OSMANLI

Chapitre Neuf

 

Les campagnes militaires navales qui eurent dans l’île de Crète après la conquête de KKhaniahh

 

Les campagnes militaires de Moussa Bacha et Mehmed Bacha

 

Après que Youssouf Bacha fut tué en Dzoul Hijjah (janvier-février 1646), le Vizir Moussa Bacha devint le capitaine (i.e. le commandant en chef de la marine). Le sceau royal fut repris du Grand Vizir Mehmet Bacha (c.-à-d. il fut démis de ses fonctions) et il reçut l’ordre d’aller en Crète en tant que commandant de la marine. Au printemps de l’année 1056 (1646), il mit le cap et atteignit le détroit. Les mécréants étaient arrivés avec vingt galions et avaient assiégé le château de l’île de Ténédos le vingt-septième jour de Safar (24 avril 1646). Vingt galères furent été envoyées par le bureau de l’état et on leur ordonna de se précipiter pour les aider. Bien qu’il n’y avait pas de poudre, d’armes ou de provisions disponibles dans le château, ils réussirent à se battre pendant quelques jours en utilisant la poudre des navires à passagers qui étaient dans le port. Kouchouk Hassan Bacha, qui était le gouverneur général de Roumélie, arriva dans l’île avec cinq galères et quelques serdengeçti. Quand il débarqua quelques soldats sur la rive et attaqua, les mécréants quittèrent le château et s’enfuirent dans leurs navires. Ils levèrent leurs ancres et allèrent sur les rives de l’Anatolie. Ainsi, de cette façon, le château fut sauvé des mécréants.

 

La bataille de la flotte

 

Le dixième jour de Rabi’ al-Akhir (26 mai 1646), la Flotte Royale quitta Gallipoli. Ils attaquèrent les mécréants tandis que vingt-six galions des maudits attendaient dans la baie de Magariz. Les mécréants jetèrent quelques barils de poids dans la mer et les affrontèrent en naviguant vers eux. Ils se dirigèrent tous vers la mer et la bataille commença avant midi. Une bataille de canons et de fusils s’ensuivit et dura jusqu’au milieu de l’après-midi. Quand un obus d’un canon frappa la bastarda du capitaine mécréant, son drapeau et son mât principal tombèrent et il commença à fuir, mais ils réagirent rapidement et réussirent à éviter de couler. Plusieurs de leurs navires furent endommagés et ils eurent beaucoup de pertes. D’autre part, le navire de Qassim Basha-oglu fut touché par un obus et plusieurs rameurs tombèrent dans la mer et plusieurs hommes d’autres navires tombèrent également tombés dans la mer. Puis un vent violent souffla et ils arrivèrent près de l’île et s’embarquèrent pour la Crète. Ahmed Bacha était allé vers la Mer Noire avec dix galères et le vingt-trois de ce mois (8 juin 1646), il fut envoyé pour les aider. Le capitaine Bacha passa à KKhaniahh le 28 juillet Joumada al-Oula (12 juillet 1646) et, au moment où il s’apprêtait à assiéger le château de Souda, Mehmed Bacha s’éteignit. Cent quarante navires furent déployés devant le château de KKhaniahh pour la protection et des canons furent placés des deux côtés du port. Plus d’une centaine de navires des mécréants sous la forme de galliots, de bertones et de galéasses étaient utilisés pour venir à l’aide de Souda.

 

Le Brûlot

 

Le deuxième jour de Rajab (14 août 1646), les navires mécréants arrivèrent et tirèrent d’innombrables obus sur les navires algériens qui étaient à l’extérieur de KKhaniahh et d’autres ainsi que le château. De l’autre côté, il y eut une bataille de canons pendant deux heures et après cela, quand cinq brûlots pleins de poudre et de bombes arrivèrent, on se rendit compte que c’étaient des brûlots. Certains hommes allèrent avec palaşkerme et ils firent tourner les navires en utilisant des crochets de loin. Avec l’aide d’Allah, ces navires brûlèrent. Ils endommagèrent également un certain nombre de navires avec des canons et revinrent avec des pertes. Le château de Souda était un plateau escarpé et il n’était pas possible de marcher sur lui depuis la terre. Les mécréants avaient l’habitude d’aider les navires qui y était amenée en utilisant les canons qui étaient déployés au bord du port pendant la nuit alors qu’ils étaient stationnés à l’extérieur du port d’un endroit qui se trouvait à l’extérieur de la portée des canons. Comme ils avaient de gros canons près du château de Souda, il était impossible pour la flotte d’approcher. Alors ils  abandonnèrent d’essayer de conquérir ce château et commencèrent à se préparer pour attaquer la terre de Crète. En dehors d’Apokorno et Resmo, de nombreux châteaux furent saisis. La Flotte Royale reçut l’ordre de ne pas venir à l’Arsenal, mais de passer l’hiver dehors. Le capitaine Bacha se rendit du côté de Roumélie pour apporter de la nourriture et il apporta soixante galères, deux galions et vingt shaykas, des grains et des provisions, le vingt-quatre de Dzoul Qi’dah (1er janvier 1647). Puis il arriva au port de KKhaniahh, les soldats passèrent et Hüseyin Bacha fit des préparatifs pour aller au siège de Candia.

