BANU UMAYYAH

La révolte des gens de Syrie

 

Trois mois après son arrivée à Harran, qui se trouve à l’extrême frontière de Syrie, les Syriens se révoltèrent contre lui. Les premiers à le faire parmi eux furent les gens de Homs bien qu’ils furent les premiers à lui porter allégeance mais lorsque la porte de la sédition s’ouvre, sa fermeture est difficile.

Le principal responsable de cette révolte fut Thabit Ibn Nou’aym al-Joudami qui envoya des lettres aux chefs des différentes tribus pour les inciter à la désobéissance et leur demander de le rejoindre. Les Banou Kalb et les Yéménites vinrent à Homs et lorsque Marwan Ibn Muhammad entendit cela, il marcha contre eux à la tête de son armée et arriva aux faubourgs de la ville de Homs, le troisième jour du mois de Shawwal de l’année 127 de l’Hégire (744). Puis, il entra dans la ville, une large bataille eut lieu dans les rues de la ville et son immense armée l’emporta. Marwan Ibn Muhammad tua tous les chefs rebelles qui étaient tombés sous sa main tandis que le reste s’enfuit. Il ordonna que leurs dépouilles, entre cinq-cents et six-cents, soient crucifiées sur les murs de la ville. Il détruisit au cours de la bataille les murs de la ville, dans le quartier de Houlwah, sur une distance d’environ cent-soixante mètres.

 

Quant aux gens de Damas, ils se retournèrent contre leur chef Damil Ibn ‘Amr et nommèrent à sa place Yazid Ibn Khalid Ibn ‘Abdillah al-Qasri avant d’annoncer leur rébellion. Marwan Ibn Muhammad leur envoya de Hims (Homs) un groupe d’environ dix-mille combattants sous le commandement de Madjzahah Ibn al-Kawthar Ibn Zoufar Ibn Harith al-Kilabi qui les écrasa avant de mettre le feu aux habitations des Yéménites et de tuer Yazid Ibn Khalid dont il envoya la tête à Marwan Ibn Muhammad.

 

 

La révolte des Palestiniens

 

Les Palestiniens se révoltèrent sous le commandement de Thabit Ibn Nou’aym al-Joudami qui marcha à la tête de sa force vers Tabariyah qu’il assiégea et lorsque Marwan Ibn Muhammad fut informé de ces évènements, il ordonna à Madjzahah Ibn al-Kawthar Ibn Zoufar Ibn Harith al-Kilabi, surnommé aussi Abi al-Ward, de marcher sur les rebelles. Lorsque les habitants de Tabariyah furent informés de son arrivée, ils reprirent courage et sous le commandement de leur chef Amawi, al-Walid Ibn Mou’awiyah Ibn Marwan Ibn Hakam sortirent affronter les assiégeants et ravagèrent leur camps avant de les mettre en fuite.      

Thabit Ibn Nou’aym al-Joudami s’enfuit avec ceux qui étaient avec lui en Palestine ou Madjzahah Abi al-Ward les affronta et le captura avec trois de ses enfants. Marwan Ibn Muhammad ordonna de trancher les mains et les pieds des rebelles et de les crucifier sur les murs de la ville.

Allah Exalté et Loué dit dans Son Livre : « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment, excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir : sachez qu’alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux ».

 

Et la punition n’est rien lorsque l’on compare les milliers de Musulmans qui meurent suite aux séditions comme nous l’avons déjà vu.

 

 

Le retour des khawarije soufariyah

 

Et pendant de temps, l’Iraq était secoué de guerres tribales comme à la pire période antéislamique. ‘Abdillah Ibn ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz qui était à Hirra en compagnie des Yéménites, combattait Nadr Ibn Sa’id Ibn ‘Amr al-Harashi al-‘Amiri qui était à Koufa en compagnie de la tribu des Moudar.

Les combats durèrent quatre mois et au même moment sortit d’al-Jazirah un khariji du nom de Sa’id Ibn Bahdal ash-Shaybani à la tête de deux-cents combattants et parmi eux ad-Dahhaq Ibn Qays ash-Shaybani mais Sa’id allait mourir des suites d’une infection.

D’autres, ont dit qu’il est mort de la peste et il fut remplacé par ad-Dahhaq Ibn Qays ash-Shaybani qui fut rejoint de tous les endroits par les khawarije soufariyah qui lui portèrent allégeance, si bien qu’il se retrouva à la tête de quatre-milles hommes avant de marcher sur Koufa.

Quand les Yéménites et les Moudar entendirent parler d’eux, ils laissèrent leur différent de côté et ‘Abdillah Ibn ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz trouva un arrangement avec Nadr Ibn Sa’id pour arrêter les combats entre eux et s’unifier pour combattre ensemble les khawarije mais, comme leurs habitudes, les Irakiens ne purent faire face à la menace et lorsqu’ils les rencontrèrent, ils s’enfuirent. Ils furent poursuivit par les khawarije qui tuèrent un grand nombre d’entre eux avant de rentrer dans Koufa.

 

‘Abdillah Ibn ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz et Nadr Ibn Sa’id Ibn ‘Amr al-Harashi et ce qui restait de leur troupe allèrent à Wassit ou ils reprirent la bataille tribale entre eux (les Yéménites et les Moudar), là où il l’avait laissée.

