OSMANLI

Sudagabo

 

Sudagabo était un terme utilisé à la fin du 12ème (18e) siècle, et il n’y a aucun enregistrement s’il fut précédemment utilisé ou non. Il y avait deux classes d’artilleurs sur les galions, connus sous le nom de chronométreur et de canonnier au début du 12ème (18e) siècle, qui suivaient l’artilleur en chef et les gardes. Il n’y avait aucun mot sur les sudagabos. Les sudagabos étaient probablement la classe qui s’appelait auparavant les chronométreurs.

 

Parmi l’équipage des trois ponts du Mahmudiye en 1230 (1815), il y avait quatre canonniers en chef sous la catégorie sudagaboha maa sertopi (sur la section des ponts et à l’intérieur de l’entrepôt) et un sertopi-i emanet qui était l’assistant du chef canonnier ou sa réserve et 91 sudagabos. De même en 1234 (1819), sur un autre galion à trois ponts, il y avait quatre canonniers en chef et 120 sudagabos. Un galion à pont unique contenait un canonnier en chef sur le plateau ; un total de trois canonniers et 64 sudagabos. Une frégate contenait deux canonniers en chef enregistrés sudagabo maa sertopi et 32 ​​sudagabos.

 

Aylakci

 

La signification du dictionnaire d’Aylak est inactif, sans emploi, marin temporaire et ouvrier occasionnel. Chaque classe de voilier contenait une certaine quantité d’Aylakci. Trois plateformes en contenaient environ 150 à 200. Parmi ceux-ci, il y avait des sujets grecs et arméniens de l’État Ottoman qui travaillaient également sur la base d’un salaire mensuel.

 

Aylakci n’était pas le soldat permanent de la marine. Ils ne se rassemblaient que lorsque les navires étaient sur le point de partir et étaient payés pendant les six mois en mer. Ces personnes étaient enrôlées et payées lors d’une cérémonie à l’intérieur du bâtiment du quai et lors de la cérémonie ou étaient présents, le Grand Amiral, l’Assistant du Chef du Trésor et les officiers supérieurs de la marine.

 

Le chef de la classe Aylakci s’appelait Seraylakci. C’étaient les officiers permanents de la marine. Et leurs salaires étaient payés par le département de la trésorerie. Un galion à trois ponts contenait quatre positions Seraylakci, les autres navires différaient entre un et trois en fonction du nombre d’aylakci employé.

 

Azap

 

L’Azap est une classe marine qui servait sur des galères sous le commandement des Raïs, sur des sloops et sur les navires de Bachas et de Beys, sur des navires de fret qui amenaient du bois d’Izmit, sur des bombardiers, des navires de pierres, et comme archers et fusilier dans forteresses. Les archives montrent qu’ils servaient à la fois sur les quais de construction navale et sur les navires aux 9 et 10ème (16 et 17e) siècles.

Afin de distinguer les azabs qui servaient sur les navires de ceux qui servaient sur les quais, ils étaient appelés respectivement azaban-I donanmay-i humayun et azaban-i tersane-i amire comme écrit dans les journaux de bord de la marine.

 

Selon les informations de Katib Jalabi : «… les azaps servant dans les quais étaient également appelés les gens des docks et recevaient un salaire mensuel de 70 pièces d’argent. Le nombre d’arrières-amiraux, raïs, calfats, bombardiers et charpentiers est environ mille huit cent quatre-vingt-treize … »

Sur la base de cette déclaration, les chantiers navals qui sont la zone actuelle entre Halic et Kasimpasa où les chantiers de construction navale et les quais sont situés sur la côte abritaient les travailleurs temporaires également appelés azap.

 

Les azaps en chef, les gouverneurs, les marins et les gardes de quarantaine servirent de personnel de la classe azap jusqu’au 10ème (17e) siècle. Les classes telles que les calfeutreurs, les bombardiers et les artilleurs étaient les dockers qui travaillaient dans les chantiers de construction navale et les navires.

Ceux-ci furent brièvement appelées Docker. Le rang de classe Raïs qui était le capitaine des azaps, pouvait être atteint en étant d’abord un Badbani, qui était en fait un marin. La compagnie des azaps contenait des raïs (chef), des odabasi (capitaine de caserne) et des cuisiniers comme officiers. Les azaps étaient sous le commandement des Raïs.

 

Le chef azap s’appelait le gardien de quarantaine. Quelle que soit cette personne, elle était promue pour devenir capitaine. Le chef suivait le Raïs, puis venait le cuisinier. Il s’agissait d’un total d’environ 15 à 20000 personnes lors de la fondation de l’État Ottoman. Ils étaient armés d’arcs, de flèches, et de machettes militaires. En 950 (1543), les dockers se composaient de 1800 soldats dont 230 étaient les chefs des azaps.

