BANU UMAYYAH

Les raisons qui poussèrent Mou’awiyah à l’engagement de Yazid Ibn Mou’awiyah à prendre en charge le mandat

 

En l’an 56 de l’Hégire (675), Mou’awiyah demanda aux gens de porter allégeance à son fils Yazid après lui et le nomma responsable des affaires des Musulmans. Tous les gens lui portèrent allégeance excepté cinq personnes :

– Al-Houssayn Ibn ‘Ali Ibn Abi Talib,

– ‘AbdAllah Ibn ‘Omar,

– ‘AbdAllah Ibn Zoubayr,

-’AbdAllah Ibn ‘Abbas Ibn ‘Abdel Moutalib et

– ‘AbderRahmane Ibn Abou Bakr as-Siddiq (qu’Allah soit satisfait d’eux).

 

L’on peut se demander pourquoi Mou’awiyah nomma Yazid calife des Musulmans ? Cette question est de prime importance. Mou’awiyah dut réfléchit prudemment à la question et il en tira plusieurs conclusions.

– La grande Fitnah était toujours présente dans l’esprit des Musulmans et il était impératif pour eux de s’unifier auprès de leur émir et de ne pas se diviser une nouvelle fois.

Mais n’y avait-il pas pour Mou’awiyah Ibn Abi Soufyan des gens meilleurs que son fils Yazid pour la nomination ?

Certes, il ne fait aucun doute qu’il y avait des milliers de Compagnons et des dizaines de milliers de compagnon des Compagnons meilleurs que Yazid dont il ne prit même pas la peine de consulter.

Et il ne fait aussi aucun doute que du côté politique et juridique, que Mou’awiyah vit derrière son fils Yazid l’assurance de l’armée de Syrie et c’est un point très important que d’avoir une armée dévouée car les soldats de Syrie étaient les piliers de l’état omeyyade et ce depuis ses premiers jours. Ces soldats avaient la particularité d’écouter et d’obéir à Mou’awiyah au doigt et à l’œil mais aussi de ne jamais lui avoir désobéi !

Quant à Yazid, il avait l’expérience militaire. Il fut le premier commandant à avoir attaqué Constantinople, la capitale de César (qayssar) à la tête d’une armée comportant des compagnons que nous avons déjà mentionné.

Il fut aussi nommé émir du Hajj des Musulmans durant les années 51, 52 et 53 de l’Hégire.

Ainsi Mou’awiyah le nomma émir des Musulmans du fait qu’il avait de l’expérience dans les affaires des Musulmans et une stabilité politique ferme derrière lui. S’il avait abandonné les Musulmans sans émir cela aurait pu conduire à des évènements bien plus graves.

Avec la porte de la Fitnah ouverte avec l’assassinat du troisième Calife Martyr ‘Uthman Ibn ‘Affan (qu’Allah soit satisfait de lui), Mou’awiyah voulut prendre des précautions pour protéger les Musulmans et éviter que la porte ne s’ouvre de nouveau.

 

 

 

 

[1] Tunis.

[2] Qur’an Sourate 21, verset 30.

[3] Les villes à l’époque étaient entourée de fortifications et accessibles que par un nombre réduits de portes que l’on fermait à la tombée de la nuit.

[4] Une idole adorée du temps préislamique aussi appelé la ka’bah yéménite.

[5] Ahmas est une branche de la tribu de Bajilah d’où est originaire Jarir.

[6] Ile située au sud-est de la mer Égée, à 17,7 km de la Turquie actuelle, entre la Grèce et l’île de Chypre.

[7] Ramithan / Ramitin et Baykand / Paykand étaient des villes à douze kilomètres de l’oasis de Boukhara. Ramithan est la vieille ville de Boukhara, tandis que Baykand était un grand centre commercial à trente kilomètres de Boukhara.

[8] Abrashahr (aparshahr) est le nom iranien de la ville de Nishapour (nayssabour).

 

 

Views: 0