BANU UMAYYAH

Al-Houssayn Ibn ‘Ali

 

Nous allons parler maintenant de la personnalité de Houssayn Ibn ‘Ali (qu’Allah soit satisfait d’eux).

Al-Houssayn Ibn ‘Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) est né en l’an 4 de l’Hégire (624). Il fut tué martyr, qu’Allah lui fasse miséricorde, le 10 du mois de Mouharram de l’année 61 de l’Hégire (680).

 

Dans le Mousnad de l’Imam Ahmad Ibn Hanbal, qu’Allah lui fasse miséricorde, il est rapporté plusieurs Hadith d’al-Houssayn (qu’Allah soit satisfait de lui) dont nous allons mentionner certains.

– Abou Hourayrah (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : Le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Quiconque les aime, m’aime et quiconque les déteste me déteste » (sous-entendu al-Hassan et al-Houssayn).      

– Abou Sa’id al-Khoudri (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : Le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Al-Hassan et al-Houssayn sont les maîtres des jeunes des habitants du Paradis. Fatimah est la reine des femmes du Paradis excepté le rang de Maryam, fille d‘Imran ».

– L’Imam Ahmad a rapporté : Nous a informé ’AbdAllah qui a dit : Nous a informé Nasr Ibn ‘Ali al-Azdi qui a dit : M’a informé ‘Ali Ibn Ja’far Ibn Muhammad Ibn ‘Ali Ibn Houssayn Ibn ‘Ali qui a dit : m’a informé le frère de Moussa Ibn Ja’far de son père Ja’far Ibn Muhammad de son père de ‘Ali Ibn Houssayn de son père al-Houssayn de son grand père que le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a pris par leur mains al-Hassan et al-Houssayn (qu’Allah soit satisfait d’eux) et dit : « Quiconque m’aime et aime ces deux ainsi que leur père et leur mère sera avec moi et au même niveau que moi le jour du Qiyamah ».

– L’Imam Ahmad a rapporté d’Anas Ibn Malik qu’il a dit : « L’ange de la pluie demanda la permission à Son Seigneur d’aller voir le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) qui accepta. Le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) dit à Oumm Salamah : « Ferme la porte que personne ne rentre chez nous » quand arriva al-Houssayn qui demanda la permission d’entrer mais Oumm Salamah refusa. Puis il demanda une nouvelle fois, si bien qu’il entra et se mit à jouer sur le dos puis sur la tête du Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui). L’ange de la pluie demanda au Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) : Est-ce que tu l’aimes ?

Le Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) répondit : « Oui ! »

– Ta communauté le tuera et si tu veux je te montre l’endroit où il périra. Puis il frappa le sol de sa main et la terre devint toute rouge. Oumm Salamah prit la terre et la mit dans son vêtement (la terre rouge est Karbala) ».

– L’Imam Boukhari a rapporté dans son Sahih, d’Abou Nou’am qui a dit : J’étais témoin avec Ibn ‘Omar lorsque quelqu’un le questionna sur le sang des moustiques. ‘AbdAllah lui demanda :

– « D’où es-tu ? »    

– « De l’Iraq », répondit l’homme.

– « Regardez cet homme » dit ‘AbdAllah, « il m’interroge sur le sang des moustiques alors qu’ils ont tué, le petit-fils du Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et j’ai entendu le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) dire : « Ils (al-Hassan et al-Houssayn) sont mon réconfort de la vie ».

 

A La Mecque Bénie, la position de Houssayn était bien plus grande quelle celle de ‘AbdAllah Ibn Zoubayr (qu’Allah soit satisfait d’eux). Mais lorsqu’Ibn Zoubayr réussit à défaire l’armée que Yazid lui avait envoyée, son estime remonta chez les gens du Hijaz sans toutefois dépasser celle de Houssayn.

 

Al-Hafiz Ibn Kathir a dit au sujet de Houssayn : « Qu’il n’y aura jamais sur la terre quelqu’un qui le surpassera ou qui l’a surpassé ».

 

Lorsque les gens furent informés de la mort de Mou’awiyah et de la succession de Yazid, ils se réunirent auprès d’al-Houssayn, assistèrent à ses discours et l’écoutèrent. Puis après la mort de Mou’awiyah, des lettres furent envoyés d’Iraq à Houssayn exactement comme l’avait prédit Mou’awiyah. Les lettres lui demandaient de se dépêcher de rejoindre les gens d’Iraq. Certaines lettres disaient : « Nous sommes content de la mort de Mou’awiyah et à ce jour nous n’avons encore porté d’allégeance à personne. Hâte toi de nous rejoindre que nous te portons allégeance ! »

 

 

Al-Houssayn envoie Mouslim Ibn ‘Aqil en Iraq

 

C’est à cause de ces lettres, qu’al-Houssayn décida d’envoyer le fils de son oncle maternel, Mouslim Ibn ‘Aqil Ibn Abi Talib, pour lui faire un rapport réel de la situation en Iraq et particulièrement à Koufa. Si les gens étaient prêts alors il devait informer Houssayn afin qu’il le rejoigne.

