BANU UMAYYAH

Mossoul ouvre ses portes aux khawarije

 

Au mois de Dzoul Qi’dah de l’année 127 de l’Hégire (744), Marwan Ibn Muhammad paracheva son contrôle sur la Syrie, et nomma pour l’Iraq Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah tandis que pendant ce temps, les gens de Mossoul écrivirent à ad-Dahhaq Ibn Qays de les rejoindre afin qu’il le nomme leur chef.

Lorsqu’ad-Dahhaq Ibn Qays arriva à Mossoul, les gens lui ouvrirent la porte et il rentra dans la ville. Al-Qatirane Ibn Akmah ash-Shaybani, le gouverneur de Mossoul nommé par Marwan Ibn Muhammad, tenta de s’opposer à lui avec quelques hommes mais ad-Dahhaq les tua tous avant de prendre possession de la ville.

Lorsque Marwan Ibn Muhammad qui était à Homs (hims) fut informé de ces nouvelles, il ordonna à ‘Abdillah Ibn Marwan, son lieutenant d’al-Jazirah, de sortir le combattre. ‘Abdillah Ibn Marwan quitta al-Jazirah à la tête de plus de sept-mille cavaliers et marcha sur Mossoul ou ad-Dahhaq était à la tête d’une immense armée soit environ cent-vingt-mille combattants. Les deux armées se rencontrèrent dans la ville de Nassabayne ou ‘Abdillah Ibn Marwan et sa petite armée se réfugièrent.

 

 

La bataille de Kafr Toufah

 

Marwan al-Himar ou Marwan Ibn Muhammad Ibn Marwan le quatorzième calife Amawi, le redoutable guerrier, partit alors en personne combattre ad-Dahhaq et les khawarije. A Kafr Toufah, il rencontra l’armée des khawarije et à la tombée de la nuit ad-Dahhaq fut tué sans que personne ne s’en rendent compte. Mais ‘Abdel Malik Ibn Bishr at-Ta’libi, un des commandants d’ad-Dahhaq vint trouver Marwan et l’informa de sa mort. Marwan envoya quelqu’un de ses hommes pour confirmer sa mort et lorsqu’il le trouvèrent, ils lui tranchèrent la tête et la ramenèrent à Marwan.

 

Après la mort d’ad-Dahhaq Ibn Qays ash-Shaybani, les khawarije portèrent allégeance à al-Khaybari qui était un de leur grand chef, avec qui se trouvait Souleyman Ibn Hisham Ibn ‘Abdel Malik, puis les khawarije de nouveau se préparèrent pour affronter Marwan Ibn Muhammad. Al-Khaybari se chargea personnellement avec quatre-cent cavaliers de concentrer leur attaque sur Marwan Ibn Muhammad qui était au centre de l’armée si bien qu’il fuit après qu’al-Khaybari et un groupe de khawarije pénétrèrent dans son camp.

L’aile droite de l’armée de Marwan sous le commandement de ‘Abdallah Ibn Marwan Ibn Muhammad et l’aile droite sous le commandement d’Ishhaq Ibn Mouslim al-Baqayli restèrent fermes face aux assauts impétueux et répétés des khawarije.

Al-Khaybari rentra dans la tente de Marwan et s’assit sur sa couche. Lorsque les domestiques du calife virent qu’ils étaient en petit nombre, ils s’armèrent de gourdins (‘oumoud) et les frappèrent jusqu’à tous les tuer. Alors, l’un d’entre eux parti à la recherche du calife qu’il trouva loin du champ de bataille et revint en sa compagnie.

Lorsque les khawarije apprirent la mort de leur chef, ils nommèrent Shayban Ibn ‘Abdel ‘Aziz al-Yashkouri à sa place.    

 

Avant la mort d’ad-Dahhaq, Marwan Ibn Muhammad, avait ordonné à Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah de combattre les khawarije en Iraq tandis qu’al-Mouthannah Ibn ‘Imrane, le lieutenant d’ad-Dahhaq était resté à Koufa sur ses ordres.

 

 

Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah, le fléau des khawarije

 

Au mois de Ramadan de l’année 129 de l’Hégire (746), Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah rencontra à ‘Ayn Tamr al-Mouthannah Ibn ‘Imrane qui était en compagnie de Mansour Ibn Joumhour al-Kalbi et s’ensuivit une bataille qui dura des jours jusqu’à ce que Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah les écrasent. Al-Mouthannah Ibn ‘Imrane fut tué et Mansour Ibn Joumhour al-Kalbi s’enfuit à Koufa ou il harangua les gens de sa tribu des Yéménites et des khawarije soufariyah pour le combat avec qui il partit à Tawhah.

Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah les poursuivit et les battit une nouvelle fois avant de rentrer à Koufa d’où il expulsa les khawarije et où il laissa son lieutenant ‘AbderRahmane Ibn Bashir al-‘Ijli. Puis, Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah marcha sur Wassit, ou il combattit et mit en fuite l’armée de ‘Abdillah Ibn ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz avant de le faire prisonnier.

 

Lorsque les nouvelles de ces évènements parvinrent à ad-Dahhaq (qui n’avait pas encore été tué à ce moment), il ordonna à ‘Oubaydah Ibn Sawwar at-Ta’libi de partir pour l’Iraq pour porter assistance aux khawarije qui se trouvaient dans la ville et de combattre Yazid Ibn ‘Omar. ‘Oubaydah Ibn Sawwar at-Ta’libi arriva à Sallat ou le rejoignit Mansour Ibn Joumhour al-Kalbi avant que n’arrive Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah qui les écrasa une nouvelles fois lors d’une sanglante bataille. ‘Oubaydah Ibn Sawwar at-Ta’libi fut tué et ainsi Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah mit la main sur l’Iraq et se débarrassa de ce qui restait des khawarije. Mansour Ibn Joumhour al-Kalbi réussit à s’enfuir avec un certains nombres de ses partisans vers Mahin.

