BANU UMAYYAH

Mous’ab Ibn Zoubayr

 

Lorsque Mous’ab fut tué, ‘Abdel Malik Ibn Marwan dit :

– « Il y avait entre eux et nous un ancien acte de respect mais ce pouvoir est amer ».

Mous’ab Ibn Zoubayr fut tué au mois de Joumadah Thani de l’année 71 de l’Hégire (690) et après sa mort, les gens de l’Iraq portèrent allégeance à ‘AbdAllah Ibn Marwan qui nomma son frère Bish Ibn Marwan en remplacement de Qatad Ibn ‘Abdillah al-Harithi qui avait été gouverneur de Koufa pour quarante jours.

Il nomma aussi Khalid Ibn ‘Abdillah Ibn Khalid Ibn Assid al-Amawi gouverneur de Basra avant de retourner en Syrie.

 

Dans son Livre « al-Kamil fit-Tarikh » Ibn Athir a dit : « Un jour alors qu’il était assis, ‘Abdel Malik dit :

– « Quelques sont les gens les plus durs ? » Ils lui répondirent :

– « Toi, ô émir ces croyants ! »

– « Dites-moi autre chose ! »

– « ‘Oumayr Ibn Houbab ? »

– « Qu’Allah l’enlaidisse ! »

– « Shabir (Ibn Yazid Ibn Mou’aym Ibn Qays Ibn Shaybani al-Khariji dont nous parlerons plus tard) ? »

– « Non » dit-il !

– « Alors qui ? » ‘Abdel Malik Ibn Marwan répondit :

– « Mous’ab Ibn Zoubayr ! Il a la mentalité des Qouraysh. Il était le plus riche des hommes, je lui ai accordé la sécurité et la gouvernance de l’Iraq et il connaissait le pacte qu’il y avait entre nous. Mais il refusa tout et combattit jusqu’à sa mort ».

 

Et comme on dit : Seules les grandes personnes disent toujours la vérité sur leurs ennemis et c’est une qualité des nobles personnes que de reconnaitre la valeur de leurs ennemis.

 

 

Parmi les étrangetés de l’Histoire, l’Imam Ibn Kathir a rapporté dans son livre « al-Bidayah wal Nihayah » de ‘Abdel Malik Ibn ‘Oumayr : « Je suis rentré dans le palais de Koufa, quand je vis la tête d’al-Houssayn Ibn ‘Ali (qu’Allah soit satisfait d’eux) posé sur un bouclier devant ‘Oubaydallah Ibn Ziyad qui était couché sur un lit. Quelques temps plus tard, je pénétrais à nouveau dans le palais et vis la tête de ‘Oubaydallah Ibn Ziyad posé sur un bouclier devant al-Moukhtar Ibn ‘Oubayd ath-Thaqafi couché sur un lit. Peu après, je rentrais à nouveau au palais, et je vis la tête d’al-Moukhtar posé sur un bouclier devant Mous’ab Ibn az-Zoubayr, allongé sur un lit. Par la suite, je vis aussi la tête de Mous’ab Ibn az-Zoubayr sur un bouclier devant ‘Abdel Malik Ibn Marwan, couché sur un lit.

L’Imam Ahmad Ibn Hanbal ainsi que d’autres ont également relaté cette histoire toujours d’après ‘Abdel Malik Ibn ‘Oumayr.

 

 

La mort de ‘Abdillah Ibn Khazim as-Soulami

 

Après la mort de Mous’ab Ibn Zoubayr, ‘Abdel Malik Ibn Marwan envoya un messager à ‘Abdillah Ibn Khazim as-Soulami au Khorasan pour lui demander de lui porter allégeance en échange de sa reconduite au poste de gouverneur du Khorasan pour les sept prochaines années comme l’ont rapporté les historiens.

C’était la politique de ‘Abdel Malik. Que représentaient sept années en échange du sang des Musulmans, d’autant plus qu’Ibn Khazim faisait partie des nobles et des chefs de Qays et de Moudar ?      

‘Abdillah Ibn Khazim était à cette époque occupé à combattre Bahir Ibn Warqah at-Tamimi.

Le messager de ‘Abdel Malik était Sawrah Ibn Hisham an-Nouwayrih et ‘Abdillah Ibn Khazim lui dit :

– « N’était-ce la confrontation entre les Bani Soulaym et les Bani ‘Amir, je t’aurais tué ! Alors mange la lettre », ce que fit Sawrah.

