand Amiral au lieu de Hussam ad-Din Bacha qui fut démis de ses fonctions. Hassan Bacha fut promu Gouverneur Général et Amiral.

 

Après deux ans de défaite lors de batailles terrestres et navales, le Sultan Mustafa III fut très content que Limni ait été sauvé. En Sha’ban 1184 (novembre 1770), il promut Hassan Bey Cezayirli Grand Amiral en lui accordant trois rangs de Vizir. De plus, il reçut un manteau en peau de zibeline et une guirlande dorée ainsi que quatre cents guirlandes et cinq mille piastres à offrir aux soldats qui devinrent des héros de guerre. Dès lors, les ordres écrits envoyés à Hassan Bacha portaient le titre Gazi avant son nom.

 

Les Russes déclarèrent le blocus des côtes turques lors de leur opération en 1186 (1772), mais ne purent pas empêcher la défaite chaque fois qu’ils devaient affronter Gazi Hassan Bacha d’Alger. Pendant ce temps, le commandant en chef du détroit de Canakkale, ‘Ali Moldavanci Bacha fut paralysé, c’est pourquoi il fut envoyé à Tekirdag pour y résider. Le 4 Rabi’ ath-Thani 1186 (5 juillet 1772), Gazi Hassan Bacha d’Alger fut également nommé commandant en chef du détroit de Canakkale.

 

Les Russes fortifièrent leurs troupes danubiennes et attaquèrent en 1188 (1774). Lors de leur attaque, Malik Muhammad Bacha fut nommé Grand Amiral en tant que représentant de Gazi Hassan Bacha (Dzoul Hijjah 1187 / Février 1774), et il fut nommé Gouverneur d’Anatolie et Commandant en Chef de Ruscuk (Ruse en Bulgarie).

 

Après le Traité de Kaynarca le 12 Joumada al-Oula 1187 (21 juillet 1774), Gazi Hassan Bacha d’Alger fut affecté pour la deuxième fois Grand Amiral. Il conserva son poste pendant 15 ans. Il éclipsa les Grands Vizirs avec l’impression qu’il fit sur le Sultan et devint Saltanat Atabeyi (Ministre de la Dynastie).

 

Le Sultan Salim III qui arriva au pouvoir à la mort de ‘Abd al-Hamid Ier, envoya le décret impérial concernant la destitution de Gazi Hassan Bacha d’Alger de ses fonctions de Grand Amiral de la Marine Ottomane et le maintien de ses fonctions de Gouverneur d’Anatolie et de Commandant en Chef de la forteresse d’Isma’il le 24 Rajab 1203 (20 avril 1789).

 

Après le licenciement de Kethouda Cenaze Hassan Bacha, il devint Grand Vizir le 15 Rabi’ al-Awwal 1204 (3 décembre 1789), mais il ne put occuper ce poste que trois mois. Il mourut le 14 Rajab 1204 (30 mars 1790) à Sumnu après avoir pris froid à la suite d’une promenade dans le froid. Il fut enterré au Lodge des Dervish de Bektasi à Sumnu. Puisse Allah Exalté lui faire miséricorde.

 

Gazi Hassan Bacha d’Alger servit le monde maritime et son pays pendant de longues années au poste de Grand Amirauté. Il croyait à la modernisation de la Marine et au fait que l’Empire devait s’impliquer dans la politique maritime dans une mesure directement proportionnelle à sa grandeur.

 

En 1187 (1773), les Ottomans fondèrent l’École Impériale de Génie Naval où les officiers de la marine furent élevés de la même manière qu’ils l’étaient en Europe et ou enseignèrent les meilleurs professeurs de l’époque. En plus de cela, des experts en ingénierie navale furent amenés de l’étranger afin de restructurer les chantiers navals pour construire de nouveaux navires.

 

Levend Ciftligi, où les troupes du premier Nizam-i Cedit furent entraînées, était le camp militaire où Gazi Hassan Bacha d’Alger éduquait et entraînait ses propres troupes.

 

Outre la Caserne de Kalyoncu du chantier naval et la mosquée, Hassan Bacha possédait également de nombreuses fontaines sur l’île de Lesbos où l’eau était transportée depuis ses sources en 4 heures de trajet, une mosquée, un hammam et trois fontaines à Vize et de nombreuses fontaines à Lemnos, Chios, Kos et Rhodes. En plus de ces associations caritatives, Hassan Basha possédait un manoir à Kasimpasa et des fontaines à Istanbul Kasimpasa, près de Deniz Hastanesi (hôpital) (1191-1777), à Kulaksiz (1197-1783), Altinkum à Rumelikavagi (1199-1785), Buyukdere et Yenimahalle. Il fit construire le Barrage de Topuzlu par le Sultan Mahmoud I et le réseau hydrographique de Taksim.

 

Au cours de la campagne contre la Russie durant la période de ‘Abd al-Hamid, le Trésor public eut du mal à trouver des fonds et demanda l’aide de Hassan Bacha Cezayirli qui aida le Trésor avec de l’or d’une valeur de douze mille bourses.

 

Hassan Bacha était un homme d’honneur et un Vizir courageux. Il passa sa vie au large, à se battre et à lutter. Son passe-temps favori était la chasse aux lions dans les forêts d’Afrique. Les gens furent terrifiés quand ils le virent habillés de vêtements d’origine algérienne dans les chantiers navals tirant un lion qu’il avait apprivoisé.

 

Hassan Bacha était un homme intelligent avec une vision de l’avenir et il savait comment préserver l’unité de l’État Ottoman même en temps de crise. En particulier, l’évolution de la Mer Égée et de la Méditerranée après sa mort montra clairement ses qualités d’homme d’état capable de livrer quand l’unité de l’état était en jeu.

 

Views: 0