OSMANLI

Chapitre VII

 

Les capitaines jusqu’à la campagne militaire de Crète

 

Après cela, les flottes ne furent pas envoyées pour la guerre jusqu’au début des campagnes militaires de Crète dans la Méditerranée et elles étaient la plupart du temps sur la défensive. ‘Ali Bacha fit quelques campagnes militaires vers la Mer Noire et construisit le château de Fash. Puis il alla en Algérie avec cinquante pièces de galères en 989 (1581). Il mourut en 995 (1587). Ibrahim Bacha devint le capitaine. Un an plus tard, en Shawwal 996 (août-septembre 1588), ‘Oulouj Hassan Bacha vint du Maghreb et devint capitaine.

 

La campagne militaire de Tripoli

 

Quand il fut notifié à la fin de Dzoul Hijjah de cette année (10-20 novembre 1588), qu’un haricî nommé Yahya, fils de Yahya, apparut à Tripoli avec l’affirmation qu’il était le calife du Mahdi et attaqua le château avec plusieurs milliers de soldats, puis tua Ahmed Bacha d’Istanköy qui était le gouverneur général de l’Algérie en Rabi’ al-Akhir (février-mars 1588), Cafer Bacha devint un commandant et le capitaine puis organisa un raid avec cinquante galères et assez de soldats en 998 (1590). Il le tua et sauva le pays de ses actes diaboliques et rapporta sa tête.

 

La campagne militaire de Cigalazade Sinan Bacha

 

Il était le fils de Cigala qui était un capitaine européen et sa mère étaient devenus esclaves alors qu’elle était la fille de la garde du château de Nova et s’était convertie au christianisme. Il fut capturé pendant le règne du Sultan Souleyman Khan et Sinan Bacha étant au service du Haram du Sultan et fut jugé juste. Quand il fut un porte-épée, il fut nommé commandant en chef des janissaires en 980 (1573), puis nommé gouverneur des provinces d’Erzurum, de Bagdad et de Revan. Après cela, il fut nommé Vizir (ministre). Quand ‘Uthman Bacha mourut dans la campagne militaire, il devint un chef de l’armée musulmane conformément à la volonté de ‘Uthman Bacha puis un capitaine de l’état après Hassan Bacha et partit pour la mer avec la flotte. Après avoir attaqué la zone autour du château de Messine et capturé plusieurs galions des mécréants, il arriva en conquérant et avec la victoire. Lors de sa conquête de Yanik Azmizade, Efendi écrivit un poème et le couplet suivant est tiré de ce poème :

Sinân-i-çan-sitânlar berr ü bahri aldilar gitti

Hudâ hem-râhi oldu devletinde iki paşanin

(Les baïonnettes qui s’emparent de l’âme s’emparent de la terre et des mers.

Allah devint le Compagnon de deux Bachas à l’époque)

 

À cette époque, il fut licencié de son travail le dix-huitième de Joumada al-Oula (29 janvier 1595) et il se rendit à la campagne militaire d’Egri en tant que Vizir et il fut nommé Grand Vizir après la guerre.

 

La campagne militaire de Khalil Bacha

 

Il était de Bosnie. Il était un vizir et un gendre du Sultan, puis il devint capitaine à cette date et en 1005 (1596) il protégea la Méditerranée avec cent galères et revint après quoi Il fut mis à pied.

 

Les deuxième et troisième campagnes militaires de Cigalazade

 

Il fut donné au Bacha mentionné ci-dessus la province de Sham (Grande Syrie) après le poste de Grand Vizir en 1005 (1596). Le neuvième jour du mois de Shawwal (15 mai 1598), il devint capitaine pour la seconde fois. Riyazi lui écrivit ce qui suit :

Bâ-i bismi’llâh ile hâtif dedi târîhini

Kapudan oldu Sinan Paşa-yi deryâ- dil yine

(Hatif a raconté son histoire avec le « b » de basmala :

Sinan Bacha avec un cœur vaste comme la mer est devenu un capitaine)

 

