OSMANLI

Le Vingt-troisième Sultan Ottoman

 

Sultan Ahmed III

 

Règne : 1114 – 1142 (1703-1730)

 

Titres honorifiques et pseudonymes : Necib (Sublime, de naissance facile).

Nom du Père : Sultan Muhammad IV.

Nom de la Mère : Sultan Rabi’a Goulnous Amatoullah Valide.

Lieu et date de naissance : Hacioglupazari, Dobroudja. 22 Ramadan 1084 (31 décembre 1673).

Âge à l’accession au trône : 30 ans.

Cause et date de décès : le 14 Safar 1149 (24 juin 1736).

Lieu de décès et de sépulture : Istanbul. Il fut enterré dans le tombeau de Sultan Khadija Tourkhan Valide près de la Mosquée Yeni (Mosquée Nouvelle), Istanbul.

Héritiers : ‘Abd al-Hamid I, Mustafa III, Souleyman, Bayazid, Muhammad, Ibrahim, Nou’man, Salim, ‘Ali, ‘Issa, Mourad, Sayf ad-Din, ‘Abd al-Majid, et ‘Abd al-Malik.

Héritières : Amina, Rabi’a, Habibah, Zaynab, Zoubaydah, Asma, Khadija, Rouqayyah, Salihah, ‘Atikah, Rayhan, Asima, Ferdana, Nazifa, Nayla, ‘Ayshah, Fatima, Amatoullah, Oum-Mouslima, Amina, Rouqayyah, Zaynab et Sabihah.

 

 

Shehzade Ahmed fut d’abord confiné au Palais de Topkapi, puis transféré à Edirne sous le règne de son oncle paternel Sultan Souleyman II. Lorsque l’incident d’Edirne se produisit, il succéda à Mustafa II sur le trône le 28 Shawwal 1114 (17 août 1703). Bien qu’il ait d’abord salué du bout des lèvres ceux qui l’avait déposé sur le trône et les ait nommés à des postes temporaires, il suivit finalement suivi les conseils de son frère et esquiva leur emprise en les relevant de leurs fonctions les uns après les autres.


Le Sultan Ahmed III resta neutre face aux guerres russo-suédoises, qui résultaient des questions concernant le statut du royaume polonais en Europe. Cependant, les relations ottoman-russes se rompirent après que Charles XII de Suède, également connu sous le nom de Charles l’Habitué, se réfugia chez les Ottomans après sa défaite face au Tsar Pierre Ier de Russie. Le Grand Vizir ‘Ali Chorlulu Bacha n’avait pas informé le Sultan de l’entrée de Charles. Dans un acte qui viola le Traité d’Istanbul qui avait mis fin à la guerre russe-ottomane en 1700, Pierre Ier de Russie attaqua les terres ottomanes en 1122 (1710) ; par conséquent, le Sultan Ahmed III déclara la guerre à la Russie. L’armée ottomane commandée par le Grand Vizir Muhammad Baltaji Bacha écrasa l’armée russe dirigée par le Tsar Pierre I près de la rivière Prut. Blottis dans les bourbiers de Prut, les Russes offrirent une trêve mais puisque Muhammad Baltaji Bacha ne pouvait pas compter sur son corps de janissaire pour continuer à se battre, il accepta donc l’offre de la Russie et signa le Traité de Prout en 1123 (1711). En fait, il est très probable que Muhammad Bacha aurait signé un Traité avec des termes et des conditions bien meilleures s’il n’avait pas accepté la trêve tout de suite et avait continué à se battre à la place.

 

La victoire de Prut dynamisa les Ottomans, qui avaient été affligés et continuellement découragés par la série de pertes de leur armée en guerre. Muhammad Baltaji Bacha fut renvoyé parce que les Russes renièrent le Traité. Ahmed III mobilisa en outre son armée à Edirne pour une autre campagne contre la Russie. Ce n’est que l’intermédiation des ambassadeurs britannique et néerlandais qui empêchèrent l’armée de combattre à nouveau les Russes. Le Traité de Prout rendit aux Ottomans la région d’Azov, que les Russes avaient acquise dans le traité d’Istanbul.

