BANU UMAYYAH

‘Ali Ibn Abi Talib accepte l’arbitrage et l’émergence des khawarije (harouri – kharijites)

 

Au mois de Safar de l’année 37 de l’Hégire (657), alors que l’avantage était pour la troupe de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui), les soldats de Syrie accrochèrent le Qur’an au bout d’une lance qu’ils hissèrent en disant : « Nous confions notre jugement au livre d’Allah pour le différent qu’il y a entre nous et vous et pour protéger le sang des Musulmans ». Les deux groupes finirent par s’entendre pour trouver un arrangement conforme au Qur’an. Un rendez-vous fut pris au moins de Ramadan de la même année pour trouver une solution.

L’armée de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) retourna à Koufa tandis que l’armée de Syrie revint à Damas (dimashq). L’Amir des Croyants ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) décida de trouver une solution pour mettre fin à la division qui s’ensuivit dans son armée suite à son accord de juger par le Livre d’Allah Exalté soit-Il.

 

Les infâmes khawarije apparurent et leur haine s’endurcit. Et comme a dit Ibn Kathir (puisse Allah lui faire miséricorde) : « Ils devinrent extrêmement mauvais envers ‘Ali et jetèrent la mécréance sur lui. Zour’a Ibn Bourj at-Ta’i et Hourqous Ibn Zouhayr Sa’di at-Tamimi vinrent trouver ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) et lui dirent : « Pas de jugement sauf celui d’Allah ! »

‘Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) répondit : « Pas de jugement sauf celui d’Allah ! » Puis ils discutèrent entre eux jusqu’à ce que Zour’a dit : « Par Allah, ô ‘Ali si jamais tu ne juges pas les hommes avec le Livre d’Allah nous te combattrons ne recherchant que la miséricorde et la satisfaction d’Allah ! » ‘Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) lui répondit : « Puisses-tu périr dans ton effort. C’est comme si je t’avais déjà tuer ». Auquel l’homme répondit : « J’aurais voulu que cela soit ainsi ! »

‘Ali (qu’Allah soit satisfait de lui) lui dit : « Si tu étais méritant, sache qu’il y a dans la mort une consolation de la vie, mais le diable t’a emporté » ».

Quant à Hourqous, il participa aux conquêtes de l’Iraq, et d’Ahwaz contre Hormouzan mais après cela il devint l’un des partisans les plus acharné contre l’Amir des Croyants ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) et il fut tué lors de la bataille de Nahrawan.

 

Avant d’arriver à Koufa, douze-mille soldats quittèrent ses rangs et se rebellèrent contre ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui). Ce groupe descendit dans une région appelée Harourah et c’est pour cela qu’ils sont connus comme les Harouriyah, les khawarije (de kharajou qui veut dire : ils sont sorti), un groupe de Musulmans égarés, qu’Allah Exalté nous préserve de l’égarement.

 

 

L’intervention de ‘AbdAllah Ibn ‘Abbas

 

Le Calife (qu’Allah soit satisfait de lui) envoya un messager au fils de son oncle, le grand Compagnon ‘AbdAllah Ibn ‘Abbas (qu’Allah soit satisfait d’eux) pour lui demander de venir parler aux khawarije ce qu’il fit. Lorsqu’il eut fini de parler avec eux après leur avoir donné des preuves décisives tous retournèrent avec lui à Koufa ou ils portèrent allégeance au Calife pour l’écoute (sam’) et l’obéissance (ta’a). Mais lorsque le rendez-vous arriva pour régler le différend entre les deux parties, ils se rebellèrent de nouveau contre le Calife et portèrent allégeance à l’un d’entre eux et redoublèrent les prêches enflammés contre les Musulmans et la légitimité de les tuer jusqu’à ce que l’un d’entre eux dit : « Je témoigne sur les gens de notre groupe, de notre Qiblah, qu’ils ont suivi l’égarement. Ils ont abandonné le jugement du Livre et leur combat est un droit pour les croyants ». Puis il dit : « Frappez leur flancs et leurs visages de vos sabres jusqu’à ce que le Clément, le Miséricordieux soit obéi ». Et leur devise était : « Pas de jugement sauf celui d’Allah » et ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) dit : « Une parole juste mal interprétée ».

