OSMANLI

Le Vingt-huitième Sultan Ottoman

 

Sultan Salim III

 

Règne : 1203 – 1222 (1789-1807)

 

Titres honorifiques et pseudonymes : Jihandar, Ghazi, Halim et Ilhami.

Nom du Père : Mustafa III.

Nom de la Mère : Mihrishah Valide Sultan.

Lieu et date de naissance : Istanbul. Le 27 Joumadah al-Oula 1175 (24 décembre 1761).

Âge à l’accession au trône : 28 ans.

Cause et date du décès : Assassinat. Le 4 Joumadah ath-Thani 1223 (28 juillet 1808).

Lieu de décès et de sépulture : Istanbul. Il fut enterré dans le tombeau de Mustafa III à Laleli, Istanbul.

 

 

La dynastie ottomane ne reproduisit aucun héritier après 1725 ; par conséquent, la naissance du Sultan Salim III devint l’occasion pour un grand gala. Salim III avait 13 ans lorsque son père décéda. Salim reçut une éducation impressionnante en partie parce que son oncle paternel ‘Abd al-Hamid I lui permit de grandir dans un environnement libéral. Il était au courant de l’actualité mondiale et avait un esprit novateur. Son ascension sur le trône à un âge jeune mais mature, contrairement à ses prédécesseurs, apportera des changements radicaux dans le sort de l’Empire Ottoman.

 

Les guerres avec la Russie et l’Autriche étaient encore en cours dans les premières années de son règne. Le Sultan Salim III mena un certain nombre de campagnes de collecte de fonds pour faire face aux dépenses de l’armée en guerre sur deux fronts. La Suède s’allia à l’Empire Ottoman et fit la guerre à la Russie. Cependant, les nouvelles des fronts de pertes territoriales de plus en plus nombreuses étaient décevantes. Tandis que la Russie s’emparait de Tighina sur la rive orientale du Dniestr, Kilia et Akkerman, l’Autriche prit possession de Bucarest et de Belgrade.

 

Il est rapporté que le Sultan Salim III, affligé par de vastes pertes territoriales, rendit visite au tombeau du Sultan Ayyoub ou il récita de longues prières. Pendant cette période, la Prusse s’allia à l’Empire Ottoman et mobilisa une partie de ses forces à sa frontière autrichienne. L’Autriche craignait que les idées de la Révolution Française ne se répandent dans le pays et pour cette raison, elle abolit l’alliance avec la Russie et signa le Traité de Svishtov avec les Ottomans en 1205 (1791). Le Traité stipulait que l’Autriche rendrait les territoires annexés aux Ottomans pendant la guerre.

 

La Russie continua la guerre pendant un certain temps. Cependant, quelque chose d’inattendu se produisit. Pour la première fois de son histoire, les commandants ottomans en guerre écrivirent une pétition au Sultan et lui demandèrent de mettre fin à la guerre en cours, un acte révélateur des problèmes au sein de la chaîne de commandement de l’armée qui s’étaient dégradée et devenus arrogants pendant que l’armée elle-même exposé à une mauvaise administration. Au moment où la Révolution Française avait des ramifications de grande portée dans toute l’Europe et que la Suède s’était liée avec l’Empire Ottoman, une administration efficace de l’armée promettrait des victoires définitives. Cependant, le Sultan Salim III résolut de signer avec les Russes le Traité de Jassy en 1206 (1792) et perdit un peu plus de terres. Le Dniestr traça la nouvelle frontière entre l’Empire Ottoman et la Russie. La conséquence la plus importante du Traité fut que les Ottomans en vinrent à comprendre qu’il n’y avait aucun moyen de récupérer la Crimée. Les guerres menées par les Ottomans pour récupérer la Crimée ne donnèrent aucun résultat positif, seulement plus de pertes territoriales. Après quatre années consécutives de combats, le Sultan salua le retour de son armée à Davut Basha.

 

Les deux problèmes principaux au cours de cette période tournaient autour de la tourmente politique et sociale en Anatolie et de la vague croissante de migration vers Istanbul. Répondant à la pression des notables locaux, de nombreux paysans abandonnèrent leurs terres et se rendirent à Istanbul, la capitale où ils provoquèrent des troubles civiques, une pénurie alimentaire et contribuèrent à la montée de l’inflation.

