OSMANLI

De nombreux commandants de la région étaient négligents, mais Mustafa Beg rassembla son armée et s’y rendit. Au moment de son arrivée, cependant, les murs du château étaient pleins de trous à cause des boulets de canon et les Musulmans avaient été faits prisonniers. Mustafa Beg et ses braves hommes se précipitèrent sur les impies, qui avaient pris le château et y étaient fortifiés. Ils entrèrent dans le château contre les canons et les toufak des Francs et se battirent contre eux. Parce que l’émir susmentionné avait été formé en tant que commandant du Sultan des moujahidin et était un excellent guerrier, dans ce siège, il fit preuve d’un si grand courage qu’il faudrait plusieurs pages pour le décrire. Lui et ses hommes se battirent avec les mécréants pendant un certain temps aux abords du château, jusqu’à ce que le frère de l’émir soit tué et que son neveu soit blessé par un boulet de canon. Le cheval de Mustafa Beg fut également touché par un boulet de canon et fut blessé à la cuisse, mais la grâce d’Allah Exalté le protégea et il ne fut pas gravement blessé. Lorsque le combat se transféra à l’extérieur du fort, Mustafa Beg n’était pas préparé à l’artillerie lourde des infidèles, il se retira donc sur les navires du Sultan qui l’attendait et rentra. Il envoya un rapport au Sultan sur la situation et revint avec les navires. Il équipa ces vingt maunas de grands guerriers et d’artillerie et équipa chaque navire d’excellents canons.

 

De tous les rapports sur les activités ennuyeuses des Vénitiens pendant l’hiver, on sait qu’après que les troupes victorieuses du Sultan aient quitté Lépante, ces infidèles étaient furieux ; par mer, ils envoyèrent une armée équipée de canons et d’armes à feu et partirent pour subjuguer l’île de Céphalonie, possession ottomane en face de la Morée.

Cette île, située en dehors des côtes de Lépante, était proche du royaume des Francs, et y envoyer de l’aide avec de nombreux navires et surtout pendant cet hiver n’était pas facile. Par conséquent, les Francs assiégèrent l’île pendant environ trois mois avec d’innombrables canons et ses habitants désertèrent le château, qui était entouré de montagnes. Ses défenseurs, cependant, et en particulier le gouverneur du château, restèrent très dévoués et maintinrent la défense, bien que les fortifications aient été détruites. La fille du gouverneur fut si courageuse qu’elle tua à elle seule douze impies au cours d’une bataille. Bien qu’ils aient eut tous les jours un grand besoin d’aide, ils continuèrent à se battre jusqu’à ce que les provisions des Francs soient terminées et qu’ils soient obligés de se retirer, abandonnant l’espoir de prendre le château.

 

 

À la fin de l’hiver, le Sultan se prépara à marcher contre Modon et Koron, mais il reçut la nouvelle que les rois des Francs, et surtout le souverain de Venise, échangeaient des envoyés entre eux et s’étaient mis d’accord avec les Kral de Hongrie, de Pologne et des Tchèques que : « Bien que le Sultan ait conquis Lépante, nous avons bloqué les navires musulmans et ils ont de grandes difficultés à sortir. Une attaque contre les terres de Roumélie à travers les montagnes par les rois de Hongrie, de Pologne et les Tchèques donnera aux Chrétiens l’occasion de subjuguer les terres de l’Islam. Avec d’innombrables navires des flottes des rois des Francs, nous pouvons subjuguer toute la côte de Roumélie. De nombreux envoyés furent envoyés au cours de ces négociations et ils reçurent beaucoup d’argent. Après cela, ils communiquèrent avec le Pape, qui est le chef des rois chrétiens et ils l’informèrent de chaque ordre qu’ils donnaient. Le Pape consenti à leurs plans diaboliques.

 

Le Sultan, cependant, fut informé de ces plans des impies et au début de l’an 907 (1501) de l’Hégire, il partit en ghazwa contre les châteaux des Francs. Il donna l’ordre aux commandants généraux des navires de Lépante, en particulier Daoud Basha et Mustafa Beg, de poursuivre leurs navires vers Modon et Koron. Le Vizir Ya’qoub Basha, Giovan Beg, Ishaq Beg Matraqchi et Biyikli Mahmoud Beg furent nommés comme assistants, avec environ 3000 piyades et ‘azebs, de sorte que les Francs, malgré leurs forces conjointes, ne puissent pas les affronter. Bien qu’il y ait eu quelques petits incidents avec les impies, en raison de la grandeur des commandants musulmans et de leur supériorité en nombre, les forces ottomanes se rendirent au château de Modon sans problème.

 

Description de la conquête par le Sultan des châteaux des Francs en Morée, en particulier de Modon et Koron, et de l’assujettissement de Navarin, Vatika et Asopos

 

(Al-Qassah) Les mandats royaux annonçant la conquête du Sultan enregistrent qu’elle eut lieu en 906 (1500-1). Après la conquête de Lépante, le Sultan retourna à Edirne, où il passa l’hiver et prépara la ghazwa. Bien que la conquête de Lépante ait été une conquête importante des terres des impies, ce n’était que le début du souhait initial du Sultan, qui était de faire campagne sur toutes les terres de Morée et de conduire des ghazwa contre toutes ses forteresses importantes. Il ordonna donc une campagne contre les châteaux forts de Modon et Koron et d’autres châteaux illustres.