 

Peut-être avez-vous remarqué que ces groupes déviants et d’innovations (ahl ahwa wal bida’) apparaissent particulièrement lors des séditions. Ils profitent de ces moments pour répandre leurs viles pensées et causer encore plus de destructions et de morts en plus de ce que les séditions entrainent par elles même.

 

Lorsque les khawarije portèrent allégeance à Shayban al-Yashkouri, ils retournèrent à Mossoul et creusèrent une tranchée autour d’eux, ce qui était une nouvelle tactique de leur part, suggestionnée par Souleyman Ibn Hisham Ibn ‘Abdel Malik, pour éviter que leur chef ne se fasse tuer. Ainsi lorsque Marwan Ibn Muhammad arriva, le combat dura entre eux dura neuf-mois soit, jusqu’en l’an 129 de l’Hégire (746), du fait de leur retranchement.

Lorsque Marwan Ibn Muhammad réduisit la tranchée entre lui et eux, Souleyman Ibn Hisham leur proposa de quitter Mossoul et ils partirent à Farès mais l’armée de Marwan Ibn Muhammad commandée par ‘Amir Ibn Doubarah al-Mourri les poursuivit en tuant sur son chemin tous ceux d’entre les khawarije qui s’étaient attardés en route jusqu’à ce qu’ils se divisent. Shayban al-Yashkouri et ses partisans allèrent à Farès, puis à l’île d’Ibn Kawan, puis de là, il s’embarqua pour l’Oman ou le tua Joullandah Ibn Mas’oud Ibn Jayfar Ibn Joullandah al-Azdi le gouverneur.

Quant à Souleyman Ibn Hisham, il s’embarqua sur un navire avec les gens de sa maison et partirent au Sind tandis que Marwan Ibn Muhammad revint à Harran avant de repartir pour Zidan.

 

 

Les nouvelles révoltes d’al-Harith Ibn Sourayj et d’al-Kirmani

 

En l’an 128 de l’Hégire (745), al-Harith Ibn Sourayj at-Tamimi qui était au Khorasan se rebella contre Marwan Ibn Muhammad sous le prétexte que la garantie de la sécurité lui avait été accordée par Yazid Ibn Walid et que Marwan Ibn Muhammad ne serait peut-être pas d’accord. Ses partisans lui conseillèrent de ne pas le faire pour éviter que les Musulmans pâtissent des conséquences fâcheuses que cela pourrait entrainer mais, il ne les écouta pas. Nasr Ibn Sayyar lui proposa de le nommer gouverneur pour les régions au-delà du fleuve de l’Oxus ainsi que la somme trois-cent-mille dirhems mais il refusa aussi. Nasr lui dit :

– « Viens à bout d’al-Kirmani et si tu le fait je me mettrais sous ton commandement ou alors laisse-moi en venir à bout et si je réussis fait ce que bon te semble ». Mais al-Harith voulait que Nasr abandonne tout simplement son poste.

Al-Harith Ibn Sourayj at-Tamimi était en compagnie du vil (khabith) Jahm Ibn Safwan, le Mawlah des Bani Rassib, le fondateur du groupe déviant des jahmiyah[2] qu’il emprunta à Ja’d Ibn Dirham[3] que tua Khalid Ibn ‘Abdillah al-Qasri à cause de ses déviances, le jour d’al-‘Id al-Adhah de l’année 124 de l’Hégire.

Lors de cette sédition, Jahm Ibn Safwan tomba prisonnier entre les mains de Salm Ibn Ahwaz al-Mazini qui ordonna de le tuer. ‘Ali Ibn Joudaym al-Kirmani participa à cette sédition dans les rangs d’al-Harith Ibn Sourayj ou il combattit à ses côtés.

 

Après ces évènements, Nasr Ibn Sayyar qui était un stratège de guerre et un fin politicien, quitta Merv, la capitale du Khorasan, espérant que la division entre al-Kirmani et al-Harith Ibn Sourayj s’accentuerai. Al-Kirmani qui était en compagnie d’al-Harith Ibn Sourayj, prit possession de la ville sitôt son départ et il arriva exactement ce que Nasr Ibn Sayyar avait prévu et les deux hommes allaient bientôt s’entretuer et Ibn Sourayj mourir lors de la bataille qui s’ensuivit entre eux au mois de Rajab de l’année 128 de l’Hégire (745). Puis, al-Kirmani ordonna de crucifier sa dépouille avant de mettre la main sur la totalité de la ville de Merv.

 

Nasr Ibn Sayyar se retira de la ville pour éviter de combattre les deux hommes dans la ville afin que les Musulmans n’aient pas à en souffrir. Il était courant à l’époque que lorsqu’un ennemi se présentait, le gouverneur sortait pour le combattre et s’il ne réussissait pas à le vaincre, il écrivait alors au calife pour demander de l’aide, comme nous l’avons vu maintes fois, qui lui envoyait alors des renforts. Par exemple si le gouverneur du Khorasan avait du mal à venir à bout d’un ennemi, il demandait des renforts au gouverneur d’Iraq qui demandait lui-même des renforts au calife, si cela était nécessaire ou le calife ordonnait au gouverneur d’Iraq d’envoyer des renforts au Khorasan si la lettre lui était parvenue directement à lui. Mais les évènements se succédèrent trop rapidement les uns aux autres durant la fin du règne des Omeyyades, parce que le calife en personne, était occupé à combattre plusieurs séditions sur plusieurs fronts, Nasr Ibn Sayyar dut quitter la ville de Merv pour la laisser à al-Kirmani.

 

Views: 0