BANU UMAYYAH

L’expulsion des Omeyyades de Médine

 

Avant leur expulsion, les Bani Omeyyades se réunirent dans la maison de Marwan Ibn Hakam Ibn Abi al-‘As Ibn Oumayyah et les rebelles de Médine, qui auparavant avaient portés allégeance à Yazid, les encerclèrent.

‘AbdAllah Ibn ‘Omar (qu’Allah soit satisfait de lui) et ‘Ali Ibn al-Houssayn restèrent à l’écart, toujours fidèle à Yazid à qui ils avaient porté allégeance. ‘AbdAllah Ibn ‘Omar, toute la famille de ‘Omar Ibn Khattab et les Bani ‘Abdel Moutalib restèrent à l’écart de ces évènements.

Quant à Muhammad Ibn ‘Ali Ibn Abi Talib, connu sous le nom de Muhammad Ibn al-Hanafiyah, Hanafiyah de sa mère une servante noire du Sind des Banou Hanifah. Ibn Kalbi dit à son sujet : elle est : Khawlah Bint Ja’far Ibn Qays Ibn Maslamah des Bani Hanifah.

Muhammad Ibn ‘Ali Ibn Abi Talib désapprouva aussi les actes des gens de Médine, ainsi que leurs prétentions à propos de Yazid.

Ainsi lorsque ‘AbdAllah Ibn Mouti’ (qu’Allah soit satisfait de lui) dit : « Yazid boit du vin, abandonne la prière et va à l’encontre du jugement par le Livre », Muhammad Ibn ‘Ali lui répondit :

– « Je n’ai pas vu chez lui ce dont vous faites mention alors que j’étais chez lui. Je l’ai vu assidu à la prière, empressé de faire le bien, posant des questions sur la jurisprudence et attentif à la Sounnah. Et absolument rien de tout ce dont vous l’accusez ».

– « C’est parce qu’il te le cachait ! »

– « Vais-je vous suivre dans vos accusations qu’il boit du vin ? Si vous en êtes sûr, vous êtes complice et si vous ne l’êtes pas vous n’avez aucun droit de témoigner sur ce dont nous n’avez aucune preuve ».

Ils dirent :

– « Mais c’est notre droit si nous l’avons vu ! » Il leur répondit :

– « Allah a refusé cela pour les témoins : « Excepté celui qui a témoigné alors qu’ils savent » ! Je n’ai rien à voir avec vous ».

Lorsque Muhammad Ibn ‘Ali Ibn Abi Talib eut finit avec eux, ils lui dirent :

– « Peut-être veux-tu que cette affaire soit tienne. S’il en est ainsi nous te désignons chef ».

– « Que je vous suive ou que vous me suiviez, je ne permettrais pas le combat pour les raisons que vous me donnez ».

– « Pourtant tu as combattu avec ton père ? »

– « Ramenez-moi, ce pour quoi mon père a combattu et je combattrais pour ce que mon père s’est battu ».

– « Alors ordonne à tes fils Aboul Qassim et Qassim de combattre avec nous ! »

– « Si je leur ordonnais de combattre, je combattrais avec eux ».

– « Alors soit à nos côtés pour appeler les gens à ce qu’ils combattent avec nous ». Muhammad Ibn ‘Ali dit :

– « Louanges à Allah ! Ordonnerai-je aux gens ce que je ne fais pas moi-même, ni même ne soit d’accord avec ? »

Ils lui répondirent :

– « Alors nous te détestons ! »

– « Ordonnez aux gens de craindre leur Seigneur, de ne pas faire plaisir aux créatures pour encourir le déplaisir du Créateur ».

Après cela, Muhammad Ibn ‘Ali (qui était un Tabi’i, puisse Allah le Très haut lui faire miséricorde) alla vivre à La Mecque.

 

‘AbdAllah Ibn ‘Omar (qu’Allah soit satisfait d’eux) vint trouver ‘AbdAllah Ibn Mouti’, tous deux des Bani ‘Adiyy al-Qourayshiyine, les fils de ses oncles, qui l’accueillit et dit :

-«  Ramenez pour ‘AbdAllah Ibn ‘Omar un coussin ! » Ibn ‘Omar lui répondit :

– « Je suis venu t’informer d’un Hadith que j’ai entendu du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) qui a dit : « Quiconque retire sa main après une promesse d’obéissance, viendra le Jour du Qiyamah sans aucune raison valable (nulle justification ne sera acceptée). Et quiconque meurt alors qu’il a quitté la communauté mourra d’une mort préislamique ».