Le mamlakat de Morée est situé dans une péninsule, et bien que les ancêtres du Sultan aient subjugué (d’autres) forteresses et villes, ses grandes villes et châteaux, tels que Modon et Koron, étaient encore sous les impies et constituaient une arme puissante dans les mains de Venise. La ville de Modon est protégée par des terres fortifiées et entourée d’un puissant mur venant de toutes les directions. Chaque fois que les Musulmans apparaissaient devant leurs murs, ces impies qui étaient toujours négligents et somnolents, ne remarquaient pas l’approche des Musulmans car ils étaient protégés par leur forte fortification. Pour cette raison, les Sultans musulmans n’ont pas réussi jusqu’à présent à atteindre ses murs ou à l’assujettir, et ils furent considéré comme imprenables. Chaque fois que les Musulmans essayaient de conquérir les possessions des impies, de grands cuirassés pleins de nombreux hommes et armes étaient envoyés de tous les royaumes des Francs et repoussaient les Musulmans. Pour cette raison, Modon et Koron et quelques autres forts et villes côtières n’ont jamais été capturés par aucun des ancêtres du Sultan.

 

En période de troubles et d’interrègne, ces ennemis de la religion des terres de l’Occident posent des problèmes dans les terres de l’Islam qui se trouvent à côté de leur wilayah, et les saisissaient et les volaient. Le Sultan, dont la magnificence se répand sur les quatre directions et les deux mers, c’est-à-dire la mer du nord et la mer des Francs, éleva les bannières de l’Islam sur des navires remplis de marins, d’artillerie et d’une grande armée. Il les envoya pour le jihad contre ces mamlakat navales, visant à la conquête d’un certain nombre de châteaux et de quelques vaisseaux puissants.

 

Cet hiver-là, alors que le Sultan était à Edirne, les 300 vaisseaux qui avaient pris part à la campagne de Lépante, restèrent à Lépante. Le printemps venu, le Sultan d’Edirne ordonna le lancement de cette campagne le 8 Ramadan de la même année. Il envoya les troupes aux confins de la Morée et en même temps la flotte quitta Gallipoli pour aider l’armée qui marchait vers quelques places fortes au bord de la mer. Les forces terrestres et la flotte encerclèrent le château et la ville de Modon. Entre-temps, les rois des Francs avaient envoyé 300 navires de guerre pour aider le roi de Venise et s’opposer aux Musulmans. Ces navires et les habitants du château tirèrent contre la flotte des Musulmans depuis la terre et la mer. Les impies subirent de nombreuses pertes et la mer fut remplie des corps de leurs morts et des blocs de bois provenant de leurs navires brisés. Ainsi, les mécréants furent vaincus et en raison des vents opposés, furent forcés de se retirer.

 

La nouvelle de la victoire des Musulmans sur les impies fut diffusée et célébrée. Au cours de cette bataille, les Musulmans capturèrent quatre maunas des impies avec des grappins bien ciblés. Ils montèrent à bord des navires et combattirent les impies avec leurs épées. Plus de 500 hommes étaient à bord de chaque navire, qui était également chargés de grandes quantités de fournitures de guerre. Après cette défaite, beaucoup de Francs dans le château assiégé de Modon commencèrent à perdre espoir. Cependant, le château de Modon est bien fortifié du côté de la terre, et il est également entouré par la mer. Du côté du continent, il y a trois douves profondes et des murs solides. Aussi, les habitants du château avaient toujours la possibilité de recevoir l’aide du roi des Francs, et que leur flotte combatte les navires des Musulmans. Ainsi, jour et nuit, ils n’abandonnaient jamais le combat et ils résistaient constamment aux Musulmans devant leurs murs.

 

Le Sultan ordonna à ses forces d’encercler le château par terre et par mer. Ils placèrent des canons, des pots incendiaires et des mangonneaux en face des murs, qu’ils commencèrent à pilonner avec une grande force. Ils assiégèrent le château pendant quarante jours et quarante nuits, mais il était si fort et si haut, et la chaleur était si grande, que la bravoure des Musulmans n’était pas suffisante. C’était bien au printemps et le climat de cette région côtière est si chaud que les fleurs printanières fleurissent au milieu de l’hiver. Le Sultan vit les difficultés causées par la chaleur extrême pendant cette période de l’année. Les troupes devenaient excessivement chaudes et assoiffées, et cette situation affecta le camp des Musulmans. On dit que le tempérament des troupes devint rebelle et que les soldats subirent des épreuves extrêmes. Alors que les soldats commençaient à se rebeller et devenaient incapables de se battre à cause de la chaleur, le bienveillant Sultan envisagea de se retirer et il ordonna la constitution d’un conseil. Le moral des troupes étant brisé, insister pour soumettre le château n’était pas souhaitable. Le Sultan pria pour la conquête du château.

 

Les prières du Sultan pour la conquête du château furent entendues, et la colère d’Allah Exalté tomba sur les impies. Les mécréants se réjouirent, pensant que le siège touchait à sa fin. Au début, leur joie remplit le cœur des Musulmans de déception, mais c’est finalement devenu la raison qui conduisit à la conquête du château. Cette étrange victoire se déroula comme suit : Lorsque le Sultan avait ordonné à l’armée d’attaquer les murs de Modon avec des boulets de canon et des armes de siège, les murs avaient commencé à s’effondrer et étaient pleins de trous. Les impies avaient été contraints de demander l’aide du roi de Venise et demandé des armes et des munitions. Ainsi, le gouverneur de Venise envoya quatre voiliers pleins de soldats et de fournitures. Ces volontaires avaient pour mission de franchir le blocus des navires des Musulmans de toutes les manières possibles, d’entrer dans le château et de ne pas se détourner de leur objectif devant les armes des ennemis.

 

Views: 0