Comme vous le voyez, ce sont maintenant les ambassadeurs étrangers qui font la politique du pays en s’immisçant dans toutes les affaires de l’état. Ce sont ces ambassadeurs qui contribueront à la destruction de l’État Ottoman, du Califat et de tous les États Musulmans, comme nous le verrons par la suite.


Les espoirs que les réalisations de Prout avaient donnés aux Ottomans incitèrent à l’idée que les terres perdues par le Traité de Karlowitz étaient également récupérables. Cette idée survécut jusqu’à la chute de l’Empire Ottoman. Les Ottomans emportèrent une série de batailles successives pour récupérer des territoires perdus, mais celles-ci allaient entraîner finalement de plus en plus de pertes territoriales.


Galvanisés par les conclusions du Traité Prut, les Ottomans cherchèrent à regagner la péninsule de Morée, que Venise avait acquise avec le Traité de Karlowitz en 1110 (1699). Ils se mirent à chercher la meilleure occasion de déclarer la guerre à Venise. L’occasion arriva lorsque Venise provoqua la révolte des Monténégrins et que les Vénitiens attaquèrent la flotte ottomane dirigée par Hassan Enishte Bacha. Par conséquence, le Sultan Ahmed III confia au Grand Vizir ‘Ali Bacha une mission de conquête des îles vénitiennes de la Méditerranée et de la Morée. Ahmed III accompagna l’armée jusqu’à Edirne et les envoya de là.


Les Ottomans applaudirent la nouvelle que les forces ottomanes avaient conquis la Morée. D’autre part, la conquête ottomane de la Morée indigna l’Autriche, et ainsi les forces autrichiennes rejoignirent les rangs ennemis au moment où les Ottomans encerclaient l’île de Corfou dans la Mer Ionienne. Le Grand Vizir ‘Ali Damad Bacha mourut martyr lors des batailles de Petrovaradin, qui se révélèrent très difficiles pour l’armée ottomane. Le Sultan mit finalement fin au siège de l’île de Corfou. L’armée ottomane n’emporta pas de victoire militaire contre les Autrichiens. De plus, les conflits internes en Hongrie, qui surgirent lorsque les Ottomans encouragèrent le roi de Transylvanie à se retourner contre l’Autriche, s’avérèrent vains. Les forces ottomanes ne purent pas annoncer la bonne nouvelle d’une victoire tant attendue au Sultan. Lorsque les forces autrichiennes marchèrent effectivement sur Nis, le Grand Vizir Ibrahim Nafshehirli Damad Bacha fut contraint de signer le Traité de Passarowitz en 1130 (1718). Ce traité stipulait que les Autrichiens prendraient le contrôle de l’ouest de la Valachie, y compris Belgrade avec des parties du nord de la Serbie, tandis que les Ottomans reprenaient la Morée. Ainsi, la menace vénitienne en Méditerranée s’atténua au profit de l’Empire Ottoman. Bien que le traité de Passarowitz ait évité davantage de pertes territoriales en Serbie et précipita une longue période de paix avec l’Autriche, il marqua la fin de l’expansion ottomane vers l’ouest. Dès lors, nous voyons le changement de politique ottomane envers l’Europe tandis que les Ottomans passaient d’une politique de conquête à une politique défensive dans le but de conserver les terres en leur possession.

 

Les événements les plus importants des dernières années du règne du Sultan Ahmed III se déroulèrent à l’Est. Les Afghans capturèrent Ispahan depuis la Perse et la Russie poussa à travers la Perse pour s’étendre jusqu’au Golfe Persique, opprimant ainsi les Musulmans de Shirwan et du Daghestan. Lorsque les Musulmans opprimés appelèrent finalement le Sultan Ahmed III, le calife de tous les Musulmans, Ahmed III se concentra plus intensément sur la Perse. Une crise interne était bien en cours en Perse en raison des conflits interconfessionnels qui menaçaient de se propager dans toute la région et le Sultan chercha des moyens de sécuriser les frontières orientales de son empire. Par conséquent, l’armée ottomane pénétra simultanément en Perse à partir de trois lignes différentes. L’armée annexa les villes occidentales de la Perse tandis que les forces russes capturèrent Derbent et Bakou.

