BANU UMAYYAH

La mort de Bahir Ibn Warqah

 

Dix-sept hommes des Bani ‘Awf Ibn Ka’b Ibn Sa’d jurèrent de venger Boukayr. L’un d’entre eux du nom de Shamardal alla au Khorasan et lorsqu’il vit Bahir Ibn Warqah, il l’attaqua et le poignarda. Il crut qu’il avait réussi à le tuer mais des gens l’attrapèrent et le tuèrent.

Un autre bédouin des Bani Joundoub, des Bani ‘Awf Ibn Sa’d, Sa’sa’ah Ibn Harb al- ‘Awfih appela à sa vengeance. Il vendit ses quelques moutons pour acheter un âne avec lequel il alla au Sijistan. Il réussit à entrer dans l’entourage de Bahir en se faisant passer pour un membre des Bani Bakr Ibn Wahil. Puis il attendit le moment opportun pour le tuer.

Il aurait pu facilement le tuer auparavant, mais il préféra attendre pour le faire devant le maximum de témoin possible.

Lors d’un conseil de Mouhallab Ibn Abi Soufrah ou il avait réussi à entrer et ou Bahir était présent, il l’attaqua en criant :

– Pour la mort de Boukayr ! Puis il le poignarda et Bahir mourut des suites de ce coup. Les gens saisirent Sa’sa’ah et le tuèrent à son tour. Ces évènements eurent lieu entre l’an 81 de l’Hégire (700).

 

 

Nous avons passé en revue ces guerres tribales et nous allons faire un petit saut en arrière pour revenir en l’an 71 de l’Hégire (690) et poursuivre notre chronologie sur les Omeyyades.

 

En l’an 71 de l’Hégire (690), sous le règne de ‘Abdel Malik Ibn Marwan, après avoir éteint les feux de la sédition en Syrie et en Iraq, les Musulmans conquirent Césarée (qayssariyah), qui était une ville romaine sous l’empereur byzantin Justinien II.

Ceci nous prouve clairement que si notre communauté est unie, et ne serait qu’une partie, il y aurait du bien et de la bénédiction qui découlerait de cette union comme cela a été maintes fois     prouvée au cours de l’Histoire des Musulmans, non seulement dans le passé mais aussi le présent.

‘Abdel Malik Ibn Marwan, le cinquième calife, réussit à se défaire de tous ses problèmes excepté la partie la plus délicate en la personne de respectable Compagnon ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait de lui et de son père Zoubayr al-‘Awwam) au Hijaz.

 

 

En l’an 72 de l’Hégire (691), Muhammad Ibn Marwan attaqua les Byzantins lors de sa campagne d’été et leur infligea de lourdes pertes. D’autre part, dans la région d’Arménie, ‘Uthman Ibn al-Walid, à la tête d’une force de quatre-mille hommes attaqua et écrasa une armée byzantine de soixante-mille hommes dont il tua un grand nombre d’entre eux.

 

 

La rébellion des khawarije al-azariqah

 

Cette même année, il y eut entre les khawarije et les Musulmans une guerre dans l’Ahwaz.

Khalid Ibn ‘Abdillah Ibn Khalid Ibn Assid envoya son frère ‘Abdel ‘Aziz Ibn ‘Abdillah à la tête d’une armée pour combattre les khawarije azariqah qu’il fit suivre d’une autre armée de soutien commandée par Mouqatil Ibn Misma’ al-Jahdari al-Bakri.

At-Tari Ibn Foujahah at-Tamimi, le chef des azariqah envoya Salah Ibn Mihraq à la tête d’un détachement de cent cavaliers qui réussirent à dérouter les deux armées de ‘Abdel ‘Aziz Ibn ‘Abdillah et de Mouqatil Ibn Misma’.

‘Abdel ‘Aziz Ibn ‘Abdillah s’enfuit tandis que les khawarije violèrent sa femme, la fille de Moundir Ibn Jaroud al-‘Abdi des chefs des Banou ‘Abdel Qays et les Banou ‘Abdel Qays des Banou Rabi’ah Ibn Nizar.

Les chiens de l’enfer, à savoir les khawarije, trainèrent et humilièrent la pauvre noble femme musulmane. Comme c’était une belle femme, ils la mirent à vendre aux enchères jusqu’à ce que le prix atteigne cent-mille dinars.

