OSMANLI

L’invasion de la forteresse de Nova par les mécréants

 

Pendant la tempête, Andrea Doria se tourna et attaqua Nova. Comme le gouverneur de Nova ne prit pas les précautions nécessaires, il la prit avec beaucoup d’effort et revint après avoir déployé six mille soldats. Le Grand Amiral avait atteint Avlonia à ce moment-là. Comme la tempête était sévère, il leur était impossible de naviguer.

 

La campagne militaire du gouverneur général égyptien Souleyman Bacha du côté indien

Neuf cents ans après la migration du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) (1494-95), comme l’Espagne avait découvert le Nouveau Monde (ce sont les Musulmans qui découvrirent les premiers les Amériques et non pas les cruels espagnols), le Portugal essaya également sur les ordres du pape et trouva un chemin de l’océan ouest à l’océan est, à travers les montagnes Kamer, qui étaient la source du Nil et, se déplaçant le long des côtes d’Abyssinie et de Zanzibar, atteignit les côtes indiennes. Il saisit les ports indiens et du Sind. Comme les dirigeants de ces royaumes n’avaient pas le pouvoir de se défendre, le Sultan du Gujarat demanda l’aide du Sultan Souleyman Khan. Le Sultan diligent ordonna que trente galères et qu’une flotte en ordre soient préparées dans le port de Suez et envoya Khadim Souleyman Bacha, qui était le gouverneur général de l’Egypte, afin qu’il se rende dans cette région et empêche les ennemis de nuire aux côtes du Yémen et de l’Inde. A la fin de Mouharrem 945 (18-28 juin 1538), lorsque le Vizir mentionné ci-dessus, partit du quai de Suez avec la flotte et atteignit la ville d’Aden sur la côte du Yémen au nord du pays, le 17 de Rabi’ al-Awwal (3 août 1538), elle fut prise (la ville) du fils de son chef Davir Amir d’une manière appropriée. Sa tour et ses murs furent renforcés et sa gestion fut confiée à Behram Beg. Puis ils s’embarquèrent vers la place réellement sollicitée, la conquête du port de Diu des ports indiens, qui avait été saisie et colonisée par le Portugal. Ils naviguèrent avec un vent favorable et ils atteignirent les châteaux portugais de Gova (Goa) et de Kare près de Diu, le premier jour de Rabi’ al-Awwal (début juillet) et débarquèrent des soldats sur le rivage ainsi que des canons et prirent les châteaux en les bombardant. Environ un millier de mécréants furent tués par l’épée. Puis il voulut assiéger de nouveau le port de Diu. Cependant, trois côtés de ce château étaient cernés par la mer et la terre était une grande structure raide. Ils débarquèrent environ vingt mille soldats et canons de la flotte et assiégèrent la région. Des hommes furent envoyés au Sultan Gujurati Malik Mahmoud pour des provisions. Alors que le siège durait environ un mois et qu’avant, Amir, qui était le dirigeant d’Aden, avait été tué, Malik Mahmoud eut peur, ne vint et ni aida. Les mécréants à l’intérieur devinrent désespérés alors que le château extérieur avait été saisi. Cependant, comme Malik Mahmoud croyait les mots des mécréants « Souleyman Bacha a pendu le souverain d’Aden, que va-t-il faire de nous ? » Et leur tromperie ne porta aucun fruit, il fit également fait d’autres transgressions puis la paix et parvint à un accord avec les mécréants. Les soldats islamiques renoncèrent à attaquer et chargèrent les canons sur le navire et revinrent en toute sécurité le vingtième jour. Son souverain devint soumis. De là, ils allèrent à Aden et au quai de Zebid. Quelqu’un nommé Ahmed l’avait saisi. Il était détenu dans un château et fut capturé de manière appropriée. La province du Yémen fut donnée à Biyikli Mehmed Bashaoğlu Mustafa Beg. Cet homme y resta pendant environ un mois et effectua la garde puis de là, il se rendit à Jeddah le vingt-deuxième jour du mois (le 13 mars 1539), puis effectua le pèlerinage. La marine alla à Suez et il alla en Egypte avec les pèlerins par voie terrestre puis revint à Istanbul et assista au Divan.

 

La campagne militaire de Kheireddine Bacha à Nova

 

Comme la reconquête du château de Nova qui était auparavant tombé aux mains des mécréants était l’une des plus importantes affaires d’état et religieuse, lorsque l’hiver passa et que le printemps arriva, le gouverneur général de Roumélie, Husrev Bacha, rassembla ses hommes à Sofia et les envoya par voie terrestre à Nova. Le capitaine Kheireddine Bacha prit la mer avec cent cinquante navires. Le huitième jour de Rabi’ al-Akhir 946 (23 août 1539), il assiégea la Forteresse de Nova avec trente-sept canons. En frappant le château avec huit mille deux cents obus, tous ses murs furent détruits en vingt-deux jours. Les combattants musulmans arrivèrent et saisirent l’une des tours. Nova avait deux grandes tours. Les mécréants s’enfuirent vers l’autre et demandèrent grâce. Le Bacha la prit par la force des épées et prit les mécréants prisonniers. Puis il fit reconstruire le château, y mit vingt-six canons et envoya des soldats au pays des mécréants pour piller avant de retourner dans son pays d’origine avec beaucoup de butin de guerre.