 

Ils avaient des casernes à l’endroit actuellement appelé Azap Kapi dans la région de Halic (Corne d’Or). Aux 9 et 10ème (15e et 16e) siècles, des turcs forts et célibataires furent sélectionnés dans tous les vingt ou trente maisons, chaque fois que des azaps étaient nécessaires. Ces hommes avaient des garants qui recevaient des salaires lorsqu’ils commençaient à travailler sur les quais.

 

Bricoleur

 

C’étaient les hommes qui faisaient le travail technique sur les navires, y compris les charpentiers, les forgerons, les calfeutreurs et les cordonniers.

Les charpentiers réparaient les endroits endommagés par des coups de feu ou d’autres raisons, les forgerons faisaient les réparations liées au fer, les calfeutreurs calfeutraient lorsque l’eau inondait excessivement la cale du navire tandis que les cordonniers réparaient les gréements. Les charpentiers sculptaient des dessins sur les galions. Un trois ponts se composait généralement d’un tonnelier, de trois forgerons, de trois pompiers, de dix charpentiers puis de calfeutreurs.

 

Calfeutreurs

 

Les calfeutreurs parmi les dockers formaient une autre escouade. Ils étaient nommés parmi les garçons conscrits de première et deuxième période et étaient payé deux pièces d’argent chacun. Le nombre de calfeutreurs au 11ème (17e) siècle, ceux des quais, travaillant pour les navires des Bachas et des Beys compris, était d’environ six cents.

Ceux-ci avaient des casernes à deux endroits à Istanbul. L’un était à la porte Kurekci à Galata, l’autre à Tersane. Les trois galions de pont contenaient un calfeutreur en chef et entre sept et neuf calfeutreurs.

 

Nourriture et salaires dans la marine

 

La nourriture des Levend et des autres membres de la marine était principalement fournie par les marchands d’Istanbul et livrée à l’entrepôt des quais puis envoyée aux navires en Méditerranée depuis Istanbul. L’achat pour la marine et la livraison aux navires étaient effectués dans les six mois. Le minimum était d’au moins trois mois et le maximum un an.

Comme les Levend et les autres membres de l’équipage vivaient principalement dans les mers et que les navires n’avaient pas les moyens de faire du pain frais, cela était généralement remplacé par des biscuits. Il y avait des boulangeries qui préparaient des biscuits spéciaux pour la marine à Bebek, à Istanbul près de la prison des quais, à Gelibolu, Varna et Burgaz et à Chypre. Lorsque les navires étaient à Istanbul, les boulangeries faisaient du pain et chaque marin recevait deux pains par jour.

 

Les salaires mensuels des Levend de la mer s’appelaient Mevacib et aussi Ulufe. En plus des salaires, une partie du butin des navires ennemis saisis après les batailles était partagé entre les Levend, après que la plus grande partie ait été remise au trésor. Ce qui suit a été écrit dans l’Histoire des Gardes Ottomans des Janissaires sur la bataille de 1096 (1685) :

« Le capitaine ‘Ali de Naksa mit la barre à droite trois fois, heurta, empila une centaine de Levend, combattirent à l’épée et tirèrent sans arrêt. Après trois heures de combat, l’ennemi s’éloigna. Le navire fut saisi amené à Rhodes. Le montant du butin par Levend était ; quatre piastres pour chacun des quatre mille levend. »

 

Les esclaves recevaient quarante-six pièces chacun, après avoir servi un jour. Le gouvernement donnait à chaque campagne deux kilos de riz, deux kilos de lentilles, quatre litres d’huile d’olive par personne. De plus, chaque membre d’équipage recevait deux biscuits et demi pendant cinq jours. Le nombre d’escouades sur un navire était égal au nombre de canons. Chaque escouade avait un chef et un cuisinier. La viande était donnée une fois toutes les deux semaines et le riz deux fois par semaine.

 

Le chef des escouades prenait cent piastres du capitaine contre le salaire des marins pour les dépenses alimentaires de son escouade. Sur la base des enregistrements de 1120 (1701), la répartition du personnel sur un galion de 533 personnes et leurs affectations était ainsi :

Équipage de galion en 1120 (1701).

Total : 533 personnes.

1 Premier capitaine.

1 Deuxième capitaine.

1 Troisième capitaine.

7 Capitaines adjoints.

1 Maître du Galion.

1 Couturier (?).

1 Chef de caserne.

1 Sergent de Levend.

1 Steward.

1 Veilleur de nuit.

1 Religieux du galion.

7 Marins.

1 Gardien de quarantaine.

1 Premier maître artilleur.

1 Second maître artilleur.

7 Premier artilleur-stewards.

2 Second artilleur-stewards.

1 Gardien d’entrepôt de munitions.

1 Gardien-steward d’entrepôt de munitions.

1 Garde-citerne.

1 Capitaine de bateau.

1 Intendant.

1 Stewart au quartier-maître.

20 Pilotes.

200 Marins temporaires.

200 Canonniers.

40 Bateliers (Canotiers ?).

1 Maitre calfat.

3 Calfeutreurs.

1 Chef charpentier.

3 Charpentiers.

2 Tonneliers.

1 Chirurgien.

 

Views: 0