BANU UMAYYAH

‘AbdAllah Ibn Abi ‘AbdAllah

 

Al-Jounayd resta à Samarkand une année. Le Khaqan parti à Boukhara où Qatan Ibn Qoutaybah était le gouverneur. Les gens eurent peur pour Qatan à cause des Turcs. Quand al-Jounayd les consulta, quelques-uns dirent : « Reste à Samarkand et écrit à l’émir des croyants, qu’il t’envoie des renforts ». D’autres dirent : « Tu devrais partir jusqu’à Rabinjan, puis de là allez à Kish, puis à Nassaf d’où tu arriveras au territoire de Zamm, traverser l’Oxus et descendre à Amoul, d’où tu te dirigeras vers Qatan ».

 

Après ces auditions, al-Jounayd demanda ‘AbdAllah Ibn Abi ‘AbdAllah et lui dit :

– « Les Gens m’ont donné des conseils différents qu’est-ce que tu en pense ? » ‘AbdAllah lui demanda de ne pas s’opposer à ce qu’il allait lui proposer et al-Jounayd consentit. ‘AbdAllah lui dit alors :

– « Je te demande certaines actions ».

– « Quelles sont-elles ? »

– « Tu dois devras creuser une tranchée autour de votre camp à chaque fois que vous camperez et n’oublie jamais de transporter de l’eau en réserve même si tu te trouves au bord du fleuve. De même, tu devras à chaque fois m’obéir en ce qui concerne le campement et les sorties ». Al-Jounayd lui promit ce qu’il demanda et ‘AbdAllah dit :

– « Pour ce qu’ils t’ont conseillé de rester dans Samarkand jusqu’à l’arrivée des renforts, ils mettront longtemps avant de te parvenir. Et si tu entreprends de partir tu saperas leur force, et ils seront trop brisés pour faire face à l’ennemi, et le Khaqan ne fera de vous qu’une bouchée. Aujourd’hui, il essaie d’ouvrir les portes de Boukhara, mais les Musulmans ne les ont pas ouvertes pour lui. Et si tu prends un autre chemin, les gens se disperseront devant toi et rentrerons précipitamment chez eux. Les gens de Boukhara l’entendront et se rendront à leur ennemi. Cependant, si tu prends le chemin le plus puissant, l’ennemi te craindra. Mon conseil est que tu te diriges vers les familles de ceux qui furent présents parmi les forces de Sawrah au défilé, afin que tu puisses les organiser d’après leurs tribus et les ramener avec toi. J’espère qu’Allah Exalté vous assistera contre l’ennemi. Mon autre conseil est que tu donnes à chaque homme qui restera derrière toi à Samarkand mille dirhams et un cheval ».

Al-Jounayd suivi ses conseils, partit et laissant à Samarkand son adjoint, Uthman Ibn ‘AbdAllah Ibn ash-Shikhir, avec huit-cents hommes, quatre-cents cavaliers et quatre-cents fantassins à qui il fournit tout l’armement nécessaire.

 

Alors al-Jounayd ordonna aux familles de se préparer et sortit avec les gens qui étaient avec lui. Il donna le commandement de l’avant-garde à al-Walid Ibn al-Qa’qa’ al- ‘Absi et à Ziyad Ibn Khayran at-Ta’i et envoya al-Ashhab Ibn ‘Oubaydillah al-Hanzali au-devant avec dix hommes de l’avant-garde des troupes et lui demanda de lui renvoyer à chaque étape et aussi souvent que possible, un homme avec des informations.

Al-Jounayd se mit à son tour en route mais quand il fut à Qasr ar-Rih (le château du vent), ‘Ata’ ad-Daboussi saisit la bride de la monture d’al-Jounayd pour le faire revenir. Alors, Haroun ash-Shashi, le Mawlah des Banou Khazim prit une lance et l’abattit sur la tête d’Ata’ jusqu’à ce qu’il l’a cassa sur sa tête. Al-Jounayd dit à Haroun :

– « Laisse-le ! » Puis il dit à ‘Ata’ :

– « Quelle est le problème ô Daboussi ? » Ad-Daboussi répondit :

– « Cherche le plus vieil homme faible parmi tes soldats, arme-le complètement, ceint le d’une épée, d’un bouclier et une lance, et fait nous aller à sa vitesse car nous ne pouvons pas rester debout et marcher à votre propre vitesse quand vous êtes montés et nous à pied. Al-Jounayd fit ainsi et personne n’ennuya les troupes jusqu’à ce qu’ils quittèrent les endroits dangereux.

Quand al-Jounayd arriva près d’at-Tawawis, l’avant-garde annonça l’approche du Khaqan.

 

Views: 0