BANU UMAYYAH

L’allégeance à ‘AbdAllah Ibn Zoubayr

 

Vous témoignez donc que le Hijaz porta allégeance à ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait d’eux) excepté trois hommes :

– ‘AbdAllah Ibn ‘Omar,

– ‘AbdAllah Ibn ‘Abbas,

– Muhammad Ibn ‘Ali Ibn Abi Talib (Muhammad Ibn al-Hanafiyah).

Puis nous verrons aussi que les gens de Basra, de Koufa, d’Egypte, du Yémen, de la péninsule, du Khorasan et de l’ensemble de l’empire musulman, portèrent aussi allégeance à ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait d’eux).

Quant à Damas, la situation n’était pas claire et ad-Dahhak était septique.

 

En Jordanie, Hassan Ibn Malik Ibn Bahdal al-Kalbi, qui était l’envoyé et le gouverneur de la Palestine pour le compte de Mou’awiyah, travailla énormément pour le bénéfice des Omeyyades.

Il fut remplacé par Rawh Ibn Zounba’ al-Joudami qui marcha à la tête de sa troupe sur Jabiyah qui se trouvait proche de Damas la capitale pour tenter d’usurper le pouvoir. S’il parvenait à capturer la capitale, tout le reste suivrait rapidement.

 

 

Les khawarije abandonnent Ibn Zoubayr, se divisent et se séparent

 

Nous avons vu précédemment Najd Ibn ‘Amir al-Hanafi combattre aux côtés de ‘Abdallah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait d’eux) contre l’armée de Yazid Ibn Mou’awiyah.

Puis il y eut aussi Nafi’ Ibn Azraq, ‘AbdAllah Ibn Ibad, ‘AbdAllah Ibn Sattar et un groupe des khawarije.

Lorsque les évènements s’apaisèrent, les khawarije se dirent :

– Nous nous sommes engagés avec lui sans même lui demander son avis sur la mort de ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait de lui).

Ces gens ont vraiment une maladie dans le cœur et Dzoul Nourayn ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait de lui) n’a aucune valeur chez eux. Que dire alors du reste des Musulmans !

‘Abdallah Ibn Zoubayr, le respectable Compagnon, répondit à leurs questions et ne dit que du bien sûr ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait d’eux). Lorsqu’ils entendirent ses réponses, ils décidèrent de l’abandonner, de se séparer et de se diviser.

Nafi’ Ibn Azraq al-Hanafi al-Bakri, ‘AbdAllah Ibn Souffar, ‘AbdAllah Ibn Ibad, Handalah Ibn Bayhass, Zoubayr Banoul Mahouz, ‘Abdallah Banoul Mahouz, ‘Oubaydillah Banoul Mahouz (les chefs des khawarije des Bani Tamim) allèrent à Basra. Suivant l’avis d’Abou Bilal Mirdass Ibn Oudayah at-Tamimi.

Abou Talout Matar Ibn ‘Ouqbah Ibn Zayd Ibn Find al-Bakri, Abou Foudayk ‘AbdAllah Ibn Thawr al-Bakri et ‘Attiyah Ibn al-Aswad Liyashfiri al-Bakri allèrent à Yamamah, le pays des Bani Hanifah Bakr.

A Yamamah, ils se rebellèrent contre les Musulmans sous le commandement d’Abou Jalout rejoint plus tard par Najd Ibn ‘Amir al-Hanafi.

 

Les khawarije qui allèrent à Basra s’occupèrent à semer la division parmi les gens, suite à ce qui était arrivés entre les Bani Tamim, les Tribus Qayssiyah, Rabi’ah Ibn Nizar et Azd Yéménite ou Mas’oud Ibn ‘Amr « la lune de l’Iraq » trouva la mort à cause des khawarije qui s’étaient enfuit de prison en y mettant le feu.

Mais toutes les tribus qui s’étaient entretués se tournèrent d’un seul homme contre ces khawarije et après les avoir écrasés, les expulsèrent de Basra.

Nafi’ Ibn Azraq Al Hanafi al-Bakri était parmi eux, tandis qu’Ibn Souffar et Ibn ‘Ibad restèrent à Basra.

Et comme à leur habitude et c’est une des caractéristiques des khawarije, Nafi’ Ibn Azraq al-Hanafi al-Bakri jeta la mécréance sur les khawarije qui ne sortirent pas avec lui et qui étaient resté à Basra !    

Puis, il écrivit une lettre à ‘Abdillah Ibn Souffar et ‘Abdillah Ibn Ibad. Les historiens ont rapporté que lorsque ‘Abdillah Ibn Ibad eut pris connaissance de la lettre, il dit :

– « Seul leur sang nous est permis quant à leurs biens, ils nous sont illicites ».

Et c’est là, l’avis juridique le plus miséricordieux de leur part ! Le sang licite mais pas les biens ! Mais comment pourront-ils utiliser leurs biens, s’ils sont morts ?

 

Lorsque ‘Abdillah Ibn Souffar eut connaissance de la lettre et des propos de ‘Abdillah Ibn Ibad, il dit :

– « Qu’Allah vous renie tous ! » Et ‘Abdillah Ibn Ibad lui répondit :

– « Qu’Allah vous renie tous les deux ».

