BANU UMAYYAH

Le dernier combat de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr

 

Après cette discussion, le lion des Qouraysh, ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait de lui, de sa mère et de son père), sortit pour son dernier combat.

Un Sheikh des gens de Hims de l’armée de Syrie qui combattit en personne ‘AbdAllah Ibn Zoubayr lors de son dernier combat a dit :

– « Je l’ai vu le jour du lundi, sortir seul à notre rencontre par une des portes du Haram que cinq d’entre nous gardait et nous avons fui devant lui alors qu’il disait : « Comme je connais mon jour, je patienterais car l’homme libre connait son jour même si certains d’entre eux le connaissent et le déplore » ».

Et le Sheikh de lui répondre :

– « Par Allah, tu es un homme libre noble ! »

Nous l’avons vu tenir si fermement et si longtemps que nous avons cru qu’il ne serait jamais tué tant il était puissant et fort. Jusqu’à ce qu’un homme sur une terrasse lui jeta une lourde pierre qu’il reçut sur la figure et fit couler son sang.

Alors, ils se jetèrent sur lui et un homme de la tribu des Mourad le tua.

Lorsque les nouvelles de sa mort parvinrent à l’infâme Hajjaj, il se prosterna de remerciement à Allah, puis en compagnie de Tariq Ibn ‘Amr, il alla voir sa dépouille.

Il se tint debout devant lui et Tariq Ibn ‘Amr dit :

– « Nulle femme n’a jamais donné naissance à un tel homme ». Et al-Hajjaj de lui répondre :

– « Tu fais des éloges à l’ennemi de l’émir des croyants ? »

– « Oui ! C’est lui qui est venu à nous ! Et si ce n’était son geste nous n’aurions eu aucun succès. Nous l’avons assiégé durant six mois et il n’était ni dans une tranchée, ni même fortifié dans un fort et à chaque rencontre, nous avons dû fuir devant lui ».

 

Lorsque ‘Abdel Malik fut informé de ce qui survint entre al-Hajjaj et Tariq Ibn ‘Amr, il ne désavoua pas les paroles de Tariq.

L’infâme al-Hajjaj envoya les têtes de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr, de ‘AbdAllah Ibn Safwan, de ‘Omar Ibn ‘Amr Ibn Hazm à Médine ou elles furent exposées devant les gens un certain temps avant de les envoyer à ‘Abdel Malik Ibn Marwan.

Al-Hajjaj nomma Tariq Ibn ‘Amr gouverneur de Médine et rentra dans La Mecque ou les gens vinrent lui porter allégeance pour ‘Abdel Malik Ibn Marwan. Puis, il ordonna que la dépouille de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr soit crucifié.

Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah soit satisfait d’elle et de son père) envoya un messager à al-Hajjaj pour lui demander de descendre le corps de son fils mais il refusa jusqu’à ce que ‘Abdel Malik lui en donne l’ordre et lui fit des remontrances pour ce qu’il lui avait fait.

Il a aussi été dit que la dépouille de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr resta plus de trente jours crucifiée.

Il a aussi été rapporté qu’il crucifia un chien à ses côtés et dans d’autres versions un chat.

Parmi ceux qui combattirent avec ‘AbdAllah Ibn Zoubayr, il y avait ‘AbdAllah Ibn Mouti’ al- ‘Adawi al-Qourayshi, le chef des Mouhajirines (émigrés) le jour de Harrah à Médine, qui s’enfuit et qui ne fut pas tué lors de cette bataille.

Il combattit jusqu’à la mort disant : « Je suis celui qui a fui le jour de Harrah, et l’homme libre ne fuit qu’une fois (wal hourrou yafirou illa marrah) et aujourd’hui je récompense la fuite par une contrainte ».

 

Lorsque ‘AbdAllah Ibn Zoubayr Ibn al-‘Awwam (qu’Allah soit satisfait de cette sublime famille) fut tué, les gens de Syrie poussèrent des Takbir « Allah est le Plus Grand » et ‘AbdAllah Ibn ‘Omar (qu’Allah soit satisfait d’eux) dit :

– « Regardez-les ! Les Musulmans ont glorifié Allah de joie le jour où il est né et le jour où il est mort ! » Puis il alla devant sa dépouille et dit :

– « Que la paix sur toi ô père de Khoubayb ! Par Allah je t’ai déconseillé cela et si tu es, comme ils disent, le pire de ta nation alors ton peuple doit être exceptionnel ! »

 

Il est rapporté que la respectable Compagnonne Asma Bint Abi Bakr as-Siddiq (qu’Allah soit satisfait d’elle, de son père, de sa sœur, de son mari et de son fils) alla voir son fils soit cinq jours ou dix jours après que sa dépouille ait été descendue après qu’al-Hajjaj est ordonnée qu’elle soit jetée dans le cimetière des Juifs.