 

Lorsqu’ad-Dahhaq mit la main sur Koufa, il désigna Milhan ash-Shaybani pour diriger en son absence et avec les khawarije, il marcha sur Wassit. ‘Abdillah Ibn ‘Omar et Nadr Ibn Sa’id, encore une fois cessèrent leur guerre et se mirent d’accord pour combattre leur ennemi commun. Mais au cours de la bataille qui s’ensuivit, ‘Abdillah Ibn ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz porta allégeance à ad-Dahhaq Ibn Qays ash-Shaybani et rejoignit ses rangs par crainte de Marwan Ibn Muhammad.

Le fils de ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz qui porta allégeance au perfide khariji et rejoignit leur rang ! Voici encore un exemple de ce que la sédition peut entrainer.

 

 

La rébellion de Souleyman Ibn Hisham Ibn ‘Abdel Malik

 

Marwan Ibn Muhammad se fâcha de toutes ces séditions successives et à la tête de son armée il quitta Rassafah pour Raqqah afin de passer en revue l’armée de Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah al-Fazari envoyée combattre les khawarije.

Souleyman Ibn Hisham Ibn ‘Abdel Malik lui demanda la permission de rester à Rassafah afin qu’il se repose un certain temps et Marwan Ibn Muhammad répondit favorablement à sa demande tout en laissant un détachement d’à peu près dix-mille combattants des gens de     Syrie qu’il avait envoyé rejoindre Yazid Ibn ‘Omar Ibn Houbayrah mais qui s’étaient finalement rangés au côté de Souleyman.

Quand Marwan fut partit, ces soldats demandèrent à Souleyman de déposer Marwan Ibn Muhammad et il donna son accord en allant aussitôt à Qinnassrine pour le combattre et un grand nombre de gens de Syrie l’accompagnèrent. Et bien que les gens de Syrie fussent des gens obéissants lorsque la sédition gagna leurs rangs, ils ne purent s’empêcher d’y participer.

 

Marwan Ibn Muhammad se décida à faire face à cette nouvelle menace et marcha à la rencontre de Souleyman Ibn Hisham dont l’armée s’était retranchée dans une forteresse du nom de Kamil près de Qinnassrine. Marwan Ibn Muhammad leur envoya des messagers pour connaitre la raison de leur rébellion et pour les mettre en garde contre la sédition. La garnison lui promit l’obéissance au calife si bien qu’il partit et les laissa.

 

Quant à ceux qui étaient avec Souleyman Ibn Hisham ils furent si nombreux à le rejoindre qu’il se retrouva à la tête d’une force d’environ soixante-mille hommes qui campèrent dans le lieu-dit Oussaf près de Qinnassrine ou ils se préparèrent pour la bataille. Marwan Ibn Muhammad les écrasa littéralement et tua tous les prisonniers soit environ trente-mille. Les domestiques qui n’étaient pas tués lors des combats par les Arabes comme nous l’avons précédemment mentionné furent capturé et vendus.    

Quant à Souleyman Ibn Hisham, il réussit à s’enfuir avec certains de ses partisans à Homs ou il procéda à la réparation de l’enceinte qui avait été détruire par Marwan Ibn Muhammad lors de son assaut précédent sur la ville.

 

Marwan Ibn Muhammad le poursuivit et marcha sur Homs ou pendant ce temps Souleyman Ibn Hisham incitait les gens à défendre sa cause si bien qu’il se retrouva à la tête d’environ neuf-mille combattants que Marwan écrasa aussi et mit en fuite. Puis, il assiégea la ville durant dix mois. Les historiens ont rapporté qu’il déploya plus de quatre-vingt catapultes[1] et bombarda la ville de pierres qui tuèrent, terrifièrent beaucoup de gens et détruisirent une partie de la ville. Ce devait être un terrible siège pour les gens.

Les assiégés sortaient chaque jour pour affronter Marwan Ibn Muhammad mais la dureté du siège vint à bout de leur force. Ils lui proposèrent de soumettre la ville s’il leur garantissait la sécurité en échange de Sa’id Ibn Hisham et ses enfants ‘Uthman et Marwan et Marwan Ibn Muhammad accepta et rentra dans la ville.

 

Souleyman Ibn Hisham Ibn ‘Abdel Malik s’enfuit chez Hayth ‘Abdillah Ibn ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz ou il porta allégeance au khariji ad-Dahhaq Ibn Qays ash-Shaybani. Lorsque Nadr Ibn Sa’id Ibn ‘Amr al-Harashi vit cela il décida de se rendre chez Marwan Ibn Muhammad en Syrie et sur sa route, il s’arrêta à al-Qadissiyah ou Milhan ash-Shaybani et la petite garnison de khawarije sortirent l’affronter. Nadr Ibn Sa’id Ibn ‘Amr al-Harashi le battit et Milhan, qui avait été nommé gouverneur de Koufa, fut tué. Lorsque ses nouvelles parvinrent à ad-Dahhaq Ibn Qays, il nomma al-Mouthannah Ibn ‘Imrane ar-Rahili, pour le remplacer à Koufa.

 

Views: 0