BANU UMAYYAH

Le retour des khawarije

 

Le Calife ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui), avant la bataille de Nahrawan, avait donné l’étendard et le commandement de l’aile droite au respectable Compagnon Abi Ayyoub al-Ansari (qu’Allah soit satisfait de lui) qui avait dit aux khawarije : « Quiconque d’entre vous qui n’a ni tué et ni violenté et qui se range sous cette bannière se verra pardonné. Quiconque d’entre vous quitte les rangs et va à Koufa ou Mada’in sera en sécurité ». Nous avons mentionné qu’un groupe d’entre eux avait répondu à son offre et était effectivement sorti des rangs des khawarije tandis que les autres furent écrasés lors de la bataille qui s’ensuivit. La plupart furent tués et à peu près quatre-cent d’entre eux furent blessés à qui l’émir des Musulmans ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) pardonna.

Quant à ceux qui avaient répondu à l’offre de paix, ils se réunirent de nouveaux avec ceux qui avaient été blessés à Nahrawan et ceux qui avaient été pardonnés par ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) du fait de leur blessures. Et, submergés par la maladie de leur âme, ils se rebellèrent de nouveau contre le calife alors que les Musulmans s’étaient de nouveaux unifiés et que le califat était passé à Mou’awiyah Ibn Abi Soufyan (qu’Allah soit satisfait d’eux). Ils commencèrent par se regrouper puis établirent des réunions secrètes ou ils choisirent l’un d’entre eux, al-Moustawrid Ibn ‘Oullafah Ibn al-Farish at-Taymi de Koufa pour chef et à qui ils attribuèrent le titre d’émir al-Mou’minin, émir des croyants. Ils décidèrent de se proclamer ouvertement au mois de Sha’ban de l’an 43 de l’Hégire (663).

 

L’émir de Koufa à cette époque était al-Moughirah Ibn ash-Shou’bah ath-Thaqafi (qu’Allah soit satisfait de lui) qui, lorsqu’il fut informé de leur activité, s’adressa aux gens et les mit en garde contre ceux qui cherchaient encore une fois à causer non seulement des troubles mais des divisions parmi la communauté des Musulmans. Et Il promit de leur donner une dure leçon de manière à ce qu’elle soit un rappel pour les successeurs et pour que personne n’ait le prétexte d’ignorance.

Les khawarije comme prévu sortirent au nombre de trois-cent sous le commandement d’al-Moustawrid à Mazar qui est la ville de Mayssan au bord du fleuve du Tigre en Iraq (dajla). Al-Moughirah (qu’Allah soit satisfait de lui) appela les gens à les combattre et il réunit une armée de trois-mille hommes à qui il donna le commandement à Ma’qil Ibn Qays ar-Riyahi at-Tamimi à qui le grand Compagnon dit : « O Ma’qil j’ai envoyé avec toi des cavaliers des gens d’Egypte. Marche vers ces gens qui ont quitté notre groupe et qui ont attesté de leur mécréance. Apelle les tout d’abord à se repentir et à réintégrer notre groupe. S’ils le font, acceptent-les et retiens toi. Et s’ils refusent alors attaquent les et demande le secours à Allah le Très Haut contre eux ».

 

Le temps que Ma’qil arrive à destination, les khawarije atteignirent al-Mada’in dont l’émir était Simaq Ibn ‘Oubayd al-‘Absi. Al-Moustawrid lui fit parvenir un message, et afin que vous connaissiez qui étaient les khawarije, voici ce qui était écrit : « De ‘AbdAllah al-Moustawrid, émir des croyants à Simaq Ibn ‘Oubayd en ce qui suit : Je t’invite au Livre d’Allah Exalté soit-Il et à la Sounnah de Son Messager, Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui, et à celle de leurs successeurs Abou Bakr et ‘Omar qu’Allah soit satisfait d’eux. Au désaveu de ‘Uthman et de ‘Ali (qu’Allah soit satisfait d’eux) pour leur écart dans la religion et leur abandon du jugement par le Livre d’Allah. Si tu acceptes, tu feras preuve de raison et si tu refuses sache que nous sommes parvenu près de toi et nous t’annonçons la guerre. Et Allah n’aime pas les traitres. » Et on sait combien les khawarije combattaient farouchement.