Al-Hajjaj, ordonna que sa dépouille soit jetée dans le cimetière des Juifs !

 

Les historiens et particulièrement Ibn al-Athir dans son livre « al-Kamil fit-Tarikh » a rapporté qu’al-Hajjaj envoya un message à Asma Bint Abi Bakr as-Siddiq (qu’Allah soit satisfait d’eux) pour lui demander de se présenter à lui mais elle refusa.

Puis, il lui en envoya un nouveau lui disant :

– « Viens tout de suite, sinon je vais envoyer quelqu’un qui te sortira de force par tes cornes ! »

Avoir osé dire cela à cette respectable femme âgée de 100 ans!

Al-Hajjaj l’infâme a-t-il au moins une histoire ! Un fier et noble passé, une distinction quelconque par rapport aux Compagnons hommes et femmes du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) ?            

Mais nullement intimidée, elle refusa de nouveau et il dut y aller en personne et lui dit :

– « Comment m’as-tu trouvé en ce que j’ai fait à ‘Abdillah ? » Elle lui répondit :

– « J’ai vu que tu as corrompu sa vie tandis qu’il corrompu ton au-delà et le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) nous a mis en garde contre deux hommes des Bani Thaqif, un menteur et un tyran. En ce qui concerne le menteur nous l’avons vu quant au tyran, il s’agit de toi ».

 

L’Imam Ahmad Ibn Hanbal, l’Imam des gens de la Sounnah et de la Communauté (ahl sounnah wal jama’a) a rapporté dans son Mousnad qu’al-Hajjaj rentra chez Asma Bint Abi Bakr as-Siddiq (qu’Allah soit satisfait d’elle et de son père) après que son fils ‘AbdAllah Ibn Zoubayr fut tué et lui dit :

– « Ton fils est devenu un renégat dans cette maison et Allah Exalté et Loué soit-Il L’a durement châtié et Il lui a fait ce qu’Il lui a fait ! »

– « Tu as menti », lui répondit-elle ! « Il était obéissant à ses parents, jeûneur et assidu à ses prières de nuits. Par Allah, le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) nous a informés qu’il sortirait des Bani Thaqif deux menteurs et le pire d’entre-deux serait le deuxième ».

Le premier menteur est Moukhtar « le menteur » (al-kadab) Abou ‘Oubayd ath-Thaqafi que vous connaissez déjà et le second qui est pire que le premier est al-Hajjaj Ibn Youssouf ath-Thaqafi.

 

Ibn al-Athir a rapporté dans son livre d’histoire d’Ibn Sirin que ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait de lui) disait :

– « Il n’y a pas une chose dont nous informait Ka’b al-Akhbar qui ne s’est pas produit excepté : un jeune de Thaqif me tuera et sa tête est entre mes mains (il tenait la tête de Moukhtar « le menteur » entre ses mains) ». Puis Ibn Sirin dit :

– « Ibn Zoubayr ne savait pas qu’al-Hajjaj lui avait été caché ».          

 

Ka’b al-Akhbar est des Himyariyine. Son nom est Ka’b Ibn Mati’ al-Himyarih et il était un grand savant juif qui devint musulman sous le règne d’Abou Bakr as-Siddiq (qu’Allah soit satisfait de lui) et vint à Médine sous le règne d’ al-Farouk ‘Omar Ibn al-Khattab (qu’Allah soit satisfait de lui). Il participa aux conquêtes islamiques en Syrie et rapporta beaucoup d’histoires israélites des livres des Bani Isra’il. Il mourut en sous le règne de Dzoul Nourayn ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait de lui).

Quant à Hassan Ibn Sirin il était un des senior des nobles compagnons (tabi’i) des Compagnons (ashab) du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui), le grand Imam de Basra. Son père Sirin était originaire d’Iraq et il était le serviteur d’Anas Ibn Malik (qu’Allah soit satisfait de lui). Hassan Ibn Sirin est décédé en l’an 110 de l’Hégire (728) (qu’Allah lui fasse miséricorde).

