OSMANLI

Alors, à quoi bon lutter, à quoi bon se défendre, puisque la ruine de la cité et de l’empire était résolue par les destins ?… Une tradition désignait même les portes de la ville par lesquelles le vainqueur entrerait. On prit tout de même la précaution de murer ces portes ; mais c’est à peu près tout ce qu’on tenta d’opposer à l’assaut du Turc.

Cependant, le canon des assiégeants ouvrait des brèches dans les murailles. Mais les Turcs n’avaient pu jusqu’alors s’attaquer qu’à l’enceinte qui s’étendait du côté de la terre. Leurs vaisseaux se contentaient de croiser dans le Bosphore et ne pouvaient pénétrer dans le port que défendait à l’entrée une énorme chaîne de fer tendue d’un rivage à l’autre. Comment approcher pour battre en brèche les fortifications du côté de la mer ?

C’est alors que Mohammed eut une idée de génie. Ne pouvant faire entrer sa flotte dans le port par la voie de mer, il l’y transporta par la voie de terre. Du Bosphore jusqu’au port, en contournant le faubourg de Galata, le trajet était de deux heures. Il fit établir une route couverte de madriers et enduite de graisse ; et, en une seule nuit, à travers collines et vallées, soixante-dix vaisseaux à deux rangs de mules et quelques-uns à trois et cinq rangs furent conduits dans le port. Au matin, les Grecs purent croire qu’un miracle avait ainsi transporté dans le port la flotte ennemie. Déjà, sur les vaisseaux, les canons tonnaient, lançant des boulets de pierre contre les murs.

Le succès de cette manœuvre hardie mit dans la ville le comble au découragement général, Mohammed pressait les travaux du siège. Le 24 mai, il fit proclamer par tout son camp qu’on donnerait l’assaut cinq jours plus tard.

Cette proclamation fut accueillie avec en enthousiasme. La nuit qui précéda l’assaut, tout le camp, tous les navires du port furent illuminés comme pour une fête. Du haut des murailles, on entendait les invocations des prêtres qui exhortaient les soldats à combattre pour le triomphe d’Allah.

Pendant ce temps, dans la ville la terreur gagnait de proche en proche. Les habitants se pressaient dans les églises, implorant la démence céleste. L’empereur, suivi de sa cour, se rendit en cérémonie à Sainte-Sophie : il y fit pénitence publique et y reçut la communion au milieu d’une foule immense qui sanglotait. Ensuite, il monta à cheval et parcourut les remparts, exhortant les défenseurs à faire leur devoir.

A l’aube, l’assaut commença sur tout le pourtour de la ville, du côté de la terre et du côté du port. Les Grecs tentèrent vainement de résister. Une porte fut forcée. La horde des Turcs se précipita dans la ville. Ce fut une effroyable panique. Chacun tentait de s’enfuir ; et, partout, au pied des murailles, l’ennemi barrait le passage aux fuyards. L’empereur Constantin tenta courageusement de rallier une partie de ses troupes et de marcher contre les assaillants : d’un coup de cimeterre un soldat turc l’abattit.

D’autres portes avaient été enfoncées. Les Turcs se répandirent dans les rues comme un torrent, et le sac commença, massacre et pillage sans frein. Les habitants s’étaient réfugiés dans l’église Sainte-Sophie, confiants dans une légende qui disait qu’à l’heure du danger, Jésus apparaîtrait et chasserait l’infidèle. Mais l’infidèle fit sauter les portes à coups de hache, et le miracle attendu ne se produisit pas. Les malheureux furent exterminés jusqu’au dernier.

Le siège avait duré cinquante-trois jours. Mohammed fit une entrée triomphale dans la ville, et, parvenu à Sainte-Sophie, il entra dans l’église et ordonna aux muezzins d’appeler les fidèles à la prière. Lui-même monta alors à cheval et pria, consacrant ainsi la basilique chrétienne au culte d’Allah.

Le troisième jour après la prise de la ville, la flotte partit, chargée de butin et de prisonniers. Le sultan fit alors rendre les honneurs funèbres à l’empereur Constantin dont le corps avait été retrouvé sous un monceau de cadavres, puis il s’occupa de repeupler la ville et d’y asseoir solidement sa puissance.