 

Et pendant ce temps, on annonça l’arrivée imminente d’une armée de trois-mille hommes de Basra envoyé par l’émir de Basra ‘AbdAllah Ibn ‘Amir Ibn Qourayz al-‘Abshami al-Qourayshi qu’Allah soit satisfait de lui, commandée par Shariq Ibn al-A’war Ibn al-Harith Ibn ‘Abdel Yaghouth des Bani Harith Ibn Ka’b al-Madhajiyin. Cette armée ne put pas prendre part à la bataille du fait que les khawarije se retirèrent de Mazar sans que personne ne les voient et ne les poursuivent car Shariq pensa que l’armée de Koufa était suffisante pour leur faire face.

Ma’qil Ibn Qays ar-Riyahi se lança à la poursuite des khawarije avant de les rattraper et de pratiquement tous les tuer. Seul ‘AbdAllah Ibn ‘Ouqbah al-Ghanawi qui était petit s’échappa sur un cheval et se rendit à Koufa ou il demanda la sécurité à Moughirah Ibn Shou’bah (qu’Allah soit satisfait de lui) qu’il lui accorda. Mais il allait se rebeller encore une fois lors de la sédition d’AbderRahmane Ibn Muhammad Ibn al-Ash’ath Ibn Qays al-Kindi.

Lors de cette révolte eut lieu plusieurs affrontements et ‘AbdAllah Ibn ‘Ouqbah al-Ghanawi fut tué à Dayr Jamajim.

Al-Moustawrid Ibn ‘Oullafah sortit avec sa lance à la rencontre de Ma’qil Ibn Qays ar-Riyahi et des gens qui était en la compagnie de Ma’qil lui demandèrent de ne pas sortir contre le khariji et qu’ils allaient régler l’affaire avec Ma’qil. Mais Ma’qil refusa, saisit son sabre et se présenta face à son ennemi.

Al-Moustawrid lui transperça la poitrine avec sa lance et en tombant Ma’qil réussit à lui porter un coup sur le sommet de la tête et tous les deux s’effondrèrent morts.

 

 

Durant cette année, Bousr Ibn Abi Artat partit en campagne contre les Byzantins. Al-Waqidi a rapporté qu’il passa l’hiver dans leur territoire jusqu’à ce qu’il atteignit Constantinople.

 

 

La mort de ‘Amr Ibn al-‘As et Muhammad Ibn Maslamah

 

Le jour de Fitr de l’année 43 de l’Hégire (663), mourut en Egypte, le respectable Compagnon ‘Amr Ibn al-‘As Ibn Wahil Ibn Sahmi al-Qourayshi (qu’Allah le Très Haut soit satisfait de lui). Lui succéda son fils, le respectable compagnon ‘Abdallah Ibn ‘Amr Ibn al-‘As (qu’Allah soit satisfait de lui), au poste de gouverneur d’Egypte.

 

Mourut cette même année, à Médine l’Illuminée, le respectable compagnon Muhammad Ibn Maslamah al-Ansari (qu’Allah le Très Haut soit satisfait de lui).

 

L’Imam Ahmad a rapporté dans son Mousnad, du respectable compagnon ‘Ouqbah Ibn ‘Amir al-Jouhani (qu’Allah soit satisfait de lui) que le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Les gens se sont soumis et ‘Amr Ibn ‘As a cru ».

 

Il est rapporté dans les Sounan de Tirmidi que Talhah Ibn ‘Oubaydillah a rapporté, que le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « ’Amr Ibn al-‘As fait partie des Qouraysh pieux ».

 

Il est aussi connut que ‘Amr Ibn al-‘As fait partie des grands Arabes, de l’Islam et un de ses hommes astucieux, un héros des conquêtes islamiques, un fameux général (qu’Allah soit satisfait de lui).    

 

Quant à Muhammad Ibn Maslamah Ibn Khalid Ibn ‘Adiyyi al-Awsi al-Ansari (qu’Allah le Très Haut soit satisfait de lui), le respectable Compagnon, il participa à Badr et à toutes les batailles en compagnie du Prophète (saluts et Bénédictions d’Allah sur lui), excepté la bataille de Tabouk car le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) l’a laissé responsable de Médine durant son absence. Muhammad Ibn Maslamah fait partie de ceux qui se sont tenu à l’écart de la Grande Fitnah[2] ou il se fabriqua une épée en bois et dit : « Ainsi me l’a ordonné le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) ».

 

 

En l’an 43 de l’Hégire (663), Bousr Ibn Abi Artat partit en campagne contre les Byzantins. Al-Waqidi a rapporté qu’il passa aussi l’hiver dans leur territoire jusqu’à ce qu’il atteignit Constantinople.

 

Views: 0