OSMANLI

L’émergence de Turgut

 

Ce Turgut était le fils d’un sujet nommé Veli dans un village du sous-quartier de Seravuloz dans la province de Menteshe. Par nature, il était une personne courageuse et habile alors, il essaya de lancer des flèches et de lutter. Enfin, il rejoignit la Marine et comme il devint célèbre pour sa bravoure, il lui fut donné graduellement la capitainerie des matelots. Une fois, alors qu’il espalmait un navire, il fut capturé par le capitaine mécréant Oglan (jeune) et devint prisonnier et fut détenu à Gênes. Kheireddine Bacha vint à Gênes avec sa flotte et dit : « Si vous ne me livrez pas Darghouth, je brûlerai tous vos villages » et il le sauva. En fait, il le louait dans son conseil, disant qu’il était un guerrier habile. Il lui fit même fait don de son propre vaisseau de rechange. Puis, comme Kheireddine Bacha, il augmenta le nombre de ses navires, livra de nombreuses guerres en Occident et devint riche. Peu à peu, il commença à voyager avec vingt-cinq navires. Il communiquait avec le capitaine Sinan et quand ce capitaine partait en mer, Turgut venait aussi de la région ouest et ils se tenaient face à face et avaient des festivités. Comme le bruit des canons venant des navires de Turgut semblait dominer, Sinan Bacha devint méfiant envers lui. Pensant que s’il ne lui obéissait pas, il serait difficile à capturer, il lui parla donc avec tact et lui dit d’aller aux bureaux du gouvernement. Quand il vint avec huit navires et déclara son allégeance, il vint avec ses célèbres amis Ghazi Mustafa, ‘Oulouj ‘Ali, Hassan Goulle, le capitaine Mehmed, Sancaktar Reis, Deli (le Fou) Cafer et Kara Kadi (le Juge Noir). On lui donna un sancak du Karhili et chacune des personnes mentionnées ci-dessus reçut soixante-dix ou quatre-vingts pièces d’argent et une lanterne. Ce Turgut livra de nombreuses batailles avant et après son arrivée au gouvernement. Mentionnons-en quelques-unes.

 

L’événement de Djerba

 

Lorsque Turgut Beg était capitaine des marins, Cigala, parmi les capitaines mécréants et un capitaine vénitien, vint avec cent cinquante navires et assiégea le détroit de ce port et le saisit pendant qu’il se reposait et espalmait ses sept-huit navires dans l’île de Djerba et le port de Kantara. Ils pensaient qu’ils pourraient le capturer ainsi que ses navires lorsque toute leur nourriture serait épuisée et qu’ils seraient faibles. Ainsi, ils attendirent heureux. Ils envoyèrent même des lettres à Gênes, en disant : « Nous avons attrapé le capitaine des marins, Turgut, qui incendia et détruisit nos maisons et nos terres, avec ses navires. » Beaucoup de messieurs équipèrent leurs navires et naviguèrent vers Djerba en pensant : « Laissez-nous aller et voir. » Le capitaine Turgut plaça sa confiance en Allah. Il y avait une rivière dans cette zone qui coulait vers la mer et un bateau pourrait voyager sur cette rivière. Il employa aussitôt des marins et des galériens pour faire un canal du port à cette rivière. Ils naviguèrent environ deux milles et de là, il prit la mer. Il laissa une tente dressée sur le rivage. Quand les mécréants virent cela, ils pensèrent que Turgut était là. Le capitaine entra dans un port à soixante milles de la mer, il espalma le reste de ses navires et partit pour la mer. Sur le chemin, il attaqua les messieurs qui étaient venus le surveiller et les captura. Après cela, les mécréants furent étonnés de cela et dirent : « Bien sûr, Turgut connaît la magie ; il peut déplacer ses navires sur la terre ferme. »

 

Les navires saisis des mécréants

 

Ce capitaine était l’épée dégainée de l’Islam et il était le célèbre pirate habile des mers. Plusieurs fois il attaqua les navires des mécréants et vainquit leurs barges qui étaient aussi grandes que des montagnes. Au cours d’une de ces attaques, il vainquit et saisi dix-huit galères des mécréants. Pendant qu’il allait à Venise avec deux barges de blé, il les trouva à Manya, dans la Baie de Salonique ; il ne les épargna pas mais les captura. Il a beaucoup de conquêtes similaires.