 

Les attaques du roi d’Espagne sur l’Algérie et la défense de Hassan Beg

 

En 948 (1541), le Sultan Ghazi partit en Hongrie pour une expédition de bataillon et envoya Kheireddine Bacha pour protéger la Méditerranée avec soixante-dix galères. Le roi d’Espagne était également venu sur les rives de Venise pour aider l’Empereur Ferdinand et piller le pays islamique. Il entendit que Kheireddine Bacha était parti mais eut honte de retourner dans son pays alors il se dirigea vers l’Algérie. Avant cela, Khadim Hassan Aga, que le Bacha avait nommé là-bas, avait équipé une trentaine de galères et de galiotes et ne put résister au pillage des côtes espagnoles. L’Espagne chargea environ quatre mille chevaux ainsi qu’environ cinquante mille soldats sur cent barges et arriva en Algérie le vingt-huitième jour de Joumada al-Akhir 948 (19 octobre 1541). Hassan Beg rassembla son conseil et parla à ses soldats. Lorsque les mécréants dressèrent leurs tentes et commencèrent à creuser des tranchées, Hassan Beg vint avec six cents hommes turcs et environ deux mille cavaliers arabes et effectua un raid nocturne, ce qui bouleversa et confondit les mécréants pendant la nuit. Environ trois mille mécréants furent massacrés et les combattants musulmans rentrèrent en toute sécurité dans la forteresse. Comme une offrande d’Allah, la cinquième nuit, il plut beaucoup et de nombreuses tempêtes se produisirent. La plupart des barges avec de lourdes charges échouèrent et beaucoup d’entre elles coulèrent. Quand la poudre des mécréants se mouilla et que les fusils et les canons restèrent inertes, Hassan Beg sortit et les attaqua. Il y eut une grande bataille pendant deux heures et ensuite ils retournèrent de nouveau dans la forteresse. Pendant cette tempête, cent six de leurs navires échouèrent et quatre galères entrèrent dans le port. De ces navires, mille quatre cents prisonniers musulmans furent sauvés. Les mécréants se retirèrent inévitablement de la forteresse et, avec beaucoup de dégâts et de honte, ils atteignirent le cap de Tementos et attendirent avec impatience de retourner dans leurs villes. Les Musulmans les poursuivirent et tuèrent un grand nombre d’entre eux. La rivière Harras avait débordé et comme ils voyaient que les forces algériennes les suivaient, ils s’enfuirent dans l’eau et beaucoup d’entre allaient pourtant se noyer dans cette rivière. Le reste embarqua sur les navires restants le vingt-sixième jour de Rajab (15 décembre 1541) et levèrent les voiles. Une autre tempête éclata et jeta leurs navires vers Bicaye. Ils trouvèrent difficilement leur chemin et allèrent en Espagne. Cette défaite du roi Charles Quint est célèbre et est rapportée dans l’histoire. Peu de temps après Charles laissa le règne à son fils, entra dans un monastère et devint prêtre.

 

L’appel à l’aide de la France et l’aide du Sultan conquérant

 

En 949 (1542), quand il y eut une grande hostilité entre le roi d’Espagne et la France, François (I), qui était le roi de France, envoya un émissaire aux nobles portes du Sultan et demanda de l’aide et un soutien en demandant que la marine royale soit envoyée dans cette région. Il fut décrété que suffisamment de navires soient préparés pour cet hiver. Alors Kheireddine Bacha fournit cent galères et au printemps 950 (printemps 1543) il navigua avec une flotte en ordre. On a lu dans certaines publications qu’il navigua vers la France cependant, je n’ai pas trouvé de détails et ni n’a été en mesure de d’élaborer sur ce point.

 

Transition de Kheireddine Bacha vers le royaume de l’immortalité

 

Après que Ghazi Bacha ait navigué pendant un an ou deux pour la protection, il revint à Istanbul et décéda le sixième jour de Joumada al-Oula 953 (5 juillet 1546). Il fut enterré dans son tombeau à Beşiktaş et était âgé de plus de quatre-vingts ans. Le rapport « le capitaine de la mer est mort » (en arabe) donne également la date de sa mort (dans le calcul Ebced qui donne 953). Puisse Dieu Exalté lui faire miséricorde.

 

Views: 0