 

Le Sultan Salim III était très préoccupé par les nombreux problèmes qui sévissaient dans la capitale et se lanca donc dans une série de réformes lorsque le cours des événements ne s’améliorait pas. Conscient que l’Empire Ottoman était loin derrière l’Europe du point de vue économique et militaire, le Sultan reçut des idées des hommes d’état avant de lancer ses réformes. En particulier, un comité de collaboration dirigé par Abou Bakr Ratip Efendi, l’ambassadeur ottoman à Paris, Bertranaud de France et D’Ohsson de Suède rédigèrent un rapport complet de 72 articles sur l’application des réformes et les méthodes de traitement des problèmes dans la capitale.

 

En réponse au fait évident que l’armée ottomane avait subi défaite après défaite, le Sultan créa un petit corps de nouvelles troupes appelé le Nizam-i Jadid (Nouvel Ordre) en 1207 (1793), alloua le lrad-i Jadid (Nouveau Revenu) pour leur dépenses, et habilla le nouveau corps à la manière des armées européennes.

 

Plus tard, le Nizam-i Jadid (Nouvel Ordre), le nom précédemment donné au nouveau corps militaire, sera utilisé pour identifier largement le mouvement de réforme du Sultan Salim Ill. Des experts européens s’impliquèrent dans la modernisation des unités d’artillerie, de bombardier et de mineur-sapeur. En outre, l’École de Génie Terrestre (un nouveau collège militaire) ouvrit et les chantiers navals impériaux furent réorganisés et soumis à la discipline. À leur tour, ils réussirent à construire des navires et des cuirassés modernes dont l’empire avait désespérément besoin. La même année, les Ottomans instituèrent des ambassades permanentes à Londres, Paris, Vienne et Berlin dans le but de suivre les développements en Europe.

 

Afin de prévenir de futurs incendies destructeurs ou de circonscrire leurs effets à Istanbul, le Sultan Salim III publia des décrets réglementaires afin d’uniformiser les positions et la hauteur des structures.

 

La France bénéficia grandement de ses relations diplomatiques et commerciales avec les Ottomans et en fait, les Français firent fortune. Pour cette raison, les Ottomans furent surpris lorsque le commandant français Napoléon Bonaparte envahit l’Égypte en 1212 (1798) pendant le règne du Sultan Salim Ill. En effet, l’invasion consterna le gouvernement ottoman. Les Britanniques incendièrent la flotte française amarrée au port d’Aboukir principalement parce que la pénétration de la France dans la Méditerranée les gênait. Finalement, cet acte entraîna un rapprochement entre la Grande-Bretagne et l’Empire Ottoman. Avec le soutien de la Grande-Bretagne et de la Russie, le Sultan Salim III déclara la guerre à la France, son ancien consort.

Napoléon marcha sur la Syrie pour forcer les Ottomans à une trêve et gagner du temps pour reconstruire sa flotte. Les troupes de Nizam-i Jadid firent leur test décisif contre les Français. En fin de compte, les Ottomans remportèrent une victoire définitive. Napoléon, le commandant de l’armée française, fit face à la défaite et évacua l’Égypte conformément au Traité signé à Arish sur la côte méditerranéenne de la péninsule du Sinaï en 1215 (1801).

 

Alliée aux Ottomans pendant l’occupation française de l’Égypte, la Russie commença à causer rapidement des problèmes dans les Balkans. Les Ottomans ripostèrent en relevant les Beys de Valachie et de Moldavie, tous deux partisans de la Russie, et en empêchant les navires russes de traverser le Détroit. La Russie voulut que les Beys retournent à leurs postes et se déplaça pour annexer la Valachie et la Moldavie. Le Sultan Salim III fut consterné une deuxième fois après l’invasion française de l’Égypte par le simple fait que les Russes avaient ignoré l’alliance récemment signée avec les Ottomans et que la Russie était toujours déterminée à faire tout ce qu’il faudrait pour envahir les Balkans supérieurs. Les Ottomans engagèrent une nouvelle guerre contre les Russes, une guerre qui durera plus longtemps que le règne du Sultan Salim Ill.