 

L’expédition de Turgut Beg au Maghreb et l’appel du Sultan

 

Ce Beg rencontra un jour un navire vénitien quand il était le Beg du Karhili. Leurs capitaines principaux baissèrent les voiles pour saluer et comme ils naviguaient ainsi, ils l’ignorèrent en disant : « Ce n’est pas le capitaine en chef, » et ils comptèrent sur leurs barges car il y avait du vent. Turgut Beg fut ennuyé par cela et il commença à tirer des canons avec ses trois navires. Puisque le vent devint plus léger, il les affaiblit en bombardant avec les canons et les captura. Quand un de ses habiles camarades tomba, il les passa tous par l’épée et brûla la barge. En apprenant ce sujet, l’ambassadeur se rendit à Roustam Bacha et se plaignit de lui. Pensant qu’il était contre son frère, Roustam Basha n’aimait pas Turgut. Il envoya un officier avec un décret et le convoqua au bureau d’état. Mais Turgut, apprenant ses mauvaises intentions, partit au Maghreb avec ses propres navires et pendant deux ans il se rebella et n’écouta pas les ordres. Puis, lorsque la conquête de Tripoli devint nécessaire, le Sultan Souleyman Khan, même s’il était offensé, l’épargna à contrecœur et, avec un ordre d’appel, lui envoya une copie du Qur’an et une épée d’or. Quand Tripoli fut conquise, on dit que le grade de gouverneur général lui serait donné et que ce serait sa province jusqu’à sa mort. Le capitaine Sinan Bacha attaqua avec la flotte et, grâce aux conseils de Turgut, Tripoli fut conquise. Comme la province fut donnée à quelqu’un d’autre, le Beg se fâcha, leva l’ancre et mit les voiles vers l’Afrique du Nord. Quand ils le virent, les autres capitaines le suivirent également parce qu’ils avaient reçu l’ordre de lui obéir. Sinan Bacha fut laissé seul et avec la permission de Turgut Beg, il revint. Beaucoup de capitaines le persuadèrent de revenir après l’avoir supplié et le ramenèrent aux bureaux du gouvernement.

 

La campagne militaire de Turgut Beg à Peshtiye

 

Dans quelques livres, il est écrit que ce Beg devint commandant et alla à Nobo Faga avec approximativement cent vingt galères en 960 (1553). Puis, en Rajab 961 (juin-juillet 1554), il entra dans la mer de Corfou avec quarante-cinq galères et assiégea le château Peshtiye sur la côte italienne. Au moment, où il était sur le point d’être vaincu avec beaucoup de difficultés, quatre mille cavaliers et trois mille mécréants d’infanterie vinrent à leur secours et attaquèrent ensemble les Musulmans. Avec l’aide d’Allah, les maudits (les mécréants) furent vaincus et ils fuirent le septième jour du mois sacré de Ramadan (6 août 1554). Alors les mécréants dans la forteresse partirent à contrecœur et abandonnèrent le fort. Quarante à cinquante de leurs notables furent épargnés et les autres furent enchaînés et pris prisonniers. Le butin et environ sept mille prisonniers musulmans dans le château furent emmenés et ils allèrent à Avlonia. Les Albanais rebelles dans les régions voisines furent également capturés et vaincus sur la terre et la mer par le major général Ahmed Beg. Quand ils revinrent au bureau de l’état avec plus d’argent et de butin qu’ils ne l’avaient prévu, le Sultan reconnaissant lui donna le grade de gouverneur général d’Algérie, avec le grade de capitaine. Cependant, Roustam Bacha empêcha cela en disant qu’il dirait : « Je me suis entraîné en dehors du centre, » et qu’il ne voudrait pas servir aux portes nobles du Sultan, et il fut laissé au Karhili. Cependant, il n’accepta pas cela et comme le noble Sultan s’apprêtait à partir pour Edirne, il prit son cheval, s’approcha de lui et rendit ses hommages au Sultan. Ainsi, la province lui fut accordée quand il la demanda lui-même. Après cela, il alla à Tripoli et y resta jusqu’à ce qu’il atteigne le martyre à Malte.

 

 

Darghout (Turgut) peint par les mécréants

Sheikh Darghout en vrai. Vous voyez quelle différence!

Qu’en est-il alors de tout ce que l’on nous raconte, 99,99% de mensonges.

Views: 0