OSMANLI

Cette politique de l’emprunt fut appliquée à tous les pays musulmans et particulièrement l’Afrique et depuis toutes ces nations ne se sont pas remises coulées par les intérêts des emprunts pour tous les siècles à venir jusqu’à la fin du monde. Les populations vivent dans la plus terrible misère malgré les richesses du pays toutes drainées vers l’Europe tandis que les dirigeants traitres et leurs proches vivent dans le luxe au dépend de toute les populations.

Cette politique machiavélique entraina des millions de morts, continue au quotidien et doit continuer jusqu’à la fin des temps. C’est pourquoi à chaque fois qu’une nation cherche à se débarrasser des agents au pouvoir leur révolution est détournée par ces forces machiavéliques et de nouveaux agents sont introduit au pouvoir comme récemment l’Algérie, la Tunisie, la Libye et l’Egypte.

C’est que les Ottomans voulurent éviter aux Nations Islamiques, de tomber dans le piège de cette organisation de criminels de guerre qui fut alors appelée sous le nom hypocrite et trompeur de « Fond Monétaire International, » la plus puissance machine de guerre jamais inventée contre l’humanité en général et l’Islam en particulier pour mettre les nations à genoux et drainer juridiquement leurs richesses sans tirer un seul coup de feu.

 

C’est suite à ces conseillers jugés insuffisants pour espionner et détruire le pays que les ambassades furent crées comme la rapporté l’Oustad ‘Abd ar-Rahmane Rahil dans ses livres Misr fi ‘A-d Isma’il et ath-Thawara Ghourabiyah Muhammad Tawfiq et qu’Isma’il Basha accepta la présence d’un ambassadeur anglais et français. Le conseil égyptien et les ministères se retrouvèrent sans aucun pouvoir face à ces ambassadeurs et perdirent leurs fonctions, étrangers dans leur propre pays. C’est ces ambassadeur anglais et français entourés de leur propre cabinets qui allait désormais diriger le pays et mettre la main sur la Oummah, pensez donc à tous les plans machiavéliques qu’ils ont appliqué depuis mille ans pour essayer de la détruire.

 

A l’époque de Ghourabi, le peuple se rendit bien compte de la situation et il dit : « Ô peuple, le pays est perdu, endetté, la présence étrangère élevée et je ne sais pas ce qui se passe. » Après avoir été libéré de prison, il décida donc de passer à l’action avec des jeunes mais fut trahit par Khidawi ce qui entraina l’occupation de l’Egypte et sa perte tout ceci à cause du souverain traitre et de ses emprunts.

C’est une histoire qui a deux siècles mais qui nous rappellent le grave danger de l’endettement que les gens ne comprennent pas parce qu’il cache une tromperie qui permet à une nation de tomber sous l’occupation au point que même l’armée du pays occupée se retourne contre leur propre peuple et devient l’outil des bailleurs de fonds.

 

Les Sultans Ottomans ne tombèrent pas dans le piège de l’endettement et Louange à Allah Exalté qui mit en garde les Musulmans de leur mal : « S’ils vous dominent, ils seront des ennemis pour vous et étendront en mal leurs mains et leurs langues vers vous ; et ils aimeraient que vous deveniez mécréants. » (Sourate 60, verset 2)

 

Sous le règne du Sultan ‘Abd al-Hamid fut construit la première voie ferrée de Syrie jusqu’à Madinah al-Mounawwarah soit plus de 1300 kilomètres qui connecta la Péninsule Arabe à  l’Anatolie et les Balkan. Son projet était de connecter La Mecque, le Yémen et l’Inde pour faciliter le transport des pèlerins et l’interaction des Musulmans entre eux.

Mais que se passa-t-il donc après sa déposition ? Le nationalisme turc détruisit la Fraternité Islamique et l’occupation anglaise détruisit la voie ferrée pour empêcher les Musulmans de se déplacer facilement et librement. 1300 kilomètres qui coutèrent 3 millions de livres sterling au gouvernement ottoman furent détruits suite à la traitrise de Sharif Hussein qui demanda à Laurence d’Arabie, un espion anglais, son conseiller, de détruire la voie ferrée pour empêcher les Ottomans de l’utiliser pour protéger les occupants et pire, sous le couvert de la réunification des Arabes.