 

 

Les Banou Oumayyah, écrivirent à Yazid pour l’informer de leurs situations et pour lui demander de l’aide urgente car assiégés, assoiffés, affamés, ils pourraient mourir rapidement. Lorsque les nouvelles lui parvinrent, il enragea car il avait bien traités les gens de Médine qui étaient venus le voir. Comment ont-ils osé me faire cela, se retourner contre moi et médire sur mon compte ?

Yazid appela ‘Amr Ibn Sa’id Ibn al-‘As, lui lut la lettre des Bani Oumayyah et lui demanda de marcher sur Médine.

‘Amr Ibn Sa’id refusa par peur d’avoir le sang des Qouraysh sur la conscience, « comme tu verras » avait-il dit à Yazid ! « Envoie plutôt quelqu’un qui est plus éloigné d’eux que moi (sous-entendu qui n’est pas un Compagnon ou un Qouraysh) ».

Yazid ne perdit pas de temps et prépara une grande armée et des milliers de cavaliers des gens de Syrie. Certains ont rapporté dix-mille, d’autres onze-mille et aussi vingt-cinq-mille.

Il mit à la tête de cette armée, Mouslim Ibn ‘Ouqbah Ibn Riyah Ibn As’ad Ibn Rabi’ah al-Mourri al-Ghatafani qui fut appelé après cela Mousrif Ibn ‘Ouqbah.

A la tête des gens de Damas, il désigna : ‘Abdillah Ibn Mas’adah Fazari al-Ghatafani.

A la tête des gens de Hims : al-Houssayn Ibn Noumayr Ibn Natil Ibn Rabid as-Sakouni al-Kindi.

A la tête des gens de Jordanie : Oubaysh Ibn Jalaja al-Qayni al-Qoudari.

A la tête des gens de Palestine : Rawh Ibn Zoumbda’ al-Joudami et Sharik al-Kinani.

A la tête des gens de Qinnassrine : Tarif Ibn Hashas al-Kinani al- ‘Amiri.

 

Lorsque le respectable Compagnon an-Nou’man Ibn Bashir (qu’Allah soit satisfait de lui), vit cette immense armée se préparer, il     sut qu’une autre terrible boucherie allait s’accomplir.

Ce Compagnon qui avait déjà témoigné la grande tribulation, l’assassinat de ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait de lui), les batailles qui s’ensuivirent et l’assassinat de Houssayn Ibn ‘Ali (qu’Allah soit satisfait d’eux) dit à Yazid :

– « O Amir des croyants ! Donne-moi le commandement de l’armée car je suis le frère de ‘AbdAllah Ibn Handalah[10] ».

– « Non », lui répondit Yazid, « ils ne méritent d’autre choix que ces brutes (ghashamah) ! Par Allah, je jure que je les tuerais après les avoir honorés et je ne leur pardonnerait pas une autre fois ».

– « O émir des croyants ! Je t’implore au nom d’Allah pour ta famille et les Compagnons du Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) ».

‘AbdAllah Ibn Ja’far Ibn Abi Talib, lui dit aussi :

– « Les accepteras-tu s’ils reviennent à ton obéissance ? »

Yazid lui répondit :

– « S’ils le font, je n’aurais plus rien contre eux ».

Mais les gens de Médine ne saisirent pas l’occasion qui leur était proposés, qu’Allah leur fasse miséricorde.

 

Yazid dit à Mouslim Ibn ‘Ouqbah : « Appelle les gens à revenir durant trois jours. S’ils reviennent à l’obéissance, accepte et laisse les. Dans le cas contraire cherche protection auprès d’Allah, combats les et pille (lève l’inviolabilité de) Médine durant trois jours puis laisse les gens. Puis, il lui parla en bien de ‘Ali Ibn Houssayn et lui demanda d’honorer sa famille. Après, marche sur La Mecque et combat ‘AbdAllah Ibn Zoubayr ».

 

 

 

 

[1] Sourate 39, verset 42.

[2] Sourate 3, verset 145.

[3] Sourate 57, verset 22.

[4] Sourate 42, verset 30.

[5] Merv ash-Shahijan est le nom complet de Merv, une des quatre grandes villes du Khorasan, située près de la rivière Mourghab.

[6] Khwarizm est à l’est du fleuve Oxus.

[7] Au-delà du fleuve de l’Oxus, la capitale d’as-Soughd.

[8] Avis juridique.

[9] Lavé par les anges.

[10] Leur mère est ‘Amrah Bint Farah.

 

Views: 0