 

L’Imam Mouslim rapporte dans son Sahih d’après Abou Nawfal, qui a vu ‘AbdAllah Ibn az-Zoubayr crucifié à Thaniyati al-Hajoun : « Les Qouraysh et les gens défilèrent près de lui, puis ‘AbdAllah Ibn ‘Omar, s’approcha et dit trois fois avant de partir : « Paix sur toi ô Abou Khoubayb. Par Allah, ne t’avais-je pas déconseillé d’agir ainsi ? Par Allah, j’ai le souvenir de quelqu’un qui jeûnait, veillait en prière, et préservait ses liens de parentés. Par Allah, une communauté dont tu es le plus mauvais, peut se targuer d’être une nation de bien ».

 

Lorsqu’al-Hajjaj fut informé des propos de ‘AbdAllah Ibn ‘Omar, il ordonna de descendre Ibn az-Zoubayr du tronc ou il était crucifié et de l’enterrer dans le cimetière des Juifs. Puis, il fit demander sa mère, Asma la fille d’Abou Bakr, qui refusa de venir. Le messager revint la voir, et lui dit :

– « Tu dois venir, ou nous enverrons quelqu’un qui te traînera de force par les cornes ». Elle refusa et dit :

– « Par Allah je ne viendrai pas, à moins qu’on ne m’arrache de force’. Al-Hajjaj s’écria :

– « Donnez-moi mes sandales ! » Il les enfila et sortit d’un pas pressé. Lorsqu’il pénétra chez elle, il lui dit :

– « Que penses-tu de ce que j’ai fait à l’ennemi d’Allah ? » Elle répondit :

– « Je constate que tu lui as détruit sa vie ici-bas, mais que lui a anéanti la tienne dans l’au-delà ! »

– « On m’a rapporté que tu fus appelé la femme aux deux ceintures ».

– « Par Allah, je suis sans conteste la femme aux deux ceintures. L’une d’elle me servait à suspendre la nourriture du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et d’Abou Bakr pour la protéger des insectes tandis que l’autre est celle que toutes les femmes utilisent. Le Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) nous a effectivement informés d’un menteur et d’un criminel venant de Thaqif. Le menteur, nous savons qui il est quant au criminel, je pense que tu es celui-là ».

Al-Hajjaj se leva et la quitta sans lui répondre.

 

 

Que restait-il maintenant à ‘Abdel Malik Ibn Marwan ?

Zoufar Ibn Harith al-Kilabi se soumit à lui tandis qu’ad-Dahhaq Ibn Qays al-Fihri, ‘Amr Ibn Sa’id Ibn al-‘As al-Ashtar, Houmayr Ibn Khoubab as-Soulami, Mous’ab Ibn Zoubayr, ‘AbdAllah Ibn Khalid as-Soulami furent tués et nous venons de voir comment ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait de lui) fut tué lors du siège de La Mecque par al-Hajjaj.

Tout rentra pratiquement en ordre pour ‘Abdel Malik Ibn Marwan.

 

 

En l’an 73 de l’Hégire (692), ‘Abdel Malik Ibn Marwan nomma son frère Muhammad Ibn Marwan gouverneur d’al-Jazirah et de l’Arménie.

Ceci est une preuve que lorsqu’il n’y a plus de séditions, que les Musulmans sont unis, ils peuvent enfin diriger leurs efforts et leurs forces contre les ennemis de l’Islam et résumer le combat dans la voie d’Allah (jihad fis-sabilillah) et que lorsque les Musulmans sont divisés cela ne conduit qu’à leurs destructions.

 

 

En l’an 74 de l’Hégire (693), ‘Abdel Malik Ibn Marwan désista Tariq Ibn ‘Amr de Médine et le remplaça par al-Hajjaj Ibn Youssouf qui n’avait pour les habitants de Médine absolument aucune valeur et particulièrement parmi les Compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui).

 

Al-Hajjaj humilia certains d’entre eux dont Anas Ibn Malik (qu’Allah soit satisfait de lui), le respectable Compagnon du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et son serviteur, Anas Ibn Malik Ibn Nadr al-Khazraji al-Ansari et Sahl Ibn Sa’d Ibn Malik al-Khazraji al-Ansari (qu’Allah soit satisfait de lui) lorsqu’il apposa des tags (wasm) de plomb sur leur coups et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah !

Il fit de même au compagnon Jabir Ibn ‘Abdillah Ibn al-‘Amr al-Khazraji al-Ansari qu’il marqua sur la main.

 

Views: 0