Il prit la mer avec la flotte en 1007 (1598/1599) puis arriva à Lépante et la protégea. Il retourna à Messine en 1008 (1599) et amena sa mère. Il participa de nouveau à des campagnes militaires en 1009 (1600/1601) et 1010 (1601/1602 puis, il fut chargé d’apporter le trésor d’Égypte en 1012 (1603/1604). Il arriva donc à Alexandrie avec la flotte. ‘Ali Bacha l’envoya par la terre. Alors qu’il était capitaine, au mois de Mouharram 1013 (mai-juin 1604), il devint commandant et partit pour une campagne militaire en Iran. Puisqu’il fut vaincu, il fut remplacé par Dervish Bacha au mois de Sha’ban (décembre 1605 – janvier 1606) et mourut à Diyarbakir cette même année. Il fut deux fois en capitaine sur un total de dix ans. Il apporta beaucoup de changements et de choses à son époque. Il avait l’habitude de choisir les meilleurs des rameurs pour la bastarda et il avait l’habitude d’assigner trois galériens et trois Turcs pour chaque rame afin que les gens dans le bateau aient plus de confiance. Le Capitaine Khoja (Grand) Hajji, qui avait vu Turgut Bacha, était un pirate bien entraîné et un capitaine de bastarda. Il gérait habilement la flotte et le Bacha écoutait ce qu’il avait à dire. Il ne les laissa jamais tomber, pas même une seule fois.

 

La campagne militaire de Cafer Bacha

 

Après que Dervish Bacha devint capitaine, il devint le Grand Vizir et son grade de capitaine fut donné au Bacha mentionné plus haut. Ce Bacha était parmi les hommes de Kilij ‘Ali Bacha. Il se rendit deux fois en Méditerranée avec la flotte et mena des campagnes militaires. Les trésors égyptiens ne purent pas être apportés par voie terrestre en mille quinze (1606) en raison de la révolte des Celalis. La flotte attaqua Alexandrie sous la direction du Bacha mentionné ci-dessus et ils capturèrent les navires et les ramenèrent. Il fit une autre campagne en 1016 (1607), arriva à Avarin puis la défendit et perdit son emploi quand il revint au bureau de l’état.

 

La campagne militaire de Hafiz Ahmed Basha

 

Il fut la tête des faucon-gardiens dans le Haram (gynécée) du Sultan et ensuite il devint le capitaine. Il se rendit dans la Méditerranée avec la Flotte Royale en 1007 (1608). Il se rendit à Alexandrie pour apporter le trésor égyptien et retourna à Rhodes. Alors il trouva les navires de la flotte égyptienne vaincus. Il s’avéra que pendant que ces navires étaient ancrés dans cet endroit, des bateaux de pirates les avaient attaqués et vaincus. Trois-quatre galions et un karamürsel avaient été capturés et il y avait eu beaucoup de pertes. Cependant, lorsque le grand amiral de la marine ottomane voyagea dans les résidences au bord de mer jusqu’à ce que le temps pour les campagnes dans la mer soit passé et qu’ensuite il retourna au bureau de l’état, il fut licencié à cause de cela. Ce Bacha aimait plaisanter et il était connu pour la poésie. Il rencontra alors le juge d’Istanbul Ganizade Efendi et vit ce Mollah écrire une explication pour un commentaire du Coran en buvant du vin. Tout en parlant, il demanda au Mollah « Quelle partie écrivez-vous maintenant ? » Le Mollah gracieux voulut le critiquer d’une manière intelligente, alors il dit : « Nous écrivons le commentaire du verset « il y a eu des défaites dans la mer et la terre. » ». Le Bacha s’irrita et dit : « J’ai entendu que son excellence était occupée par le commentaire du vin et du jeu. » Ainsi il fit une blague avec un double sens.

Après le départ de Hafiz Bacha, Khalil Bacha, qui était le commandant en chef des janissaires, devint le capitaine et dirigea les affaires de la flotte. Hafiz Bacha servit dans les provinces de Van, de Damas, d’Anatolie, d’Erzurum et de Diyarbakir et fut martyrisé dans la révolte des janissaires en 1041 (1632) alors qu’il était le Grand vizir pour la deuxième fois. Il était un Vizir distingué parmi les autres en raison du fait qu’il était un chanteur et un poète.