 

L’Iman al-Hafiz Ibn Kathir a dit dans son livre « al-Bidayah wal Nihayah » à propos des khawarije : « Ils se sont mis d’accord pour la rébellion de Koufa à Nahrawan et ils sont sortis pour voir si quelqu’un allait se mettre en travers de leur chemin. Ils sont sortis entre les pères et les mères, entre les oncles et les tantes, ils ont divisés les proches, convaincus par leur ignorance, le peu de leur science et de leur intelligence que leurs actes étaient agréés par le Seigneur des cieux et des terres, sans savoir que ce qu’ils faisaient étaient des péchés majeurs (kaba’ir) ».

 

 

La défaite des khawarije à la bataille de Nahrawan

 

An-Nahrawan[1] existe encore de nos jours, de même qu’un nombre important d’autres noms de villes et de lieux.

 

Alors qu’ils étaient en mouvements, les khawarije rencontrèrent sur leur chemin le compagnon ‘AbdAllah Ibn Khabab Ibn al-Arak (qu’Allah soit satisfait de lui et de son père) alors qu’il était en compagnie de la mère de ses enfants qui était enceinte. Ils lui demandèrent : « Es-tu ‘AbdAllah Ibn Khabab le Compagnon du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) ? »

Et comme Ibn Athir a dit dans son livre : « ‘AbdAllah Ibn Khabab était appelé « le lion de la forêt » et il rencontra le Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) alors qu’il était encore un enfant ». ‘AbdAllah Ibn Zoubayr et ‘AbdAllah Ibn Khabab (qu’Allah soit satisfait d’eux) sont les deux premiers enfants nés en islam.

Les khawarije lui demandèrent s’il avait entendu de son père un Hadith rapporté par le Prophète (Saluts et bénédictions d’Allah sur lui) sur la sédition ou s’il avait entendu quelque chose se rapportant à cette sédition dans lequel il était dit que : « Celui est assis est mieux que celui qui est debout, et ce que celui qui est debout est mieux que celui qui marche, que celui qui marche est mieux que celui qui court ? »

‘AbdAllah Ibn Khabab dit « Oui ! » J’ai entendu ce Hadith de mon père. Lorsqu’il l’eut rapporté ils l’attrapèrent et lui tranchèrent la tête près du bord de la rivière tandis que son sang s’écoulait dans l’eau, puis ils firent de même à son épouse avant de l’éventrer puisse Allah le Très Haut leur faire miséricorde. Les historiens rapportèrent qu’ils furent tués comme s’ils avaient été leur ennemi ! Où est donc l’application de leur devise : « Nul jugement excepté celui d’Allah », quelle est donc cette religion que ces gens suivaient ? La doctrine de ces gens était corrompue, vile et dangereuse et l’est encore.

 

L’Amir des croyants, le Calife des Musulmans ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) sortit avec son armée pour rencontrer les khawarije à Nahrawan. Lorsqu’il arriva près d’eux, il leur demanda de livrer simplement ceux qui avaient commis les infâmes crimes et qu’il se contenterait de cela. Les khawarije répondirent : « Nous tous les avons tués ». Puis ils dirent : « Ne parlez plus à ces gens ! Et préparez-vous à la rencontre de votre seigneur ». Puis ils se mirent à crier et à répéter : « Hâtez-vous, hâtez-vous vers le Paradis » (ar-rawah, ar-rawah illal jannah).

Avant que le combat ne commence, le Calife leur laissa plusieurs fois la possibilité de revenir mais les khawarije n’entêtèrent. Alors il donna l’étendard de l’aile droite à Abou Ayyoub al-Ansari (qu’Allah soit satisfait de lui). Et Abou Ayyoub al-Ansari est Khalid Ibn Zayd al-Khazraji le Compagnon Ansari (qu’Allah soit satisfait de lui). Abou Ayyoub harangua les khawarije et leur dit : « Quiconque d’entre vous qui n’a pas tué et qui n’a pas commis d’infamie et se range sous cet étendard sera en sécurité. Quiconque d’entre vous quitte son rang et s’en va à Koufa ou Mada’in[2] sera en sécurité ». Par commettre des infamies, il vous savoir que les khawarije, ces vils individus coupaient les routes des gens et les dépouillaient de leurs bien et de leur vie exactement comme ils avaient fait à Kahab et son épouse. Nul n’était sauf s’il avait le malheur de tomber entre leurs mains qu’il soit Musulman ou mécréant !

Un petit groupe de khawarije saisit l’occasion de cette dernière offre pour quitter les rangs de leur groupe tandis que les autres se préparèrent pour l’affrontement. La bataille eut enfin lieu et un très grand nombre de khawarije furent tués par l’armée du Calife.

