BANU UMAYYAH

La mort de Youssouf Ibn Hajjaj ath-Thaqafi

 

Les historiens ont rapporté qu’après la mort de Sa’id Ibn Joubayr, al-Hajjaj Ibn Youssouf ath-Thaqafi ne vécut que quarante jours, après avoir terriblement souffert.

Il ne put pratiquement plus dormir et il fut aussi affligé de cauchemar, ou il voyait Sa’id Ibn Joubayr qui lui disait :

– « O ennemi d’Allah, pourquoi m’as-tu tué ? » Ce qui était un châtiment d’Allah envers al-Hajjaj avant qu’il ne meurt. Et al-Hajjaj le tyran disait :

– « Qu’ai-je à voir avec Sa’id Ibn Joubayr ! Qu’ai-je à voir avec Sa’id Ibn Joubayr ! »

Al-Hajjaj savait où il était à La Mecque mais il était resté silencieux sur le sujet jusqu’à ce que le gouverneur de La Mecque lui ait envoyé Sa’id ! Voilà pourquoi il avait maudit le gouverneur de La Mecque !

 

Al-Hajjaj a joué un grand rôle dans le règne des Omeyyades. Il a été beaucoup rapporté à son sujet et nous avons pu découvrir à travers ces lignes une grande partie de sa biographie sans qu’elle soit complète.

Bien sûr, chacun peut avoir son avis sur l’homme. Comme tout un chacun, il a fait certainement des bonnes et des mauvaises choses. Néanmoins, il restera une figure importante de notre communauté.

Pour exemple, nous citerons une partie de ce qu’a rapporté ad-Dahhabi à son sujet dans son livre « Sirah A’lam An-Noubalah » : « C’était une brute, un tyran, un oppresseur et un homme cruel (qui faisait couler le sang) mais c’était aussi un homme valeureux (shaja’a), audacieux (iqdamin), rusé (makrin), malin (daha), éloquent (fassaha), persuasif (balagha) et respectueux du Qur’an. Nous l’insultons et nous le l’aimons point. Et nous le détestons (boughd) en Allah ».

 

 

En l’an 95 de l’Hégire (713), la lutte dans la voie d’Allah pour élever la Parole d’Allah Le Très Haut, était mené sur plusieurs fronts. En Andalousie, en Inde, au-delà de l’Oxus et en en terre byzantine, la recommandation du bien était dument appliquée à cette époque. La lutte (jihad) est un des fondements de l’Islam par lequel les Musulmans sont respectés. Tant que les armées musulmanes étaient actives à propager la parole de Tawhid, « Il n’y a nulle divinité excepté Allah et Muhammad est Son messager », les terres musulmanes étaient imprenables et l’honneur des Musulmans sauf. Le jour où les Musulmans abandonnèrent cette magistrale recommandation d’Allah Exalté dans Son Livre Glorieux, à l’immense récompense et aux honneurs dans l’au-delà et en ce monde, cette protection essentielle pour la vie et les biens, les Musulmans devinrent faibles.

Le jour où les Musulmans déposèrent leurs armes, ils perdirent leurs honneurs et leur religion. L’honneur du Musulman réside en ses armes et uniquement dans ses armes et ne peut revenir que par les armes. Allah à Lui les louanges et la Gloire nous a recommandé dans Son Livre non seulement de ne pas déposer nos armes : « Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salat, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu’ils ont terminé la prosternation, qu’ils passent derrière vous et que vienne l’autre groupe, ceux qui n’ont pas encore célébré la Salat. A ceux-ci alors d’accomplir la Salat avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. Vous ne commettez aucun péché si, incommodés par la pluie ou malades, vous déposez vos armes ; cependant prenez garde. Certes, Allah a préparé pour les mécréants un châtiment avilissant[1] » mais aussi de préparer toutes sortes d’armes pour la lutte. Le Très Haut dit : « Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés[2] ! » Et l’histoire que vous avez sous les yeux est là pour largement et sans aucun doute possible le prouver.

 

 

Cette année, al-‘Abbas Ibn al-Walid Ibn ‘Abdel Malik fit campagne en territoire byzantin. Et par ses mains Allah Exalté conquis trois forteresses, qui d’après ce qui a été dit, sont Toulous, al-Marzbanayn, et Hiraqlah.

 

 

Le reste de l’Inde fut conquise excepté al-Kayraj et al-Mandal.

 

 

Wassit al-Qassab fut construite, durant le mois de Ramadan de l’année 95 de l’Hégire (714).

 

 

Moussa Ibn Noussayr quitta l’Andalousie pour Tunis ou il exécuta les rites de la Fête du Sacrifice le 10 du mois de Dzoul Hijjah (26 aout 714) à Qasr al-Ma’, à trois kilomètres de Kairouan.

 

 

Qoutaybah Ibn Mouslim fit campagne contre ash-Shash.