 

La campagne militaire de Karacehennem (Enfer noir)

 

Le capitaine Khalil Bacha partit pour la Méditerranée avec la flotte en 1018 (1609) et atteignit Silivri. Puis le galliot de Ceneviz (Génois) Cafer qui était parmi les capitaines algériens arriva. Le chef de Cicelye, qui était parmi les parents du roi d’Espagne, avait mis cinq cents mécréants dans un galion avec divers cadeaux afin d’envoyer son fils au roi. Il tomba sur les navires algériens qui capturèrent les galions après une grande bataille, ils partagèrent le butin entre eux et le fils fut envoyé à Istanbul en cadeau. Le capitaine Bacha offrit une robe d’honneur à Cafer, mentionné plus haut et à ceux qui étaient avec lui, et il jugea que c’était un bon présage, aussi fut-il soulagé. Il envoya l’esclave mentionné ci-dessus au Sultan. Quand il atteignit Chios et découvrit que quatre énormes galions des mécréants, puissent-ils être détruits, avaient bloqué la route vers l’Egypte et qu’ils attendaient maintenant les navires autour de Chypre qui se dirigeaient vers l’Egypte, ils placèrent leur confiance en Allah et se dirigèrent dans cette direction. Sur leur chemin, ils trouvèrent deux frégates à Kalkan et les capturèrent. Ils mirent ceux qui s’y trouvaient aux avirons. Lorsqu’ils quittèrent Chypre et atteignirent la région en face de Paphos, ils entendirent que les galions mentionnés ci-dessus étaient partis en haute mer et avaient causés des dommages pendant un certain temps. Ils partirent au début de la nuit et quand ils les virent à une distance de trente milles, ils les rattrapèrent au milieu de l’après-midi en naviguant à pleine vitesse. Ils luttèrent avec des canons jusqu’au soir et quand le soir est arriva, les mécréants allumèrent leurs lanternes et partirent sans crainte. C’étaient quatre énormes galères de guerre dont une était devenue célèbre sous le nom de « Karacehennem » et c’était un grand vaisseau comme une énorme fournaise du mal et du chaos. Le Bacha voulait la capturer et les chasser. Quand le matin arriva les deux parties commencèrent à se battre. Le capitaine Bacha voulait se battre avec la flotte, mais le pirate capitaine Mourad, que Sultan Ahmed Khan avait apporté d’Alger et lui avait donné la province du Péloponnèse, se tenait à côté du vaisseau du capitaine et lui dit qu’il ne fallait pas attaquer, mais les bombarder avec les canons. Alors il fit en sorte que les hommes les bombardent. Après que leurs mâts fut brisé et qu’ils s’affaiblirent, il les laissa attaquer et ils les capturèrent à midi. Il y avait trois navires dans lesquels il y avait cinq cents combattants mécréants, cent soixante canons et deux mille fusils. Alors ils prirent les galions avec eux et arrivèrent au port de Famagouste en toute sécurité. Le capitaine Mourad mourut là-bas. C’était un vétéran de la guerre de plus de quatre-vingts ans et il était un ancien expert des mers. Qu’Allah soit miséricordieux envers lui.

Cette nouvelle fut transmise à Istanbul. Les quartiers de Sayda et Tripoli (au Liban) furent brisés mais les navires de guerre ne purent être trouvés. Ils revinrent et l’un des navires capturés à Kastelorizo ​​heurta des rochers et coula. Le reste atteignit le bureau de l’état en toute sécurité et ils furent satisfaits du butin de guerre. Le jour où le cabinet se réunit, des cadeaux et des prisonniers furent présentés et acceptés. Il reçut le poste de Vizir puis partit pour la haute mer avec la flotte en 1019 (1610) et retourna au bureau de l’état avec sept-huit navires de guerre et cent soldats qui avaient été pris prisonniers. Il ramena plusieurs navires et cent prisonniers en 1020 (1611) et plus de cinquante navires de différentes tailles furent capturés au cours des trois années où il fut capitaine.

 

Views: 0