BANU UMAYYAH

La brève succession de Mou’awiyah Ibn Yazid

 

Les historiens ont dit de Mou’awiyah Ibn Yazid qu’il était pieux, ascète et que son règne fut très court. Certains on a dit qu’il a régné quarante jours, d’autres deux mois et d’autres une autre durée.

Certains ont dit qu’il décéda à l’âge de 21 ans, d’autres à 23 ans et d’autres aussi à un autre âge. Mou’awiyah Ibn Yazid était malade depuis qu’il succéda à son père et qu’il ne sortit pas à la rencontre des gens.    

C’est ad-Dahhak Ibn Qays al-Fihri qui conduisait la prière des gens et qui était le député du calife à Damas et ce depuis Mou’awiyah Ibn Abi Soufyan. Il occupa la fonction temporaire de calife jusqu’à ce que les gens aient porté allégeance à Marwan Ibn Hakam.

 

Certains historiens ont rapporté que Mou’awiyah Ibn Yazid, sortit au début de son règne pour parler aux gens et il leur dit : « O gens ! J’ai été nommé pour diriger vos affaires alors que je suis faible. Si vous voulez, vous pouvez désigner un homme fort comme as-Siddiq désigna ‘Omar après lui. Si vous voulez pour pouvez désigner un conseil de six comme le fit ‘Omar Ibn al-Khattab mais, il n’y a pas parmi vous des gens assez pieux pour être nommés. Je vous ai laissé le choix, nommez quelqu’un qui défendra vos intérêts ».

Puis il descendit du Minbar[1] et rentra chez lui pour ne plus sortir jusqu’à sa mort.

 

Ce genre de discours est malheureux pour sûr. L’homme, même s’il est pieux, comment peut-il laisser le choix aux gens après leur avoir dit qu’il n’y a personne d’entre eux qui est capable ?

Nous avons vu que le surnom de Mou’awiyah Ibn Yazid était Abou Layla (le père de la nuit) et ainsi Abi Hammam as-Salouli, un homme des Bani Fazarah, dit vrai lorsqu’il dit :

« Je vois des troubles comme des vagues impétueuses emporter la royauté après Abou Layla ».

Non seulement sa parole s’avéra juste et c’est exactement ce qui arriva après Mou’awiyah Ibn Yazid.

Nous voyons ici comment Mou’awiyah agit avec lucidité pour la stabilité de l’état lorsqu’il désigna son fils successeur afin que nul ne conteste le pouvoir.

 

 

Le siège de La Mecque et l’incendie de la Ka’bah

 

Houssayn Ibn Noumayr arriva à La Mecque avec son armée quelques jours avant la fin du mois de Mouharram de l’année 64 de l’Hégire (683).

‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait de lui) était en compagnie de ses partisans ainsi que ceux qui avaient réussi à s’échapper de Médine comme ‘AbdAllah Ibn Mouti’ al- ‘Adawi al-Qourayshi (qu’Allah soit satisfait de lui) et l’infâme khariji Najd Ibn ‘Amir al-Hanafi et avec lui un groupe de ses compagnons d’al-Yamamah.

Et parmi ceux qui rejoignirent les rangs d’az-Zoubayr, pour défendre La Mecque, il y eut le khariji Nafi’ Ibn Azraq al-Hanafi, ‘AbdAllah Ibn Soufar at-Tamimi et ‘AbdAllah Ibn ‘Oubad at-Tamimi.

 

La bataille eut lieu entre les deux armées et al-Moundir Ibn Zoubayr le khariji mourut lors d’un duel avec un soldat de Syrie. Des partisans de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr mourut le respectable Compagnon al-Miswar Ibn Makhramah Ibn Noufayl az-Zouhri al-Qourayshi et Moushab Ibn ‘AbderRahmane Ibn ‘Awf az-Zouhri al-Qourayshi (qu’Allah soit satisfait d’eux). ‘AbdAllah allait remporter la victoire mais la nuit vint séparer les deux armées.

La bataille se poursuivit la fin du mois de Mouharram, Safar, et à la fin du mois de Rabi’ Awwal l’armée de Syrie avec leur catapultes assiégea et bombarda la Ka’bah Sacrée.

Lors de ce violent affrontement la Ka’bah prit feu après qu’un des partisans de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr fit un feu de nuit pour voir plus clair. Une étincelle propagea le feu à la parure de celle-ci et elle brûla.