 

***

Il y aura bientôt de cela quatre cent soixante ans. Et depuis quatre cent soixante ans, les peuples chrétiens de la péninsule balkanique, si longtemps soumis au joug ottoman, tant de fois victimes des exactions et des cruautés du Turc, n’ont jamais désespéré de reconquérir leur liberté, de repousser l’infidèle en Asie et d’arracher Constantinople à la puissance musulmane.

Aux prophéties, décevantes et sinistres qui jadis promettaient aux chrétiens de l’empire grec le triomphe du Turc, d’autres croyances ont succédé, inspiratrices de confiance et d’espoir. Telle cette belle légende que les chrétiens d’Orient content volontiers aux étrangers.

Un prêtre, disent-ils, célébrait sa messe à Sainte-Sophie, le jour où les Turcs envahirent la cathédrale. Une muraille le sauva de la mort en s’ouvrant pour le cacher, puis en se refermant sur lui. Or, avant la vingtième année du vingtième siècle, assure la légende, Constantinople sera délivré ; et, ce jour-là, la muraille s’ouvrira de nouveau et le prêtre en sortira pour monter à l’autel et terminer sa messe interrompue.

Une autre croyance, qui avait déjà cours au temps des Grecs, disait qu’après être tombée aux mains des Turcs, Constantinople verrait un jour les chrétiens rentrer par la porte Dorée et y restituer le culte de leur Dieu. Or, la porte Dorée est une de celles que les Grecs firent murer jadis. Les adversaires des Turcs, s’ils prennent Constantinople, la rouvriront-ils un jour prochain ?

Ces croyances prennent une force nouvelle par le fait qu’aujourd’hui ce sont les Turcs qui souffrent de ces découragements, de cette inertie funeste, de ces mauvaises influences de la politique qui, il y a quatre cent soixante ans, consommèrent la perte de l’empire grec ; alors qu’au contraire, c’est dans le camp adverse qu’on rencontre l’énergie, la force, l’enthousiasme qui firent alors triompher les soldats de Mohammed.

  1. Ernest Lavisse, dans son livre sur l’ « Histoire de l’Europe », raconte que les Turcs, maîtres de Sainte-Sophie, en avaient recouvert les mosaïques chrétiennes d’un enduit de chaux ; mais, avec le temps, séchée et usée, la chaux tombe et s’effrite au pied des murailles, et les mosaïques de Justinien reparaissent plus brillantes. « Ainsi, dit-il, on vit reparaître sur la carte politique des Balkans, les couleurs des jeunes Etats chrétiens.. »

Et n’est-ce point-là, en effet, l’image symbolique des événements auxquels nous assistons ? »

Fin de l’article.

 

Nous allons donc nous arrêter justement sur l’un d’entre ceux qui furent choisit pour guider cette Oummah et le Monde Islamique sous l’étendard de l’État Ottoman, le Sultan Muhammad Khan al-Fatih, décrit ci-dessus, pour n’étonner personne, comme « un barbare singulièrement civilisé » à travers le livre du Dr Muhammad Hafs, al-‘Uthmaniyoune fit-Tarikh wal Hadara qui a rapporté :

« Le 27 Rajab de l’année 857 de l’Hégire (30 mars 1432) naquit Muhammad ath-Thani connut historiquement sous le nom de Muhammad al-Fatih… »

 

Chapitre : Il est unanimement rapporté par les historiens que l’Histoire moderne débute en Europe avec la chute de Constantinople le 29 mai 1453 car comme vous le savez l’Histoire est divisée en trois grandes époques : ancestrale, médiévale et moderne.

L’histoire des Messagers, des Prophètes et des Prêcheurs rapportée dans le Qur’an fait partie de l’Histoire ancestrale (ancienne) ou l’Age de Pierre. Période durant laquelle, selon les penseurs européens, l’humain ne connaissait ni Dieu et ni religion ni savait s’exprimer ou penser et qu’il apprit du règne animal puisqu’il était lui-même un animal. Ainsi ce sont les animaux qui apprirent à l’homme à s’exprimer bien qu’ils fussent eux-mêmes incapable de le faire ! Toujours selon ces mêmes penseurs ce sont les animaux qui apprirent à l’animal humain comment fonder un foyer en voyant ces mêmes animaux fonder le leur puis à se défendre en les voyant se défendre et acquis ainsi l’intelligence puis la raison et l’unicité divine (toujours des animaux) et Akhenaton fut le premier d’entre d’eux à l’acquérir duquel prirent tous les Prophètes et les Messagers. C’est ce qu’ils appellent l’Histoire Ancienne ou Ancestrale.

