OSMANLI

Chapitre Huit

 

Sur l’émergence de la campagne militaire en Crète et la raison de celle-ci

 

En 1054 (1644), Sounboul Aga, qui était le Darussa’âde Aga, fut exilé en Egypte et les navires du régiment partirent. Ainsi, le navire d’un capitaine nommé Ibrahim Çelebi, nouvellement construit et amené de la Mer Noire, était disponible. Il embarqua dans le navire après avoir reçu l’édit impérial exalté. Il mit tous ses biens, tous ses hommes et ses compagnons et même les chevaux sur le bateau et le juge de la ville honorée de La Mecque, et beaucoup de pèlerins embarquèrent également. Le capitaine avait été incapable de rassembler les instruments de guerre à l’avance, il n’y avait donc que quatre ou cinq canons dans le vaisseau. Néanmoins, le navire mit les voiles, et il fut entendu que ce navire avait appareillé sans canons et fusils et beaucoup de marchandises. Les pirates de Malte naviguaient autour des îles avec six galliots. Ils arrivèrent dans l’île de Karpathos, qui était sur le chemin de l’Egypte, et mouillèrent dans un endroit caché. L’aga (c.-à-d. Ibrahim Çelebi) atteignit Rhodes avec un vent favorable. Comme certains passagers l’informèrent que les bateaux mentionnés ci-dessus l’attendaient à Karpathos, les habitants de Rhodes lui suggérèrent de rester plusieurs jours dans le port. Le capitaine Ibrahim déclara : « Ces navires sont rapides, et si l’un les devance, ils voudront le rattraper. On ne peut pas les battre à la guerre. » Le conseil ne fut pas écouté et ils partirent en disant « nous devons partir à temps pour le pèlerinage. » Ils quittèrent le port de Rhodes par une journée malheureuse et atteignirent les îles de Karpathos. Alors les mécréants, qui avaient l’habitude de bloquer le chemin, apparurent soudainement comme une calamité et les rattrapèrent immédiatement. L’Aga et les marins se battirent sans hésitation et avec courage. L’Aga et le capitaine furent martyrisés dans la bataille et la plupart du reste des guerriers sont morts en combattant avec les canons et les fusils. Le reste fut capturé par les mécréants, qui seront les habitants de l’enfer, et ils capotèrent le navire. Ils saisirent tous les biens et les innombrables trésors et partirent pour la Crète heureux. Le souverain de Crète était fidèle à Venise et il avait l’habitude de prétendre qu’il était proche d’eux. Ceux qui arrivèrent de la bataille donnèrent beaucoup de cadeaux à ce souverain, des chevaux arabes et des biens de valeur, et après quelques jours de repos ils repartirent pour Malte et remorquèrent le bateau avec eux aussi. Le souverain de Crète ne prit en considération les droits du Sultan. Il fut trompé par les marchandises et accepta les cadeaux de ces méprisables. A l’époque où les prêtres virent les chevaux mentionnés, ils prophétisèrent que « le fait que les chevaux des Turcs aient mis le pied sur cette île indique que cette île sera perdue (en leur faveur) » et ils le dirent au souverain. Il regretta également ce qu’il fit à cette époque. Cependant, comme ils disent « quand l’événement décrété a lieu, l’œil est aveuglé, » il ne put empêcher ce qui se passa. Lorsque cet état de choses fut entendu à Istanbul, il fut discuté entre les « officiels » du palais et parvint finalement aux oreilles du Sultan. Le Sultan fut touché par ceci et il se résolut de se venger des mécréants pour ces martyrs. Cela causa la conquête de la Crète et les campagnes militaires de la marine.

 

La campagne militaire de Yusuf Basha

 