Un des khawarije des Bani ‘Abdel Qays, par amour propre pour sa tribu, la tua pour éviter le scandale et il dit aux autres, pour cacher son intention, qu’il l’avait tué parce qu’elle avait été une tentation pour les Musulmans !

 

Lorsque ‘Abdel Malik fut informé de la défaite des armées, il écrivit à Khalid Ibn ‘Abdillah pour lui demander de se mettre en route avec l’armée de Basra et de rejoindre al-Mouhallab Ibn Abi Soufrah al-Azdi dans l’Ahwaz.

Puis, il écrivit aussi à son frère Bishr Ibn Marwan d’assister Khalid Ibn ‘Abdillah en lui envoyant une armée des gens de Koufa.                  

Bishr Ibn Marwan lui envoya ‘AbderRahmane Ibn Muhammad Ibn Ashhaf Ibn Qays al-Kindi à la tête de cinq-mille combattants et les armées se rejoignirent dans l’Ahwaz.

 

Les khawarije qu’Allah les enlaidissent, surnommé par al-Mouhallab « les lions des Arabes » du fait qu’ils étaient de redoutables combattants comme il l’était lui-même et qu’il reconnaissait la valeur de ses ennemis, avancèrent à leur rencontre.

Les khawarije furent battu à leur tour par les armées du califat et se sauvèrent. Khalid Ibn ‘Abdillah envoya à leur poursuite Daoud Ibn Qahtan al-Bakri pour les expulser.

Lorsque ces nouvelles parvinrent au calife, il écrivit à son frère Bishr Ibn Marwan à Koufa en lui demandant de pourvoir Daoud Ibn Qahtan al-Bakri de combattants supplémentaires.

Bishr lui fit parvenir quatre-mille cavaliers commandés par ‘Attab Ibn Warqah at-Tamimi et ensemble, ils s’employèrent à chasser tous les khawarije qu’ils trouvèrent jusqu’à ce que leur chevaux soit épuisés avant de revenir dans l’Ahwaz.

 

 

La rébellion et la mort du khariji Abi Foudayk

 

En l’an 72 de l’Hégire (691), le khariji Abou Foudayk se rebella au Bahreïn.

Le Bahreïn à l’époque ne correspondait pas au Bahreïn actuel mais il s’étendait de Basra au nord jusqu’à l’Oman au sud.      

Abou Foudayk, ‘AbdAllah Ibn Thawr al-Bakri des Bani Qays Ibn Tha’labah Ibn Bakr Ibn Wahil, tua lors de sa révolte Najd Ibn ‘Amir al-Hanafi. Les khawarije se tuaient et se jetaient la mécréance entre eux.

Khalid Ibn ‘Abdillah envoya son frère Oumayyah Ibn ‘Abdillah de Basra à la tête d’une armée combattre Abi Foudayk mais le khariji le battit et Oumayyah s’enfuit et retourna à Basra.

 

Cette même année, ‘Abdel Malik Ibn Marwan envoya ‘Omar Ibn ‘Oubaydillah Ibn Ma’ma’ at-Taymi al-Qourayshi combattre Abi Foudayk qui fut rejoint par dix-mille combattants de Koufa et autant de combattant de Basra.

Il paracheva leurs préparatifs et leurs armements de la meilleure manière en dépensant de grande somme d’argent pour ces vingt-mille combattants. Il dota l’armée d’une avant et arrière garde, d’un centre et de deux ailes. Puis, il pourvut de biens leurs familles et les fit protéger afin que les combattants puissent se concentrer uniquement sur la bataille et c’est ce qui arriva.

Le centre de l’armée forma une barrière impénétrable de lances pour empêcher les cavaliers khawarije d’approcher tandis que les cavaliers de ‘Omar les encerclèrent. Il s’ensuivit une grande bataille et les cavaliers de ‘Omar entrèrent dans le camp des khawarije qu’ils incendièrent et tuèrent Abi Foudayk. Puis ils assiégèrent ceux qui s’étaient réfugiés dans le fort de Moushaqah dans l’Ahsah qui se trouvait dans l’ancien Bahreïn.

Les khawarije durent se rendre sans condition et se soumirent eu jugement de ‘Omar Ibn ‘Oubaydillah Ibn Ma’ma’ qui tua six-mille d’entre eux et fit huit-cent autres prisonniers. Puis l’armée victorieuse retourna à Basra.

 

 

Views: 0