OSMANLI

Le Treizième Sultan Ottoman

 

Sultan Muhammad III

 

Règne : 1003 – 1012 (1595-1603)

 

Titres honorifiques et pseudonymes : Ghazi (guerrier de la foi), Egri Fatihi (le conquérant d’Eger) et ‘Adli (juste).

Nom du Père : Mourad III.

Nom de la Mère : Safiyah Sultan.

Lieu et date de naissance : Manisa. 7 Dzoul Qi’dah 973 (26 mai 1566).

Âge à l’accession au trône : 29 ans.

Cause et date du décès : Crise cardiaque le 16 Rajab 1012 (20 décembre 1603).

Lieu de décès et de sépulture : Istanbul. Sa tombe est située près d’Ayasofya.

Héritiers : Ahmed I, Mustafa I, Salim, Mahmoud et Jihangir.

 

 

Les chroniques mentionnent que Muhammad III naquit pendant la campagne de Szigetvar menée par son arrière-grand-père, le Sultan Suleyman le Magnifique, et que c’est Suleyman le Magnifique qui le nomma d’après son grand-père, le Sultan Muhammad al-Fatih. Muhammad III, alors gouverneur de Manisa, monta sur le trône en 1003 (1595) à la suite du décès de son père Mourad III. Muhammad III est le dernier des Sultans ottomans à monter sur le trône après avoir été gouverneur pendant ses années Sehzade.

 

La guerre ottomane-autrichienne était en cours lorsque Muhammad III devint Sultan. En raison de la mauvaise gestion des Principautés valaisanne, transylvanienne et moldave par le Grand Vizir Sinan Bacha, ces Principautés se retournèrent contre les Ottomans et s’allièrent avec l’Autriche. Pendant ce temps, l’armée autrichienne assiégea et captura finalement les forteresses d’Esztergom et de Visegrad. Les Ottomans furent chagrinés lorsqu’ils apprirent la nouvelle, en particulier la chute d’Esztergom.

 

Les hommes d’état et les janissaires demandèrent au Sultan de faire campagne contre l’Autriche malgré le nombre de défaites. Sa mère Safiyah Sultan le surveilla avec vigilance pendant ses années Shehzade, ce qui le rendit introverti et facilement manipulables par elle. Mais malgré son obstruction, le Sultan Muhammad III marcha et injecta ainsi le moral parmi les soldats et le public, qui n’avait pas vu un Sultan engagé dans une guerre depuis l’époque de Souleyman le Magnifique. L’armée marcha d’Istanbul à Belgrade en 1003 (1595). Au cours de la campagne, les nouvelles de la mort de Jihangir, le fils âgé de trois mois du Sultan, l’atteignit. Peu de temps après, Eger Var, l’une des plus puissantes forteresses du nord de la Hongrie, non encore sous contrôle ottoman, fut conquis. Suite à la conquête, Muhammad III fut appelé le Conquérant d’Eger.

 

L’Autriche réagit à la conquête du fort en organisant une armée croisée pour faire face aux Ottomans. Les deux armées se rencontrèrent Mezokeresztes (également connu sous le nom de Hagova) près d’Eger et se livrèrent une bataille féroce. Le Sultan Muhammad III installa sa tente impériale à un endroit approprié pour commander efficacement son armée. L’armée ottomane subit de lourdes pertes et les soldats commencèrent alors à se disperser et à déserter le champ de bataille. Lorsque les croisés s’approchèrent de la tente de Muhammad III, les Ottomans réalisèrent le danger auquel leur Sultan était exposé. Certains lui suggérèrent même de changer de vêtements et de fuir sous un déguisement. Cependant, le Sultan, qui avait emporté avec lui le manteau saint et l’épée du Prophète, décida de combattre sur le champ de bataille et mena ses soldats à la victoire. Il fut particulièrement inspiré par les conseils du Sheikh al-Islam Khawajah Sa’d ad-Din, ou du plus haut responsable du droit religieux, à l’époque : « Mon Sultan ! En tant que Sultan ottoman qui est calife sur la voie du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), il serait approprié que tu revêts le manteau sacré et prie Allah. » Ce fut un exemple de la détermination politique rare mais inestimable du Sultan, qui prit le commandement un tel moment critique.

