BANU UMAYYAH

La succession de Yazid Ibn Walid

 

Yazid Ibn Walid prit sa succession et il fut surnommé an-Naqis, car il diminua (naqassa) les allocations des familles, au même tarif que lors du règne de Hisham Ibn ‘Abdel Malik, après qu’al-Walid les aient augmentées. Le premier à l’avoir surnommé ainsi est Marwan Ibn Muhammad Ibn Marwan, le gouverneur d’Arménie. La mère de Yazid Ibn Walid, le douzième calife, était Shah Afrih Bint Fayrouz Ibn Yazdajard Ibn Shahrayar Ibn Qisrah.

 

L’assassinat d’al-Walid Ibn Yazid conduisit à un nombre importants de séditions.

 

Lorsque les gens furent informés qu’al-‘Abbas Ibn Walid était avec son frère lorsqu’il se rebella contre frère, les gens de Hims se rebellèrent et saccagèrent sa maison. Mou’awiyah Ibn Yazid Ibn Houssayn prit le commandement des rebelles à Hims, prépara une armée puis marcha sur Damas et lorsque Marwan Ibn ‘AbdAllah Ibn ‘Abdel Malik Ibn Marwan les mit en garde, ils se retournèrent contre lui et le tuèrent ainsi que son fils avant de trancher leur têtes et de les planter aux bouts de lances afin que les gens les voient pour éviter la sédition alors qu’aveugles, ils étaient en plein dedans. Alors, ils nommèrent à leur tête Abou Muhammad as-Soufyani et partirent à Damas.

 

Yazid An-Naqis envoya un détachement pour les arrêter et les empêcher d’arriver à Damas, et près de Damas une bataille eut lieu entre eux. L’armée du calife plus nombreuse les battit facilement et rapidement mais sans leur faire de mal, à cause des avis différents des commandants de l’armée qui les laissèrent en échange de porter allégeance au calife.        

 

Sur les ordres de Souleyman Ibn Hisham ‘Abdel Malik, Abou Muhammad as-Soufyani et Khalid Ibn Khalid Ibn Yazid Ibn Mou’awiyah furent arrêtés et emprisonnés à al-Khadrah ou se trouvaient les deux enfants d’Ibn Walid Ibn Yazid al-Hakam et ‘Uthman. Puis, il les envoya au calife à Damas qui les emprisonna à nouveau avec Yazid Ibn ‘Uthman Ibn Muhammad Ibn Abi Soufyan.

Puis, le calife nomma Mou’awiyah Ibn Yazid Ibn Houssayn gouverneur de Hims, alors qu’il était le chef de la rébellion contre lui. Donner du pouvoir à son ennemi est une erreur majeure.

 

Les gens de Palestine, se révoltèrent aussi sous le commandement de Sa’id Ibn Rawh Ibn Zimba’ al-Joudami et son frère Doub’an Ibn Rawh à cause de l’assassinat du calife al-Walid. Les gens de Palestine nommèrent à leur tête Yazid Ibn Souleyman Ibn ‘Abdel Malik, parce que ses enfants habitaient dans leur région, et renvoyèrent Sa’id Ibn ‘Abdel Malik.

Lorsque les gens de Jordanie furent informés de ces rebellions, ils se levèrent à leur tour sous le commandement de Muhammad Ibn ‘Abdel Malik et quand ces graves nouvelles parvinrent à Damas, le calife Yazid an-Naqis envoya une armée des gens de Damas et de Hims, au nombre de quatre-vingt-six-mille combattants, sous le commandement de Souleyman Ibn Hisham combattre les gens de Palestine et de Jordanie. Mais, il n’y eut pas de bataille et ‘Uthman Ibn Daoud al-Khawlani, un commandant de Yazid Ibn Walid, réussit à convaincre Muhammad Ibn ‘Abdel Malik de porter allégeance au calife en plus d’une somme d’argent. Puis, il alla voir Doub’an Ibn Rawh et le convainquit de porter aussi allégeance au calife en échange du poste de gouverneur de Palestine, qu’il accepta avant de rentrer avec ses gens.

 

 

Le discours de Yazid Ibn Walid lorsqu’il devint calife

 