Finalement, l’armée ottomane affronta les troupes russes dans l’est du Caucase. Le navire médiateur français évita efficacement une bataille rangée entre les Ottomans et les Russes, qui signèrent plutôt le Traité d’Istanbul en 1136 (1724).


Selon le Traité, les Ottomans et les Russes divisèrent entre eux plusieurs villes perses. Shah Tahmasp II, qui vaincu par l’armée ottomane, approuva finalement les clauses du Traité d’Istanbul. Plus tard, le successeur de Tahmasp II, Ashraf Khan, rejeta les termes du Traité et les forces conjointes perse-afghanes affrontèrent les troupes ottomanes près de Nihavend et les écrasèrent. Cette défaite marquera un tournant pour la souveraineté du Sultan Ahmed III et bien que le traité comprenait certaines clauses en faveur des Ottomans, ces derniers revinrent au pays extrêmement mécontents de la défaite. L’image publique autrefois positive du Sultan tourna à la baisse.


Les années suivantes furent pleines d’événements négatifs. Le chef afghan Nadir Shah reprit les villes perses sous contrôle ottoman et tua les soldats ottomans vivant dans les villes, de nouvelles taxes furent prélevées pour payer les dépenses militaires consommées principalement par les campagnes en Perse, une vague de migration intérieure inonda la ville d’Istanbul principalement du fait que les régions rurales des provinces étaient en proie à des révoltes explosives. En plus de cela, divers autres problèmes économiques et sociaux amplifièrent une réaction commune au gouvernement. Cette période fut également appelée « l’ère des tulipes » (1130 – 1142/1718-1730) car une riche variété de tulipes fut plantée et garnit de nombreux jardins d’Istanbul tandis que le Sultan et les hommes d’état s’amusèrent dans une frénésie de fêtes. Ces fêtes s’ajoutèrent au fait que le Grand Vizir et le Grand Juge désignèrent leurs parents pour prendre en charge des postes administratifs élevés, ce qui fit tomber l’administration ottomane sous de vives critiques de la part des fonctionnaires notables de l’état, des universitaires et du grand public. Après une période de silence pendant laquelle le gouvernement ottoman ne fit littéralement rien fait pour récupérer les terres perdues récemment en Perse, une révolte provoquée par Khalil Patrona l’Albanais éclata en 1142 (1730). Le Grand Vizir Ibrahim Nafshehirli Bacha fut exécuté, mais son exécution n’apaisa pas les rebelles. Enfin, le Sultan fut détrôné et remplacé par son neveu Mahmoud I.

 

Ahmed III et ses fils Sehzade furent confinés dans la section Simsirlik du Palais. Tout en abandonnant son trône, le Sultan Ahmed III recommanda à Mahmoud I, le prochain Sultan, de diriger lui-même l’empire et de ne faire confiance à personne. Il survécut encore six ans et mourut où il était détenu le 14 Safar 1149 (24 juin 1736). Son corps fut enterré près de la Mosquée Yeni, dans la tombe de Sultan Tourkhan Valide Khadija, sa grand-mère paternelle.


Les historiens suggèrent conventionnellement que première fois dans l’histoire ottomane sous le règne du Sultan Ahmed III une richesse de réformes orientées vers l’occident entra en vigueur. Les réformes, qui furent initiées pendant son règne de vingt-sept ans, changèrent considérablement le mode de vie à Istanbul. C’était en partie grâce au transfert de Muhammad Celebi Yirmisekiz Efendi, l’ambassadeur ottoman à Paris qui avait servi dans le vingt-huitième bataillon du corps des janissaires et qui devint ainsi connu toute sa vie sous le surnom de Yirmisekiz (vingt-huit). C’est lui qui introduisit la mode parisienne, le rasage des barbes, l’abandon du hijab et les chapeaux haut de forme dans la société ottomane. La création de nombreux jardins de tulipes, d’élégants kiosques et du Palais Sadabad sur les rives de la rivière Kagithane qui se jette dans la Corne d’Or coïncidèrent également avec l’ère des tulipes. Nommée d’après le Palais, la région devint connue sous le nom de Sadabad (Le Lieu Prospère).