 

Ayant constaté que leur Sultan était déterminé à rester et à se battre, l’armée se ressaisit pour livrer un ultime combat : non seulement les soldats, mais aussi les services d’approvisionnement, y compris les cuisiniers, les serviteurs du palais, les écuries, les chameliers et les muletiers s’impliquèrent directement dans le combat. Une résistance aussi puissante prit les croisés par surprise. À la fin de la journée, l’armée rajeunie transforma la tendance d’une défaite possible en une victoire certaine. Après la victoire, le nouveau grand Vizir Cigalazade Sinan Bacha se présenta et lut les noms des soldats en fuite. Peu de temps après, des édits impériaux furent envoyés aux provinces avec ordre de saisir les propriétés des fugitifs. Un programme de confiscation d’une telle ampleur provoqua le soulèvement des révoltes de Celali en Anatolie. Ce sont ces révoltes qui perturbèrent l’ordre et la sécurité en Anatolie et causèrent beaucoup de difficultés à l’État Ottoman pendant le règne du Sultan Muhammad III.

 

L’année suivante, en 1006 (1598), les forces autrichiennes capturèrent Esztergom et Gyor dans le nord-ouest de la Hongrie. Le Sultan, déçut par la nouvelle de défaites consécutives, perdit également Salim, son fils âgé de quatorze ans. En 1008 (1600), l’armée ottomane riposta pour récupérer les terres perdues au profit de l’Autriche et conquit la forteresse de Kanizsa en Hongrie, l’un des plus importants fiefs de l’Europe. L’armée revint ensuite revenue à Istanbul, laissant Hassan Tiryaki Bacha en tant que gardien du fort. Une nouvelle armée croisée dirigée par l’Autriche assiégea Kanizsa pour la récupérer. En raison de la défense héroïque du commandant Hassan Tiryaki Bacha et de sa tactique intelligente, les croisés ne purent tenir longtemps et se retirèrent en 1601.

 

Abbas I de la Perse shiite exploita les circonstances : l’armée ottomane combattait les Autrichiens et les révoltes de Celali provoquaient des ravages en Anatolie. À un moment aussi opportun, Abbas Ier entreprit de reprendre les terres que les shiites avaient perdues sous le Traité de Ferhad Bacha. Il chercha également des alliances pour un soutien avec la Papauté et les Pays Européens. En l’absence de ‘Ali Bacha, le gouverneur général de Tabriz, Abbas Ier conquit les régions de Tabriz et de Nakhitchevan. Au milieu de luttes en cours avec l’Autriche à l’Ouest et la Perse shiite dans l’est, la santé du Sultan Muhammad III se détériora. En entrant dans le Palais le 20 Rabi’ ath-Thani 1012 (27 septembre 1603), un derviche avertit Muhammad III qu’il ne devait pas être pris au dépourvu et non préparé, un événement important se produirait dans cinquante-six jours. Le 14 Rajab (18 décembre), sa maladie devint insupportable et le Sultan décéda deux jours plus tard, le 16 Rajab 1012 (20 décembre 1603), comme l’avait prédit le derviche.

 

Pendant le règne chaotique du Sultan Muhammad III, la sécurité centrale et provinciale fut  fréquemment et sévèrement atteinte, principalement à cause des mutineries des janissaires d’Istanbul et des révoltes de Celali en Anatolie. L’Empire Ottoman était en effet dans une situation désespérée : la détresse économique s’accrue, l’inflation explosa, les Bachas lutèrent pour le pouvoir et Istanbul, d’abord consumée par un grand incendie en 1006 (1598) fut tourmentée par la peste noire.

En outre, d’autres problèmes apparurent du fait que le Sultan avait été manipulé par sa mère Sultan Safiyah qui était directement intervenu dans les affaires de l’état et avait interféré avec des nominations administratives. En conséquence, le Sultan Muhammad III omit de reproduire sous son règne toute l’expérience administrative et les compétences qu’il avait acquises de son poste antérieur de gouverneur du sancak. En fait, il fut le dernier des Ottomans Shehzades envoyés dans les provinces pour acquérir une expérience militaire et administrative.

 

Le Sultan Muhammad III avait un caractère calme ; Il était indécis, de mauvaise humeur, facile à manipuler et un véritable introverti. Avec ces traces de caractère, le Sultan était un Musulman pratiquant et tout à fait tolérant envers les croyants de diverses religions. Les chroniques font allusion à la façon dont il prit au sérieux ses prières quotidiennes et à sa révérence au Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Il abandonna une partie des pratiques de son père. Il fut le premier Sultan pendant de nombreuses années à participer personnellement à une campagne et il déploya de nombreux efforts pour établir des liens avec ses peuples. Son règne s’étendit sur une période relativement courte néanmoins, elle annonçait une série de troubles imminents.

 

L’épée du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam)

Views: 0