A cette époque, l’émir de Koufa était le respectable Compagnon an-Nou’man Ibn Bashir Ibn Sa’d Ibn Tha’labah al-Khazraji al-Ansari (qu’Allah soit satisfait d’eux[1]), et lorsque Mouslim Ibn ‘Aqil Ibn Abi Talib arriva à Koufa, les shiites vinrent lui porter allégeance pour l’Imarat d’al-Houssayn. Dix-huit-mille shiites lui portèrent allégeance pour le compte d’al-Houssayn et c’est un nombre très grand.

Lorsque Mouslim Ibn ‘Aqil vit cela, il écrivit aussitôt à Houssayn pour l’informer de la situation en lui demandant de se dépêcher de le rejoindre. Et après avoir lu son message, al-Houssayn (qu’Allah soit satisfait de lui) se prépara à voyager pour l’Iraq.

 

Nou’man Ibn Bashir (qu’Allah soit satisfait de lui) était comme al-Moughirah Ibn Shou’bah et ne voulait pas faire couler le sang ! Alors il mit en garde les gens de Koufa et leur dit ces paroles bien connues : « Je jure par Celui qu’il n’y a nulle divinité hormis Lui, si vous quittez votre Imam et brisez votre alliance, je vous combattrais tant que ma main sera capable de porter un sabre ».

Arrêtons-nous quelques instant pour expliquer cette parole du respectable Compagnon Nou’man Ibn Bashir et pour voir la jurisprudence de sa parole.

Nou’man Ibn Bashir connaissait parfaitement les différents entre Houssayn Ibn ‘Ali et Yazid Ibn Mou’awiyah (qu’Allah soit satisfait d’eux). Ce Compagnon qui assista à la grande tribulation (fitnah al-koubra) et qui de surcroit était un juriste, connaissait les droits du dirigeant (wali al-amr) à qui il a été porté allégeance même si celui-ci était Yazid.

Il connaissait aussi la gravité de la résiliation de l’allégeance à l’émir et la rébellion contre le dirigeant ! C’est pourquoi, il mit en garde les gens de Koufa sur les graves conséquences que pouvaient engendrer leurs actions.

 

Toutes ces nouvelles de révoltes d’Iraq parvinrent à Yazid qui détestait ‘AbdAllah Ibn Ziyad. Il était décidé à l’éloigner de lui mais lorsqu’il entendit parler des révoltes en Iraq, et l’hésitation de Nou’man envers les fautifs, il le désista de son poste et nomma à sa place ‘AbdAllah Ibn Ziyad qui était déjà émir de Basra et qui devint émir d’Iraq.

‘AbdAllah Ibn Ziyad entra dans Koufa couvert d’un turban noir avec dix-sept de ses partisans. Puis il se dirigea vers le palais du gouverneur et après d’autres évènements qui prendraient beaucoup de temps à décrire, il se dirigea vers la mosquée pour y faire un prêche. Il mit de nouveau les gens en garde contre la sédition, les appela à l’obéissance et espéra mettre la main sur Mouslim Ibn ‘Aqil.

 

 

Les shiites abandonnent Mouslim Ibn ‘Aqil et sa mort

 

O Musulmans lisez, retenez et n’oubliez jamais l’histoire des shiites, ces ennemis d’Allah, de Son Messager, de sa famille et des Musulmans ! Leur histoire au fil des siècles et leurs caractéristiques sont liées à seulement trois mots : haine, traitrise et innovation !

 

Lorsque Mouslim Ibn ‘Aqil entendit parler de l’arrivée de ‘AbdAllah Ibn Ziyad à Koufa, il réunit quatre-mille shiites et ensemble ils allèrent le voir. Mouslim organisa ses partisans en armée, une aile droite, une aile gauche et un centre et ils se dirigèrent vers la mosquée ou ‘AbdAllah faisait son prêche en compagnie des chefs, des nobles et des responsables du peuple.

‘AbdAllah fut averti de leur arrivée imminente. Il se leva, quitta la mosquée et retourna dans le palais du gouverneur duquel il fit fermer toutes les portes. Il demanda à tous les gens présents d’appeler les tribus contre Mouslim Ibn ‘Aqil.

Les gens parlèrent avec Mouslim et l’informèrent que l’armée de Syrie était en route pour l’attaquer. Puis les partisans de Ziyad se mirent à les haranguer et à les appeler au Prophète Muhammad (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) si bien que des quatre-mille personnes qui étaient avec lui, il ne resta que cinq-cents d’entre eux.