Passionné de fleurs et de jardins, le Sultan Ahmed III aida la floriculture à s’épanouir et transforma les fleuristes en professionnels décemment rémunérés. Les tulipes furent élevées aux yeux des Ottomans à un statut hautement respecté inconnu dans leurs pays d’origine. La réalisation culturelle la plus remarquable fut cependant l’ouverture d’une presse à imprimer pour publier des livres en turc ottoman pour la première fois dans l’histoire ottomane. Bien que des non-musulmans dirigeaient les maisons d’édition dans tout l’empire, en particulier à Istanbul, Izmir, Salonique et Alep, aucune maison d’édition appartenant à des Musulmans n’existait. Ibrahim Muteferrika s’associa à Said Efendi, le fils de Muhammad Celebi Yirmisekiz Efendi et, avec la permission du Sultan Ahmed III ouvrit la première imprimerie et publia des livres et des brochures en turc ottoman en 1139 (1727).

En outre, une usine de papier ouvrit à Yalova au sud de la Mer de Marmara, une usine de céramique dans le Palais Takfour d’Istanbul et une usine de draperie à Istanbul. Les premières méthodes de quarantaine furent appliquées pendant cette période particulièrement envers les passagers de navires pour empêcher la propagation de maladies contagieuses.
De plus, une unité de pompiers affiliée au corps des janissaires fut organisée pour faciliter l’extinction des incendies à Istanbul, qui étaient monnaie courante en 1134 (1722).


Le Sultan Ahmed III était un calligraphe talentueux Il étudia l’art sous la direction de Hafiz ‘Uthman, un éminent artiste calligraphe. Ahmed III écrivit de nombreuses œuvres calligraphiques qui garnirent les panneaux de marbre au-dessus des fontaines d’eau à divers endroits de la capitale ainsi que de nombreux panneaux dans le Palais de Topkapi. C’était un excellent tireur d’élite. Les chroniqueurs ont rapporté qu’il pouvait toucher d’un seul tir une pièce d’or à quatre-vingt-cinq pas.

 

Durant son règne, Ahmed III fréquenta de nombreux poètes, dont le célèbre Nadim, dont l’œuvre est souvent considérée comme représentative de l’esprit de l’ère des tulipes. Le Sultan écrivit également des poèmes sous le pseudonyme de « Necib. » Pour la première fois dans l’histoire ottomane, certaines œuvres françaises furent traduites en turc et vice versa. Les Ottomans trouvèrent le remède pour traiter la variole avant les Européens. En fait, les médecins ottomans guérirent effectivement le Sultan qui avait attrapé une fois la variole.


Le Sultan Ahmed III ouvrit plusieurs bibliothèques pour encourager l’apprentissage, dont celle du Palais de Topkapi sous son nom. Il érigea également des fontaines monumentales près de la première porte du Palais, appelée Bab Humayun (Porte Impériale), une deuxième à Uskudar sur les rives asiatiques d’Istanbul et une troisième près de Chaglayan, Istanbul. En mémoire de sa mère Rabi’a Amatoullah Goulnous Sultan, il construisit le Masjid Yeni Valide et une splendide fontaine à côté ainsi qu’une bibliothèque publique à côté de la tombe de Sultan Tourkhan Valide Khadija à Istanbul. Il construisit deux autres mosquées, une à l’extérieur du Palais de Galata sur la rive nord de la Corne d’Or et une à Bebek sur les rives européennes du Bosphore.


Depuis le règne de Souleyman le Magnifique, le tissu extérieur de la Ka’ba à La Mecque avait été fabriqué en Égypte et son tissu intérieur à Istanbul. À partir du règne du Sultan Ahmed Ill, tous les tissus commencèrent à être tissés à Istanbul. Comme son frère le Sultan Mustafa II avant lui, le Sultan entreprit des réparations et des travaux de rénovation dans la Mosquée du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) à Médine et envoya régulièrement des cadeaux royaux aux villes sacrées.

 

 

 

Views: 0