 

Le siège dura encore le mois de Rabi’ Thani jusqu’à ce que la nouvelle de la mort de Yazid parvint à l’armée de Syrie. Yazid mourut au mois de Rabi’ Awwal de l’année 64 de l’Hégire (683). L’armée arrêta alors le combat mais maintint son siège.

L’Imam Tabari a dit dans son « Tarikh ar-Roussoul wal Moulouk » : « Ibn Zoubayr et Ibn Noumayr, se réunirent et Ibn Noumayr dit à Ibn Zoubayr :

– « Yazid est mort et maintenant tu es le plus désigné pour ce poste. Viens avec moi en Syrie et tu ne trouveras nulle personne contre cet avis ». Mais Ibn Zoubayr ne répondit pas à son offre ».

 

L’armée de Syrie se mit en marche pour le retour à Damas. Elle passa par Médine ou elle emmena avec elle tous les Bani Oumayyah.

On a dit que les gens du Hijaz ont porté allégeance à ‘AbdAllah Ibn Zoubayr après la mort de Yazid, qu’il expulsa les Bani Oumayyah de la Mecque et de Médine et que tous s’en allèrent vivre à Damas en Syrie y comprit Marwan Ibn Hakam.

 

 

L’instabilité politique après la mort de Yazid Ibn Mou’awiyah

 

Après la mort de Yazid Ibn Mou’awiyah, la situation de l’état islamique devint instable.

– Le Hijaz était aux mains de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr Ibn al-‘Awwam (qu’Allah soit satisfait d’eux)

– Damas et ses environs aux mains d’ad-Dahhak Ibn Qays al-Fihri qui attendait que les Musulmans se mettent d’accord pour nommer l’un d’entre eux à la tête de l’état.

– Le Khorasan était aux mains de Salm Ibn Ziyad qui tenta de calmer les dissensions mais les habitants finirent par le renvoyer.

– La très grande discorde qui régnait aussi à Basra poussa ‘Oubaydillah Ibn Ziyad à fuir en Syrie.

 

 

Les conflits tribaux au Khorasan

 

L’Imam Tabari rapporta, dans son « Tarikh », de manière concise les évènements qui se passèrent dans les différents pays Musulmans.

 

Salm Ibn Ziyad, le frère de ‘Oubaydillah Ibn Ziyad, était gouverneur du Khorasan au nom des Omeyyades. Les Musulmans du Khorasan l’aimait tellement qu’un grand nombre de nouveau-né furent nommé Salm.

Salm ne tint pas sa population informée de ce qui arriva en Syrie et au Hijaz. Lorsqu’il le fit, ils se mirent d’accord sur l’écoute et l’obéissance (sam’ wa at-ta’a) jusqu’à ce que les Musulmans trouvent un nouveau calife et lui portent allégeance. Mais après avoir attendu deux mois, ils se retournèrent contre lui, parce qu’il les trompa en nommant à leur tête al-Mouhallab Ibn Abi Soufrah al-Azdi, c’est à dire un Qahtani.

Lorsque Salm arriva à Sarkhas, il rencontra Souleyman Ibn Marsid des Bani Qays Ibn Tha’labah Ibn ‘Ouqabah Ibn Sa’b Ibn ‘Ali Ibn Bakr Ibn Wahil. Souleyman le questionna sur les évènements et lui demanda qui il avait nommé à sa place à Merv. Lorsque Salm l’eut informé, il lui dit :

– « N’as-tu trouvé personne de Nizar pour le remplacer (Il voulait dire : n’as-tu trouvé personne de la tribu des Rabi’ah ou de Moudar à nommer à sa place ? Et comme vous le savez les tribus Rabi’ah et Moudar sont d’Ibn Nizar Ibn Ma’ad Ibn ‘Adnan) ? »

Lorsque Salm qui est Moudari entendit cela, il le reconduit gouverneur de Merv Mawrouroud[2] la capitale du Khorasan, Farayab, Talaqan et Jawzajan.

Il reconduit aussi Aws Ibn Tha’labah Ibn Zoufar, gouverneur de Harat[3].    

 

Salm continua sa route et arriva à Nishapour ou il rencontra ‘Abdillah Ibn Khazim Ibn Asma Ibn Salt Soulami. La tribu des Soulaym fait partie des tribus Qayssiyah Moudariyah.