 

 

Al-Hajjaj envoya d’Irak une armée qui rejoignit Qoutaybah en l’an 95 de l’Hégire (713) et qui partit aussitôt en campagne. Quand il arriva à ash-Shash ou à Koushmahan, les nouvelles de la mort d’al-Hajjaj lui parvinrent. Il fut si chagriné qu’il retourna à Merv.

Il revint avec son armée qu’il dispersa. Il laissa des soldats à Boukhara, à Kish et à Nassaf.

Tandis qu’il se trouvait à Merv, il reçut une lettre du calife al-Walid : « L’émir des croyants connait tes épreuves et tes efforts dans la guerre dans la voie d’Allah Exalté contre les ennemis des Musulmans. Maintenant consolide tes campagnes et attends la récompense de Ton Seigneur. Ne me laisse pas sans nouvelle afin que je puisse voir par tes yeux le territoire et les frontières dans lesquelles tu te trouves ».

 

Cette même     année al-‘Abbas Ibn al-Walid conquit Qinnassrine.

 

Cette même année aussi, al-Waddahi, qui était un des lieutenants d’al-Waddah, l’esclave libéré berbère de ‘Abdel Malik qui commandait une élite de combattants appelée al-Waddahiyah, et approximativement mille hommes qui étaient avec lui furent tués en territoire byzantin.

Lorsqu’al-Hajjaj sentit l’inéluctable fin le gagner, il nomma Yazid Ibn Abi Kabshah al-Kindi, ministre de la guerre et Imam, aux affaires politiques pour l’Iraq dont Basra et Koufa. Puis, il nomma ministre des finances (kharaj) Yazid Ibn Abi Mouslim, l’affranchi (mawlah) Thaqif, surnommé également Abi Mouslim Dinar ou Yazid Ibn Dinar.

 

Lorsqu’al-Hajjaj mourut, al-Walid Ibn ‘Abdel Malik confirma dans leurs postes tous ceux qu’al-Hajjaj avait nommé en Iraq et ailleurs.

 

 

La mort de Walid Ibn ‘Abdel Malik

 

Au mois de Joumadah Thani de l’année 96 de l’Hégire (714), mourut à Damas, le sixième calife omeyyade al-Walid Ibn ‘Abdel Malik et ‘Abdel ‘Aziz pria sur lui.

 

Al-Walid Ibn ‘Abdel Malik fit beaucoup de bonnes choses dont nous mentionnerons quelque unes :

– C’était un homme extrêmement jaloux et il dit : «  Si Allah Exalté n’avait pas mentionné le peuple de Loth dans le Qur’an, je ne me serais jamais imaginé que quelqu’un puisse faire de telle chose ».

– Il était aussi énormément préoccupé par la construction des mosquées et l’entraide aux pauvres, aux nécessiteux, aux malades et aux gens qui demandaient une attention particulière et que nous appelons de nos jours : les handicapés.

 

Al-Walid était aussi puissant que tyran. Il avait désisté son frère Souleyman du califat pour mettre à la place son fils ‘Abdel ‘Aziz. Souleyman avait refusé de se laisser faire mais al-Walid refusa de changer d’avis.

Al-Walid voulut faire comme son père, ‘Abdel Malik Ibn Marwan, lorsqu’il voulut désister son frère ‘Abdel ‘Aziz pour transmettre le califat à son fils al-Walid mais ‘Abdel ‘Aziz Ibn Marwan mourut avant son frère ‘Abdel Malik.

Al-Walid écrivit aux gouverneurs de l’état islamique pour leur demander de faire porter allégeance aux gens pour son fils ‘Abdel ‘Aziz Ibn Walid. Mais personne n’accepta de lui porter allégeance, y compris ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz qui s’éleva contre lui.

Et ce fut une raison supplémentaire pour Souleyman de rapprocher de lui ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz, de lui demander conseil et de suivre ses recommandations. Les relations entre les eux hommes avaient toujours été excellentes.

 

Quant à al-Hajjaj Ibn Youssouf ath-Thaqafi avant sa mort, et Qoutaybah Ibn Mouslim al-Bahili répondirent à l’appel du calife pour nommer ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz calife à la place de Souleyman.

Al-Walid Ibn ‘Abdel Malik eut 19 enfants, en plus de ‘Abdel ‘Aziz et pratiquement tous de mères d’enfants.

 

 

En l’an 96 de l’Hégire, (715), Bishr Ibn al-Walid revint de sa campagne hivernale après la mort d’al-Walid sous le règne duquel de massives conquêtes furent effectuées. Moussa Ibn Noussayr conquit l’Andalousie et Muhammad Ibn al-Qassim conquit l’Inde.

Qoutaybah Ibn Mouslim al-Bahili conquit Kashgar et attaqua la Chine. Kashgar était la ville la plus éloignée du centre de la Chine et la plus proche au-delà du fleuve de l’Oxus.

Son attaque sur la Chine n’était que le prélude à de futures conquêtes pour observer le nouveau pays et leur population. La Chine est un immense territoire et Qoutaybah stationna près de ses nouvelles conquêtes.

 

Views: 0