Cette histoire est malheureusement enseignée de nos jours dans toutes les écoles et universités du monde y compris l’Université de Malik ‘Abd al-‘Aziz en Arabie Saoudite bien qu’elle soit tout à fait contraire à ce qu’Allah Exalté et Son Messager (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) nous ont enseigné. Une histoire qui comporte 300.000 Prophètes dont 120.000 Messagers réduite à un enseignement purement animal !

 

La seconde période historique, l’Histoire médiévale et aussi appelée aussi l’Ère des Ténèbres ou l’église régnait en maitre sur les esprits et les gens par la frayeur et la terreur quand l’usage de la torture et des abus était massivement utilisée. C’est pendant cette époque, que fut falsifiée et calomniée à grande échelle la Sirah du Messager d’Allah Muhammad (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), l’Histoire des Califes Bien Guidés, des Bani Oumayah, des Bani ‘Abbas.

Ces gens que nous avons suivi pas à pas, en allant jusqu’à chez eux, si bien que si l’un d’entre eux entrait dans un trou nous les suivrons comme l’a rapporté à juste titre, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), même dans nos écoles, nos universités at aussi l’Histoire. Nous les suivons non pas dans tout ce qu’ils ont de bien mais malheureusement dans tout ce qu’ils ont de pire !

 

Débuter l’Histoire moderne pas la chute de Constantinople n’est d’aucune utilité ni raison dans notre Histoire Islamique qui débute non pas avec la naissance du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) mais avec la descente sur la terre de notre père Adam (‘aleyhi salam), le premier à avoir prêché l’Unicité Divine et avoir établi un Califat Islamique sur la Terre. Ainsi tout ce qui est écrit, propagé, soumis et dit ne doit pas être pris pour argent comptant surtout dans les écoles, les universités et les médias. Qui louera ses ennemis ?

Puisqu’il touche l’ensemble des populations mondiales, l’assaut médiatique et culturel contre l’Islam, les Musulman et leur représentant est monstrueux par la nature de son envergure quand les Musulmans se complaisent de leur état et qu’il n’y a personne, ou si peu, pour répondre aux attaques permanentes tout comme Allah, à Lui les Louanges et la Gloire nous dit : « « Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à, s’ils peuvent, vous détourner de votre religion. » (Qur’an 2/217)

 

La falsification et l’introduction de mensonges dans Histoire des Ottomans Turques fut l’œuvre d’un très grand nombre de personnes malveillantes et machiavéliques particulièrement les historiens qui furent reprit par un très grand nombre d’orientalistes turques qui travaillent pour la destruction de leur patrie parfois s’en même s’en rendre compte en rapportant ce que les ennemis des Ottomans ont rapportés sur eux. De même un très large nombre d’Historiens Musulmans et non des moindres, sont tombés dans le même piège et ont rapporté ces mêmes mensonges et calomnies qui ont salis les Ottomans et leur Histoire.

 

Nous sommes arrivés à un point ou les campagnes antimusulmanes ou anti-islamiques se sont propagées mondialement même dans les pays musulmans et durent de plus en plus longtemps si bien qu’il n’y a même pas une seule personne pour lever la tête hormis de jouer le jeu de leurs ennemis et clamer par exemple le slogan « on est tous des Poubelles » on devient forcément soit même une poubelle. Ainsi à la place de défendre l’Islam et les Musulmans ont en est venu à justifier notre appartenance à la mécréance mondiale en prenant la défense de ceux qui calomnient le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) par exemple, le Qur’an, la Shari’ah ou tout ce qui touche l’Islam et les Musulmans pour semble-t-il éviter de tomber ou d’être touché par les Fitan qui n’ont d’autre but que de classifier les gens dans deux camps distincts : celui de la mécréance et celui de la foi, comme vous le savez.

Fin de Chapitre

 

Views: 0