‘Abdillah lui demanda qui il avait nommé à Merv et lorsqu’il sut que c’était al-Mouhallab Ibn Abi Soufrah al-Azdi, il lui dit :

– « N’as-tu trouvé personne de Moudar à employer mieux que d’avoir divisé le Khorasan entre les Bani Bakr Ibn Wahil et les Bani Azd ? Ecrit moi une lettre ne désignant gouverneur du Khorasan » et Salm fit ce qu’il lui demandait.

 

Lorsque ces nouvelles arrivèrent à al-Mouhallab Ibn Abi Soufrah, il désigna à sa place un homme des Bani Tamim, des Bani Joushan Ibn Sa’d Ibn Zayd Manat Ibn Tamim

Quand ‘Abdillah Ibn Khazim as-Soulami arriva à Merv, la capitale du Khorasan, le Tamimi l’empêcha d’entrer dans la ville mais il fut blessé à la tête avec une pierre et mourut des suites de cette blessure.

Puis de Merv, ‘Abdillah Ibn Khazim se rendit à Mawrouroud pour combattre Souleyman Ibn Marsid. Le combat eut lieu entre les deux hommes et Souleyman Ibn Marsid fut tué.

Ibn Wahil s’enfuit de Mawrouroud à Hérat.

‘Abdillah Ibn Khazim et son armée se rendirent à Talaqan ou il défit ‘Amr Ibn Marsid. Tous les gens qui réussirent à s’enfuir lors de ces batailles se regroupèrent à Hérat chez Aws Ibn Tha’labah.

‘Abdillah Ibn Khazim retourna à Merv avant de marcher vers Hérat pour en finir avec les Abi Bakr Ibn Wahil. Les deux armées nizariyane se firent face, la tribu des Moudar face à leurs cousins de Rabi’ah. Mais un homme des Bani Dabbah, Hilal et la Tribu des Bani Dabbah Ibn Houd est une tribu Moudariyah alla voir ‘Abdillah Ibn Khazim et lui dit :

– « Comment peux-tu combattre tes frères ? N’as-tu déjà pas tué beaucoup d’entre eux à Mawrouroud. Si tu t’arrangeais et te mettais d’accord avec eux ? »

– « Ils n’accepteront pas » dit ‘Abdillah Ibn Khazim « même si je les expulsais du Khorasan ».

– « Par Allah, je ne lancerais pas une flèche en ta compagnie jusqu’à ce que tu trouves un arrangement avec eux ».

– « D’accord, tu es mon messager, vas les voir et offre leur ce que tu veux ».

Lorsque Hilal alla trouver les Bani Bakr, ils lui dirent :

– « Nous n’accepterons rien tant que vous ne sortirez pas du Khorasan et qu’il ne restera plus un seul Moudar. Mais si vous voulez rester, pour devez abandonner tous vos postes, vos prétentions, vos armes, vos biens, vos chevaux, votre or et votre argent ».

– « Allah est le meilleur des gardiens » leur répondit-ils. Il sut alors que la bataille était inévitable avec ses horreurs et ses massacres.

 

Lorsqu’il revint ‘Abdillah Ibn Khazim lui demanda :

– « Qu’as-tu trouvé ? »

– « J’ai trouvé nos frères près à rompre les liens de parenté ! »

– « Ne t’avais-je pas averti. Depuis qu’Allah a envoyé le Messager (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) des Bani Moudar, les Rabi’ah se cesseront de s’attirer la colère divine ! » Ce sont des paroles sectaires absolument ignominieuses de tribalisme et ce juste au premier siècle de l’Hégire !

Les Rabi’ah se positionnèrent dos à leur ville, une tranchée face à eux, les séparant des Moudar et alors que les armées se faisait face, les Turcs attaquèrent une forteresse ou se trouvaient des Azd et mirent le siège.

Un groupe des Azd sortit pour combattre mais ils furent battus par les Turcs. Ils appelèrent à l’aide ‘Abdillah Ibn Khazim qui leur envoya Zouhayr Ibn Hayyam à la tête d’un bataillon des Bani Tamim qui écrasa les Turcs et levèrent le siège.

Puis les Bani Bakr traversèrent la tranchée et attaquèrent ‘Abdillah Ibn Khazim. Il s’ensuivit une dure bataille et les Bani Bakr écrasés finirent par s’enfuir. Un très grand nombre d’entre eux furent tués. Aws Ibn Tha’labah gravement blessé réussit à s’enfuir au Sijistan ou il mourut des suites de ses blessures.

 

Views: 0