Il a aussi été dit que le messager envoyé par ‘Abdel Malik était Sinan Ibn Moukamil agh-Ghanawih et que ‘Abdillah Ibn Khazim lui dit :

– « Il t’a envoyé parce que tu es des Banou Ghani et il sait que je ne tuerais pas un homme des Qays alors mange la lettre avec laquelle tu es venu ! » Ce que fit agh-Ghanawih.

 

‘Abdel Malik écrivit à Boukayr Ibn Moushah at-Tamimi, le délégué de ‘Abdillah Ibn Khazim à Merv (mawr), pour lui proposer le Khorasan en échange de sa soumission au calife. Boukayr Ibn Shah accepta la proposition de renverser ‘Abdillah Ibn Khazim et il porta allégeance à ‘Abdel Malik Ibn Marwan de même que les gens de Merv.    

 

Lorsque ‘Abdillah Ibn Khazim eut appris la trahison de son délégué, il eut peur d’être attaqué sur deux fronts entre Boukayr et Bahir tous les deux des Bani Tamim.

Il pensa à aller à Tirmid Lahayth chez son fils Ibn Moussa Ibn ‘Abdillah Ibn Khazim et Moussa Ibn ‘Abdillah était aussi valeureux que son père et du même caractère. Mais pour aller à Tirmid, il était obligé de passer par Merv.

Lorsqu’il se mit en marche, il fut suivit par Bahir Ibn Warqah at-Tamimi et ‘Abdillah s’en rendit compte alors qu’il était à un jour de marche de Merv ou à quatre-vingt-huit kilomètres. Il s’ensuivit une lourde bataille entre les deux factions et Bahir Ibn Warqah at-Tamimi et certains de ses proches dont ‘Amar Ibn ‘Abdel ‘Aziz al-Joushani et Waqi’ Ibn ‘Oumayrah al-Qoray’i at-Tamimi réussirent à isoler et à encercler ‘Abdillah Ibn Khazim et à le transpercer de trois lances.

Lorsqu’il s’effondra, Waqi’ s’assit sur sa poitrine et Ibn Khazim chercha à se défaire de lui sans succès. Alors il lui cracha à la figure, le maudit et Waqi’ Ibn ‘Oumayrah le tua.

Après cela Waqi’ Ibn ‘Oumayrah dit :

– « Je n’ai jamais rencontré un homme mourant aussi fort à l’instant de sa mort ».

Il dit cela car dans un moment aussi difficile, les héros habitué à la dureté, ne rendait leur âme qu’en se battant farouchement même si le sabre était sur leur gorge.

 

‘Abdillah Ibn Khazim as-Soulami mourut en l’an 72 de l’Hégire (691). Mais on a aussi rapporté, que sa mort eut lieu après l’assassinat de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait de lui).

‘Abdel Malik Ibn Marwan nomma Boukayr Ibn Moushah at-Tamimi gouverneur du Khorasan et il le resta jusqu’en l’an 74 de l’Hégire (693) avant qu’il ne soit désisté à cause des conflits tribaux qui eurent lieu entre les Bani Tamim.    

Boukayr Ibn Moushah avait libéré Bahir Ibn Warqah de sa prison après l’avoir emprisonné suite à l’assassinat de ‘Abdillah Ibn Khazim as-Soulami.

 

 

La rébellion et la mort de Boukayr Ibn Moushah at-Tamimi

 

Les Banou Tamim se divisèrent deux groupes : un groupe avec Boukayr et l’autre avec Bahir.

Les gens dirent à     ‘Abdel Malik :

– « Nul ne peut venir à bout de ce différent excepté un homme des Qouraysh ».

‘Abdel Malik désista Boukayr de son poste et le fit remplacer par Oumayyah Ibn ‘Abdillah Ibn Khalid Ibn Assid Ibn Abi al- ‘Iss Ibn Oumayyah Ibn ‘Abd ash-Shams al-Qourayshi al-Amawi.

Lorsque celui-ci prit son poste, il proposa à Boukayr, le poste de chef de la police mais il refusa et il nomma Bahir Ibn Warqah à ce poste. Puis, il nomma Boukayr gouverneur du Turkménistan et lui ordonne de se préparer pour l’invasion des pays au-delà de l’Oxus (marawan nahr), la Transoxiane.

