BANU UMAYYAH

Yazid Ibn ‘Abdel Malik

 

Yazid Ibn ‘Abdel Malik prit sa succession et devint le neuvième calife omeyyade alors qu’il était âgé de vingt-neuf ans. Il commença son califat en désistant Abi Bakr Ibn Muhammad Ibn ‘Amr Ibn Hazm de Médine et le remplaça par ‘AbderRahmane Ibn ad-Dahhak Ibn Qays al-Fihri.

 

Cette même année, Yazid Ibn al-Mouhallab se rendit à Basra ou beaucoup de gens se joignirent à lui tandis que ‘Adiyy Ibn Artat al-Fazari avec les gens de Basra se prépara à le combattre mais la bataille tourna à l’avantage de Yazid Ibn al-Mouhallab et ‘Adiyy Ibn Artat al-Fazari fut fait prisonnier. Entre temps Yazid Ibn ‘Abdel Malik avait envoyé à Yazid Ibn al-Mouhallab une garantie de sécurité et acceptation de toutes ses demandes mais le message arriva trop tard.

 

Yazid Ibn ‘Abdel Malik, le neuvième calife omeyyade, envoya le fils de son frère al-‘Abbas Ibn al-Walid à la tête de quarante-mille combattants de Syrie combattre Yazid Ibn al-Mouhallab suivit par le célèbre guerrier Maslamah Ibn ‘Abdel Malik à la tête de son armée.

Yazid Ibn al-Mouhallab quitta Basra pour Wassit, ou il laissa son fils Mou’awiyah Ibn Yazid gouverneur de la ville avant d’aller à al-‘Aqr.

 

Au mois de Safar de l’année 102 de l’Hégire (720), l’armée de Syrie rencontra l’armée de Yazid Ibn al-Mouhallab et une terrible bataille s’ensuivit. L’armée d’Iraq ne put résister à l’armée de Syrie, et Yazid Ibn al-Mouhallab combattit bravement jusqu’à ce qu’il fut tué puis sa tête fut tranchée et envoyée à Yazid Ibn ‘Abdel Malik. Et c’était une habitude de trancher la tête des chefs de tous ceux qui se rebellaient contre l’état et de l’envoyer au calife des Musulmans dans sa capitale.

Lorsque Mou’awiyah Ibn Yazid Ibn al-Mouhallab apprit les nouvelles de la déroute de l’armée de son père, de sa mort et celle de ses oncles, il ordonna que trente-deux prisonniers soient tués et parmi eux ‘Adiyy Ibn Artat al-Fazari, son fils Muhammad Ibn ‘Adiyy Ibn Artat al-Fazari puis Malik et ‘Abdel Malik Ibn Misma’ des Banou Qays Ibn Tha’labah al-Bakriyine. Tandis que le reste de la famille d’al-Mouhallab s’enfuirent à Farès poursuivit par Moudrik Ibn Dab al-Kalbi envoyés par Maslamah à la tête d’une armée qui les vainquit et tua al-Moufaddal Ibn al-Mouhallab. Le reste des al-Mouhallab s’enfuit à Qandabil ou Wida’ Ibn Qoumayd al-Azdi était gouverneur ne les accepta pas.

 

Ils s’enfuirent à nouveau poursuivit par Hilal Ibn Ahwaz al-Mazimi at-Tamimi sur les ordres de Maslamah. Hilal les écrasa et il ne resta d’eux qu’Abou Ilaynah Ibn al-Mouhallab et ‘Uthman Ibn Moufaddal al-Mouhallab qui s’enfuirent chez Khaqan et Routbil, au pays des Turcs.

Après cette grande victoire, et sur les ordres du neuvième calife, Maslamah Ibn ‘Abdel Malik devint gouverneur d’Iraq[1] et du Khorasan.

Maslamah Ibn ‘Abdel Malik nomma Ghashamah Muhammad Ibn ‘Amr Ibn Walid Ibn ‘Ouqbah Ibn Abi Mou’ayt al-Amawi gouverneur de Koufa, ‘Abdel Malik Ibn Bishr Ibn Marwan gouverneur de Basra et Sa’id Ibn ‘Abdel ‘Aziz Ibn al-Harith Ibn (al) Hakam Ibn Abi al-‘As al-Amawi, connut dans les livres d’histoires sous le nom de Sa’id Khoudaynah le mari de la fille de Maslamah, gouverneur du Khorasan.      

Sa’id Ibn ‘Abdel ‘Aziz se retrouva donc dans la même position avant lui que Qoutaybah Ibn Mouslim, avec la même pouvoir et l’armée de Yazid Ibn al-Mouhallab sous son commandement mais il n’aimait pas le combat dans la voie d’Allah excepté s’il était contraint.