 

 

Les conspirations des khawarije

 

L’Imam Ahmad Ibn Hanbal, a rapporté dans son Mousnad d’Abi Kathir qu’il a dit : « J’étais avec mon maître (saydi) al-Ansari et ‘Ali Ibn Abi Talib alors que les gens de Nahrawan furent massacrés. Tous les gens furent étonnés en eux même du si grand nombre de leur mort car l’armée du Calife quant à lui ne comptait que quelques morts. ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) dit : « O gens ! Le Messager d’Allah (Saluts et bénédiction d’Allah sur lui) nous a parlé d’un peuple qui quittera la religion comme la flèche transperce sa proie. Et ils ne reviendront jamais à leur religion tant que la flèche ne retournera pas sans trace. Et il (Saluts et Bénédiction d’Allah sur lui) a aussi dit : « Leur signe est un homme noir qui aura le haut du bras comme le sein d’une femme et qui aura sept poils » ». ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) ordonna alors à ses hommes de rechercher cet homme en leur donnant des informations précises sur lui ou il se trouvait, et lorsqu’ils le trouvèrent enfouit sous d’autres corps près du fleuve, ils le sortirent et le lui ramenèrent. Lorsque ‘Ali le vit il dit « Allahou Akbar (Allah est le Plus Grand). Allah et Son Messager ont dit la vérité ! » Puis il ne cessa de le répéter et les gens crièrent avec lui « Allahou Akbar ! »

 

Dans le Hadith rapporté par l’Imam Mouslim de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui), le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Un groupe sortira de ma communauté qui liront le Qur’an, au point que votre lecture comparée à la leur ne sera en rien semblable. Ils feront la prière, qui comparée à la vôtre, ne sera en rien semblable et ni leur jeûne comparé au votre. Ils liront le Qur’an pensant qu’il est en leur faveur alors qu’il est contre eux. Si les gens de l’armée savaient ce que leur Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah) leur a promis comme récompense pour celui qui les tuera, ils s’empresseraient de le faire. Leur signe est qu’il se trouve parmi eux un homme ressemblant à un manchot qui aura sur le haut du bras comme un bout de sein avec des petits poils blancs ».

Certains historiens ont rapporté que le nom de cet homme est Nafi’ Douthoudayah. Ils ont aussi rapporté que lors de la bataille de Nahrawan, qui eut lieu en l’an 38 de l’Hégire (658), mourut également parmi les khawarije Shijna Ibn ‘Adiyy et son fils Akhdar Ibn Shijna de la tribu des Ribab, de Taymi Ribab qui sont des tribus Taymiyah et Shijna Ibn ‘Adiyy avait une fille du nom de Qahtan qui réunissait la beauté et l’excellence mais qui était une vile kharijiyah. Elle jura après la bataille de Nahrawan de se venger de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah soit satisfait de lui). Elle choisit trois khawarije : ‘AbderRahmane Ibn Mouljam al-Mouradi, al-Bourak Ibn ‘Abdillah, al-Bourak était un surnom et son vrai nom était al-Hajjaj, et ‘Amr Ibn Bakr at-Tamimi qui se concertèrent sur la manière dont les gens vivaient, sur les gouverneurs et leurs entourages. Ils parlèrent aussi de leurs frères tués à Nahrawan et invoquèrent la miséricorde sur eux parce qu’ils étaient miséricordieux envers leurs gens mais ne craignaient pas l’invocation de l’opprimé du fait qu’ils se croyaient sur le droit chemin. Alors ils décidèrent de tuer, ce qu’ils considéraient comme « les Imams de l’égarement » selon leur doctrine corrompue !

Et qui étaient-ils ? ‘Ali Ibn Abi Talib l’Amir des Croyants et quatrième Calife Juste (qu’Allah soit satisfait de lui), puis les grands Compagnons Mou’awiyah Ibn Abi Soufyan et ‘Amr Ibn al-‘As (qu’Allah soit satisfait d’eux).

‘AbderRahmane Ibn Mouljam dit : « Moi, je me charge de ‘Ali Ibn Abi Talib » puis al-Bourak dit : « Moi de Mou’awiyah Ibn Abi Soufyan » et ‘Amr dit : « Et moi de ‘Amr Ibn al-‘As ». Ils choisirent d’agir tous ensemble le 27 du mois de Ramadan et chacun d’entre eux se rendit vers le lieu de son crime en empoisonnant auparavant leurs sabres.

 

Views: 0