OSMANLI

Le Vingtième Sultan Ottoman

 

Sultan Souleyman II

 

Règne : 1098 – 1102 (1687-1691)

 

Nom du Père : Sultan Ibrahim.

Nom de la Mère : Sultan Saliha Dilasoub.

Lieu et date de naissance : Istanbul, le 15 Mouharram 1052 (15 avril 1642).

Âge à l’accession au trône : 45 ans.

Cause et date de décès : Œdème, le 25 Ramadan 1102 (22 juin 1691).

Lieu de décès et de sépulture : Edirne. Il fut enterré dans le tombeau du Sultan Souleyman le Magnifique à Istanbul.

 

 

Souleyman II monta sur le trône lorsque les janissaires se révoltèrent en 1098 (1687) et détrônèrent le Sultan Muhammad IV, son frère aîné de deux ans. Plusieurs révoltes éclatèrent au cours des premiers jours de son règne sur les places Aksaray et Sultan Ahmed de la capitale ottomane. Le Sultan nouvellement intronisé dû même faire fondre des objets en argent trouvés dans le palais afin de réunir des fonds suffisants pour payer aux janissaires les gratifications d’intronisation. Les mutineries de janissaire devinrent la norme à Istanbul à son époque.

 

Le Sultan Souleyman II poursuivit les guerres avec le royaume de Pologne, Venise et l’Autriche ; de plus, les Ottomans entrèrent en guerre avec la Russie. Le Sultan Souleyman II, convaincu que diriger son armée en personne en tant que commandant ferait une différence pour les soldats et le public, participa à la campagne en Hongrie. Cependant, il ne put pas aller plus loin que Sofia, car qu’il était terriblement malade. Quand la nouvelle de la défaite lui parvint, il revint à Edirne.

 

Après l’échec du siège de Vienne pendant le règne de son frère, les Autrichiens s’étaient emparés des forts d’Esztergom, de Buda et de Belgrade. Souleyman II remplaça le Grand Vizir Mustafa Bakir Bacha, dont la négligence ajouta aux échecs en 1100 (1689), avec Mustafa Fadil Bacha de la famille Koprulu.

 

Conformément à l’héritage de son père et de son frère aîné, Mustafa Fadil Bacha rétablit l’ordre dans les affaires administratives, améliora l’économie et renforça l’armée impériale. Le Sultan Souleyman II envoya ensuite son Grand Vizir florissant Mustafa Fadil Bacha en campagne contre l’Autriche en 1101 (1690). Mustafa Fadil Bacha reconquit d’abord le Fort de Nis, puis les forteresses de Vidin, Smederevo et Belgrade des Autrichiens. Sur le chemin du retour, le Sultan Souleyman II le salua avec larmes de joie à Davutpaga Sahrasi, une importante station d’Istanbul à partir de laquelle l’armée ottomane se lançait dans les campagnes en Europe. Il ôta son manteau et le donna avec son poignard personnel à Mustafa Fadil Bacha.

 

L’année suivante, le Sultan Souleyman II, dans un état de santé de plus en plus grave, envoya le Grand Vizir Mustafa Fadil Koprulu Bacha d’Edirne dans une autre campagne. Le Sultan souffrait d’œdème depuis longtemps et son corps était exposé à un gonflement important. Le Sultan finalement décéda le 25 Ramadan 1102 (22 juin 1691), puisse Allah Exalté lui faire miséricorde.

 

Sultan Souleyman II était doux, calme et un Musulman dévot. Il avait une constitution faible, principalement parce qu’il avait été maintenu en détention dans la section du palais Simsirlik pendant de longues années au cours de ses années Shehzade. Le Sultan était magistral dans l’art de la calligraphie. C’est sous son règne que le maître calligraphe turc Hafiz ‘Uthman Efendi (1642-1698), considéré comme le plus grand calligraphe du 17ème siècle de style ottoman, rédigea de splendides manuscrits du Qur’an, en particulier dans le script nasih, hautement lisible et de choix pour le Qur’an.

 

Comme son homonyme Souleyman le Magnifique, Souleyman II s’occupa particulièrement des villes sacrées de La Mecque et de Médine et en particulier, il augmenta la part du budget impérial allouée à ces villes de 0,12% à 2%, ce qui, avec d’autres actes de ce type, témoignait de la grande valeur qu’il leur attribuait. 

 

Views: 0