Lorsqu’al-Walid Ibn Yazid fut assassiné, que Yazid Ibn Walid prit sa succession, que les gens lui aient porté allégeance, il monta sur le Minbar, louangea Allah Exalté, salua Son Messager (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et fit le prêche suivant : « O Gens ! Par Allah, je ne me suis pas rebellé par insolence (asharan), par fierté (bataran), pour posséder les biens de ce monde (hirsan ‘alad-dounia) ou pour la recherche du pouvoir (gharbatan fil moulk). Je n’ai pas une opinion démesurée de moi-même. En fait, je me suis fait du tort à moi-même et je serais perdu sans la miséricorde de mon Seigneur. Au contraire, je me suis rebellé par colère pieuse pour la cause d’Allah Exalté, Son prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et Sa religion, et je suis venu pour appeler les gens à Allah Exalté, Son Livre et la Sounnah de Son prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui). Je l’ai fait lorsque les jalons du droit chemin (ma’alim al-houda) ont été détruits, que la lumière des gens pieux a été éteinte, et qu’il apparut que ce tyran obstiné a déclaré licite chaque chose défendue et qu’il était la cause des innovations (bid’ah). De plus, par Allah, il n’a jamais confirmé la vérité du Livre ou crut au Jour dernier. Quand j’ai vu tout ceci, j’ai cherché la faveur (astakhartouh) d’Allah Exalté dans mes relations avec lui (al-Walid) et je L’ai imploré de ne me pas laisser céder à mon intérêt personnel (yakilani illa nafsi) dans cette matière. J’ai appelé à cette cause ceux sous mon ordre qui ont répondu à mon appel et je me suis efforcé de parvenir à mon but jusqu’à ce qu’Allah Exalté, par Son Propre Pouvoir et non pas à travers le mien, permit à Ses serviteurs de se débarrasser de lui (al-Walid) reposant ainsi les gens et la terre.

O Gens, je vous promets de ne pas déposer pierre sur pierre ou brique sur brique, je ne creuserai aucune rivière, je n’accumulerai aucune richesse ni en donnerais à toute femme ou enfant. Je jure aussi que je ne transférerai pas les richesses d’une ville avant de l’avoir réparée et d’avoir pourvu aux biens de ses gens et s’il y a un surplus, je l’apporterai à la prochaine ville et à ceux qui en ont les plus grands besoins. Je ne vous détiendrai pas de longues périodes aux frontières, afin de ne pas mettre à l’épreuve vos familles. Je ne fermerai pas ma porte contre vous afin que le fort parmi vous ne dévore pas le faible, ni ne placerai de fardeaux, qui décimeront votre progéniture, sur ceux d’entre vous qui payent les impôts les poussant à quitter leur terre. Avec moi en charge, vous recevrez vos salaires chaque année et vos rations chaque mois, tant que la nourriture est abondante pour tous les Musulmans, distants ou proches. Si je ne tiens pas mes promesses, alors c’est votre devoir de me déposer, mais de me mettre d’abord en garde et de me demander de me repentir et si je le fais vous devrez l’accepter. Si vous connaissez quelqu’un dont la droiture est prouvée, qui vous donnera ce que je vous donne de son propre accord, et que vous voulez lui porter le serment de fidélité, alors je serais le premier à lui porter allégeance et à me soumettre à lui.

O Gens ! L’obéissance à une créature ne doit pas impliquer une désobéissance au Créateur ni l’obéissance à un souverain en rompant un pacte avec Allah Exalté. L’obéissance consiste uniquement dans l’obéissance à Allah Exalté. Obéissez au calife, dans votre obéissance à Allah Exalté, tant que le calife Lui obéit. Mais si le calife Lui désobéit et si le calife vous ordonne de Lui désobéir, alors il mérite d’être désobéi et tué. C’est ce que je dis et qu’Allah nous pardonne, moi et vous (aqoulou qawli adha wa astarfirou alLah li wa lakoum) ».

 

Yazid Ibn Walid Ibn ‘Abdel Malik Ibn Marwan surnommé Yazid an-Naqis fit certainement un excellent serment à travers lequel il exhorta les Bani Oumayyah à ne pas s’enrichir et il leur dit : « O Banou Oumayyah la richesse diminue la durée de vie, elle augmente la convoitise, elle ouvre la porte au vin, et l’on sait ce qu’engendre l’ivresse, si vous le faite et vous le ne ferez pas, écartez-vous alors des femmes car le vin est l’agent de l’adultère ».

Mais son califat n’allait durer que six mois.

 

En l’an 126 de l’Hégire (743), Yazid Ibn Walid désista Youssouf Ibn ‘Omar, le gouverneur d’Iraq, et le remplaça par Mansour Ibn Joumhour Ibn Hisn Ibn ‘Amr al-Kalbi. On a dit à propos de Mansour qu’il était un Arabe non religieux (ahl din).    

Mansour Ibn Joumhour quitta Bakhrah pour l’Iraq le jour ou al-Walid Ibn Yazid fut tué et lorsque Youssouf Ibn ‘Omar ath-Thaqafi apprit les nouvelles de sa nomination par un groupe de gens qui l’informaient en permanence des évènements de Syrie, il s’enfuit avec les gens de sa maison, à Balqah en Syrie. Lorsque Yazid Ibn Walid apprit qu’il était à Balqah avec les gens de sa famille, il envoya Muhammad Ibn Sa’id al-Kalbi à la tête de cinquante cavaliers tandis que le cruel tyran, Youssouf Ibn ‘Omar, s’habilla comme une femme et se cacha parmi elles et les enfants. Mais ils le sortirent et l’emprisonnèrent avec ‘Uthman et al-Hakam les enfants d’Ibn Walid Ibn Yazid et Abou Muhammad as-Soufyani et Youssouf Ibn ‘Omar resta en prison jusqu’à l’arrivée de Marwan Ibn Muhammad Ibn Marwan.

 

 

Views: 0