Puis de trois-cent, il ne resta avec Mouslim que trente personnes avec lesquels, il pria la prière du crépuscule et après la prière, ils n’étaient plus que dix ! Puis de dix, ils l’abandonnèrent et il se retrouva seul, ne connaissant pas la moindre personne, ni même ou aller, perdu dans Koufa, qu’Allah lui fasse miséricorde.

Et son affaire finit dans la maison d’une femme, une mère d’enfant d’Ashraf Ibn Qays al-Kindi que celui-ci avait répudiée. Ashraf Ibn Qays al-Kindi était un chef des Kinda à son époque. Cette femme ne connaissait par Mouslim Ibn ‘Aqil.

Il frappa à la porte de la maison et demanda de l’eau à cette femme qui lui en apporta. Il but l’eau et elle s’étonna de lui et lui demanda qui il était.

Il lui répondit qu’il était Mouslim Ibn ‘Aqil, ces gens du peuple m’ont trompé et m’ont abandonné, lui dit-il.

Cette femme avait un autre enfant mais qui n’était pas d’Ashraf et il était avec les shi’a qui avaient rejoint Mouslim Ibn ‘Aqil. Lorsqu’il revint chez lui dans la nuit, il sut que sa mère avait fait entrer un homme bizarre chez elle et il lui demanda qui il était. Elle répondit : Mouslim Ibn ‘Aqil.

Au matin, il alla chez ‘AbderRahmane Ibn Muhammad Ibn Ashraf Ibn Qays al-Kindi et l’informa de l’affaire. ‘AbderRahmane partit aussitôt chez son père Muhammad Ibn Ashraf qui était dans le conseil (majlis) d’Ibn Ziyad et l’informa. Celui-ci alla informer Ibn Ziyad qui envoya ‘Amr Ibn Khourayth Ibn ‘Amr Ibn ‘Uthman al-Makhzoumi de sa police personnelle en compagnie de Muhammad Ibn Ashraf, de son fils ‘AbderRahmane Ibn Muhammad et d’environ quatre-vingt cavaliers, encercler la maison ou se trouvait Mouslim Ibn ‘Aqil.

Mouslim Ibn ‘Aqil Al Hashimi les combattit férocement mais ils eurent le dessus et lui infligèrent beaucoup de blessures. Le combat les poussa tous dehors, le feu fut mis à la maison et ils lapidèrent de pierres Mouslim. Muhammad Ibn Ashraf lui accorda la sécurité et après qu’il se soumit à lui, Mouslim, qu’Allah lui fasse miséricorde, sut qu’ils allaient le tuer. Il se mit à pleurer et dit : « Nous sommes à Allah et à Lui retournons ».

Alors, ils lui dirent : « Celui qui dit de telles paroles ne pleure pas ! » Il leur répondit : « Je ne pleure pas pour moi mais je pleure pour Houssayn qui aujourd’hui ou hier s’est mis en route de La Mecque pour venir ici ».

Puis après cela il dit à Muhammad Ibn Ashraf : « Si tu peux écrire à Houssayn en mon nom, fais-le. Dis-lui qu’il retourne ».

 

Muhammad Ibn Ashraf écrivit la lettre et l’envoya la lettre à Houssayn. Lorsque celui-ci la reçut, il ne crut pas le messager, Iyas Ibn ‘Abbas At-Tahi, envoyé par Muhammad Ibn Ashraf Ibn Qays al-Kindi et poursuivit sa route vers l’Iraq.

 

Mouslim Ibn ‘Aqil couvert de blessures fut emmené à ‘AbdAllah Ibn Ziyad dans le palais du gouverneur. Il y eut une longue discussion entre les deux hommes et ‘AbdAllah Ibn Ziyad ordonna de tuer Mouslim Ibn ‘Aqil. Il fut emporté en haut du palais alors qu’il répétait, Allah est le Plus Grand, il n’y a de Dieu qu’Allah, Louange à Allah je demande pardon à Allah et disait : « O Grand Seigneur juge entre nous et le peuple qui nous a trompé et abandonné (à savoir les shi’a de Koufa) » et exécuté, qu’Allah lui fasse miséricorde.

Sa tête, puis son corps furent jetés par-dessus le palais et d’autres personnes qui avaient été arrêtés furent exécutés. Toutes leurs tête furent envoyés à Yazid Ibn Mou’awiyah en Syrie.

 

Cette affaire a donné naissance à une innombrable littérature et à des interprétations ridicules par ceux qui l’ont trahis pour dissimuler leur traitrise et dont nous ne mentionnerons ni les unes et ni les autres. Néanmoins nous invoquons la malédiction d’Allah sur eux et leurs partisans.

 

Mouslim Ibn ‘Aqil fut le jour de ‘Arafat de l’année 60 de l’Hégire (679).

 

Views: 0