OSMANLI

Le Vingt-cinquième Sultan Ottoman

 

Sultan ‘Uthman III

 

Règne : 1167 – 1170 (1754-1757)

 

Nom du Père : Mustafa II.

Nom de la Mère : Sultan Sehsouvar Valide.

Lieu et date de naissance : Edirne, le 29 Joumadah ath-Thani 1110 (2 janvier 1699).

Âge à l’accession au trône : 56 ans.

Cause et date de décès: Cancer. Le 16 Safar 1171 (30 octobre 1757).

Lieu de décès et de sépulture : Istanbul. Il fut enterré dans le tombeau de Sultan Khadija Tourkhan Valide près de la Mosquée Yeni (Nouvelle), Istanbul.

 

 

Le Sultan ‘Uthman III fut confiné dans la section Simsirlik du Palais de Topkapi pendant de longues années et monta sur le trône dans sa cinquante-sixième année en tant qu’héritier le plus âgé assumant le trône ottoman jusqu’à cette époque. Il aimait faire de la menuiserie pendant ses années Shehzade. De longues années d’enfermement dans le Palais le rendirent colérique, et ‘Uthman III se décidait généralement assez vite bien qu’il regrettait parfois la décision qu’il avait prise.

 

En tant que nouveau sultan, ‘Uthman III choisit méticuleusement ses hommes d’état et remplaça assez souvent ses Grands Vizirs. Les fréquents rotations du Grand Vizirat provoquèrent en effet l’instabilité et interrompirent les procédures en matière d’état. Il est très probable que ‘Uthman III se débarrassa régulièrement de ses Grands Vizirs parce qu’ils avaient acquis une influence et un pouvoir accrus pendant son règne et qu’ils étaient venus à dominer l’administration.

 

Sur le plan économique, le budget impérial ottoman présenta des excédents sous le régime de ‘Uthman III, comme cela avait été le cas au cours des cinquante dernières années. Pendant cette période, la Sikke-i Jadid (nouvelle pièce) fut scellée et frappée à Islamboul (littéralement, « là où l’islam abonde »), un autre nom d’Istanbul.

 

C’est sous son règne que la capitale ottomane fut exposée à une inondation, à deux tremblements de terre mineurs et à un hiver assez dur pour geler étonnamment la Corne d’or en 1169 (1755). Le Sultan visita en personne les scènes où ces catastrophes avaient infligé des pertes et de graves dommages. Il demanda aux responsables d’évaluer les dommages causés par les incendies de grande ampleur qui avaient ravagé une partie importante d’Istanbul. Le Sultan prit un soin particulier à couvrir les pertes et à mettre en œuvre des dizaines de mesures pour éviter de futurs incendies.

 

L’Empire Ottoman ne s’engagea dans aucune guerre sous le règne du Sultan ‘Uthman III alors que le Sultan consacrait son temps aux problèmes internes. Il agit contre le banditisme en Anatolie et en Roumanie pendant cette période et ordonna des peines sévères pour les brigands qui attaquaient les pèlerins pendant leur voyage ainsi que ceux qui corrompaient leurs positions administratives en exploitant les biens de dotation consacrés à des fins religieuses ou caritatives. Le Sultan donna en outre la priorité à la gestion des problèmes des pèlerins à La Mecque et à Médine.

 

De même, pendant son règne, une interdiction capitale concerna la migration vers Istanbul, qui était devenue une immense métropole peuplée. Dans la pratique, le gouvernement n’accordait l’admission à l’entrée qu’à des fins commerciales et, dans ce cas, non pas aux grandes entreprises mais aux particuliers.

 

Le Sultan ‘Uthman III se mêla souvent au public, quoique incognito. Il observa non seulement de près les problèmes que ses sujets devaient affronter, mais il découvrit également ce qu’ils pensaient de l’administration. Le Sultan ‘Uthman III interdit les spectacles et l’utilisation du tabac en public cependant, aucune restriction ne s’appliquait à ceux qui fumaient de manière responsable en privé. Ce sont les Hollandais qui introduisirent le Tabac dans l’Empire.

 

Pour la première fois dans l’histoire ottomane, les Ottomans signèrent un traité d’amitié et de commerce avec le Royaume du Danemark. Le Sultan ‘Uthman III tomba gravement malade avant d’assister à une cérémonie publique tenue après la Prière de la Congrégation du Vendredi et décéda deux jours plus tard. Certaines sources suggèrent qu’il avait un cancer. Il fut le cinquième et dernier Sultan ottoman à être enterré dans la tombe de Sultan Tourkhan Valide Khadija à côté de la Mosquée Yeni.

La mère du Sultan ‘Uthman Ill, Sultan Sehsouvar Valide, qui avait rencontré son destin au cours de la troisième année du règne du Sultan, était connue pour son dévouement et sa piété. Le Sultan, qui grandit dans un environnement familial musulman pieux, était également un musulman pratiquant. Il abhorrait le gaspillage, le mensonge et la corruption. Il sympathisait avec la population locale, effectuait ses visites incognito auprès du grand public et essayait de répondre à leurs besoins.

 

Uthman III était un calligraphe accompli et un homme d’arts. Certaines de ses œuvres calligraphiques ont survécu jusqu’à nos jours au Musée du Palais de Topkapi. En plus des empreintes de pas du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qui sont conservées dans le Palais et dans plusieurs autres tombes, ‘Uthman III chargea des artistes talentueux de dessiner un tableau des empreintes sacrées à placer près de la tombe du Sultan Ayyoub (radhiyallahou ‘anhou). Le Sultan ‘Uthman III construisit Ihsaniye, un nouveau quartier dans le quartier Uskudar d’Istanbul et y érigea la Mosquée Ihsaniye et de nombreuses autres mosquées plus petites qui perdurèrent jusqu’à aujourd’hui. En outre, il reconstruisit la Mosquée Minare Yanik (Minaret brûlé). Le Complexe de la Mosquée Nuruos-maniye, dont Mahmoud I avait posé les fondations et fut également achevé par ‘Uthman III.

 

Après qu’un gros navire s’échoua une nuit sur les rives Ahirkapi d’Istanbul, le Sultan ‘Uthman III commença la construction du premier phare de la région. Dans le Palais de Topkapi, le Sultan construisit également le Pavillon de ‘Uthman III, qui fait face au Parc Gulhane et se compose d’une pièce principale et de deux pièces sur les côtés. En outre, il fit réparer le Dairesi Shimshirlik, dans lequel il avait été confiné pendant de longues années et ajouta des bâtiments adjacents.

 

 

Views: 0