En 1054 (1644 AD) un militaire campagne dans la Méditerranée fut ordonnée par le Sultan après l’événement de Darussade. Un ordre écrit du Sultan fut envoyé au gouverneur général de Roumélie en déclarant qu’il devait aller à Salonique au printemps et être présent au côté des autres gouverneurs généraux. Il fut envoyé aux sancaks de Kastamonu, Saroukhan, Hamid, Teke, Ankara et Aydin en Anatolie, ainsi que les Begs de Kirşehir, Niğde et Aksaray de Karaman, les Begs de Choroum, Amasya et Bozok de Sivas, l’ordre qu’ils devaient aller dans la zone à travers l’île de Chios et d’être à côté de leur commandant Ahmed Bacha, qui était le Beg d’Amasya. Dourak Bacha, qui était le gouverneur général de Karaman, devait les placer tous sur des navires et les envoyer. Lorsque Silahdar (garde du sabre du Sultan) Youssouf Aga, qui était proche du Sultan dans le Haram Royal, fut nommé à l’extérieur du palais, il était devenu (entretemps) le capitaine. Il fut nommé commandant des marins dans la marine et la province de Roumélie fut confiée à Kouyouk (le jeune) Hassan Bacha, qui avait été démis de ses fonctions à Bagdad et envoyé à Salonique. Mourad Aga, qui avait été le Zağarcibaşi, fut nommé colonel des janissaires et reçut l’ordre de participer à la campagne militaire au lieu de l’Aga. Moussa Bacha parmi les Vizirs reçut également l’ordre d’y aller. Puisque Hassan Bacha et les deux Vizirs étaient amis avec le commandant, on pensait qu’ils coopéreraient bien pendant les conquêtes dans les pays. Des navires furent loués et quatre-vingt-dix d’entre eux furent envoyés à Salonique et soixante autres à Cheshme. Dix mille kantars de poudre à canon, cinquante mille fusils et cinquante canons ainsi que des munitions, des instruments et des équipements utilisés pour saisir les châteaux furent chargés sur les navires. L’ordre impérial du Sultan fut également envoyé aux corps des janissaires d’Algérie, de Tunisie et de Tripoli et on leur demanda aussi de se joindre au combat dans la voie d’Allah. Une fois que tous les armements et les équipements nécessaires furent terminés, les Agas des janissaires et des chorbacis qui avaient été appelés à se joindre à la campagne militaire reçurent l’ordre de revêtir leurs tenues de guerre cérémonielles et de partir immédiatement le vingt-deuxième jour de Safar 1059 (19 avril 1645). Le quatre de Rabi’ al-Awwal (30 avril 1645), le capitaine Bacha s’embarqua avec la Flotte Royale et commença sa campagne militaire sous le nom de campagne de Malte. Ils rencontrèrent les soldats d’Anatolie dans l’île de Chios et ceux sous le commandement du gouverneur général de Roumélie à Termesh. Sur le chemin de cette campagne, les navires des Begs croisèrent un navire transportant de la poudre à canon, des balles et des obus de Venise en Crète près de l’île de Cythère et le capturèrent. Cela fut considéré comme un bon présage. Ils arrivèrent à Avarin le douzième jour de Rabi’ al-Akhir (7 juin 1645) et les préparatifs de la campagne militaire de Malte furent achevés. Les navires furent espalmés, huit galliots et galères virent de Tunisie et de Tripoli en grand apparat et les Begs du Maghreb portaient leurs robes de cérémonie d’honneur. Après s’être reposé dans cet endroit pendant treize jours, ils sortirent du port le vingt-cinquième jour de ce mois (20 juin 1645). Alors que tout le monde pensait qu’ils se dirigeraient vers la haute mer, les Begs et les capitaines montrèrent le noble décret écrit indiquant qu’ils avaient reçu l’ordre de partir en campagne militaire en Crète et lurent son contenu. Ainsi, le secret fut divulgué et ils se rendirent au Cap de Manya dans le but de conquérir la Crète. Le jour suivant ils attendirent près de l’île de Cythère et le jour suivant ils s’approchèrent des rives près de la Crète et ils débarquèrent. Ils pillèrent certains des villages et le jour suivant ils entrèrent dans la région entre la Crète et Todori.

 

Le siège de KKhaniahh

 

L’armement et les équipements furent retirés des navires et le siège du château de KKhaniahh fut jugé approprié. Ils se dirigèrent vers ce château dans la soirée et ils atteignirent la zone près de la tour le jour suivant entre deux temps de prière. Le commandant, dont le signe est la victoire, prit quelques bonnes mesures et libéra les prisonniers qui avaient saisis. Depuis qu’il interdit aux soldats de détruire les maisons et de couper les arbres, les habitants de cette région furent soulagés.

 

La conquête d’Aya Todori

 

Il y avait une île ronde à trois milles de l’île de Crète avec deux forts qui étaient construits sur deux roches de chaque côté et étaient comme ses gardiens. Les combattants musulmans attaquèrent depuis la terre et la mer et saisirent le château qui était le plus haut en quatre heures. Les mécréants entrèrent dans le château qui était plus bas puis sortirent quelque uns de leurs bateaux et se rendirent sur cette île avec des petits bateaux. Quand ils l’assiègent le vingt-huitième de Rabi’ al-Akhir (23 juin 1645), les mécréants firent sauter les tunnels qu’ils avaient creusés près des portes. Par conséquent, les soldats qui gardaient les portes furent martyrisés. Ensuite, les combattants musulmans attaquèrent et saisirent le château, après quoi ils tuèrent les mécréants et la marine resta à Aya Todori le cœur en paix (cf. sans peur). Le vingt-neuvième jour (24 juin 1645), le commandant et les soldats déplacèrent les canons et achevèrent les préparatifs des tranchées. Puis ils entrèrent dans les tranchées la nuit du troisième de Joumada al-Oula (27 juin 1645). Hassan Bacha, qui était le gouverneur général de Roumélie et Mourad Aga établirent des tranchées avec sept canons devant l’établissement pour la fabrication de canons. Les Begs de Tirhala, Kostendil et d’Alexandrie, Haseki ‘Ali Aga établirent  une tranchée avec quatre canons sur la droite et les Begs de Yanya, Skopje, Salonique, Ohri et Vulchetrin, et Samsoncubashi Ibrahim Aga établirent une tranchée avec six canons sur la gauche. Aux Begs de Dukakin et serdengechti agas furent assignés à la protection du détroit de Souda et le commandant est resté du côté de Tashkopru avec ses hommes et fournit un sanctuaire pour les soldats et la marine. La bataille pour le château commença ainsi et les mécréants assiégés furent consternés. Lorsque les soldats des dix-sept galères et quatorze galions du port de Souda et d’autres ports débarquèrent et attaquèrent de la terre, ils devinrent abattus. Ils sortirent plusieurs fois et attaquèrent mais ils revinrent avec des pertes à chaque fois. Au dix-septième jour du siège, les soldats algériens arrivèrent avec vingt navires et ils furent chargés de protéger le port de Souda. Ils marchèrent pour la première fois vers le château le quarante-cinquième jour du siège mais ils ne purent le saisir. Le cinquante-deuxième jour, ils marchèrent de nouveau et hissèrent des drapeaux au sommet de la tour mais ils durent se retirer de nouveau. Comme beaucoup de gens étaient morts, les soldats devinrent désespérés. Le commandant parla aux soldats et s’efforça d’achever le siège. Ils réussirent à se rendre au sommet de la tour en utilisant les tranchées après cinquante-quatre jours de siège. Une autre marche était prévue, mais le vingt-huit de Joumada al-Akhir (21 août 1645), leur capitaine arriva à l’endroit de la marche en battant des tambours entre deux temps de prière et hissa un drapeau blanc.

 

Views: 0