 

Les érudits ottomans, les marchands, les minorités, les janissaires et le grand public n’épousèrent pas le mouvement de réforme du Sultan Salim III sous la rubrique Nizam-i Jadid. Les catastrophes naturelles qui frappèrent le pays en 1220 (1805) furent de mauvais augures pour eux et ils réagirent au fait que le Sultan voulait lancer ses réformes dès la Roumanie. Un soulèvement social s’ensuivit et se répandit. Finalement, la révolte dirigée par Mustafa Kabakgi, qui travaillait comme apprenti à Rumelikavachi sur le Bosphore, aboutit à un grave chaos.

 

Le Sultan Salim III aurait pu facilement maîtriser la révolte s’il avait utilisé ses nouvelles forces militaires, modernisées, fortement investies et suffisamment fortes pour vaincre l’armée de Napoléon Bonaparte. Cependant, il choisit de ne pas les employer car il ne voulait plus verser de sang. Malgré ses intentions humaines, l’état de l’empire était bien trop clair. Le Sultan appela son neveu Shehzade Mustafa, l’informa qu’il allait lui abandonner le trône et lui souhaita bonne chance. Cela signifiait que toutes les réformes, pour lesquelles le Sultan avait consacré beaucoup de temps, d’efforts et d’argent, étaient abandonnées et finalement, le défaitisme du Sultan précipitera la chute de l’Empire Ottoman.

 

Environ un an avant son assassinat, le Sultan Salim III s’isola dans la section Haram (littéralement, lieu inviolable sacré) du Palais, passant la plupart de son temps à lire le Noble Qur’an et à jouer de la flûte de roseau, un instrument à vent qui ressemble à la voix humaine et dont les airs plaintifs sont considérés dans la compréhension soufie comme une allégorie du chagrin de l’âme d’être séparé de Dieu. Salim III n’avait aucun désir de reprendre le trône ; cependant, le Sultan Mustafa IV ordonna l’exécution du Sultan et de Shehzade Mahmoud après qu’un de ses partisans, Mustafa Alamdar Bacha de Rousse, marcha avec ses forces sur Istanbul, anéanti les rebelles et assiégea le Palais de Topkapi. Le Sultan Salim III fut appelé à sortir de sa chambre et fut assassiné. Le corps du Sultan décédé fut jeté devant la Salle d’Audience du Palais de Topkapi. Mustafa Alamdar Bacha s’était précipité dans le Palais pour sauver Salim III, l’ex-Sultan et éclatera en deuil que lorsqu’il verra le cadavre de Salim couvert de sang. Il ne put sauver que Shehzade Mahmoud, l’héritier du trône, qu’avec l’aide de Kalfa Cevri, un surintendant du Palais.

 

Le Sultan Salim III était très préoccupé par les réformes, la panacée aux maux de son empire. Le public ottoman le connaissait trop bien pour ne pas le reconnaître lors des visites qu’il leur rendait incognito, en tant que simple soldat humbaraci. En outre, ces visites lui apprirent ce que les gens vivaient. Salim III voulut résoudre les problèmes qu’il avait observés lors de ces visites avec de nombreuses réglementations, comme celles sur l’utilisation des produits domestiques, la prévention de l’extravagance, le code vestimentaire pour les femmes et les dispositions pour les nécessiteux. Ses vêtements étaient confectionnés avec de beaux textiles domestiques d’Istanbul et d’Ankara, et non d’Inde ou de Perse. En fait, il reprocha à ceux qui n’avaient pas emboîté le pas des réformes.

 

Salim III était un homme d’art et un musicien talentueux. Il fut un grand maître de la musique classique turque dont les compositions sont toujours jouées en Turquie. Ces informations vous sont données pour vous montrer la différence entre les derniers et les premiers Sultans. En même temps, il était un poète de renom ainsi qu’un expert en calligraphie ottomane.

 

Son règne vit la création de la Mosquée Salimiye d’Uskudar et de la caserne Salimiye, qui fonctionnent toujours. La Mosquée Sultan Ayyoub, largement endommagée par le tremblement de terre, fut restructurée pendant son règne. Salim III ajouta au Palais de Topkapi une chambre privée sous son nom et une chambre pour sa mère. Il expédia en outre, de précieux morceaux de textiles à La Mecque et à Médine pour couvrir et orner les préfectures sacrées et les tombes qui gardent vivants les souvenirs du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), de sa famille et de ses Compagnons (radhiyallahou ‘anhoum).

 

Views: 0