 

La bataille et le martyre de Moussa Bacha

 

Tandis que les navires de la marine apportaient des céréales et des provisions en Crète et déchargeaient de la nourriture à Khaniah dans le froid intense de l’hiver, une grande tempête éclata. Cinq-dix navires parmi les navires qui étaient à la limite du port coulèrent ensemble avec leurs approvisionnements et personnes. Comme les autres furent également endommagés, il devint impossible pour les navires de la marine de rester au port de Khaniah. Le capitaine Bacha se rendit au Péloponnèse avec la marine le dix-septième jour de Dzoul Hijjah (24 janvier 1647). Quand il vit un galion de guerre devant l’île d’Eubée, le Bacha fut incapable de l’encercler avec plusieurs galères et le submerger. Au lieu de cela, le Bacha fut touché des plombs d’un fusil et martyrisé. Les mécréants saisirent cette opportunité et s’échappèrent. Lorsque cette terrible nouvelle parvint au bureau de l’état, le titre de capitaine Bacha fut donné à l’autre Moussa Bacha, l’ancien ministre des Finances.

 

La morale de l’histoire est que c’est totalement erroné pour la flotte de rester dans un endroit ouvert les jours d’hiver. Les capitaines qui attaquent et qui encerclent un navire de guerre n’aboutissent pas à l’héroïsme, mais au dommage causé par l’ennemi. Le Beg aurait dû rester loin et utiliser les soldats pour les batailles car, quand la tête est perdue, les pieds ne peuvent se mouvoir et le travail ne peut pas être fait.

 

La campagne militaire du deuxième Moussa Bacha 

 

En 1057 (1647), Moussa Bacha arriva dans l’île d’Eubée et acheva son armement et les équipements nécessaires. Après cela, il atteignit Chios et au moment où il s’apprêtait à prendre les harchlikchis de Cheshme dans les vaisseaux pour amener les soldats d’Anadolu en Crète, les navires des mécréants attaquèrent de toutes parts et ne pouvant rester, il retourna à Evia. Quand il s’approcha, il découvrit que neuf bertones des mécréants avaient assiégé le port d’Eubée. Il retourna en Crète sans prendre personne des soldats de Roumélie et des cinq mille janissaires qui étaient à Evia et sans sortir les navires algériens et tunisiens hors du port. Il entra le vingt et unième jour de Rabi’ al-Akhir (26 mai 1647) alors que les soldats musulmans attendaient à l’extérieur de Resmo. Il n’apporta que deux cents beldars (pionniers), des creuseurs de tunnels, des armes et des provisions. Le reste resta sur les îles de Chios et d’Eubée. Lorsque le capitaine arriva en Crète les mains vides, Hüseyin Bacha commença à le gronder. Par conséquent, il prit soixante-dix galères et alla en Anatolie afin de faire passer les soldats d’Eubée en Crète. Il appela les soldats et pendant qu’il essayait de les faire entrer dans les navires et de faire un effort, les mécréants vinrent et mouillèrent avec onze bertones, quatre galéasses et vingt-quatre galliots à l’extérieur du port, le huitième de Joumada al-Oula (11 juin 1647). La Flotte Royale était encerclée là et les soldats vinrent de terre, donc la flotte fut incapable de sortir du siège. Cet état de choses fut transmis aux autorités de l’état (à Istanbul). Une consultation fut faite et son beau-fils Fazli Bacha (c.-à-d. le gendre du Sultan) devient le commandant en chef. Il reçut l’ordre d’aller en Crète via Chios avec plusieurs galions. Pendant ce temps, les mécréants attaquèrent soudainement tandis que les vaisseaux et les provisions des soldats anatoliens restaient près de Chios, ils les capturèrent tous et les brûlèrent. Les soldats à l’extérieur et Shaban Bacha ne purent rien faire d’autre que de regarder tout cela, puis les mécréants partirent.

La campagne militaire de Fazli Bacha

 

Ce Fazli Bacha devint capitaine en Joumada al-Akhir (juillet 1647), puis partit avec cinq mille janissaires et trente galères et arriva à Chios à la fin de ce mois (23 juillet – 1er août 1647). Il se rassembla là avec les dix bertones et prit les soldats anatoliens dans les bateaux à Cheshme. Alors qu’il attendait les six galères envoyées par le bureau de l’état et qu’il était prêt à se rendre en Crète, six navires maltais et quatre galions parmi les navires des mécréants vinrent à Chios le dix-septième jour de Rajab (18 août 1647). Les navires musulmans quittèrent le port dans la matinée et tirèrent des obus sur les mécréants. Les deux côtés tirèrent beaucoup d’obus des canons et il y eut beaucoup de combats de fusil aussi. La bataille continua jusqu’au coucher du soleil et quand le soir arriva, les mécréants, qu’ils soient détruits, partirent, de sorte que les Musulmans revinrent et entrèrent dans le port avec soulagement et satisfaction. Comme le reste des navires des mécréants s’apprêtaient à partir pour Anabolu, les galères du port profitèrent de cette occasion et repartirent. Après que le capitaine Bacha soit venu de Chios, ils allèrent en Crète. Ils atteignirent le port de Khaniah le 28 février (28 septembre 1647), de sorte que les soldats musulmans se sentirent plus puissants. Ils avaient vaincu les mécréants sur la terre avant cela. Ensuite, ils allèrent assiéger Candia. Les soldats rouméliens ne traversèrent pas mais les soldats du côté anatolien, les janissaires et quelques munitions et provisions atteignirent la Crète. La marine des mécréants arriva aussi à Candia et la protégea, de sorte que les canons furent amenés de la terre. La Flotte Royale revint le 8 du mois sacré de Ramadan (7 octobre 1647) et entra dans l’Arsenal à la fin de Ramadan (19-29 octobre 1647).

 

Views: 0