 

Boukayr se prépara en conséquence et il dépensa beaucoup d’argent pour ses préparatifs mais Bahir Ibn Warqah fit peur à Oumayyah Ibn ‘Abdillah Ibn Khalid et lui disant qu’envoyer Boukayr était une erreur et que sous ce prétexte de l’envoyer au de-là du fleuve, il pouvait faire le contraire et marcher directement sur la Syrie et déposer le calife.      

Oumayyah Ibn ‘Abdillah envoya un message à Boukayr et lui demanda de l’attendre pour qu’il prenne part en personne à l’invasion. Oumayyah Ibn ‘Abdillah laissa son fils Ziyad Ibn Oumayyah pour occuper les fonctions de gouverneur du Khorasan[1] en son absence.

Mais Bahir ne cessa de harceler le gouverneur sur Boukayr si bien qu’il demanda à Boukayr de retourner à Merv[2], la capitale du Khorasan, sous le prétexte que son fils Ziyad était incapable de diriger la ville seul. Boukayr et un groupe de cavaliers retournèrent à Merv tandis qu’Oumayyah marcha avec le gros de la troupe sur Boukhar.

Les chefs des Banou Tamim qui étaient avec Boukayr enjolivèrent à Boukayr la rébellion et lorsqu’il arriva à Merv, il fit emprisonner Ziyad Ibn Oumayyah.

Lorsqu’Oumayyah fut informé de ces nouvelles, il retourna aussitôt sur ses pas pour Merv et s’ensuivit une série d’affrontement entre lui et Boukayr. Boukayr craignit que les gens ne l’abandonnent alors qu’il s’était fortifié dans la ville et il demanda à Oumayyah de conclure la paix entre eux. Oumayyah lui garantit la sécurité et aussi un accord de paix entre eux.

Oumayyah Ibn ‘Abdillah entra à Merv ou il écrivit aussitôt au calife pour l’informer de tout ce qui était arrivé. Puis Oumayyah désista Bahir Ibn Warqah at-Tamimi de son poste de chef de la police qui remplaça par Attah Ibn Sahib al-Leythi al-Kinani.

 

Oumayyah honora Boukayr Ibn Moushah et un jour ou les Banou Tamim étaient réuni avec Boukayr dans la mosquée, ils parlèrent de la dureté d’Oumayyah sur la comptabilité des impôts.

Les gens informèrent aussitôt Oumayyah que Boukayr incitait les gens à la rébellion dans la mosquée. Il ne leur accorda pas d’importance mais il fit venir des gens des Bani Tamim qui témoignèrent de la vérité de leur propos.

Oumayyah Ibn ‘Abdillah décida alors de se débarrasser de Boukayr et de tuer les deux enfants de son frère Badl et Shamardal car il l’avait déjà mis en garde contre la rébellion et l’incitation aux troubles. Mais puisque des gens des Banou Tamim, de ses oncles, avaient été témoin de ces incitations, il devait agir au plus vite.

Il chargea Bahir Ibn Warqah de son assassinat qui eut lieu en l’an 77 de l’Hégire (696).

 

Boukayr Ibn Moushah est des garçons des Bani Sa’d Ibn Zayd Ibn Manat Ibn Tamim. Ils sont les garçons de Sa’d Ibn Zayd Ibn Manat Ibn Tamim excepté Banou Ka’b et Banou ‘Amr Ibn Sa’d Ibn Zayd Ibn Manat.

Sa’d Ibn Zayd Manat à en dehors de Ka’b et de ‘Amr, al-Harith, al- ‘Ouwafah, Joushan, ‘Abd ash-Shams, Malik et ‘Awf.

Ces cinq sont appelé les garçons (abna) des Bani Sa’d Ibn Zayd Ibn Manat Ibn Tamim.

Bahir Ibn Warqah as-Salibi est des Bani Sa’d, des Bani Sarim Ibn Mouqaris Ibn ‘Amr Ibn Ka’b Ibn Sa’d Ibn Zayd Ibn Manat     leur frère qui n’est pas des garçons.

C’est pourquoi lorsque Bahir Ibn Warqah tua Boukayr Ibn Moushah, un homme des garçons des Bani ‘Awf Ibn Sa’d nommé ‘Uthman Ibn Rajah Ibn Jabir demanda à ce qu’il soit vengé comme il était coutume avant l’Islam.        

 

Views: 0