 

Lorsque le Sultan ‘Abd al-Hamid ath-Thani (2) fut informé de l’invention du télégraphe, il ordonna sur le champ que des relais couvrent tous les Balkans de l’est puis il invita l’ingénieur belge Ducraux et lui demanda de former des ingénieurs ottomans dans une école spéciale dans le palais du Sultan afin qu’ils puissent eux même utiliser le télégraphe. Les Ottomans étaient donc toujours à la pointe de la science contrairement à ceux qui disent qu’ils étaient arriérés. La puissance militaire des ottomans à leur apogée était redoutable et ils furent les premiers à utiliser des canons sur les mers et sur terre en plus d’un grand nombre de technologie dont ils furent les précurseurs.

 

Les Ottomans étaient soucieux de faciliter le Hajj pour les pèlerins et leur sécurité. Ils propagèrent la science, les mosquées, les bibliothèques, les écoles et les étudiants avaient des permissions spéciales pour voyager et recevaient des fonds de l’état en plus d’une quantité d’autres faveurs dont ils faisaient l’objet. Les Ottomans répandirent les points de distributions de biens, les bains publics, les logements publics et gratuits pour les sans-abris ou les voyageurs de passage, les imprimeries, les hôpitaux, les docteurs, les médecines étaient sur les dépenses du trésor public.      

 

L’éducation ottomane était basée sur la cavalerie, le tir, l’entrainement militaire et tous les Musulmans étaient capable de prendre les armes et étaient armés alors qu’aujourd’hui être armé dans les pays musulman est un crime tandis que durant 1300 années, tous les Musulmans quel qu’ils soient furent libres de porter toutes les armes de leur choix et s’entrainer au tir.

Ibn Batouta, lors de son périple autour du monde, se rendit en Anatolie et visita les camps d’entrainement (mou’askar) des Jeunes Frères (akhiya fityan) qui consacraient leurs vies au Jihad et rapporta dans son Rihlat comment ils étaient éduqués sur l’idéologie islamique et le Jihad.

 

L’État Ottoman était un état basé sur le Jihad fis-sabilillah, sur l’implémentation de cette religion (Islam), sa défense et son expansion qui est le fondement essentiel du Dogme Islamique et le fer de lance de la politique des Sultans Ottomans comme Muhammad al-Fatih et Mourad al-Awwal (1).

Dans son testament ‘Uthman, le fondateur de l’État Islamique Ottoman, écrivit à son fils Orkhan :

« Ô fils, je pars vers la proximité d’Allah. Je suis confiant que tu seras juste envers ton peuple et Moujahidan fis-sabilillah pour la propagation de la religion islamique.

Ô mon fils je te recommande les savants de l’Oummah, respecte les, descend à leur niveau,  méfie-toi de leur colère, soumets toi à leurs décisions, parce qu’ils n’ordonnent que le bien. »  

Il dit aussi :

« Ô mon fils ! Prends garde à ne pas t‘engager dans ce qui n’agrée pas Allah Le Digne de Louanges.

Et si tu affrontes un problème face à un jugement ou une décision à prendre, alors consulte les savants de la Shari’ah qui te rajouteront du bien.

Ô mon fils la seule voie pour nous dans ce monde est celle d’Allah Exalté et notre seule raison de vivre est la propagation de Sa religion. » (‘Abd al-Qadir Zada Orno, Masa-at Bani ‘Uthman)

 

L’actuel historien turc ‘Abd al-Qadir Zada Orno dans son livre at-Tarikh ‘Uthmani rapporte la première recommandation de ‘Uthman à ses fils:

« Si vous voulez m’être tous très cher, vous ne devez jamais abandonnez le Jihad fis-Sabilillah pour la suprématie de la Parole d’Allah et la propagation de la belle religion islamique (din al-islam al-jalil), élevez l’étendard de Muhammad (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) (rayat Muhammad rassoul Allah), consacrez tout votre temps pour l’expansion de l’Islam, étendez partout dans le monde la parole d’unicité islamique (kalimat tawhid), et je vous dis que j’implore Allah Exalté qu’Il prive, le Jour de la Résurrection, de l’intercession du Prophète Muhammad (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) quiconque d’entre vous qui s’éloignera de l’Islam, oppressera les gens et abandonnera le Jihad. »

 

Il dit aussi :

« Ô mon fils ! Ne sois pas arrogant, soit bon envers tes soldats et ne soit pas séduit par Satan quant à ton armée et tes biens. Fais aussi attention à te pas t’éloigner des gens et de la Shari‘ah.