Les populations turques conquises en profitèrent pour se rebeller et parmi eux les Soughdians apostasièrent. Il est connut que ces peuples turcs sont durs et qu’ils ne peuvent être dominés que par un puissant gouverneur.

 

 

La bataille de la Forteresse d’al-Bahili

 

Quand Sa’id Khoudaynah arriva au Khorasan, il convoqua un groupe de dihqans et leur demanda qu’ils lui recommandent les noms d’hommes qu’il pourrait envoyer dans la région. Ils recommandèrent un groupe d’Arabes qu’il nomma alors responsable de ces contrées. Cependant, peu après, il commença à recevoir des plaintes au sujet d’eux. Un jour, alors que les gens étaient venus pour le voir, il dit :

– « Je suis arrivé dans cette province en ne connaissant rien au sujet de ses habitants. J’ai demandé des conseils à ces mêmes gens, et un certain groupe m’a été recommandé. Je me suis renseigné à leur sujet et, après avoir reçu des rapports positifs, je les ai nommés. Je vous adjure donc de m’informer au sujet de mes gouverneurs ! »

Alors les gens les louèrent. Mais ‘AbderRahmane Ibn ‘AbdAllah Al Qoushayri dit :

– « Si tu ne nous avais pas nommés, j’aurais immédiatement cessé, mais maintenant que tu nous as sollicités, je peux dire que tu as cherché le conseil des polythéistes qui t’ont recommandé des gens qu’eux même n’aimeraient pas et c’est tout que nous connaissons à leur sujet ».

Sa’id désista Shou’bah Ibn Zouhayr d’as-Soughd et le remplaça par Uthman Ibn ‘AbdAllah Ibn Moutarif Ibn ash-Shikhir chargé de l’administration militaire puis il nomma Souleyman Ibn Abi as-Sari, le Mawlah des Banou Ouwafah, chargé de l’administration fiscale et Ma’qil Ibn ‘Ourwah al-Qoushayri gouverneur d’Hérat.

 

Les soldats qui pensaient que Sa’id était un homme faible le surnommèrent « Khoudaynah » tandis que les Turcs se réjouirent de le combattre. Le Khaqan des Turcs nomme Koursoul, rassembla ses hommes et les envoya     à as-Soughd à la forteresse Bahilah où ils installèrent leur camp.

 

Certaines sources ont rapporté qu’un des grands dihqans voulut se marier avec une femme Bahili qui était dans cette forteresse et lui envoya une proposition de mariage mais quand elle refusa, il souleva une armée dans l’espoir de capturer les habitants de la forteresse et saisir ainsi la femme.

Koursoul arriva et assiégea les habitants de la forteresse dans lequel il y avait cent familles. Craignant que ‘Uthman Ibn ‘AbdAllah, le gouverneur de Samarkand serait pas assez rapide pour leur envoyer des renforts, ils proposèrent aux Turcs quarante-mille dirhams en échange de la paix et ils remirent dix-sept hommes aux Turcs comme otages. Pendant ce temps, ‘Uthman Ibn ‘AbdAllah appela des volontaires. Al-Moussayab Ibn Bishr ar-Riyahi répondit à l’appel et plus de quatre-mille hommes de toutes les tribus s’engagèrent volontairement. Mais Shou’bah Ibn Zouhayr se moqua et dit :

– « Même si les cavaliers de Khorasan étaient ici, ils n’auraient pas pu atteindre leur but ».

Parmi les volontaires des Banou Tamim, il y avait :

– Shou’bah Ibn Zouhayr an-Nahshali,

– Bal’a Ibn al-Moujahid ‘Anzi,

– ‘Amirah Ibn Rabi’ah des Banou ‘Oujayf connu sous le nom de ‘Amirat ath-Tharid,

– Ghalib Ibn al-Mouhajir at-Ta’i, l’oncle paternel d’Abou al-‘Abbas at-Toussi,

– Abou Sa’id Mou’awiyah Ibn al-Hajjaj at-Ta’i,

– Thabit Qoutnah,

– Abou al-Mouhajir Ibn Darah de la tribu de Ghatafan,

Houlays ash-Shaybani,

– Al-Hajjaj Ibn al-‘Amr at-Ta’i,

Hassan Ibn Ma’dan at-Ta’i,

– Al-Ash’ath Abou Hatamah at-Ta’i et,

– ‘Amr Ibn Hassan at-Ta’i.

 

Views: 0