Après avoir été ensemble, ils se jetèrent mutuellement la mécréance.

Telle est leur manière depuis qu’ils sont apparu au premier siècle de l’Hégire avec leurs égarements et leurs innovations jusqu’à nos jours.

 

 

La rébellion au Khorasan

 

Durant l’année 64 de l’Hégire (683), Salm Ibn Ziyad envoya ‘AbdAllah Ibn Khazim avec le tribut reçut de Samarkand et Khwarizm à Yazid Ibn Mou’awiyah. Salm resta gouverneur sur le Khorasan jusqu’à la mort de Yazid Ibn Mou’awiyah.

Quand Yazid Ibn Mou’awiyah et Mou’awiyah Ibn Yazid moururent, les gens du Khorasan se révoltèrent contre leurs fonctionnaires et les expulsèrent. Chaque groupe tribal prit le contrôle de sa région et l’agitation civile régna. Ibn Khazim prit le contrôle du Khorasan et la guerre éclata.

Pendant qu’Ibn Khazim était à Herat, les Turcs razzièrent Qasr Asfad et assiégèrent sa garnison qui étaient pour la plupart d’entre eux des Azdi et les Turcs les vainquirent. Ils appelèrent à l’aide les Azd des régions environnantes qui vinrent les aider mais ils furent battus à leur tour par les Turcs. Alors ils envoyèrent un messager à Ibn Khazim qui leur envoya un contingent des Banou Tamim sous le commandement de Zouhayr Ibn Hayyan. Ibn Khazim lui dit : « Attends d’abord de voir les Turcs puis attaque aussitôt que tu les voient sans relâcher ton effort ». Zouhayr partit et rencontra les Turcs lors d’une journée particulièrement froide. Il les attaqua sans répit si bien qu’il les défit. Les Turcs s’enfuirent et les Musulmans leur donnèrent la chasse jusqu’à une partie avancée de la nuit lorsqu’ils atteignirent un château dans le désert. Le corps de l’armée des Musulmans y stationna tandis que Zouhayr poursuivit les Turcs avec quelques cavaliers, car il connaissait les routes. Au milieu de la nuit, il revint parce que sa main avait gelé à sa lance à cause de l’intense froid. Il appela Ka’b son jeune esclave qui réchauffa de la graisse qu’il déposa sur sa main. Puis ils allumèrent un feu et le massèrent doucement jusqu’à ce que sa main soit redevenue douce et chaude. Alors il revint à Herat.

 

 

Les guerres contre les khawarije

 

En l’an 65 de l’Hégire (684), les partisans de Nafi’ Ibn Azraq accrurent considérablement et ils combattirent les Musulmans à Basra. L’émir de Basra, ‘AbdAllah Ibn Harith Ibn Nawfal Mouslim Ibn ‘Oubayth Ibn Qourayz al-‘Abshami al-Qourayshi, lui envoya une armée de Basra pour le combattre et les deux armées se rencontrèrent en un lieu nommé Doulab dans l’Ahwaz.

Nafi’ Ibn Azraq le khawariji et Mouslim Ibn ‘Oubayth al- ‘Abshami, le commandant de l’armée de Basra, furent tués lors de la bataille.

Mourut aussi, ‘AbdAllah Ibn Mahouz qui prit le commandement de l’armée des khawarije après la mort de Nafi’ mais l’armée de Basra, après avoir combattu vaillamment fut défaite et s’enfuit.

Cette bataille fut nommée la bataille de Doulab, et un grand nombre de khawarije trouvèrent aussi la mort.

 

 

Lorsque les nouvelles de la défaite parvinrent à ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait d’eux), il nomma émir de Basra al-Harith Ibn ‘Abdillah Ibn Abi Rabi’ah Ibn Moughirah al-Makhzoumi al-Qourayshi, surnommé « al-Qouba’[1] ».

 

Quand al-Harith Ibn ‘Abdillah arriva à Basra, il renvoya ‘AbdAllah Ibn Harith Ibn Nawfal. Alors qu’il se préparait à combattre les khawarije, al-Mouhallab Ibn Abi Soufrah al-Azdi arriva à Basra alors qu’il se dirigeait vers le Khorasan, nouvellement nommé émir du Khorasan par ‘AbdAllah Ibn Ziyad.

Les gens de Basra lui demandèrent de consulter al-Ahnaf Ibn Qays, qui fut commandant en son temps et lui demandèrent de prendre le commandement de l’armée pour combattre les khawarije. Il demanda des conditions et lorsqu’ils les acceptèrent, il donna son accord.

Suivit la bataille entre al-Mouhallab et les khawarije, dans l’Ahwaz en 66 de l’Hégire (685). Ce fut aussi une dure bataille comme toutes les batailles menées contre les khawarije qui étaient des féroces combattants.

Les gens de Basra, tinrent le choc et patientèrent jusqu’à ce que le commandant des khawarije, le frère de ‘Abdillah Ibn Mahouz fut tué. Les khawarije furent littéralement écrasés et ceux qui échappèrent se réfugièrent à Ispahan et Kairouan.

 

C’est ce qui arriva en Iraq, mais qu’en est-il des évènements en Syrie ?

Views: 0