Ô mon fils ! Tu sais que ton but est de plaire à Allah, le Seigneur des mondes et par le Jihad la lumière de notre religion prévaudra sur les terres, provoquant la satisfaction d’Allah.

Ô mon fils ! Nous ne sommes pas de ces gens qui font la guerre pour gouter au pouvoir ou pour gouverner les gens. Par l’Islam nous vivons et par l’Islam nous mourons ; ceci, mon fils, est ce qui te convient. 

Ô Fils ! Fais précéder les affaires religieuses avant toute autres chose. Les bases de la religion construisent un état fort. N’attribue pas les affaires religieuses à un homme négligent, mécréant ou pécheur ou à des personnes inattentives, indifférentes ou inexpérimentées. Et ne laisse pas l’administration de l’état à de telles personnes. Car celui qui ne craint pas Allah Exalté ne craint pas les créatures. Celui qui commet un grand péché et continue de le commettre ne peut être loyal. Celui qui veut avoir un serviteur loyal doit l’être lui-même ; il observe les commandements du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et, ainsi, ne sort pas de la Shari‘ah. Évite la brutalité et les superstitions et renvoie de l’État ceux qui encouragent à la brutalité et aux superstitions, de crainte que de telles personnes ne provoquent ton déclin. Accroit toujours les frontières de l’état par le Jihad, car l’absence de campagne pendant trop longtemps provoque une altération de la bravoure des soldats ainsi que du savoir, des renseignements et de la capacité à prendre des décisions chez les commandants. Prend garde lorsque des hommes d’expérience dans l’art de la guerre meurent et sont remplacés par des gens inexpérimentés ; il s’ensuit de nombreuses erreurs qui nuisent à l’état. Préserve le Trésor Public et augmente les réserves de l’état. Contente-toi de ce que la Shari‘ah t’offre et ne gaspille pas ; ne détruis pas inutilement mais uniquement par besoin ou nécessité. Ne t’enorgueillis pas de tes soldats et de tes biens, car ils sont le moyen de servir le peuple et de faire régner la justice et la vertu dans le monde sur la voie d’Allah Exalté. Protège le serviteur de l’état qui travaille pour la grâce d’Allah ; et après sa mort, prends soin de sa famille et subviens à leurs besoins. N’augmente pas tes biens publics par l’oppression. Tends une main secourable aux gens méritants et préserve leurs proches des besoins. Protège les meilleurs officiers, étudiants, hommes de vertu, artistes, écrivains qui sont la force du pouvoir de l’état ; traite-les avec amabilité et honore-les. Si tu entends parler d’un homme vertueux, entre en étroite relation avec lui, donne-lui des biens et gratifie-le ; et dans ton état, le nombre de personnes instruites et vertueuses et de savants augmentera. Mets de l’ordre dans les affaires religieuses et politiques. Prends exemple sur moi : j’ai commencé comme un faible commandant et j’ai réussi avec l’aide d’Allah Exalté bien que je ne le méritais pas. Suis mon chemin et protège la religion de Muhammad alors les croyants et tes successeurs feront de même. Respecte le droit d’Allah Exalté et de Ses serviteurs et n’hésite pas à conseiller tes successeurs à faire de même. Sollicite l’aide d’Allah Exalté l’application de la justice et de l’équité et essaie par tous les moyens de supprimer l’injustice. Protège ton peuple des attaques des ennemis et de l’injustice. Ne sois injuste ou incorrect envers quiconque. Contente le peuple et protège tout ce qu’il aime. »

Fin de citation.

 

Views: 0